Entre 2010 et 2015, les inégalités de patrimoine se réduisent légèrement

Aline Ferrante, David Guillas, Rosalinda Solotareff, division Revenus et patrimoine des ménages, Insee

Début 2015, la moitié des ménages vivant en France possèdent plus de 158 000 euros de patrimoine brut et concentrent 92 % des avoirs patrimoniaux des ménages. Les 10 % les mieux dotés disposent d’au moins 595 700 euros de patrimoine brut et détiennent près de la moitié de la masse totale de celui-ci. Les 1 % des ménages les plus aisés en matière de patrimoine possèdent chacun plus de 1,95 million d’euros d’actifs. À l’opposé, les 10 % de ménages les moins dotés détiennent chacun moins de 4 300 euros de patrimoine et collectivement moins de 0,1 % de la masse totale. Le montant des actifs accumulés varie selon la position des membres des ménages dans le cycle de vie, mais aussi selon leur catégorie socioprofessionnelle : détenteurs d’actifs professionnels, les ménages d’indépendants ont en moyenne un patrimoine plus élevé que les ménages de salariés.

Entre début 2010 et 2015, en excluant le patrimoine relatif aux véhicules, à l’équipement de la maison, aux bijoux et aux œuvres d’art, les inégalités globales de patrimoine mesurées par l’indice de Gini ont légèrement diminué. Elles se sont cependant accentuées parmi les ménages les plus modestes.

Les ménages les plus jeunes ont su profiter de taux bas pour accéder à la propriété : le poids de l’immobilier a ainsi augmenté de 6 points en cinq ans pour atteindre, début 2015, 70 % de la valeur de leur patrimoine privé brut (hors biens durables et de valeur).

Publications grand public
Insee Première – No 1621
Paru le : 07/11/2016

Des inégalités de patrimoine beaucoup plus marquées que celles des revenus

Début 2015, la moitié des ménages vivant en France déclarent un patrimoine brut supérieur à 158 000 euros (figure 1). Les 10 % de ménages les mieux dotés en patrimoine (D9) possèdent au minimum 595 700 euros d’actifs, alors que les 10 % les plus modestes (D1) en détiennent au maximum 4 300 euros chacun, soit 139 fois moins. Les inégalités de patrimoine sont beaucoup plus marquées que celles des revenus. À titre de comparaison, en 2014, le revenu maximal des 10 % de ménages les plus modestes est 4,6 fois moins élevé que le revenu minimum des 10 % les plus aisés.

Les 10 % de ménages les mieux dotés concentrent 47 % de la masse de patrimoine brut de l’ensemble des ménages alors que les 10 % de ménages aux revenus les plus importants détiennent 26 % de la masse totale des revenus disponibles. Les 5 % les mieux dotés en patrimoine en disposent à eux seuls de 33 % et les 1 % en rassemblent 16 % (figure 2). Les ménages de ce dernier centile possèdent chacun au moins 1 953 000 euros de patrimoine brut. À l’opposé, la moitié des ménages les moins dotés détiennent 8 % du patrimoine brut, et les 10 % les plus modestes seulement 0,07 %.

