Tableaux de l'économie françaiseÉdition 2017

Les Tableaux de l'économie française s'adressent à tous ceux qui souhaitent disposer d'un aperçu rapide et actuel sur la situation économique, démographique et sociale de la France.

Insee Références
Paru le : 02/03/2017
Consulter
Sommaire

Emploi par âge

Insee Références
Paru le : 02/03/2017

Présentation

Le taux d’emploi des 15-64 ans s’établit en France métropolitaine à 64,3 % en 2015, soit une hausse de 0,1 point par rapport à 2014. Alors qu’il progressait avant la crise de 2008, le taux d’emploi a perdu 0,8 point entre 2008 et 2009, et a peu varié depuis. Cette stabilité masque cependant des dynamiques opposées entre les femmes et les hommes. Pour les femmes, le taux d’emploi augmente de 0,2 point par rapport à 2014 et de 1,3 point depuis 2010, tandis que pour les hommes, il diminue de 0,2 point sur un an et de 0,8 point sur cinq ans. En 2015, au sein des 15-64 ans, les hommes demeurent cependant plus fréquemment en emploi que les femmes (respectivement 67,5 % et 61,1 %).

Le taux d’emploi des seniors âgés de 50 à 64 ans s’élève à 59,7 % en 2015, gagnant 1,0 point par rapport à 2014. Il a été dynamique ces dernières années en lien avec des sorties plus tardives du marché du travail, dans un contexte de restriction d'accès aux dispositifs de cessation anticipée d'activité et de recul de l’âge de départ à la retraite : il a progressé de 5,7 points depuis 2010. Le taux d’emploi des 55-64 ans enregistre une hausse encore plus marquée (+ 1,8 point par rapport à 2014 et + 9,1 points depuis 2010) pour atteindre en France métropolitaine 48,8 % en 2015. Il reste cependant encore inférieur à la moyenne de l’Union européenne, qui se situe à 53,3 %, et bien en-deçà de celui de la Suède (74,5 %), de l'Allemagne (66,2 %), du Danemark (64,7 %) ou du Royaume-Uni (62,2 %).

Le taux d’emploi des 15-24 ans s’établit à 28,4 % en 2015. Il est stable depuis deux ans, après avoir perdu 3,0 points entre 2008 et 2013. Le taux d’emploi des 25-49 ans baisse régulièrement. À 79,9 % en 2015, il a perdu 0,4 point par rapport à 2014 et 2,2 points par rapport à 2010.

En 2015, 27 % des jeunes en emploi bénéficient d'un contrat aidé . L'alternance, et notamment l'apprentissage, est la forme d'emploi aidé la plus répandue chez les jeunes. La part des jeunes de moins de 26 ans parmi les nouveaux recrutements s'établit à 36 %, en baisse de 4,7 points en un an. Dans le secteur non marchand, les entrées moins importantes en emploi d’avenir , dispositif très ciblé sur les jeunes, ne sont pas compensées par des recrutements plus nombreux en contrats uniques d’insertion  - contrats d’accompagnement dans l’emploi (CUI-CAE) . Ainsi, la part des jeunes parmi les embauches sur contrat aidé dans le secteur non marchand chute de plus de 5 points par rapport à 2014. Dans le secteur marchand, les nouveaux contrats initiative emploi - starter (CIE - starter) compensent, en revanche, aisément la baisse des emplois d'avenir, permettant une hausse du nombre des nouveaux bénéficiaires de moins de 26 ans. Cependant, cette hausse est moins rapide que celle du nombre total des recrutements, ce qui, par rapport à 2014, conduit à une diminution de 5 points de la part des jeunes parmi les embauches sur contrat aidé dans le secteur marchand. Sur les contrats uniques d’insertion  - contrats initiative emploi (CUI-CIE) classiques, la part des seniors parmi les nouvelles embauches augmente très légèrement en 2015.

