Tableaux de l'économie françaiseÉdition 2017

Les Tableaux de l'économie française s'adressent à tous ceux qui souhaitent disposer d'un aperçu rapide et actuel sur la situation économique, démographique et sociale de la France.

Insee Références
Paru le : 02/03/2017
Consulter
Sommaire

Maladies - Accidents

Insee Références
Paru le : 02/03/2017

Présentation

Les principales causes des décès enregistrées en France métropolitaine en 2013 sont les tumeurs, devant les maladies de l’appareil circulatoire. Elles sont responsables de respectivement 29 % et 25 % des décès, tandis que les maladies de l’appareil respiratoire (autres que les tumeurs) et les morts violentes représentent chacune environ un décès sur quinze. Ces quatre groupes de maladies causent 67 % des décès. La répartition de la mortalité par grands groupes de pathologies évolue peu d’une année sur l’autre mais de manière relativement régulière. Toutefois, le poids relatif des maladies de l’appareil circulatoire recule. La hiérarchie des causes est différente chez les hommes et chez les femmes. Ainsi, les maladies de l’appareil circulatoire restent la première cause de mortalité chez les femmes, devant les tumeurs. C’est l’inverse chez les hommes. À âge égal, on observe une surmortalité masculine. En 2010, le taux standardisé de mortalité par maladies de l’appareil respiratoire était 1,6 fois plus élevé chez les hommes et le taux de mortalité par tumeur maligne 2 fois plus élevé.

En 2014, près de 10 millions de personnes affiliées au régime général de l’Assurance Maladie bénéficient du dispositif des affections de longue durée (ALD) , soit 16,4 % de la population. Les bénéficiaires ont en moyenne 62 ans. Toutefois, la prévalence augmente très fortement avec l’âge pour atteindre 75 % chez les personnes de plus de 90 ans. À partir de 50 ans, la prévalence est plus élevée chez l’homme que chez la femme. Tous âges confondus, la proportion de femmes est légèrement plus élevée (52 %), reflet essentiel des différences de structure d’âge et d’ espérance de vie à la naissance entre les sexes. Quatre pathologies représentent plus de 78 % des personnes exonérées au titre d’une affection sur liste en 2014 : l’ensemble des maladies cardio-neurovasculaires, le diabète, les tumeurs malignes et les affections psychiatriques de longue durée.

La consommation de services de prévention dite « institutionnelle », car financée ou organisée par des fonds et des programmes nationaux ou départementaux, s’élève à 5,9 milliards d’euros (Md€) en 2015, soit 3,7 Md€ pour la prévention individuelle et 2,2 Md€ pour la collective. La prévention individuelle se divise en deux parties : la prévention individuelle primaire visant à éviter l’apparition ou l’extension de maladies et la prévention individuelle secondaire concernant le dépistage des maladies avant leur développement. La prévention collective se compose de la prévention collective à visée comportementale et de la prévention collective à visée environnementale. La première comprend différents programmes pour informer et éduquer la population sur différentes thématiques (drogues, alcool, tabac, maladies infectieuses…), la seconde inclut en particulier l’hygiène du milieu et la lutte contre la pollution.

Tableaux et graphiques

Causes médicales de décès par sexe

en milliers
Causes médicales de décès par sexe
1990 2000 2013
Hommes Femmes Total Hommes Femmes Total Hommes Femmes Total
Tumeurs 85,9 55,4 141,3 89,6 59,8 149,4 92,0 67,7 159,7
Maladie de l’appareil circulatoire 78,8 94,9 173,7 74,8 86,6 161,3 64,2 74,7 138,9
Maladies de l’appareil respiratoire 19,8 18,2 38,0 18,3 17,3 35,6 19,0 17,8 36,8
Maladies du système nerveux et des organes des sens 5,4 5,9 11,3 8,7 11,3 20,0 13,5 21,6 35,0
Maladies de l’appareil digestif 14,4 12,6 27,0 12,5 11,1 23,7 12,1 10,4 22,4
Troubles mentaux et du comportement 5,5 7,4 12,9 7,0 10,3 17,3 9,0 13,1 22,2
Maladies endocriniennes, nutritionnelles et métaboliques 5,0 8,3 13,3 7,9 11,1 19,0 8,6 10,9 19,5
Maladies infectieuses et parasitaires 5,7 3,9 9,6 5,4 5,1 10,5 5,1 5,6 10,7
Maladies de l'appareil génito-urinaire 3,6 3,6 7,2 3,6 3,6 7,3 4,3 4,4 8,7
Autres maladies 18,3 23,4 41,7 18,5 25,3 43,8 30,9 35,4 66,3
Causes externes 28,6 19,0 47,6 24,4 16,5 40,9 21,3 14,6 35,9
dont suicides 8,1 3,2 11,4 7,9 2,9 10,8 7,2 2,4 9,6
Total 271,0 252,6 523,6 270,7 258,1 528,8 280,1 276,1 556,2
  • Champ : France métropolitaine, décés domiciliés.
  • Source : Inserm, CépiDC.

