Tableaux de l'économie françaiseÉdition 2017

Les Tableaux de l'économie française s'adressent à tous ceux qui souhaitent disposer d'un aperçu rapide et actuel sur la situation économique, démographique et sociale de la France.

Insee Références
Paru le : 02/03/2017
Consulter
Sommaire

Entreprises publiques

Insee Références
Paru le : 02/03/2017

Présentation

Les entreprises publiques sont définies comme l’ensemble des sociétés directement détenues majoritairement par l’État ou appartenant à des groupes dont la tête est détenue majoritairement par l’État.

Fin 2015, l’État contrôle en France directement 89 sociétés françaises. Par le biais de ces dernières et de leurs filiales, il contrôle au total 1 625 sociétés françaises, qui emploient 791 000 salariés. Par rapport à 2014, le nombre de ces sociétés baisse de 7 unités. Au cours de l'année 2015, le nombre de sociétés contrôlées par l’État ( sociétés dites publiques) passe de 1 632 à 1 625. D'un côté, il intègre 86 nouvelles sociétés et de l'autre, il en perd 93.

Les effectifs salariés des sociétés contrôlées directement ou indirectement par l’État diminuent légèrement (-0,6 %) par rapport à 2014. La baisse des effectifs des sociétés présentes en 2014 et en 2015 (– 7 600) n’est que partiellement compensée par le solde positif entre sociétés entrantes et sociétés sortantes (+3 000).

Parmi les sociétés sortantes, les filiales Nexter du groupe GIAT industrie sont reprises par une société hollandaise (13 filiales), une quarantaine de sociétés quittent le groupe Électricité de France (EDF) et l’État réduit sa participation dans l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Parmi les sociétés entrantes, plus du tiers appartiennent au groupe SNCF, ce sont pour la plupart des filiales Keolis appartenant à SNCF Mobilités. De nouvelles sociétés arrivent aussi dans le groupe RATP, grâce au rachat du groupe D.L. entreprises par RATP Développement et dans le groupe EDF, avec l’acquisition de JF Cesbron par Dalkia. Les Grands ports maritimes de la Guyane, de la Martinique et de La Réunion et l'Aéroport Guadeloupe Pôle Caraïbes entrent également dans le répertoire des entreprises contrôlées majoritairement par l'État (Recme) .

Entre fin 2014 et fin 2015, la répartition des sociétés publiques par grand secteur d’activité reste stable. Le secteur tertiaire concentre encore plus des trois quarts des effectifs salariés de l’ensemble de ces unités en 2015, malgré la faible baisse de l'emploi par rapport à 2014. La présence de l’État est prépondérante dans le secteur des transports et de l'entreposage, avec 477 900 salariés (soit 60 % de l’ensemble des salariés des sociétés sous contrôle de l’État). Parmi ces salariés, neuf sur dix sont employés par les 3 groupes La Poste, la SNCF et, pour une part plus faible, la Régie autonome des transports parisiens (RATP). Les sociétés publiques des secteurs des activités scientifiques et techniques et des services administratifs et de soutien emploient 62 000 salariés. Parmi eux, 47 % travaillent dans le secteur de la recherche et du développement. Le contrôle de l’État est plus rare dans l’industrie. Ce secteur représente un peu plus de 20 % des effectifs des sociétés contrôlées par l’État. Cependant, celui-ci conserve une part notable dans le secteur de l’énergie, en lien avec la prédominance du groupe EDF dans la production et la distribution d’électricité.

Tableaux et graphiques

Entreprises publiques selon l'activité économique fin 2015

Entreprises publiques selon l'activité économique fin 2015
Nombre de sociétés (p) Effectifs salariés (p) en milliers Principaux groupes présents dans le secteur
Agriculture 7 9,1 Office national des forêts
Industrie 421 171,1
dont : fabrication de machines et d'équipements électriques1 7 1,4 CEA
         fabrication de matériels de transport 4 12,6 DCNS
         fabrication d'autres produits industriels 25 23,1 CEA, LFB
         ind. extractives, énergie, eau, gestion des déchets et dépollution 372 134,1 EDF
Construction 60 2,5 EDF
Tertiaire 1 137 608,2
Commerce, réparation d'automobiles et motocycles 32 2,2 UGAP
Transports et entreposage 440 477,9 La Poste, SNCF, RATP, Aéroports de Paris
Hébergement et restauration 2 0,4
Information et communication 75 22,1 France Télévision
Activités financières et d'assurance 165 22,6 Banque de France
Activités immobilières 120 2,0 SNCF
Act. spéc., scient. et tech. et act. de serv. adm. et de soutien 268 62,0 CEA, La Poste
Adm. publique, enseignement, santé humaine et action sociale 17 11,2 Établissements français du sang
Autres activités de services 18 7,9 Opéra de Paris, FDJ
Total 1 625 790,9
  • p : données provisoires.
  • 1. Y c. fabrication d'équipements électroniques et informatiques.
  • Source : Insee, Recme.

