Tableaux de l'économie françaiseÉdition 2017

Les Tableaux de l'économie française s'adressent à tous ceux qui souhaitent disposer d'un aperçu rapide et actuel sur la situation économique, démographique et sociale de la France.

Insee Références
Paru le : 02/03/2017
Consulter
Sommaire

Épargne - Patrimoine

Insee Références
Paru le : 02/03/2017

Présentation

Fin 2015, le patrimoine économique national s’élève à 13 585 milliards d’euros, soit 7,6 fois le produit intérieur net de l’année. Après un repli de 1,8 % en 2014, il se redresse de 1,3 % en 2015. Cette reprise modeste est essentiellement imputable à celle du patrimoine non financier qui bénéficie de la fin de la baisse des prix des logements. Les actifs et les passifs financiers augmentent au même rythme. Par conséquent, le patrimoine financier net reste faiblement négatif et contribue peu à l’évolution du patrimoine total. En 2015, les fonds propres des sociétés non financières (SNF) accélèrent. Leurs actifs financiers s’accroissent plus vite que leurs passifs et leur patrimoine non financier progresse. Les SNF investissent davantage et augmentent leurs stocks. En 2015, les fonds propres des sociétés financières se redressent avec les cours boursiers. Ces sociétés ont principalement à leur bilan des stocks importants d’actifs et de passifs financiers, dont le solde est faible en comparaison des encours. En 2015, leurs actifs financiers progressent au même rythme qu’en 2014. L’encours de crédits accélère, en lien avec la croissance marquée des crédits bancaires accordés aux ménages et aux SNF. En 2015, le patrimoine net des administrations publiques (APU) continue de diminuer fortement.

Le patrimoine des ménages progresse sensiblement après une année de faible croissance. Leur patrimoine non financier, essentiellement des constructions et des terrains, rebondit après une légère baisse. D’une part, les mises en chantier de logements neufs et l’ indice du coût de la construction se stabilisent, aussi l’investissement en logements des ménages en euros courants ne diminue-t-il plus que légèrement. D’autre part, les prix des logements anciens sont stables sur un an alors qu’ils diminuaient depuis 2012. Leur patrimoine financier accélère, porté à la fois par des flux de placements en augmentation et par une forte progression des cours boursiers. Le faible niveau des taux d’intérêt réduit le coût d’opportunité de détention d’avoirs liquides et incite les ménages à renforcer leurs avoirs sous forme de numéraire et dépôts à vue au détriment de leur épargne placée sur les livrets ou dépôts à terme. Les ménages favorisent également les plans d’épargne logement, dont la rémunération demeure relativement attractive.

En 2014, 55,8 % des salariés du secteur marchand non agricole, soit 8,7 millions de salariés, ont eu accès à au moins un dispositif de participation, d’intéressement ou d’ épargne salariale . Un peu plus de 6,8 millions de salariés ont ainsi bénéficié d’un complément de rémunération. Le plan d’épargne entreprise , qui couvre 46,1 % des salariés, demeure le plus répandu des dispositifs car il sert de principal support de versement des primes de participation et d’intéressement.

Tableaux et graphiques

Patrimoine national des secteurs institutionnels fin 2015

en milliards d'euros
Patrimoine national des secteurs institutionnels fin 2015
Ménages2 Sociétés non financières Sociétés financières Administrations publiques Ensemble de l'économie nationale
Actifs non financiers 7 288 4 295 263 1 926 13 772
Constructions et terrains 6 619 2 480 205 1 652 10 956
dont : logements 3 479 659 41 59 4 238
          autres bâtiments et génie civil 168 766 62 940 1 936
          terrains bâtis 2 972 1 055 102 653 4 782
Machines et équipements 41 511 15 33 600
Actifs financiers1 4 841 6 739 12 745 1 277 25 602
dont : numéraires et dépôts 1 379 529 3 252 130 5 290
          titres de créances 69 52 3 365 71 3 557
          crédits 30 1 196 2 936 119 4 281
          actions et parts de fonds d'investissement 1 353 3 956 2 348 540 8 197
          système d'assurance et de garanties 1 776 49 122 6 1 953
Passifs financiers1 1 437 8 906 12 470 2 937 25 750
dont : numéraires et dépôts 0 0 5 507 119 5 626
          titres de créances 0 605 1 492 2 068 4 165
          crédits 1 235 2 157 414 319 4 125
          actions et parts de fonds d'investissement 9 5 342 2 271 44 7 666
          système d'assurance et de garanties 0 0 1 977 0 1 977
Patrimoine financier net 3 404 -2 167 235 -1 659 -187
Patrimoine (ou valeur nette) 10 692 2 128 498 267 13 585
  • 1. Hors produits dérivés.
  • 2. Y c. entrepreneurs individuels et institutions sans but lucratif au service des ménages.
  • Sources : Banque de France ; Insee, comptes nationaux - base 2010.

