Tableaux de l'économie françaiseÉdition 2017

Les Tableaux de l'économie française s'adressent à tous ceux qui souhaitent disposer d'un aperçu rapide et actuel sur la situation économique, démographique et sociale de la France.

Insee Références
Paru le : 02/03/2017
Consulter
Sommaire

Communication

Présentation

Les revenus des opérateurs sur le marché de détail des services de communications électroniques représentent près de 36 milliards d’euros (Md€) hors taxes en 2015. Ils diminuent de 2,0 % par rapport à 2014. Le recul des revenus du marché continue de s’atténuer, après une baisse de 3,3 % en 2014 et de 6,8 % en 2013. L’amélioration est surtout notable sur le marché mobile (40 % des revenus totaux) : la diminution du revenu est près de deux fois inférieure à celle de 2014 grâce à une croissance des consommations (voix et données) et un recul plus limité des prix en 2015. Le revenu des services fixes, orienté à la baisse en raison du déclin de la téléphonie classique, diminue de 2,0 % en 2015, un rythme similaire aux quatre précédentes années. En y ajoutant le revenu des services à valeur ajoutée (délivrés à partir d’un numéro spécial ou d’un numéro court), le revenu des seuls services de communications électroniques (c’est-à-dire hors terminaux et équipements, annuaires, etc.) s’élève à 32,5 Md€ en 2015, en baisse de 2,6 % en un an. Le montant des investissements (hors montant des achats de fréquences) réalisés par les opérateurs de communications électroniques atteint en 2015 un record historique avec 7,8 Md€, soit une progression supérieure à 10 % sur un an.

En 2015, le marché des envois de correspondance représente un revenu de 6,8 Md€, en hausse de 0,9 % par rapport à 2014. Les volumes correspondants sont de l’ordre de 11,4 milliards d’objets, en baisse de 6,1 %. La forte augmentation des prix, + 7,8 % sur le périmètre du service universel postal, explique la progression des revenus en 2015. Le marché de la publicité adressée connaît un recul plus significatif (– 2,4 % en valeur et – 7,8 % en volume) que celui des autres envois de correspondance (hausse de 1,6 % en valeur et baisse de 5,4 % en volume). La tendance générale à la diminution des volumes de courrier se confirme dans la plupart des pays européens. Elle est en moyenne de – 6,5 % par an sur la période 2011-2014 pour les envois non express. Le secteur de l’express affiche au contraire une croissance importante qui s’amplifie pour atteindre + 9,5 % entre 2013 et 2014. Cette évolution semble portée par la croissance du e-commerce qui utilise de façon croissante les services des expressistes.

En 2015, le chiffre d’affaires global de l’ensemble de la presse écrite se contracte pour la huitième année consécutive (– 3,0 %). La diminution est toutefois atténuée par rapport à celle enregistrée au cours des deux années précédentes (– 5,1 % en 2014, – 6,5 % en 2013). Cette moindre baisse est due à celle de l’ensemble des recettes publicitaires. Leur retrait de 4,5 % succède en effet à trois années de repli très marqué. Le chiffre d’affaires des ventes recule également à nouveau en 2015 (– 2,3 %, après – 1,1 % en 2014).

Tableaux et graphiques

Chiffres d'affaires par grande catégorie de presse

Chiffres d'affaires par grande catégorie de presse
Nombre de titres Chiffres d'affaires1
2014 14/13 en % 2015 (p) en milliards d'euros 15/14 en %
Presse nationale d'information générale et politique 123 15,0 1,1 -2,7
Presse locale d'information générale et politique 438 -1,8 2,5 -2,8
Journaux gratuits d'information 192 7,3 0,2 -4,8
Presse spécialisée grand public 2 036 -3,4 2,9 -3,1
Presse spécialisée technique et professionnelle 1 325 -2,6 0,7 -2,4
Journaux gratuits d'annonces 120 -20,0 0,0 -27,0
Total 4 234 -2,7 7,5 -3,0
  • p : données provisoires.
  • 1. Ventes et publicité.
  • Source : DGMIC.

Marché de détail des communications électroniques

en milliards d'euros HT
Marché de détail des communications électroniques
2014 2015 (p)
Revenus des services offerts sur réseaux fixes 17,3 16,9
   Services haut et très haut débit 10,7 10,7
   Services bas débit 4,2 3,8
   Services de capacité 2,4 2,4
Revenus des services offerts sur réseaux mobiles 14,7 14,2
Autres revenus1 3,2 3,3
Revenu total des opérateurs 36,6 35,9
  • p : données provisoires.
  • 1. Vente et location de terminaux et d'équipement (y c. "box"), hébergement, gestion des centres d'appels, publicité, cessions de fichiers.
  • Source : Arcep.