Mouvements des entreprises publiques en 2015

Mouvements des entreprises publiques en 2015
Nombre d'entreprises Effectifs salariés
Entreprises présentes fin 2014 1 632 795 528
+ Entreprises présentes en 2014 et en 2015 + 1 539 – 7 589
+ Entreprises entrantes en 2015 + 86 + 10 822
– Entreprises sortantes en 2015 – 93 – 7 855
Entreprises présentes fin 2015 (p) 1 625 790 906
  • p : données provisoires.
  • Source : Insee, Recme.

Principales entreprises à participation publique selon le chiffre d'affaires en 2015

Principales entreprises à participation publique selon le chiffre d'affaires en 2015
Chiffre d'affaires3 en millions d'euros Résultat net3 en millions d'euros Effectifs en EQTP en milliers
EDF 75 006 1 187 156,3
ENGIE1 69 883 -4 617 155,5
Airbus Group2 64 450 2 696 136,6
PSA Peugeot Citröen2 54 676 899 182,2
Renault2 45 327 2 823 120,1
Orange 40 236 2 652 144,5
SNCF2 31 393 -12 219 259,4
Air France - KLM 26 062 118 96,4
La Poste 23 045 635 253,2
Safran 18 100 -424 70,1
Thales2 14 063 765 61,8
RATP2 5 556 437 59,7
Areva2 4 199 -2 038 39,8
DCNS 3 039 68 13,0
France Télévisions 3 006 0 10,5
Aéroport de Paris - ADP 2 916 430 9,0
Française des Jeux 1 649 159 1,8
KNDS-Giat Industries 1 266 659 7,1
STX France 985 4 2,3
Dexia2 834 163 1,2
  • 1. Effectifs en moyenne annuelle.
  • 2. Effectifs au 31 décembre.
  • 3. Au 31 décembre.
  • Source : Agence des participations de l'État.

Poids du secteur public dans l'économie de 1985 à 2014

en %
Poids du secteur public dans l'économie de 1985 à 2014
Immobilisations1 Valeur ajoutée2 Effectif salarié3
1985 47,30 24,86 19,29
1986 46,00 23,24 18,56
1987 45,02 20,20 15,76
1988 44,72 19,52 14,89
1989 43,22 18,21 13,99
1990 43,49 17,71 13,75
1991 40,62 17,80 13,64
1992 39,56 18,09 13,01
1993 38,53 17,45 12,69
1994 36,82 16,44 11,94
1995 34,82 15,06 10,96
1996 32,63 14,12 9,61
1997 29,23 12,90 9,03
1998 30,61 12,67 8,65
1999 29,45 11,92 7,98
2000 28,70 11,50 7,80
2001 29,10 10,90 7,50
2002 27,81 10,88 7,63
2003 27,37 10,93 7,54
2004 24,90 7,90 6,00
2005 24,10 7,40 5,70
2006 17,80 6,30 5,40
2007 17,60 6,00 5,00
2008 15,50 5,59 5,33
2009 15,74 5,49 5,16
2010 15,67 5,60 5,59
2011 16,32 5,68 5,47
2012 16,24 5,72 5,49
2013 16,10 5,95 5,51
2014 16,46 5,93 5,55
  • 1. Essentiellement les bâtiments et les machines.
  • 2. Valeur ajoutée brute au coût des facteurs jusqu'en 2008, hors taxes depuis 2009.
  • 3. Au 31 décembre.
  • Note : depuis 2008, les entreprises publiques sont les entreprises (au sens du décret LME, c'est-à-dire le groupe dans son ensemble, l'entreprise profilée ou l'unité légale indépendante) contrôlées par l'État.
  • Champ : ensemble de l'économie marchande hors secteurs agricoles et financiers.
  • Source : Insee, Ésane, Clap, Lifi.