Les dispositifs d'épargne salariale

Les dispositifs d'épargne salariale
2006 2010 2014
Participation
Montant brut distribué1 6 926 7 380 5 927
Nombre de bénéficiaires2 4 981 4 939 4 556
Montant moyen en euros 1 391 1 494 1 301
Intéressement
Montant brut distribué1 6 391 7 185 7 419
Nombre de bénéficiaires2 4 076 4 646 4 434
Montant moyen en euros 1 568 1 546 1 673
Plan d'épargne entreprise (PEE)
Montant brut distribué1 2 339 1 338 1 450
Nombre de bénéficiaires2 2 339 2 256 2 192
Montant moyen en euros 551 593 661
  • 1. En millions d'euros.
  • 2. En milliers.
  • Champ : France métropolitaine, entreprises de 10 salariés ou plus du secteur marchand non agricole, hors intérim et secteur domestique.
  • Source : Dares.

Taux d'épargne des ménages dans quelques pays de l'Union européenne

en %
Taux d'épargne des ménages dans quelques pays de l'Union européenne
2000 (r) 2005 (r) 2010 (r) 2015
Allemagne 15,2 16,2 16,8 17,0
Autriche 15,7 15,8 14,6 13,0
Belgique 15,9 14,8 14,9 11,7
Danemark 2,2 3,2 9,1 11,0
Espagne 10,5 9,3 10,1 8,2
Finlande 9,7 7,9 9,8 6,8
France 14,5 14,2 15,5 (p) 14,1
Hongrie 10,8 10,4 9,1 9,6
Italie 12,9 14,7 11,1 10,4
Pays-Bas 11,9 12,3 12,7 (p) 12,7
Portugal 10,5 9,2 9,2 4,4
Rép. tchèque 11,5 11,0 12,5 11,8
Royaume-Uni 9,0 6,5 11,0 6,1
Slovénie 13,2 15,6 13,2 14,8
UE 11,7 11,2 12,0 10,1
  • p : donnée provisoire.
  • r : données révisées.
  • Note : taux d'épargne en % du revenu disponible brut des ménages.
  • Source : Eurostat.