Activités postales et marchés connexes de distribution en 2015

Activités postales et marchés connexes de distribution en 2015
Objets envoyés en millions Revenus en millions d'euros HT
Envois de correspondance 11 397 6 816
Remis contre signature 236 1 072
Colis1 328 1 626
dont colis remis contre signature 66 455
Distribution de la presse aux abonnés2 2 218 429
Objets adressés distribués en France 13 127 9 943
Objets adressés Export 325 564
Publicité non adressée 21 537 671
  • 1. Colis ordinaires hors express, distribués uniquement par les opérateurs autorisés.
  • 2. Le portage de presse est compris dans les volumes distribués mais exclu dans les revenus générés.
  • Champ : l’import est inclus dans l’ensemble des envois de correspondance, objets remis contre signature, colis, presse et publicité non adressée.
  • Source : Arcep.

Secteur des télécommunications dans l'UE

en milliards d'euros
Secteur des télécommunications dans l'UE
Investissements dans les réseaux Recettes issues des communications électroniques hors TVA
2009 2012 2009 2012
Allemagne 6,1 6,4 60,4 58,0
Autriche 0,5 0,5 4,9 4,4
Belgique 1,1 1,2 8,6 8,6
Bulgarie 0,3 0,3 1,7 1,4
Chypre 0,1 0,1 0,6 0,6
Croatie nd 0,3 nd 1,7
Danemark 1,1 0,9 5,5 5,0
Espagne 3,9 3,6 38,6 32,9
Estonie 0,1 0,1 0,7 0,7
Finlande 0,6 0,7 4,7 4,9
France 5,9 7,3 53,2 50,3
Grèce 1,3 0,7 7,3 6,1
Hongrie 0,7 0,5 3,3 2,8
Irlande 0,4 0,8 4,6 4,1
Italie 6,2 6,0 43,1 41,0
Lettonie 0,1 0,1 0,6 0,3
Lituanie 0,1 0,1 0,8 0,7
Luxembourg 0,1 0,1 0,5 0,6
Malte 0,0 0,0 0,2 0,2
Pays-Bas 2,6 2,7 11,3 12,2
Pologne 1,5 1,3 10,8 9,9
Portugal 1,1 0,8 6,2 5,4
Rép. tchèque 0,6 0,6 5,5 4,6
Roumanie 0,7 0,6 3,9 3,6
Royaume-Uni 2,5 4,9 46,8 53,6
Slovaquie 0,3 0,3 2,3 2,2
Slovénie 0,2 0,2 1,1 1,3
Suède 1,0 1,0 8,0 8,3
UE 39,1 42,1 335,2 325,3
  • nd : donnée non disponible.
  • Source : Eurostat.

Marché mondial des services de télécommunications

en milliards d'euros
Marché mondial des services de télécommunications
2014 (r) 2015 15/14 en %
Europe 273 271 -0,6
dont : Allemagne 46 45 -1,3
          Espagne 18 17 -4,5
          France 34 33 -3,2
          Italie 23 22 -1,0
          Royaume-Uni 45 45 1,0
Amérique du Nord 336 342 1,9
dont États-Unis 308 314 1,9
Amérique latine 86 95 10,7
dont Brésil 32 33 3,0
Asie-Pacifique 359 376 4,9
dont : Chine 145 154 6,1
          Inde 20 23 12,8
          Japon 99 102 3,1
Afrique et Moyen-Orient1 57 60 4,8
Total 1 110 1 145 3,1
  • r : données révisées.
  • 1. Changement de méthodologie en 2014.
  • Note : chiffre d'affaires de détail hors vente d'équipement généré par le secteur des services télécoms.
  • Champ : téléphonie fixe et mobile, transmission de données et d'images.
  • Source : Idate.

Tirage de la presse quotidienne d'information générale et politique de 1990 à 2014

en milliers d'exemplaires
Tirage de la presse quotidienne d'information générale et politique de 1990 à 2014
Presse nationale Presse locale Presse gratuite
1990 2 741 7 010 0
1991 2 680 6 908 0
1992 2 624 6 896 0
1993 2 638 6 724 0
1994 2 789 6 681 0
1995 2 844 6 881 0
1996 2 151 6 929 0
1997 2 340 6 963 0
1998 2 219 6 823 0
1999 2 293 6 775 0
2000 2 186 6 719 0
2001 2 254 6 717 0
2002 2 194 6 755 140
2003 2 058 6 539 915
2004 2 012 6 422 1 342
2005 1 995 6 277 1 517
2006 1 901 6 159 1 655
2007 1 995 6 247 2 740
2008 1 831 6 045 2 720
2009 1 768 5 894 2 612
2010 1 830 5 714 2 652
2011 1 732 5 571 2 879
2012 1 597 5 537 2 659
2013 1 468 5 205 2 648
2014 1 357 4 980 2 517
  • Note : tirage moyen journalier en juin de chaque année.
  • Source : DGMIC.