Poids du secteur public dans l'économie de 1985 à 2014

Sociétés contrôlées majoritairement par l'État de 1995 à 2015

Sociétés contrôlées majoritairement par l'État de 1995 à 2015
Nombre de sociétés françaises contrôlées par l'État Effectif salarié en France (en milliers)
1995 2 636 1 446
1996 2 506 1 302
1997 2 510 1 255
1998 1 785 1 181
1999 1 657 1 110
2000 1 594 1 124
2001 1 570 1 137
2002 1 623 1 126
2003 1 491 1 133
2004 1 307 917
2005 1 144 866
2006 853 874
2007 850 820
2008 889 802
2009 946 789
2010 1 230 803
2011 1 511 785
2012 1 404 794
2013 1 441 797
2014 (r) 1 632 796
2015 (p) 1 625 791
  • p : données provisoires.
  • r : données révisées.
  • Source : Insee, Recme.

Sociétés contrôlées majoritairement par l'État de 1995 à 2015

Définitions

Emploi en équivalent-temps plein (EQTP) : nombre total d’heures travaillées dans l’activité considérée divisé par la moyenne annuelle des heures travaillées dans des emplois à plein temps.

Entreprise publique : entreprise sur laquelle l'État peut exercer directement ou indirectement une influence dominante du fait de la propriété ou de la participation financière, en disposant soit de la majorité du capital, soit de la majorité des voix attachées aux parts émises.

Nationalisation, privatisation : ces termes traduisent les mouvements des entreprises entre le secteur public et le secteur privé. Lorsque l'État prend le contrôle direct d'une entreprise, ie est lorsqu'il détient plus de 50 % de son capital, on parle de nationalisation. Lorsque l'État perd le contrôle direct d'une entreprise au profit du secteur privé, on parle de privatisation.

Nomenclature agrégée (NA) : avec le passage à la NAF rév. 2 (nomenclature d'activités française révisée au 1er janvier 2008), la nomenclature économique de synthèse (NES) associée à la NAF rév. 1 disparaît en tant que telle. En effet, cette nomenclature strictement française ne permettait pas de comparaisons internationales car elle ne s'emboîtait pas dans l'arborescence de la CITI et de la NACE. La NAF rév. 2 contient deux niveaux agrégés « standard » : les sections et divisions en, respectivement, 21 et 88 postes. Ces niveaux sont communs à la nomenclature internationale d'activités CITI rév. 4, à la nomenclature européenne d'activités NACE rév. 2 et à la NAF rév. 2. Il était toutefois nécessaire de disposer de niveaux de regroupements supplémentaires pour répondre aux besoins de l'analyse économique et de la diffusion en matière de données de synthèse. Sept niveaux d'agrégation sont ainsi associés à la NAF rév. 2, qui constituent la nomenclature agrégée (NA) :

    - A 10 : niveau international, regroupement de sectionsdu régime micro-social ;

    - A 17 : niveau français intermédiaire entre les niveaux A 10 et A 38.

Au niveau des sections (A 21), l'industrie manufacturière est détaillée en cinq postes et, inversement, certaines activités de services sont regroupées :

    - A 21 : sections, niveau standard de l'arborescence de la NAF rév. 2 ;

    - A 38 : niveau international, intermédiaire entre sections et divisions ;

    - A 64 : niveau européen, intermédiaire entre les niveaux A 38 et divisions (A 88), provisoire ;

    - A 88 : divisions, niveau standard de l'arborescence de la NAF rév. 2 ;

    - A 129 : niveau français intermédiaire entre les niveaux divisions (A 88) et groupes.

Répertoire des entreprises contrôlées majoritairement par l'État (Recme) : créé par un décret du 22 octobre 1984, il est géré par l'Insee. Une entreprise est inscrite au répertoire dès lors que l'État détient, directement ou par l'intermédiaire d'autres entreprises contrôlées, la majorité du capital ou des droits de vote dans les instances délibérantes.

Société : dans cette page, unité légale ayant la personnalité morale.

Unité légale : entité juridique de droit public ou privé. Cette entité juridique peut être une personne morale, dont l'existence est reconnue par la loi indépendamment des personnes ou des institutions qui la possèdent ou qui en sont membres ou une personne physique, qui, en tant qu'indépendant, exerce une activité économique. Elle est obligatoirement déclarée aux administrations compétentes (Greffes des tribunaux, Chambres de commerce et d’industrie, Chambres de Métiers, Organismes de sécurité sociale, DGFiP, etc) . L'existence d'une telle unité peut ne dépendre que du choix des propriétaires ou de ses créateurs et n’exister que pour des raisons organisationnelles, juridiques ou fiscales. L'unité légale est l'unité principale enregistrée dans Sirene et connue des différentes administrations. Cette définition de l'unité légale ne doit pas être confondue avec celle de l'entreprise, considérée comme unité statistique ayant une pertinence économique notamment parce qu'elle possède « une certaine autonomie de décision ».