Taux d'épargne des ménages de 1950 à 2015

en %
Taux d'épargne des ménages de 1950 à 2015
Taux d'épargne Taux d'investissement en logement¹ Taux d'épargne financière²
1950 16,1 6,9 8,3
1951 15,9 7,9 6,7
1952 16,5 8,9 7,2
1953 14,8 9,2 5,7
1954 16,6 9,9 6,6
1955 17,6 10,7 7,2
1956 15,6 10,5 5,3
1957 16,6 11,2 5,0
1958 17,0 11,3 5,2
1959 15,9 11,3 4,3
1960 18,0 10,9 6,1
1961 17,2 11,7 5,7
1962 19,4 10,6 7,7
1963 18,6 11,4 6,5
1964 18,3 12,5 5,0
1965 19,0 13,0 5,0
1966 19,0 13,5 4,3
1967 19,5 13,6 5,2
1968 19,7 14,0 5,0
1969 18,3 14,0 3,6
1970 20,4 13,6 6,0
1971 20,3 14,0 6,0
1972 20,8 14,2 5,7
1973 20,9 14,9 5,4
1974 21,5 15,3 5,7
1975 22,3 13,9 8,3
1976 19,9 13,8 6,0
1977 20,1 13,3 6,5
1978 21,7 13,2 7,9
1979 19,7 13,6 5,8
1980 19,2 13,7 5,1
1981 18,9 12,7 6,3
1982 18,0 11,7 6,5
1983 17,2 11,1 6,2
1984 15,7 10,7 5,0
1985 14,7 10,0 4,8
1986 13,7 10,0 3,5
1987 12,0 10,3 1,2
1988 12,1 10,6 1,5
1989 12,5 11,0 1,2
1990 13,5 10,5 2,9
1991 14,3 9,6 4,3
1992 15,2 8,8 6,2
1993 15,8 8,3 7,2
1994 15,0 8,6 6,0
1995 15,7 8,5 7,0
1996 14,9 8,2 6,0
1997 15,9 8,4 7,1
1998 15,3 8,6 6,3
1999 15,0 9,1 6,4
2000 14,8 8,9 6,0
2001 15,3 8,8 6,2
2002 16,3 8,9 6,9
2003 15,6 9,2 5,9
2004 15,8 9,5 5,4
2005 14,5 9,9 4,1
2006 14,6 10,5 4,0
2007 15,1 10,7 4,4
2008 15,0 10,6 4,2
2009 16,2 9,1 7,1
2010 15,8 9,2 6,5
2011 15,6 9,3 6,1
2012 15,1 9,2 5,6
2013 14,3 9,1 5,0
2014 14,4 8,8 5,2
2015 14,5 8,6 5,5
  • 1. Rapport entre la formation brute de capital fixe des ménages et le revenu disponible brut.
  • 2. Rapport entre la capacité de financement des ménages et le revenu disponible brut.
  • Source : Insee, comptes nationaux - base 2010.

Taux d'épargne des ménages de 1950 à 2015

Taux de détention par grand type d'actifs en 2015

en % des ménages
Taux de détention par grand type d'actifs en 2015
Taux de détention
Patrimoine financier 90,1
Livrets d'épargne 85,6
Patrimoine immobilier 62,6
Ensemble assurance-vie, épargne retraite 43,8
Épargne-logement 31,9
Valeurs mobilières 16,2
  • Champ : ménages ordinaires.
  • Source : Insee, enquêtes Patrimoine 2014-2015.

Taux de détention par grand type d'actifs en 2015

Définitions

Administrations publiques (APU) : ensemble des unités institutionnelles dont la fonction principale est de produire des services non marchands ou d'effectuer des opérations de redistribution du revenu et des richesses nationales. Elles tirent la majeure partie de leurs ressources de contributions obligatoires. Le secteur des administrations publiques comprend les administrations publiques centrales, les administrations publiques locales et les administrations de sécurité sociale.

Épargne des ménages : part du revenu disponible (ou du revenu disponible ajusté) des ménages qui n'est pas utilisée en dépense de consommation finale (ou en consommation finale effective).

Épargne salariale : ensemble de dispositifs dont l’objectif est d’associer les salariés aux résultats de leur entreprise et de favoriser l’épargne collective et le développement des investissements des entreprises.

Fonds propres : les fonds propres des sociétés financières et non financières sont mesurés par différence entre la valeur de leurs actifs et celle de leurs passifs autres qu’en actions.

Indice du coût de la construction (ICC) : mesure chaque trimestre l'évolution des prix des bâtiments neufs à usage principal d'habitation. Il s'agit du prix TVA incluse, payé par les maîtres d'ouvrages aux entreprises de construction. Il s'attache exclusivement aux travaux de construction. Il exclut les prix et coûts liés au terrain (viabilisation, fondations spéciales...), ainsi que les honoraires, les frais de promotion et les frais financiers. Il ne couvre pas non plus les opérations d'entretien-amélioration. Il est utilisé en comptabilité nationale pour évaluer le partage volume-prix dans la construction.