Figure 1 – Montants de patrimoines brut et net début 2015

en euros
Montants de patrimoines brut et net début 2015
Patrimoine brut Patrimoine net
Moyen Médian D9 D1 Moyen Médian D9 D1
Âge de la personne de référence du ménage
Moins de 30 ans 61 500 17 300 191 700 2 400 37 400 14 100 90 200 1 200
De 30 à 39 ans 191 400 137 100 437 800 3 600 121 800 57 100 304 300 2 400
De 40 à 49 ans 283 400 186 600 625 700 4 000 225 700 113 200 500 100 2 200
De 50 à 59 ans 327 200 204 700 750 300 4 300 291 400 172 400 672 000 2 700
De 60 à 69 ans 354 100 219 400 726 100 7 200 340 600 211 800 696 200 6 100
70 ans et plus 287 900 157 000 616 400 7 000 286 100 157 000 610 000 7 000
Catégorie socioprofessionnelle de la personne de référence du ménage
Agriculteur 1 040 000 599 900 1 711 000 172 600 920 200 510 500 1 292 000 125 700
Artisan, commerçant, chef d'entreprise 574 700 293 700 1 150 000 17 100 491 100 218 500 980 200 12 900
Profession libérale 749 500 497 700 1 619 000 74 100 615 100 377 900 1 447 000 34 000
Cadre 392 100 299 700 826 600 19 000 313 900 204 600 711 900 13 300
Profession intermédiaire 221 400 183 200 461 600 7 800 167 800 88 600 404 500 4 300
Employé 123 300 29 300 326 200 2 300 98 100 24 800 279 700 1 600
Ouvrier qualifié 134 400 99 700 301 600 3 300 100 000 42 000 263 500 2 200
Ouvrier non qualifié 90 100 20 200 243 300 1 400 72 400 16 400 223 500 1 100
Retraité ancien agriculteur 373 600 177 500 671 000 43 600 369 300 177 500 653 700 43 600
Retraité ancien artisan, commerçant, chef d'entreprise 475 000 253 000 953 700 14 800 464 600 250 700 937 300 12 100
Retraité ancien cadre ou prof. libérale 583 200 407 200 1 072 000 97 400 574 400 396 100 1 072 000 94 400
Retraité ancien salarié 210 200 149 600 449 300 4 100 205 600 145 300 443 600 3 800
Autre inactif 103 800 6 900 241 000 800 100 500 6 500 238 900 400
Type de ménage
Personne seule 173 800 73 100 396 500 2 400 162 000 63 900 368 000 1 800
Famille monoparentale 134 600 20 000 353 000 1 600 113 500 15 600 274 800 800
Couple sans enfant 352 700 233 600 718 900 14 300 328 700 212 600 689 300 12 000
Couple avec enfant(s) 358 900 236 200 744 300 10 300 283 800 145 900 602 300 6 500
Autres cas 250 900 112 400 492 700 2 700 233 000 92 600 491 600 2 300
Ensemble 269 100 158 000 595 700 4 300 235 900 113 900 534 800 3 000
  • Note : D1 (1er décile) : 10 % des ménages ont moins ; D9 (9e décile) : 10 % des ménages ont plus ; Médian : 50 % des ménages ont moins, 50 % ont plus.
  • Lecture : début 2015, les ménages dont la personne de référence est âgée de moins de 30 ans détiennent en moyenne 61 500 euros de patrimoine brut. Par ailleurs, 10 % des ménages dont la personne de référence est âgée de moins de 30 ans ont un patrimoine net supérieur à 90 200 euros. Le patrimoine net correspond au patrimoine brut, dont on a déduit les éventuels emprunts privés et/ou professionnels encore en cours.
  • Champ : ménages ordinaires résidant en France, y compris DOM (hors Mayotte).
  • Source : Insee, enquête Patrimoine 2014-15.

Figure 2 – Répartition de la masse totale de patrimoine brut entre les ménages début 2015

en %
Répartition de la masse totale de patrimoine brut entre les ménages début 2015
Part dans l'ensemble des ménages Part de la masse de patrimoine brut total détenue
Les 1 % les mieux dotés 1 16
Les 5 % les mieux dotés 5 33
Les 10 % les mieux dotés 10 47
Les 50 % les mieux dotés 50 92
  • Lecture : début 2015, les 10 % de ménages les mieux dotés en patrimoine détiennent 47 % de la masse totale de patrimoine brut, tandis que le reste des ménages détient 53 % de la masse totale.
  • Champ : ménages ordinaires résidant en France, y compris DOM (hors Mayotte).
  • Source : Insee, enquête Patrimoine 2014-15.