Tableaux et graphiques

Jeunes de moins de 26 ans dans les différents dispositifs de politique de l'emploi

en milliers
Jeunes de moins de 26 ans dans les différents dispositifs de politique de l'emploi
Au 31 décembre 2000 2014 (r) 2015 (p)
Alternance 579 562 568
Apprentissage 359 398 397
Contrats de professionnalisation 0 164 171
Contrats de qualification, d'orientation et d'adaptation 220 0 0
Emploi marchand hors alternance 77 25 42
Contrats uniques d’insertion - contrats initiative emploi (CUI-CIE)1 36 5 16
Emplois d'avenir marchands 0 20 26
Autres mesures2 41 0 0
Emploi non marchand 163 102 101
Contrats uniques d’insertion - contrats d’accompagnement dans l’emploi (CUI-CAE)3 0 29 30
Emplois d'avenir non marchands 0 73 71
Contrats-emploi solidarité 36 0 0
Contrats-emploi consolidé 10 0 0
Emplois jeunes 118 0 0
Total 820 689 711
Part des emplois aidés parmi les emplois occupés par les jeunes (en %) 30 27 27
  • p : données provisoires.
  • r : données révisées.
  • 1. Contrat initiative emploi (CIE) avant 2010.
  • 2. Exonérations de charges sociales pour les embauches de jeunes (Pactes et PAJ), exonérations de 25% et 50% à l’embauche de jeunes, primes à l’embauche dans l’artisanat, exonérations de 50% de charges sociales pour les embauches de chômeurs de longue durée.
  • 3. Contrats d’accompagnement dans l’emploi (CAE) avant 2010.
  • Champ : France métropolitaine, hors mesures d'abattement temps partiel, Accre et insertion par l'activité économique.
  • Source : Dares.

Statut des emplois par âge en 2015

en %
Statut des emplois par âge en 2015
15-24 ans 25-49 ans 50 ans ou plus Ensemble des 15 ans ou plus
Non salariés 2,2 10,3 16,7 11,5
Salariés 97,8 89,7 83,3 88,5
Intérimaires 6,2 2,3 0,9 2,2
Apprentis 16,1 0,2 0,0 1,4
Contrats à durée déterminée1 31,5 8,4 4,8 9,2
Contrats à durée indéterminée2 43,9 78,8 77,6 75,7
Total 100,0 100,0 100,0 100,0
Emploi total (en milliers) 2 054 16 160 7 630 25 844
  • 1. Y c. les emplois aidés.
  • 2. Y c. les emplois aidés, les salariés sans contrat, ainsi que les fonctionnaires stagiaires et les titulaires du secteur public.
  • Champ : France métropolitaine, population des ménages, personnes de 15 ans ou plus en emploi.
  • Source : Insee, enquête Emploi.

Taux de chômage selon le diplôme des personnes sorties de formation initiale depuis 1 à 4 ans

en %
Taux de chômage selon le diplôme des personnes sorties de formation initiale depuis 1 à 4 ans
2003 2005 2014 2015
Diplômés du Brevet ou non diplômés 33,4 38,2 53,0 51,4
Diplômés du 2e cycle du secondaire1 14,7 17,8 24,1 24,2
Diplômés du supérieur 10,0 9,5 11,6 11,6
Ensemble 15,2 16,6 20,1 19,9
  • 1. Comprend les diplômés de BEP, CAP, baccalauréat et équivalents.
  • Note : données rétropolées sur la période 2003-2012 suite au changement du questionnaire de l'enquête Emploi en 2013. Cette rétropolation ne permet pas de corriger d'éventuelles ruptures liées aux modifications du questionnement sur la formation.
  • Champ : France métropolitaine, population des ménages, personnes actives de 15 ans ou plus ayant terminé leurs études initiales depuis 1 à 4 ans.
  • Source : Insee, enquêtes Emploi.

