Tableaux de l'économie françaiseÉdition 2017

Les Tableaux de l'économie française s'adressent à tous ceux qui souhaitent disposer d'un aperçu rapide et actuel sur la situation économique, démographique et sociale de la France.

Insee Références
Paru le : 02/03/2017
Consulter
Sommaire

Services marchands

Insee Références
Paru le : 02/03/2017

Présentation

En 2015, la production dans les services marchands non financiers s’accroît de 2,1 % en volume, après + 1,3 % en 2014. La valeur ajoutée, qui mesure la richesse créée par cette branche d’activité , s’affermit également : + 1,4 %, après + 1,1 %. Les services marchands croissent à nouveau plus rapidement que l’industrie, elle-même en net redressement (+ 1,1 % en volume, après – 0,4 % en 2014). Ils représentent 34 % de la richesse nationale en 2015.

En 2015, les services principalement marchands gagnent 122 000 emplois mesurés en équivalent-temps plein (EQTP) , soit une hausse de 1,0 %. Avec 70 000 emplois supplémentaires (+ 1,9 %), les activités de support aux entreprises (activités juridiques et comptables, publicité, intérim, entretien…) bénéficient de plus de la moitié des gains. En particulier, l’emploi intérimaire rebondit en 2015 (+ 5,3 %, soit + 27 000 emplois en EQTP). L’emploi progresse aussi sensiblement dans l’hébergement et la restauration (+ 2,1 %). En revanche, les activités immobilières restent mal orientées, même si les pertes d’emplois s’atténuent (– 0,3 %, après – 0,6 % en 2014).

La valeur ajoutée des services principalement orientés vers les entreprises accélère (+ 1,5 %, après + 0,9 % en 2014). Ce regain est dû notamment à celui des services de location et d’intérim. La croissance des services d’information et de communication reste soutenue (+ 2,5 %, après + 2,7 %). En effet, la reprise des activités informatiques compense la décélération des télécommunications et de l’édition. La demande des entreprises et des administrations accélère, en particulier l’investissement (+ 4,8 %, après + 2,0 % en 2014). Principal débouché des services marchands, les achats intermédiaires des entreprises et des administrations augmentent de 2,6 % en 2015.

En 2015, la consommation des ménages en services progresse, mais plus modérément que la demande des entreprises et des administrations. Elle augmente néanmoins un peu plus vite qu’en 2014 (+ 1,4 % en volume, après + 0,9 %). Les activités de loisirs et de culture bénéficient du rebond du pouvoir d’achat des ménages. Les dépenses de restauration et d’hôtellerie augmentent nettement (+ 1,7 %, après + 0,5 %). La progression est à nouveau soutenue pour les soins de beauté et de coiffure (+ 3,8 %, après + 1,3 %) ainsi que pour les spectacles et parcs de loisirs (+ 3,8 %, après + 1,8 %). En revanche, les dépenses en information et communication continuent à diminuer. Ainsi, la consommation en services de télécommunications se tasse (– 0,3 %, après + 1,6 % en 2014) et les dépenses dans l’édition sont toujours en recul, en particulier pour la presse.

En 2015, les exportations de services progressent moins vite (+ 10,2 % en valeur) que les importations (+ 12,8 %). Le solde du commerce extérieur, déficitaire depuis 2013, continue à se dégrader. Le déficit atteint –  6,8 milliards d'euros en 2015, après – 4,2 milliards en 2014.

Tableaux et graphiques

Principales caractéristiques des services marchands en 2014

Principales caractéristiques des services marchands en 2014
Nombre d'entreprises Effectif salarié Chiffre d'affaires HT en millions d'euros Valeur ajoutée en millions d'euros
en EQTP1 au 31/12
Hébergement et restauration 272 994 777 329 915 109 90 200 38 108
Information et communication 152 448 698 292 766 544 176 340 81 288
Activités immobilières 210 735 198 001 221 672 74 575 41 028
Activités spécialisées scientifiques et techniques 515 894 920 108 1 068 300 187 168 89 334
Activités de services administratifs et de soutien 223 358 902 531 1 866 851 140 121 74 417
Autres activités de services 494 495 321 174 371 663 56 736 21 782
Total 1 869 923 3 817 434 5 210 139 725 139 345 957
  • 1. En équivalent-temps plein.
  • Champ : unités légales et entreprises profilées marchandes (y c. auto-entrepreneurs) des services marchands hors commerce, transports et servcies financiers.
  • Source : Insee, Ésane.

Commerce extérieur des services marchands non financiers

en millions d'euros
Commerce extérieur des services marchands non financiers
2011 2012 (r) 2013 (r) 2014 2015
Exportations 62 922 68 456 72 300 80 652 88 879
Importations 59 657 67 477 73 194 84 880 95 725
Solde 3 265 979 -894 -4 228 -6 846
  • r : données révisées.
  • Lecture : en 2015, les exportations de services s’élèvent à 88 879 millions d’euros et le solde des échanges extérieurs atteint – 6 846 millions d'euros.
  • Note : les échanges extérieurs de services intègrent les nouvelles données de la balance des paiements, produites par la Banque de France et révisées à partir de l'enquête complémentaire sur les échanges internationaux des services.
  • Champ : services hors commerce, transport et services financiers.
  • Source : Insee, comptes des services - base 2010.