Figure 2 – Répartition de la masse totale de patrimoine brut entre les ménages début 2015

L’immobilier reste la composante la plus importante du patrimoine brut

Début 2015, le patrimoine brut des ménages est, comme début 2010, principalement constitué de biens immobiliers (61 %). Pour la moitié des ménages détenteurs, l’immobilier représente plus de 80 % de leur patrimoine brut total. La résidence principale est la composante essentielle du patrimoine immobilier brut : elle représente 85 % de la valeur des biens immobiliers des ménages en détenant. En France, près de six ménages sur dix sont propriétaires ou accédants à la propriété de leur résidence principale. Cependant, seul un quart des ménages faisant partie des 50 % les moins bien dotés en patrimoine sont dans ce cas, contre la quasi-totalité (95 %) des 10 % des ménages les plus riches. Les propriétaires et accédants de leur résidence principale disposent d’un patrimoine brut dont le montant moyen est 7,5 fois plus élevé que celui des locataires et des personnes logées gratuitement.

Néanmoins, plus d’un tiers des ménages propriétaires sont accédants et doivent encore rembourser des emprunts. Une fois déduit l’endettement, l’écart entre le patrimoine net moyen des propriétaires occupants et celui des locataires (ou logés gratuitement) est plus faible, notamment pour les ménages les plus jeunes. Ainsi, chez les moins de 30 ans, cet écart chute de 7 à 3,9 quand on passe du patrimoine brut au patrimoine net. Pour ces jeunes ménages, cet écart, même réduit, reste cependant important : pour accéder à la propriété, il faut présenter une situation suffisamment solide en matière de revenus et d’emploi, mais aussi disposer d’un apport personnel. Pour les ménages dont la personne de référence est âgée de 70 ans ou plus, le patrimoine brut, comme le patrimoine net, est en moyenne 6,4 fois plus élevé pour les propriétaires que pour les non-propriétaires : à ces âges, la plupart des ménages propriétaires ont en effet terminé de rembourser leurs éventuels emprunts.

Jusqu’à 70 ans, le montant du patrimoine augmente avec l’âge, puis décroît ensuite

De manière générale, le montant du patrimoine détenu par les ménages, brut comme net, croît avec l’âge de la personne de référence jusqu’à 70 ans, puis décroît ensuite. Ainsi, le patrimoine net moyen passe de 37 400 euros pour les ménages dont la personne de référence a moins de 30 ans à 340 600 euros pour les ménages dont la personne de référence a entre 60 ans et 69 ans, pour retomber à 286 100 euros pour les ménages les plus âgés (figure 1). Le patrimoine suit généralement une logique d’accumulation avec l’âge puis de désaccumulation au moins partielle. Le profil d’accumulation peut être affecté par de nombreux événements professionnels et familiaux, comme les héritages et les donations reçues. Les ménages bénéficiaires de ces transmissions disposent généralement d’un patrimoine plus élevé : pour la moitié d’entre eux, il s’élève à plus de 242 900 euros contre 72 100 euros pour la moitié de ceux qui n’en ont pas bénéficié.

Un patrimoine plus important et plus diversifié pour les indépendants que pour les salariés

Au-delà des effets d’âge et de revenus, les logiques d’accumulation patrimoniale et les motifs d’épargne (investissement, précaution, etc.) diffèrent nettement entre salariés et non-salariés. Les ménages dont la personne de référence ou son conjoint est un indépendant (actif ou retraité) possèdent ainsi un patrimoine brut en moyenne beaucoup plus élevé que celui du reste de la population, respectivement 574 900 euros contre 210 800 euros début 2015.