Tirage de la presse quotidienne d'information générale et politique de 1990 à 2014

Définitions

Catégories de presse : il existe six grandes catégories de presse. La presse nationale d’information générale et politique regroupe les publications qui apportent, de façon permanente, les informations et commentaires sur l’actualité politique et nationale (quotidiens nationaux et grands hebdomadaires d’information notamment). La presse locale d’information générale et politique comprend les publications répondant aux mêmes critères mais avec des pages d’information traitant de l’actualité dans un cadre local (quotidiens régionaux et départementaux, hebdomadaires locaux notamment). La presse spécialisée grand public est composée des publications traitant d’un thème principal plus ou moins spécialisé (le cyclisme ou le sport en général, la mode…) et dont le contenu est accessible à tous publics. La presse spécialisée technique et professionnelle regroupe les publications à thème principal et dont la teneur des articles est trop technique pour susciter l’intérêt au-delà des professions correspondant aux sujets traités. La presse gratuite d’annonces et la presse gratuite d’information sont composées des publications d’annonces et d’information distribuées gratuitement auprès des particuliers.

Colis : envoi contenant des marchandises, expédié par un service ordinaire (pas en service de livraison express) et transportés par les prestataires de services postaux (30 kilos maximum).

Envoi postal : objet destiné à être remis à l’adresse indiquée par l’expéditeur sur l’objet lui-même ou sur son conditionnement et présenté dans la forme définitive dans laquelle il doit être acheminé. Outre tous les envois de correspondance, sont notamment considérés comme des envois postaux les livres, les journaux, les périodiques et les colis postaux contenant de la marchandise, avec ou sans valeur commerciale. Les colis envoyés en express, la presse portée et la publicité non adressée ne sont pas des envois postaux.

Haut débit ou large bande : caractérise une liaison permettant de transmettre de grandes quantités de données. Toute connexion dont le débit est de 128 kilo-octets au minimum est considérée comme du haut-débit.

Presse écrite : ensemble des moyens de diffusion de l’information écrite. Cela englobe notamment les journaux quotidiens, les publications périodiques et les organismes professionnels liés à la diffusion de l'information. Cette expression différencie la presse par rapport aux autres médias tels que la radio et la télévision.

Services de communications : activités permettant la transmission d’informations à distance. Ce poste comprend la téléphonie fixe, la téléphonie mobile, les services avancés (numéros gratuits ou à coûts partagés, audiotel à revenus partagés…), les liaisons louées (location de capacités de transmission entre deux points, réservé à un client par un opérateur, à partir de réseaux terrestres, satellitaires ou sous-marins), le transport de données y compris les SMS (acheminement de données à la carte), l’interconnexion (services offerts ou achetés à d’autres opérateurs résultant d’accords d’interconnexion entre opérateurs titulaires d’une licence ou prestataires spécialisés), les services d’accès au réseau Internet, les services de diffusion d’émissions de télévision et de radio et d’autres services (gestion de réseau privé intégré, services mobiles privés de radio, services de location, vidéoconférence).

Technologies de l’information et de la communication (TIC) : sont qualifiés de secteurs des technologies de l'information et de la communication (TIC) selon l'OCDE, les secteurs producteurs de TIC (fabrication d'ordinateurs et de matériel informatique, de TV, radios, téléphone,…), les secteurs distributeurs de TIC (commerce de gros de matériel informatique,…) et les secteurs des services de TIC (télécommunications, services informatiques, services audiovisuels,…). Par complémentarité, les secteurs « non-TIC » désignent toutes les autres activités. Dans la nouvelle base de comptabilité nationale, on parle de produits de l’économie de l’information, champ un peu plus large que le champ traditionnel des TIC.

Tirage (d’un support de presse) : nombre total d’exemplaires d’un support de presse qui est imprimé.

Transport express : livraison d’objets dans des délais garantis et à une distribution point à point, du seuil de la porte de l’expéditeur jusqu’à celui du destinataire. Les expressistes font bénéficier leurs clients d'un suivi informatisé et d'une preuve de livraison de leurs objets. La distinction avec le transport de marchandises est basée sur les limites supérieures de poids fixées pour les colis (30 kilos maximum).