Tableaux de l'économie françaiseÉdition 2017

Les Tableaux de l'économie française s'adressent à tous ceux qui souhaitent disposer d'un aperçu rapide et actuel sur la situation économique, démographique et sociale de la France.

Insee Références
Paru le : 02/03/2017
Consulter
Sommaire

Pêche - Aquaculture

Présentation

La France est le troisième producteur de pêche et d’ aquaculture de l’Union européenne (UE) après l’Espagne et le Royaume-Uni. Ce secteur produit près de 750 000 tonnes pour une valeur d'environ 1,8 milliard d’euros (Md€).

Malgré la réduction du nombre de navires et de marins embarqués, les débarquements des produits de la pêche ont progressé de 1,1 % en 2014 pour atteindre 544 500 tonnes et un chiffre d'affaires d’un peu plus de 1,1 Md€. La flotte française est composée de près de 7 000 navires dont près de 4 400 en métropole. Elle est caractérisée par une grande diversité des types de pêche, de la petite pêche artisanale côtière dont les effectifs se réduisent à la grande pêche industrielle. Près de 79 % des pêches sont réalisées dans l'Atlantique Nord-Est. L'ouest de l'Océan Indien et l'ouest de l'Afrique sahélienne et tropicale représentent 18 % des captures et la Méditerranée moins de 3 %. Le secteur des pêches maritimes emploie près de 16 600 marins dont environ 13 300 en métropole et 3 300 dans les DOM.

La France est en 2013 le deuxième producteur en aquaculture de l'UE derrière l'Espagne, à égalité avec le Royaume-Uni, avec un peu plus de 200 000 tonnes. La conchyliculture est le secteur prédominant avec 160 000 tonnes d'une valeur de 546 millions d'euros, essentiellement des huîtres (1er producteur de l'UE) et des moules. Elle compte 2 800 entreprises et 16 300 emplois. La pisciculture continentale produit 40 000 tonnes et la pisciculture marine 5 000 tonnes. Le secteur piscicole représente un chiffre d'affaires de 168 millions d'euros et plus de 2 300 emplois.

La consommation moyenne annuelle de produits aquatiques par habitant est estimée à 34,5 kg en 2015. Près du tiers des produits consommés provient d'élevages. La production française reste très insuffisante pour répondre à la demande intérieure. Ainsi, la France a-t-elle importé 1,0 million de tonnes de produits aquatiques en 2015, pour 4,8 Md€. Ces importations proviennent notamment de Norvège, du Royaume-Uni et d'Espagne. Les exportations représentent 330 000 tonnes pour une valeur de 1,5 Md€. Les principales destinations sont l'Espagne, l'Italie et la Belgique. La balance commerciale est donc fortement déficitaire, le déficit atteignant 3,3 Md€ en 2015.

En 2014, la production mondiale de produits aquatiques atteint 167 millions de tonnes. Elle continue de progresser (+ 3 %), en lien avec le développement de l'aquaculture (+ 5 %), alors que la production de la pêche s'accroît d'un peu moins de 1 %. La Chine représente 37 % de la production mondiale contre environ 10 % pour l'Europe.

Tableaux et graphiques

Production des pêches maritimes

Production des pêches maritimes
Débarquements
En volume En valeur
2014 en milliers de tonnes2 14/13 en % 2014 en millions d'euros 14/13 en %
Poissons 405,1 9,2 870,7 3,4
Crustacés 16,4 5,8 81,1 5,5
Coquillages et assimilés 48,0 -9,9 96,5 -11,9
Céphalopodes 15,7 -12,5 62,4 -3,4
Algues1 59,3 -26,9 2,4 -27,6
Total pêche maritime 544,5 1,1 1 113,2 1,5
  • 1. Poids sec.
  • 2. Équivalent poids vif.
  • Source : DPMA.