L’effort d’épargne destiné à financer des investissements professionnels est souvent important pour les ménages d’indépendants en activité : en moyenne, 32 % de leur patrimoine brut est composé d’actifs professionnels, pour la plupart (86 % de la valeur totale de ces actifs) directement liés à leur activité. Ils s’en défont au moment du passage à la retraite, notamment par le biais de donations dans le cadre familial : la part du patrimoine professionnel dans le patrimoine brut des ménages d’indépendants retirés des affaires ou retraités n’est plus que de 10 %. La majorité de ce patrimoine est alors non exploité professionnellement (81 %). De fait, alors que le patrimoine brut moyen des ménages d’indépendants en activité (623 000 euros début 2015) est très supérieur à celui de la plupart des ménages de salariés actifs (190 600 euros), l’écart est légèrement moindre parmi les retraités : les ménages d’anciens indépendants détiennent en moyenne 481 600 euros de patrimoine brut et les ménages non indépendants où la personne de référence est anciennement salariée 254 100 euros. Par ailleurs, exposés à des fluctuations de revenus plus fortes que les salariés et bénéficiant de droits à la retraite plus restreints, les ménages d’indépendants, notamment en activité, sont plus enclins à épargner. Ainsi, 13 % d’entre eux (et 10 % de ceux retirés des affaires ou retraités), contre 5 % des autres ménages, détiennent un patrimoine privé diversifié. Ce patrimoine est alors composé à la fois d’au moins un livret d’épargne, d’un produit d’épargne-logement, d’un produit d’assurance-vie ou d’épargne retraite, d’un bien immobilier et de valeurs mobilières.

Parmi les ménages non indépendants de salariés en activité, les inégalités de patrimoine sont, comme les disparités salariales, très marquées entre catégories socioprofessionnelles : le patrimoine brut moyen des cadres est ainsi 4 fois supérieur à celui des ouvriers non qualifiés.

Les inégalités de patrimoine baissent peu mais s’accentuent parmi les ménages modestes

À champ comparable (encadré), les ménages vivant en France détiennent en moyenne, début 2015, 248 000 euros de patrimoine brut hors reste, i. e. hors véhicules, équipements de la maison, bijoux et œuvres d’art (+ 0,5 % en euros courants par rapport à début 2010). La moitié d’entre eux déclarent un montant total d’actifs hors reste supérieur à 144 600 euros, seuil en hausse de 2,5 % en euros courants.

Les inégalités de patrimoine brut hors reste baissent très légèrement : l’indice de Gini s’établit début 2015 à 0,653 contre 0,662 début 2010. D’une part, la concentration du patrimoine détenu par les ménages du dernier décile (D9) s’est réduite. En particulier, la part de la masse totale de patrimoine brut hors reste détenue par les 1 % de ménages les mieux dotés a décru de 1,5 point depuis début 2010. D’autre part, les inégalités se sont également réduites parmi les ménages dont le patrimoine brut hors reste est supérieur au premier quartile (Q1) mais inférieur à la valeur médiane (Q2). Le rapport interquartile Q2/Q1 a ainsi diminué de 22 %.

Cependant, la situation relative des ménages en bas de l’échelle des patrimoines s’est détériorée entre début 2010 et 2015. Le patrimoine moyen des 10 % de ménages les moins dotés, presque intégralement constitué de comptes-chèques et de livrets d’épargne réglementée, a en effet fortement diminué depuis début 2010 (- 30,2 %). Leur montant est ainsi passé de 250 euros en 2010 à 150 euros en 2015 pour les comptes-chèques (évalués le 15 du mois), et de 110 euros à 90 euros pour les livrets d’épargne réglementée. Au total, le rapport interdécile D9/D1 a augmenté d’un tiers sur la période. Par ailleurs, au sein de ces 10 % de ménages les moins dotés, l’inégalité patrimoniale s’est fortement accentuée avec un indice de Gini progressant de 0,523 à 0,684 entre début 2010 et 2015.

Progression de l’immobilier chez les ménages les plus jeunes

Début 2015, la composition moyenne du montant de patrimoine privé brut des ménages (hors biens durables, objets de valeur et œuvres d’art) reste identique à celle de début 2010 : un quart d’actifs financiers et trois quarts d’actifs immobiliers. De manière générale, jusqu’à 60 ans, la part du patrimoine immobilier croît avec l’âge de la personne de référence puis décroît ensuite (figure 3). Le poids de l’endettement immobilier est maximal parmi les ménages les plus jeunes et diminue progressivement avec l’âge. Jusqu’à 50 ans, il est essentiellement lié à l’acquisition de la résidence principale ; par la suite, il concerne également l’achat d’autres biens immobiliers.