Taux d'emploi par âge dans l'UE en 2015

en %
Taux d'emploi par âge dans l'UE en 2015
15 à 24 ans 25 à 54 ans 55 à 64 ans Ensemble
Allemagne 45,3 83,7 66,2 74,0
Autriche 51,3 83,5 46,3 71,1
Belgique 23,4 78,5 44,0 61,8
Bulgarie 20,3 76,1 53,0 62,9
Chypre 25,5 76,5 48,5 62,7
Croatie 19,0 72,2 39,0 55,8
Danemark 55,4 82,1 64,7 73,5
Espagne 17,9 69,4 46,9 57,8
Estonie 36,3 83,0 64,5 71,9
Finlande 40,5 80,0 60,0 68,5
France 27,8 79,4 48,6 63,8
Grèce 13,0 64,5 34,3 50,8
Hongrie 25,7 80,6 45,3 63,9
Irlande 28,7 74,1 55,6 63,3
Italie 15,6 68,2 48,2 56,3
Lettonie 34,5 79,2 59,4 68,1
Lituanie 28,3 81,6 60,4 67,2
Luxembourg 29,1 82,6 38,4 66,1
Malte 45,5 77,4 40,3 63,9
Pays-Bas 60,8 82,2 61,7 74,1
Pologne 26,0 79,5 44,3 62,9
Portugal 22,8 78,8 49,9 63,9
Rép. tchèque 28,4 84,5 55,5 70,2
Roumanie 24,5 77,4 41,1 61,4
Royaume-Uni 50,1 82,4 62,2 72,7
Slovaquie 23,3 78,1 47,0 62,7
Slovénie 29,6 82,9 36,6 65,2
Suède 43,9 85,6 74,5 75,5
UE 33,1 78,0 53,3 65,6
  • Champ : population des ménages, population des 15-64 ans.
  • Source : Eurostat, enquêtes sur les forces de travail.

Taux d'emploi par âge entre 1975 et 2015

en %
Taux d'emploi par âge entre 1975 et 2015
15-24 ans 25-49 ans 50-64 ans
1975 54,3 76,6 56,7
1976 53,3 77,2 56,5
1977 52,0 77,8 57,0
1978 50,8 78,0 56,2
1979 50,2 78,6 56,9
1980 48,5 79,0 57,1
1981 46,4 78,6 55,3
1982 45,8 78,9 52,3
1983 44,8 79,3 49,0
1984 41,8 79,1 46,8
1985 41,3 78,9 45,7
1986 41,4 79,2 45,6
1987 40,7 78,9 44,9
1988 38,9 79,1 44,9
1989 38,8 79,7 44,9
1990 37,3 80,1 44,6
1991 35,1 80,3 43,8
1992 34,0 79,9 43,1
1993 31,7 79,4 43,2
1994 29,8 79,1 43,4
1995 29,8 79,7 43,9
1996 29,0 79,6 45,1
1997 27,8 79,0 46,0
1998 28,3 79,5 46,7
1999 28,5 79,9 48,5
2000 31,0 80,9 49,5
2001 31,2 81,7 50,5
2002 31,3 81,8 51,8
2003 31,2 81,2 53,4
2004 30,6 81,2 53,6
2005 30,3 81,3 53,7
2006 30,0 81,7 53,3
2007 31,2 82,5 53,3
2008 31,4 83,6 53,2
2009 30,5 82,4 53,5
2010 30,1 82,1 54,0
2011 29,6 81,6 54,8
2012 28,6 81,0 56,9
2013 28,4 80,7 57,6
2014 28,4 80,3 58,7
2015 28,4 79,9 59,7
  • Champ : France métropolitaine, population des ménages.
  • Source : Insee, enquêtes Emploi.

