Tableaux de l'économie françaiseÉdition 2017

Les Tableaux de l'économie française s'adressent à tous ceux qui souhaitent disposer d'un aperçu rapide et actuel sur la situation économique, démographique et sociale de la France.

Insee Références
Paru le : 02/03/2017
Consulter
Sommaire

Échanges bilatéraux

Présentation

En 2015, les exportations de biens progressent nettement (+ 4,3 %, après + 0,1 % en 2014). Les ventes vers l’Union européenne (UE) accélèrent (+ 2,2 %, après + 1,0 %), notamment dans l’automobile. La hausse est vigoureuse vers l’Espagne, où la croissance économique est soutenue par la consommation privée et l’investissement. Les ventes au Royaume-Uni sont dynamiques ; elles sont portées par la demande des ménages et par la dépréciation de l’euro par rapport à la livre. Les exportations progressent également vis-à-vis des nouveaux États membres et de l’Italie. La croissance est plus modérée vers l’Allemagne, en raison d’un moindre dynamisme des livraisons aéronautiques. En revanche, les exportations se replient vers la Belgique (pharmacie). Les ventes progressent nettement vers la plupart des pays tiers, particulièrement vers l’Amérique. Cette croissance est surtout portée par les États-Unis (+ 19,5 %), dans un environnement marqué par la dépréciation de l’euro face au dollar et par une croissance économique plus forte qu’en Europe. L’aéronautique, les produits pharmaceutiques et les boissons (champagne et Cognac) contribuent principalement à la croissance des exportations outre-atlantique. Les ventes au Mexique et au Brésil, adossées aux livraisons aéronautiques, sont également très dynamiques. Les exportations vers l’Asie se raffermissent (+ 5,1 %, après + 1,0 %). Elles sont soutenues par les bonnes performances des ventes aéronautiques et d’orge à la Chine. Malgré la baisse des recettes pétrolières des pays producteurs de pétrole, les ventes au Proche et Moyen-Orient reprennent du fait de la finalisation de grands contrats aéronautiques.

Les importations de biens augmentent modérément (+ 1,2 %, après – 0,6 %), car elles sont freinées par la chute des approvisionnements énergétiques due au reflux du prix du pétrole. Les achats rebondissent depuis l’Espagne et l’Allemagne, et poursuivent leur progression depuis les nouveaux États membres et l’Italie. En revanche, ils diminuent depuis la Belgique et le Royaume-Uni. Les importations asiatiques se raffermissent, notamment celles de vêtements et de téléphones depuis la Chine. Depuis l’Amérique, elles sont en nette hausse (+ 9,9 %, après – 4,5 %), principalement depuis les États-Unis. La baisse des importations se concentre sur les pays fournisseurs de pétrole. En Afrique, le recul des achats s’amplifie, particulièrement ceux d’hydrocarbures naturels au Nigéria et à la Libye. Depuis l’Europe hors UE, la baisse se poursuit du fait principalement de la contraction des approvisionnements énergétiques auprès de la Russie et du Kazakhstan. Enfin, les importations chutent depuis le Proche et Moyen-Orient, plus particulièrement depuis la plupart des pays du Golfe.

Tableaux et graphiques

Exportations et importations de biens de la France dans le monde en 2015

en milliards d'euros
Exportations et importations de biens de la France dans le monde en 2015
Exportations1 Importations2 Solde
Allemagne 71,4 86,7 -15,3
Autriche 3,5 5,5 -2,0
Belgique 30,3 36,8 -6,5
Bulgarie 0,8 1,0 -0,3
Chypre 0,3 0,0 0,2
Croatie 0,4 0,2 0,2
Danemark 2,5 2,4 0,1
Espagne 32,5 31,5 1,0
Estonie 0,2 0,3 0,0
Finlande 1,9 2,0 0,0
Grèce 2,1 0,6 1,4
Hongrie 3,5 3,7 -0,2
Irlande 2,6 6,3 -3,7
Italie 31,9 37,6 -5,7
Lettonie 0,3 0,2 0,1
Lituanie 0,4 0,7 -0,2
Luxembourg 2,0 1,4 0,5
Malte 0,4 0,2 0,2
Pays-Bas 17,4 21,5 -4,2
Pologne 7,7 8,9 -1,2
Portugal 4,2 5,4 -1,2
Rép. tchèque 3,7 6,2 -2,4
Roumanie 3,4 3,4 0,0
Royaume-Uni 31,6 19,5 12,1
Slovaquie 2,5 3,5 -1,0
Slovénie 0,7 1,1 -0,4
Suède 5,2 5,5 -0,3
UE 263,2 292,2 -29,0
Norvège 1,5 3,0 -1,6
Russie 4,5 6,3 -1,8
Suisse 13,8 14,2 -0,4
Turquie 7,1 6,7 0,4
Autres pays d'Europe 3,4 6,5 -3,1
Europe 293,5 329,0 -35,5
Afrique 28,6 23,1 5,5
dont :  Afrique du Sud 1,8 0,8 1,0
            Algérie 6,2 3,9 2,3
            Égypte 2,1 0,5 1,6
            Maroc 3,8 4,1 -0,3
            Tunisie 3,6 4,0 -0,4
Amérique 49,0 47,2 1,8
dont :  Argentine 1,3 0,4 0,9
            Brésil 4,8 2,9 1,9
            Canada 3,2 2,7 0,5
            États-Unis 32,6 35,0 -2,3
            Mexique 3,2 2,4 0,8
Proche et Moyen-Orient 15,2 9,4 5,9
dont : Arabie saoudite 3,1 5,1 -1,9
          Émirats arabes unis 3,8 1,0 2,8
          Iran 0,6 0,1 0,5
          Israël 1,3 1,3 0,1
          Qatar 2,7 0,2 2,5
Asie 57,0 85,8 -28,9
dont : Chine 18,0 46,8 -28,8
          Corée du Sud 4,8 3,1 1,7
          Hong Kong 4,5 0,8 3,7
          Inde 3,2 5,4 -2,2
          Japon 6,3 8,4 -2,1
          Singapour 5,3 2,5 2,8
          Viet Nam 1,4 4,1 -2,7
Reste du monde 2,1 13,5 -11,4
Total monde 445,4 507,9 -62,5
  • 1. Biens FAB.
  • 2. Biens CAF.
  • Champ : hors commerce intracommunautaire inférieur à 460 000 euros et hors matériel militaire.
  • Source : DGDDI.