Production de l'aquaculture

Production de l'aquaculture
Ventes
En volume En valeur
2013 en milliers de tonnes1 13/12 en % 2013 en millions d'euros 13/12 en %
Conchyliculture 154,5 -3,2 534,7 -2,1
dont : huîtres 77,5 -3,5 389,1 -2,0
         moules 74,1 -3,9 132,2 -5,2
Pisciculture marine 5,2 2,3 35,8 -1,9
Pisciculture continentale 40,5 0,3 132,0 5,4
Total aquaculture 200,2 -2,3 702,5 -0,8
  • 1. Équivalent poids vif.
  • Source : DPMA.

Flotte de pêche

en nombre de navires actifs
Flotte de pêche
Longueur 1995 2000 2005 2016
Moins de 12 mètres 4 889 4 339 4 041 3 514
De 12 à moins de 24 mètres 1 474 1 250 1 068 671
24 mètres ou plus 283 270 271 185
Total 6 646 5 859 5 380 4 370
  • Note : au 31 décembre.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : SDSIM.

Commerce extérieur des produits aquatiques en 2015

Commerce extérieur des produits aquatiques en 2015
Exportations Importations Solde
Volume (en milliers de tonnes)
Poissons de mer 173 469 -296
Poissons amphibiotiques et d'eau douce 31 188 -157
Coquillages et céphalopodes 40 126 -86
Crustacés 19 138 -119
Autres 68 71 -3
Total 331 992 -661
Valeur (en millions d'euros)
Poissons de mer 675 1935 -1260
Poissons amphibiotiques et d'eau douce 234 1090 -856
Coquillages et céphalopodes 231 540 -309
Crustacés 197 1108 -911
Autres 150 141 9
Total 1487 4814 -3327
  • Sources : DGDDI ; FranceAgriMer.

Pêche et aquaculture dans l'UE

Pêche et aquaculture dans l'UE
Flotte de pêche Pêche de capture Aquaculture3
en navires en milliers de tonnes en milliers de tonnes
2015 2015 2014
Allemagne 1 443 251,3 26,2
Autriche nd nd 3,4
Belgique 76 24,5 (e) 0,2
Bulgarie 1 981 8,7 6,9
Chypre 832 1,5 4,8
Croatie 7 727 72,3 13,8
Danemark 2 369 868,9 33,6
Espagne 9 408 901,5 285,0
Estonie 1 538 70,8 0,9
Finlande 2 723 153,4 13,3
France1 6 911 497,4 200,3
Grèce 15 393 64,4 104,5
Hongrie nd nd 15,4
Irlande 2 155 234,8 (e) 29,3
Italie 12 325 191,1 148,7
Lettonie 686 81,3 0,7
Lituanie 145 41,3 3,4
Luxembourg nd nd nd
Malte 1 005 2,4 8,6
Pays-Bas 830 365,0 (e) 63,1
Pologne 875 187,1 36,3
Portugal 8 054 185,2 (e) 10,8
Rép. Tchèque nd nd 20,2
Roumanie 151 4,8 10,7
Royaume-Uni 6 225 701,8 214,6
Slovaquie nd nd 1,2
Slovénie 169 0,2 1,4
Suède 1 335 202,9 12,9
UE 84 356 5112,6 (e) (p) 1 270,2
Islande2 1 685 1317,2 (e) 8,3
Norvège 5 887 2146,1 1332,5
  • nd : donnée non disponible.
  • e : donnée estimée.
  • p : donnée provisoire.
  • 1. Données 2013 pour l'aquaculture.
  • 2. Données 2014 pour la flotte de pêche.
  • 3. À l'exception des écloseries et nurseries.
  • Source : Eurostat.

Production halieutique dans le monde en 2014

en millions de tonnes
Production halieutique dans le monde en 2014
Capture2 Aquaculture2 Total2 Plantes aquatiques
Chine1 17,1 45,5 62,6 13,6
Inde 4,7 4,9 9,6 0,0
Indonésie 6,4 4,3 10,7 10,1
Vietnam 2,9 3,4 6,3 0,0
Europe 13,7 2,6 16,3 0,2
dont France 0,5 0,2 0,7 0,1
États-Unis 5,0 0,4 5,4 0,0
Pérou 3,6 0,1 3,7 0,0
Russie 4,2 0,2 4,4 0,0
Birmanie 4,1 1,0 5,0 0,0
Autres pays 31,7 11,5 43,2 4,5
Total monde 93,4 73,8 167,2 28,5
  • 1. Les données de la Chine ne comprennent pas Hong Kong, Macao et Taïwan.
  • 2. Poissons, crustacés, mollusques, etc.
  • Note : données estimées.
  • Source : FAO.