Taux d'emploi par âge entre 1975 et 2015

Taux d'emploi des seniors entre 1975 et 2015

en %
Taux d'emploi des seniors entre 1975 et 2015
Hommes 55-59 ans Hommes 60-64 ans Femmes 55-59 ans Femmes 60-64 ans
1975 80,1 51,1 41,4 27,4
1976 79,6 45,9 41,3 26,1
1977 80,8 41,5 42,7 24,6
1978 78,4 37,1 42,4 21,6
1979 78,0 35,9 42,3 20,3
1980 76,2 36,4 42,5 20,9
1981 74,1 33,7 41,6 21,4
1982 69,0 32,7 39,5 19,3
1983 63,1 28,7 36,7 17,0
1984 59,8 26,2 36,5 15,6
1985 59,3 24,7 36,1 14,9
1986 60,0 22,4 35,9 15,0
1987 58,2 20,7 36,2 14,4
1988 58,9 19,9 36,9 14,6
1989 59,7 19,2 37,2 13,6
1990 59,4 17,3 37,5 13,0
1991 59,6 14,5 37,8 12,1
1992 60,1 13,5 37,5 11,5
1993 59,1 13,2 37,9 11,2
1994 58,0 12,6 38,3 11,4
1995 57,7 10,9 41,3 10,3
1996 58,0 11,1 39,8 11,5
1997 57,7 11,1 40,2 10,6
1998 57,2 10,5 38,3 10,5
1999 56,7 11,5 41,0 10,6
2000 56,2 10,7 42,2 10,1
2001 57,6 10,8 42,3 9,3
2002 60,0 12,2 44,6 11,1
2003 60,1 14,5 49,0 12,4
2004 60,2 14,7 49,6 12,4
2005 59,2 14,8 51,3 12,9
2006 58,1 15,2 51,5 13,6
2007 58,6 16,6 52,3 14,8
2008 59,1 18,2 53,8 14,4
2009 61,5 18,9 55,7 15,0
2010 64,4 19,1 57,2 16,6
2011 67,6 20,2 60,5 17,2
2012 71,3 23,5 63,5 19,7
2013 71,4 24,9 63,9 21,9
2014 71,4 25,4 65,3 24,9
2015 72,8 27,6 66,2 27,3
  • Champ : France métropolitaine, population des ménages.
  • Source : Insee, enquêtes Emploi.

Taux d'emploi des seniors entre 1975 et 2015

Définitions

Contrat aidé : contrat dérogatoire au droit commun pour lequel l’employeur bénéficie d’aides, sous forme de subventions à l’embauche, d’exonérations de certaines cotisations sociales ou d’aides à la formation. L’accès à ces contrats est réservé aux personnes rencontrant des difficultés particulières d’accès à l’emploi et leur nombre est piloté par les pouvoirs publics. Ils relèvent du secteur marchand (c'est le cas par exemple du contrat unique d’insertion marchand CUI-CIE) ou du secteur non marchand (par exemple le contrat unique d’insertion non marchand CUI-CAE). Dans le second cas, ils sont le plus souvent conclus par des associations, des collectivités territoriales ou des entreprises publiques.

Contrat d’accompagnement dans l’emploi (CAE) : voir Contrat unique d’insertion (CUI).

Contrat initiative emploi (CIE) : voir Contrat unique d’insertion (CUI).

Contrat initiative emploi – starter (CIE – starter) : voir Contrat unique d’insertion (CUI).

Contrat unique d’insertion (CUI) : entré en vigueur au 1er janvier 2010 en France métropolitaine et au 1er janvier 2011 dans les départements d'outre-mer, le contrat unique d'insertion a pour objet de faciliter l'insertion professionnelle des personnes sans emploi rencontrant des difficultés sociales et professionnelles d'accès à l'emploi et se décline sous deux formes : le CUI-Contrat Initiative Emploi (CUI-CIE) qui s'adresse aux employeurs du secteur marchand et ouvre droit à une aide financière sans exonération spécifique de cotisations sociales et le CUI-Contrat d'Accompagnement dans l'Emploi (CUI-CAE) qui s'adresse aux employeurs du secteur non marchand et ouvre droit à une aide financière et à une exonération spécifique de cotisations sociales. Le CUI succède au Contrat d'Accompagnement dans l'Emploi (CAE) dans le non-marchand et au Contrat Initiative Emploi (CIE) dans le marchand. Depuis le 1er avril 2015, ont été mis en place les les CIE – starter dans le secteur marchand ; bénéficiant d’une prise en charge majorée, ils sont réservés à des jeunes de moins de 30 ans en difficulté d’insertion professionnelle.

Emploi aidé : emploi bénéficiant d’une aide publique, hors dispositifs généraux et sectoriels. Ces aides prennent la forme de subventions à l’embauche et d’exonérations et ciblent des publics ou des territoires spécifiques.