Entre début 2010 et 2015, à la faveur d’un contexte de taux bas qui a encouragé le recours à l’emprunt, le poids des dettes de nature immobilière (principalement liées à l’acquisition de la résidence principale) a augmenté en moyenne de près de 2 points pour atteindre 12,5 % de la valeur du patrimoine privé brut des ménages. Ainsi, début 2015, ces dettes représentent 17 % du patrimoine immobilier brut des ménages (+ 2,5 points en cinq ans). Sur la période, le nombre d’accessions à la propriété a en effet progressé parmi les ménages les plus jeunes : la part de propriétaires accédants de leur résidence principale, stable dans l’ensemble de la population, a augmenté de 4,2 points chez les moins de 30 ans pour atteindre 14,6 % début 2015. À cette date, 70 % du patrimoine privé brut de ces jeunes ménages est d’ordre immobilier (contre 64 % début 2010). Les deux tiers de la valeur de leurs biens immobiliers restant à rembourser, le poids de cet endettement dans leur patrimoine privé brut a progressé de près de 9 points entre début 2010 et 2015 pour atteindre 46 %. Pour autant, la valeur de leur patrimoine immobilier net est stable, tout comme pour l’ensemble des ménages.

Figure 3 – Montants des grandes composantes de patrimoine brut début 2015

en euros
Montants des grandes composantes de patrimoine brut début 2015
Patrimoine financier Patrimoine immobilier* Patrimoine professionnel*
Moyen Médian D9 D1 Moyen Médian D9 D1 Moyen Médian D9 D1
Âge de la personne de référence du ménage
Moins de 30 ans 14 500 4 900 33 900 300 33 100 0 146 800 0 3 500 0 0 0
De 30 à 39 ans 26 900 7 500 61 900 400 128 500 82 700 300 500 0 17 900 0 11 300 0
De 40 à 49 ans 38 700 10 400 99 400 300 171 300 136 500 411 300 0 53 600 0 40 000 0
De 50 à 59 ans 63 500 11 800 128 400 300 202 900 146 000 480 000 0 38 600 0 48 500 0
De 60 à 69 ans 80 300 18 600 153 400 500 216 400 159 000 484 500 0 31 800 0 9 600 0
70 ans et plus 82 700 19 500 163 600 700 167 100 107 000 392 400 0 13 700 0 2 100 0
Catégorie socioprofessionnelle de la personne de référence du ménage
Agriculteur 83 900 44 000 203 200 2 300 265 300 187 300 547 200 0 664 100 263 100 874 500 30 000
Artisan, commerçant, chef d'entreprise 119 600 14 900 185 300 500 276 100 192 000 653 900 0 147 300 26 300 338 800 0
Profession libérale 201 700 71 600 464 600 3 700 410 300 296 000 905 800 0 107 600 0 323 700 0
Cadre 77 100 31 100 168 400 3 400 276 500 222 000 643 300 0 12 900 0 2 600 0
Profession intermédiaire 36 200 13 600 75 200 900 155 000 138 500 345 600 0 9 600 0 600 0
Employé 17 600 3 800 42 700 200 79 800 0 241 400 0 11 900 0 0 0
Ouvrier qualifié 14 600 4 100 36 300 300 101 700 65 000 243 700 0 2 300 0 0 0
Ouvrier non qualifié 13 200 2 200 30 300 100 61 500 0 200 000 0 2 500 0 0 0
Retraité ancien agriculteur 100 100 23 700 140 100 2 600 154 900 100 000 358 900 0 103 400 0 127 700 0
Retraité ancien artisan, commerçant, chef d'entreprise 132 900 28 000 320 100 900 261 600 166 900 570 000 0 51 600 0 28 400 0
Retraité ancien cadre ou prof. libérale 164 700 58 000 369 700 4 000 351 700 262 400 762 800 0 14 200 0 1 600 0
Retraité ancien salarié 47 700 13 300 104 700 400 137 700 106 800 309 800 0 5 900 0 0 0
Autre inactif 33 600 1 300 34 900 100 58 700 0 168 900 0 3 800 0 0 0
Type de ménage
Personne seule 46 600 8 600 96 300 300 100 400 26 800 258 500 0 13 300 0 0 0
Famille monoparentale 23 600 2 400 44 000 200 82 000 0 255 500 0 16 200 0 0 0
Couple sans enfant 78 600 21 200 157 300 1 000 221 200 170 000 475 900 0 23 800 0 25 000 0
Couple avec enfant(s) 54 900 13 000 107 200 600 220 700 178 600 490 500 0 57 500 0 62 700 0
Autres cas 55 100 8 800 95 100 300 152 700 62 600 374 600 0 21 600 0 17 100 0
Ensemble 55 300 11 600 109 000 400 164 200 111 000 397 100 0 28 500 0 11 700 0
  • * Il s'agit du montant du patrimoine immobilier (resp. professionnel), dont on n'a pas déduit les éventuels emprunts en cours liés à l'acquisition d'un bien immobilier (resp. professionnel).
  • Note : D1 (1er décile) : 10 % des ménages ont moins ; D9 (9e décile) : 10 % des ménages ont plus ; Médian : 50 % des ménages ont moins, 50 % ont plus.
  • Lecture : début 2015, 10 % des personnes seules ont un patrimoine immobilier supérieur à 258 500 euros.
  • Champ : ménages ordinaires résidant en France, y compris DOM (hors Mayotte).
  • Source : Insee, enquête Patrimoine 2014-15.