Principales origines des importations françaises en 2015

en milliards d'euros
Principales origines des importations françaises en 2015
Importations
Allemagne 86,7
Chine1 46,8
Italie 37,6
Belgique 36,8
États-Unis 35,0
Espagne 31,5
Pays-Bas 21,5
Royaume-Uni 19,5
Suisse 14,2
Pologne 8,9
  • 1. Non compris Hong Kong.
  • Champ : échanges de biens, hors commerce intracommunautaire inférieur à 460 000 euros et hors matériel militaire.
  • Source : DGDDI.

Principales origines des importations françaises en 2015

Principales destinations des exportations françaises en 2015

en milliards d'euros
Principales destinations des exportations françaises en 2015
Exportations
Allemagne 71,4
États-Unis 32,6
Espagne 32,5
Italie 31,9
Royaume-Uni 31,6
Belgique 30,3
Chine1 18,0
Pays-Bas 17,4
Suisse 13,8
Pologne 7,7
  • 1. Non compris Hong Kong.
  • Champ : échanges de biens, hors commerce intracommunautaire inférieur à 460 000 euros et hors matériel militaire.
  • Source : DGDDI.

Principales destinations des exportations françaises en 2015

Principaux déficits bilatéraux de la France en 2015

en milliards d'euros
Principaux déficits bilatéraux de la France en 2015
Déficits
États-Unis -2,3
Kazakhstan -2,4
Rép. tchèque -2,4
Viet Nam -2,7
Irlande -3,7
Pays-Bas -4,2
Italie -5,7
Belgique -6,5
Allemagne -15,3
Chine1 -28,8
  • 1. Non compris Hong Kong.
  • Champ : échanges de biens, hors commerce intracommunautaire inférieur à 460 000 euros et hors matériel militaire.
  • Source : DGDDI.

Principaux déficits bilatéraux de la France en 2015

Principaux excédents bilatéraux de la France en 2015

en milliards d'euros
Principaux excédents bilatéraux de la France en 2015
Excédents
Royaume-Uni 12,1
Hong Kong 3,7
Singapour 2,8
Émirats arabes unis 2,8
Qatar 2,5
Algérie 2,3
Brésil 1,9
Corée du Sud 1,7
Égypte 1,6
Grèce 1,4
  • Champ : échanges de biens, hors commerce intracommunautaire inférieur à 460 000 euros et hors matériel militaire.
  • Source : DGDDI.

Principaux excédents bilatéraux de la France en 2015

Définitions

CAF (coût, assurance, fret) : importations en valeur en France majorées des coûts d’acheminement (transport et assurance) jusqu’à la frontière française.

Exportations de biens : ensemble des biens fournis par des résidents à des non-résidents, à titre onéreux ou gratuit.

FAB (franco à bord) : exportations en valeur à partir de la France majorées des coûts d’acheminement jusqu’à la frontière française.

Importations de biens : ensemble des biens fournis par des non-résidents à des résidents, à titre onéreux ou gratuit.

Nouveaux États membres (NEM) : zone géographique composée des 13 États ayant rejoint l’Union européenne depuis 2004. Les NEM sont la Pologne, la République tchèque, la Hongrie, la Slovaquie, l’Estonie, la Lituanie, la Lettonie, Malte, Chypre, la Slovénie, la Roumanie, la Bulgarie et la Croatie.

Pays du Proche et Moyen-Orient : Liban, Syrie, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Arabie Saoudite, Koweït, Qatar, Bahreïn, Émirats arabes Unis, Oman et Yémen.

Solde du commerce extérieur : différence entre la valeur des exportations et celle des importations entre deux pays (ou deux zones). Il peut être relatif à un produit ou à l'ensemble des échanges. Le rapport entre ces deux valeurs est appelé taux de couverture.