Emploi au sens du BIT : les personnes en emploi au sens du BIT sont celles ayant effectué au moins une heure de travai rémunéré au cours d'une semaine dite de référence. Cette notion diffère de celle issue du recensement de la population qui concerne les personnes déclarant avoir un emploi. L’un des objectifs de l'enquête Emploi est précisément d’effectuer la mesure de l'emploi au sens du BIT, à partir de questions précises. Pour l’analyse conjoncturelle et la comptabilité nationale, la mesure de l’emploi est effectuée à l’aide des estimations d’emploi. Elles reposent sur l’exploitation de données administratives des personnes en emploi durant la dernière semaine du trimestre ou de l’année prise comme semaine de référence. Cette mesure vise à s’approcher le plus possible du concept BIT à partir de données administratives exhaustives sur l’emploi.

Emploi d’avenir : créés par la loi n° 2012-1189 du 26 octobre 2012 afin de proposer des solutions d’emploi aux jeunes sans emploi peu ou pas qualifiés, de leur ouvrir l’accès à une qualification et à une insertion professionnelle durable. Les emplois d’avenir sont ouverts aux jeunes sans emploi de 16 à 25 ans et aux personnes bénéficiant de la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) de moins de 30 ans :

    - soit s’ils ne détiennent aucun diplôme ;

    - soit s’ils sont titulaires d’un diplôme de niveau V (BEP ou CAP) et ont recherché un emploi pendant 6 mois au minimum au cours des 12 derniers mois ;

   - soit, à titre exceptionnel, s’ils ont au plus un niveau bac + 3 et ont recherché un emploi pendant 12 mois au minimum au cours des 18 derniers mois et résident dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville, dans une zone de revitalisation rurale (ZRR) ou dans un département d’outre-mer, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin ou à Saint-Pierre-et-Miquelon.

Les emplois d’avenir sont prioritairement des emplois à temps complet et sont conclus pour une durée indéterminée ou déterminée de 1 à 3 ans. Ils sont assortis d’une aide directe de l’État s’élevant dans le cas général à 75 % du Smic brut pour les employeurs du secteur non-marchand et à 35 % pour les employeurs du secteur marchand. Pour les entreprises d’insertion (EI) et les groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification (GEIQ), le taux est de 47 % du Smic brut. Par ailleurs, les employeurs bénéficient également d’une exonération des cotisations patronales.

Enquête Emploi : l'enquête Emploi est la seule source statistique qui permet de mesurer le statut d'activité (emploi, chômage, inactivité) au sens du Bureau international du travail (BIT). Depuis 2003, elle est réalisée en continu sur toutes les semaines de l'année.

Intérim : l'opération de « travail intérimaire » (ou « intérim » ou « travail temporaire ») consiste à mettre à disposition provisoire d'entreprises clientes, des salariés qui, en fonction d'une rémunération convenue, sont embauchés et rémunérés à cet effet par l'entreprise de travail intérimaire (ou entreprise de travail temporaire). Elle se caractérise donc par une relation triangulaire entre l'entreprise de travail temporaire, l'entreprise cliente et le salarié, et implique la conclusion de deux contrats : un contrat de mise à disposition (entre l'entreprise de travail temporaire et l'entreprise cliente) et un contrat de mission (entre l'entreprise de travail temporaire et le salarié). Les salariés qui travaillent en intérim sont qualifiés d'intérimaires.

Taux de chômage : rapport entre le nombre de chômeurs et le nombre d'actifs (actifs occupés et chômeurs).

Taux d’emploi : rapport entre le nombre de personnes ayant un emploi (actifs occupés) et le nombre total de personnes. Il peut être calculé sur l'ensemble de la population d'un pays, mais on se limite le plus souvent à la population en âge de travailler, généralement définie, en comparaison internationale, comme les personnes âgées de 15 à 64 ans.

Taux d’emploi sous-jacent (ou standardisé) : permet de gommer les poids démographiques inégaux des tranches d'âge inclus dans le taux d'emploi. Il est égal à la moyenne arithmétique des taux d'emploi par âge détaillé. Ainsi par exemple, le taux d'emploi sous-jacent permet d'avoir un taux d'emploi des seniors qui ne tient pas compte du fait que les générations du baby-boom arrivent progressivement à l'âge de la retraite et gonflent le poids des classes d'âges élevés.