Encadré

Une meilleure prise en compte des biens durables et des objets de valeur détenus par les ménages

Dans l’édition 2014-15 de l’enquête Patrimoine, la méthode utilisée par l’édition précédente (2009-10) pour mesurer la valeur des biens durables, des bijoux et des œuvres d’art détenus par les ménages a été modifiée. Ce changement est intervenu afin de satisfaire les objectifs d’harmonisation des questionnements poursuivis par le dispositif européen HFCS (sources). En particulier, plutôt que d’évaluer l’ensemble de la composante « reste des actifs » par la différence entre le patrimoine total déclaré par les ménages et les composantes financière, immobilière et professionnelle, l’enquête intègre désormais une évaluation spécifique de ces actifs restants : voitures, autres véhicules possédés et autres types d’actifs restants.

Cette évolution a eu pour effet d’augmenter de manière significative la part de la composante « reste des actifs » dans le total des actifs déclarés par les ménages (de 4,7 % à 7,8 %) d’une enquête à l’autre, notamment parmi les ménages les plus modestes pour lesquels ce type de patrimoine a un poids particulièrement important : début 2015, les 10 % de ménages aux plus faibles patrimoines (D1) possèdent au maximum 4 300 euros si on inclut les véhicules, l’équipement de la maison, les bijoux et les œuvres d’art (respectivement 2 700 euros début 2010) contre 700 euros sinon (respectivement 900 euros).

Ainsi, les nouveaux indicateurs issus de l’enquête Patrimoine 2014-15 ne sont pas directement comparables à ceux des précédentes éditions et notamment à ceux de 2009-10. Cependant, en restreignant l’analyse du patrimoine à ses seules composantes immobilière, financière et professionnelle, il est possible de préserver la comparabilité des indicateurs d’inégalités et d’étudier l’évolution du patrimoine sur la période 2010-2015. Il sera dénommé ainsi « patrimoine brut hors reste ».