Insécurité routière

Insécurité routière
2005 2010 2015 15/14 en %
Accidents corporels 84 525 67 288 56 603 -2,7
Tués1 5 318 3 992 3 461 2,3
Blessés 108 076 84 461 70 802 -3,1
dont hospitalisés2 39 811 30 393 26 595 -0,2
  • 1. Décès survenus dans les 30 jours suivant l'accident.
  • 2. Victimes blessées dont l'état nécessite plus de 24 heures d'hospitalisation.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : ONISR.

Dépenses de prévention

en millions d'euros
Dépenses de prévention
2008 2014 (r) 2015
Prévention individuelle primaire 2 725 2 974 2 988
Vaccins 126 132 134
PMI - Planning familial1 677 673 662
Médecine du travail 1 464 1 619 1 632
Médecine scolaire 458 549 561
Prévention individuelle secondaire 633 667 659
dont : dépistage des tumeurs 172 179 172
         dépistage et lutte contre les maladies infectieuses 214 210 205
         examens de santé 176 184 185
Prévention collective 2 434 2 285 2 211
Prévention à visée comportementale 482 478 413
Prévention à visée environnementale 1 952 1 807 1 799
dont : hygiène du millieu2 519 558 573
         prévention des risques professionnels 245 246 238
         prévention et lutte contre la pollution 156 138 132
         observation, veille, recherche, règlements 296 312 325
         urgences et crises 97 40 25
         sécurité sanitaire de l'alimentation 638 512 506
Total des dépenses de prévention 5 792 5 925 5 859
  • r : données révisées.
  • 1. PMI : protection maternelle et infantile.
  • 2. Y c. lutte anti-vectorielle.
  • Source : Drees.

Répartition sectorielle des accidents de travail

en milliers de salariés
Répartition sectorielle des accidents de travail
2007 2015
Accidents du travail en 1er règlement en % Accidents du travail en 1er règlement en %
Métallurgie 78,2 10,9 50,9 8,1
BTP 131,3 18,2 91,8 14,7
Transports, EGE, etc. 96,0 13,3 93,7 15,0
Alimentation 121,0 16,8 110,3 17,7
Chimie, caoutchouc, plasturgie 15,4 2,1 10,5 1,7
Bois, ameublement, etc. 32,1 4,5 17,6 2,8
Commerce non alimentaire 58,5 8,1 49,7 8,0
Activités de services 187,7 26,1 200,1 32,0
Total 720,2 100,0 624,5 100,0
  • Champ : comités techniques nationaux, non compris bureaux, sièges sociaux et autres catégories professionnelles particulières.
  • Source : CNAMTS.

Prévalence des maladies dans les affections de longue durée en 2014

Prévalence des maladies dans les affections de longue durée en 2014
Au 31 décembre Taux de prévalence pour 100 000 personnes Part des hommes en % Part des femmes en %
Diabète de type 1 et 2 3 935 53 47
Tumeur maligne 3 348 45 55
Affections psychiatriques de longue durée 2 051 45 55
Maladie coronaire 1 805 70 30
Insuf. cardiaque, tr. du rythme, cardiopathies valvulaires, congénitales graves 1 551 51 49
Hypertension artérielle sévère 1 445 43 57
Artér. chr. avec manif. ischémiques 845 67 33
Accident vasculaire cérébral invalidant 636 52 48
Insuf. respiratoire chronique grave 633 51 49
Maladie d'Alzheimer et autres démences 521 27 73
  • Source : CNAMTS.