Marins pêcheurs embarqués sur les navires français

en nombre d'emplois
Marins pêcheurs embarqués sur les navires français
2014 2015
Petite pêche 6 926 6 803
Pêche côtière 2 507 2 535
Pêche au large 3 057 3 208
Grande pêche 775 768
  • Champ : France métropolitaine ; marins de toutes nationalités hors navires de cultures marines - petite pêche.
  • Sources : DPMA ; DSI.

Marins pêcheurs embarqués sur les navires français

Définitions

Aquaculture activité regroupant la pisciculture (élevage de poisson) marine et continentale, la conchyliculture (élevage de coquillages marins tels qu’huîtres, moules, palourdes, etc.) ainsi que l’élevage de crustacés.

Captures de pêche ensemble des débarquements des produits de la pêche (poissons, crustacés, coquillages et autres produits de la mer) exprimés en poids vif ; en sont exclus les rejets en mer. Voir aussi : Production des pêches maritimes.

Conchyliculture : élevage des moules, huîtres, palourdes et coques. Elle est la principale branche de l’aquaculture française. Elle doit faire face à la multiplication des usages du littoral et à la difficulté croissante de maintenir des eaux de qualité conforment à une réglementation de plus en plus stricte.

Pêches : on distingue deux grands types de pêches professionnelles. La pêche maritime est pratiquée en mer ou en estuaire. Selon la transformation réalisée à bord des navires, on distingue ensuite pêche fraîche et pêche congelée (ou transformée). La pêche continentale est pratiquée en eau douce (étang, rivière), elle est peu développée en France. La navigation à la pêche est subdivisée en quatre types de pêches :

    - Petite pêche : absence du port inférieure ou égale à 24 h ;

    - Pêche côtière : absence du port supérieure comprise entre 24 et 96 h ;

    - Pêche au large : absence supérieure à 96 h, lorsque cette navigation ne répond pas à la définition de la grande pêche ;

    - Grande pêche : elle comprend les navires de plus de 1 000 tonneaux de jauge brute (tjb), les navires de plus de 150 tonneaux s'absentant habituellement plus de 20 jours de son port d'exploitation ou de ravitaillement et les navires de plus de 150 tonneaux dont le port d'armement est éloigné de plus de 20 jours du port d'exploitation ou de ravitaillement.

Pisciculture : élevage de poissons. On distingue pisciculture marine ou continentale. Parfois, par extension, la pisciculture désigne également l’élevage des crustacés.

Production des pêches maritimes : les captures sont les quantités de poissons, crustacés, mollusques et algues pêchées par les navires et conservées à bord. Elles sont exprimées en poids vif. Certains navires stockent leurs captures en l’état, d’autres transforment à bord les produits pêchés (éviscération ou congélation par exemple). Lorsqu’ils reviennent au port, les navires débarquent leur cargaison. Les quantités mises à terre sont appelées débarquements. Les débarquements sont exprimés en poids présenté ou en équivalent poids vif. La plus grande partie des débarquements est vendue (soit à la criée, soit de gré à gré à des mareyeurs, des restaurateurs, des transformateurs,...). Ces ventes sont exprimées en poids présenté, en équivalent poids vif ou en euros. Une partie des débarquements peut être retirée du marché (pour être détruite ou transformée en farine, par exemple), notamment en cas de chute des prix : ce sont les retraits.

Production halieutique : élevage de poissons. On distingue pisciculture marine ou continentale. Parfois, par extension, la pisciculture désigne également l’élevage des crustacés.