Sources

Les enquêtes Patrimoine de l’Insee permettent depuis 1986 de décrire les biens immobiliers, financiers et professionnels des ménages ainsi que leur endettement et leurs parcours familial et professionnel. Depuis l’édition 2009-10, l’enquête permet également d’évaluer la valeur de leurs véhicules, biens durables, bijoux et œuvres d’art ; les hauts patrimoines sont surreprésentés dans l’échantillon et les départements d’outre-mer (DOM, hors Mayotte) ont été intégrés au champ de l’enquête. La dernière édition 2014-15 a été réalisée d’octobre 2014 à février 2015 auprès d’un échantillon d’environ 20 000 ménages ordinaires, représentatif de la France entière. Un peu plus de 12 000 ménages y ont répondu. Les données ici présentées sont fondées sur les réponses de ces ménages, avant calage sur les masses des comptes de patrimoine de la comptabilité nationale. Deux organismes publics ont cofinancé la réalisation de l’enquête : la Banque de France et la Caisse des dépôts et consignations. L’enquête s’inscrit désormais dans un cadre européen ; en partenariat avec la Banque de France, l’Insee produit les données de l’enquête Patrimoine qui servent à renseigner la partie française du Household Finance and Consumption Survey (HFCS), dispositif d’harmonisation des enquêtes sur le patrimoine piloté par la Banque centrale européenne.

Définitions

Patrimoine brut : il s’agit du montant total des actifs détenus par un ménage incluant la résidence principale, les éventuelles résidences secondaires, l’immobilier de rapport - c’est-à-dire rapportant un revenu foncier -, les actifs financiers du ménage, et les actifs professionnels lorsque le ménage a une activité d’indépendant à titre principal ou secondaire. Il inclut également les biens durables (voiture, équipement de la maison, etc.), les bijoux, les œuvres d’art et autres objets de valeur, soit tout ce qui relève du patrimoine matériel, négociable et transmissible. Le patrimoine brut médian, qui partage la population en deux, est tel que la moitié des personnes détiennent un patrimoine inférieur et l’autre moitié un patrimoine supérieur.

Patrimoine net : il s’agit du patrimoine du ménage net de l’endettement, soit le patrimoine brut, duquel ont été retranchées les sommes restant dues par le ménage au titre des emprunts qu’il a contractés pour des motifs privés (achat d’un bien immobilier, crédit à la consommation) et/ou professionnels.

Patrimoine professionnel : il s’agit de l’ensemble des actifs professionnels détenus par un ménage (terres, machines, bâtiments, cheptel, stocks, etc.), que ce dernier les exploite dans le cadre de son activité professionnelle ou pas. Dans ce dernier cas, les biens sont en général mis en location et deviennent des actifs de rapport. Si le ménage n’est propriétaire que d’une partie d’un actif professionnel, seule la part lui revenant en cas de vente est incluse dans son patrimoine professionnel.

Indice de Gini : il permet de mesurer le degré d’inégalité de la distribution des patrimoines pour une population donnée. Il varie entre 0 et 1, la valeur 0 correspondant à l’égalité parfaite (tout le monde a le même patrimoine), la valeur 1 à l’inégalité extrême (une personne a tout le patrimoine, les autres n’ayant rien).

Rapport interdécile D9/D1 (resp. le rapport interquartile Q2/Q1) : il s’agit du rapport entre le seuil de patrimoine au-dessus duquel on appartient aux 10 % (resp. 50 %) des ménages les mieux dotés et le seuil de patrimoine au-dessous duquel on appartient aux 10 % (resp. 25 %) des ménages les moins dotés.

Pour en savoir plus

« Rapport annuel 2015 », Observatoire de l’épargne réglementée, juillet 2016.

Accardo J., Coppoletta-Solotareff R., Ferrante A., Romani M., « La détention d’actifs patrimoniaux début 2015 », Insee Références « Les revenus et le patrimoine des ménages », édition 2016.

Coppoletta-Solotareff R., Ferrante A., Romani M., « Le patrimoine des ménages début 2015 : repli des valeurs risquées au profit des produits sécurisés », Insee Première n° 1574, novembre 2015.

Chaput H., Luu Kim K.-H., Salembier L. et Solard J., « Les inégalités de patrimoine s’accroissent entre 2004 et 2010 », Insee Première n° 1380, novembre 2011.