Victimes d'accidents de la route dans quelques pays de l'UE en 2014

en nombre de décès par million d'habitants
Victimes d'accidents de la route dans quelques pays de l'UE en 2014
Nombre de décès
Roumanie 91
Pologne 84
Croatie 73
Grèce (r) 73
Portugal (r) 61
Italie (r) 56
France 53
UE 51
Irlande (r) 42
Allemagne 42
Espagne 36
Danemark (r) 32
Royaume-Uni (r) 29
Suède (r) 28
  • r : données révisées.
  • Note : décès survenus dans les 30 jours suivant l'accident.
  • Source : Eurostat.

Victimes d'accidents de la route dans quelques pays de l'UE en 2014

Définitions

Accident corporel de la circulation : accident impliquant au moins un véhicule routier en mouvement, survenant sur une voie ouverte à la circulation publique, et dans lequel au moins une personne est blessée ou tuée. Sont exclus les actes volontaires (homicides volontaires, suicides) et les catastrophes naturelles. Sont comptées comme « tuées » les victimes d'accidents décédées sur le coup ou dans les trente jours qui suivent l'accident. Avant le 1er janvier 2005, le délai retenu n'était que de six jours. Sont comptées comme « blessées » les victimes d'accidents ayant subi un traumatisme nécessitant un traitement médical (avec ou sans hospitalisation). Le coefficient de passage estimant le nombre de tués à trente jours à partir du nombre de tués à six jours est de 1,057. Il est valable depuis 1993.

Accident du travail : accident survenu par le fait ou à l’occasion du travail à toute personne salariée ou travaillant, à quelque titre ou en quelque lieu que ce soit, pour un ou plusieurs employeurs ou chefs d’entreprise.

Affection de longue durée (ALD) : maladie qui nécessite des soins prolongés et des traitements particulièrement coûteux. Elle donne droit à exonération du ticket modérateur pour tous les actes en rapport avec elle (prise en charge à 100 % des dépenses liées à ces soins et traitements).

Cause de décès : les statistiques sont élaborées à partir de la confrontation des certificats médicaux de décès adressés à l'Inserm par les Directions de la cohésion sociale et de la protection des populations, avec les données sociodémographiques, transmises par l'Insee. Toute déclaration de décès est en principe accompagnée par la déclaration de la cause de décès dressée sur bulletin anonyme. Celle-ci est codée selon les règles de classification internationale des maladies. L'importance de certaines maladies, qui peuvent être « impliquées » dans le décès sans être considérées comme la cause immédiate de celui-ci, est sous-estimée : c'est le cas des maladies circulatoires, de l'alcoolisme et du tabagisme.

Dépense de prévention : dans le cadre des Comptes nationaux de la santé, le champ des dépenses de prévention est restreint aux dépenses affectées à des programmes ou des institutions spécifiques. Une part non négligeable de la prévention échappe à cette estimation : les actes réalisés en pratique quotidienne par les professionnels de santé (examens systématiques, frottis de dépistage…) et les actions de prévention organisées en dehors du système de santé (prévention routière, protection de l’environnement…).

Espérance de vie à la naissance : l’espérance de vie à la naissance ou espérance de vie, représente la durée de vie moyenne - autrement dit l'âge moyen au décès - d'une génération fictive soumise aux conditions de mortalité de l'année. Elle caractérise la mortalité indépendamment de la structure par âge.

Inserm : l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) est le seul organisme public français entièrement dédié à la recherche biologique, médicale et sur la santé des populations. Ses chercheurs ont pour vocation l'étude de toutes les maladies humaines des plus fréquentes aux plus rares.

Morts violentes : causes externes de décès dans la classification internationale des maladies (CIM 10).

Prévalence : pour une affection donnée, elle est calculée en rapportant à la population totale, le nombre de cas de maladies présents à un moment donné dans une population (que le diagnostic ait été porté anciennement ou récemment). La prévalence est une proportion qui s'exprime généralement en pourcentage.

Taux de mortalité standardisé : taux de mortalité d’une population présentant une distribution standard par âge. Il permet la comparaison entre périodes et entre pays, ces taux visant à chiffrer les décès indépendamment des différences entre les pyramides des âges des populations.

Vaccins : seuls les vaccins financés par les collectivités locales et le fonds national de prévention d'éducation et d'information sanitaires (FNPEIS) font partie de la prévention au sens des Comptes de la santé ; le solde, financé par l’assurance maladie et les ménages, est inclus dans la consommation de soins et de biens médicaux (CSBM).