Ménage : ensemble des occupants d’un même logement sans que ces personnes ne soient nécessairement unies par des liens de parenté (en cas de cohabitation, par exemple). Un ménage peut ne comprendre qu'une seule personne. Au sens du recensement de la population, les personnes vivant dans des habitations mobiles, les mariniers, les sans-abri, et les personnes vivant en communauté (foyers de travailleurs, maisons de retraite, résidences universitaires, maisons de détention...) sont considérées comme vivant hors ménage. Il y a égalité entre le nombre de ménages et le nombre de résidences principales. Dans les enquêtes auprès des ménages réalisées par l'Insee, depuis 2005, sont considérées comme formant un ménage l'ensemble des personnes (apparentées ou non) qui partagent de manière habituelle un même logement (que celui-ci soit ou non leur résidence principale) et qui ont un budget en commun. La résidence habituelle est le logement dans lequel on a l'habitude de vivre. Font donc partie du même ménage des personnes qui ont un budget commun, c'est-à-dire qui apportent des ressources servant à des dépenses faites pour la vie du ménage ou qui bénéficient simplement de ces dépenses. Dans la définition du budget commun, on ne tient pas compte des dépenses faites pour le logement et la participation occasionnelle à des dépenses communes ne suffit pas à former un budget commun. Le fait d’avoir plusieurs comptes en banque différents dans un ménage ne signifie pas faire budget à part. Depuis 2005, dans le cadre des enquêtes auprès des ménages, un logement peut donc comporter plusieurs ménages appelés encore « unités de vie ».

Patrimoine : différence entre la valeur des actifs (financiers et non financiers) et celle des passifs (par nature financiers). Les comptes de patrimoine de la comptabilité nationale recensent les actifs et passifs économiques, c’est-à-dire ceux sur lesquels des droits de propriété peuvent être exercés et qui peuvent procurer des avantages économiques à leurs propriétaires. Ils peuvent être financiers ou non financiers ; ces derniers peuvent être le résultat de processus de production ou avoir une origine naturelle.

Patrimoine national : se comprend comme le patrimoine des résidents sur le territoire national. Il repose sur la propriété d'actifs économiques susceptibles de faire l'objet de transactions. Il ne comprend pas les monuments historiques, par exemple.

Plan d’épargne entreprise (PEE) : permet aux salariés de se constituer une épargne sous la forme d'un portefeuille de valeurs mobilières, avec l’aide de leur entreprise. Bloquées pendant 5 ans minimum, les sommes détenues proviennent des versements volontaires des salariés et de l’abondement de l’entreprise. Le PEE peut également être alimenté par l’intéressement et la participation.

Produit intérieur net (PIN) : il s’obtient en déduisant du produit intérieur brut (PIB) la consommation de capital fixe, qui correspond au coût d’usure du capital au cours de la même période.

Sociétés financières : ensemble des sociétés et quasi-sociétés dont la fonction principale consiste à fournir des services d’intermédiation financière (banque et assurance) et/ou à exercer des activités financières auxiliaires.

Sociétés non financières (SNF) : ensemble des unités institutionnelles qui sont des producteurs marchands dont la fonction principale consiste à produire des biens et des services non financiers, et dont les opérations de répartition et les opérations financières sont séparées de celles de leurs propriétaires.

Taux d'épargne des ménages : rapport entre l'épargne des ménages et le revenu disponible brut (non ajusté).

Taux d’épargne financière : rapport entre la capacité de financement des ménages et le revenu disponible brut (non ajusté).

Taux d’intérêt : indique le prix à payer par un emprunteur pour disposer d’une somme d’argent. Par rapport au taux d’intérêt nominal, le taux d’intérêt réel tient compte des fluctuations de valeur de la monnaie. Les taux d’intérêt à court terme sont en général associés au bons du Trésor ou à des instruments comparables ayant une échéance à trois mois. Ils sont fixés par l’autorité monétaire (e.g. la Banque centrale européenne pour la zone euro). Les taux d’intérêt à long terme sont souvent associés aux obligations à 10 ans (des instruments dont l’échéance est à 5 ans ou 30 ans peuvent également entrer dans cette catégorie). L’Union européenne retient comme référence les bons du Trésor à 10 ans pour déterminer le taux d’intérêt à long terme. Le niveau des taux d’intérêt à long terme est déterminé par des mécanismes de marchés.

Taux d’investissement en logement : rapport entre la formation brute de capital fixe des ménages (hors entrepreneurs individuels) et le revenu disponible brut.