Emploi intérieur total dans les services principalement marchands

indice base 100 en 2005
Emploi intérieur total dans les services principalement marchands
2013 (r) 2014 (r) 2015
Hébergement et restauration 111,6 112,1 114,4
Information et communication 110,4 110,6 111,3
Activités immobilières 97,2 96,6 96,3
Activités spécialisées, scientifiques et tech. ; services administratifs et de soutien 109,2 110,7 112,8
Ensemble 106,0 106,4 107,5
  • r : données révisées.
  • Lecture : en 2015, l'emploi intérieur total en nombre d'équivalents-temps plein a progressé de 7,5 % dans les services principalement marchands par rapport à 2005.
  • Note : emploi en équivalent-temps plein.
  • Champ : services y c. commerce, transport, services financiers, activités des organisations associatives et services non marchands de la recherche-développement, des arts, spectacles et des activités récréatives.
  • Source : Insee, comptes des services - base 2010.

Offre et demande de services marchands

Offre et demande de services marchands
Taux de croissance en volume en % Taux de croissance du prix en % Valeur en milliards d'euros
2013 (r) 2014 (r) 2015 2013 (r) 2014 (r) 2015 2015
Production de services 0,5 1,3 2,0 0,0 0,0 0,6 1 131,0
Importations 8,8 15,8 11,8 -0,3 0,1 0,9 95,7
Demande intérieure 0,6 1,6 2,4 0,0 0,1 0,6 1 155,7
dont : consommations intermédiaires 0,6 1,8 2,6 -0,4 -0,2 0,7 605,0
           consommation finale 0,8 0,9 1,4 0,4 0,5 0,6 412,3
           investissement -0,3 2,0 4,8 0,4 0,2 0,4 141,8
Exportations 5,8 11,4 8,9 -0,1 0,1 1,2 88,9
  • r : données révisées.
  • Lecture : en 2015, la production de services progresse de 2,0 % en volume et les prix augmentent légèrement (+ 0,6 %).
  • Note : il s'agit de la production du produit « Services » et non de celle de la branche « Services ».
  • Source : Insee, comptes des services - base 2010.

Évolution de la production des services marchands non financiers en 2015

par rapport à l'année précédente en volume en %
Évolution de la production des services marchands non financiers en 2015
Taux d'évolution
Activités informatiques et services d'information 4,7
Arts, spectacles et activités récréatives 3,9
Autres activités de services (hors associations) 3,8
Activités juridiques et comptables, gestion, architecture, ingénierie 2,9
Télécommunications 2,7
Hébergement et restauration 1,7
Activités de services administratifs et de soutien 1,6
Activités immobilières 1,3
Édition, audiovisuel et diffusion 1,1
Autres activités spécialisées, scientifiques et techniques 0,9
  • Source : Insee, comptes des services - base 2010.

Évolution de la production des services marchands non financiers en 2015

Définitions

Branche d’activité : regroupe des unités de production homogènes, c’est-à-dire qui fabriquent des produits (ou rendent des services) qui appartiennent au même item de la nomenclature d’activité économique considérée. Au contraire, un secteur regroupe des entreprises classées selon leur activité principale.

Emploi en équivalent-temps plein (EQTP) : nombre total d'heures travaillées dans l'activité considérée divisé par la moyenne annuelle des heures travaillées dans des emplois à plein temps.

Entreprise : le décret de décembre 2008 pris en application de la loi no 2008-776 de modernisation de l’économie du 4 août 2008 (dite LME) définit une entreprise comme la plus petite combinaison d’unités légales qui constitue une unité organisationnelle de production de biens et services jouissant d’une certaine autonomie de décision, notamment pour l’affectation de ses ressources courantes. Chaque groupe est, jusqu’à présent, considéré comme une seule entreprise. Il s’agit d’une approximation. En effet, certains conglomérats diversifiés devraient en toute rigueur être considérés comme plusieurs entreprises. Identifier des entreprises au sein des groupes complexes est un long travail appelé profilage. Le profilage des groupes est actuellement en cours. Il accroîtra le nombre des grandes entreprises et à la marge celui des autres catégories.

Ésane (Élaboration des statistiques annuelles d’entreprise) : dispositif qui combine des données administratives (obtenues à partir des déclarations annuelles de bénéfices que font les entreprises à l'administration fiscale et à partir des données annuelles de données sociales qui fournissent des informations sur les salariés) et des données obtenues à partir d'un échantillon d'entreprises enquêtées par un questionnaire spécifique pour produire les statistiques structurelles d'entreprises. Il remplace donc le précédent système, composé de deux dispositifs avec les enquêtes annuelles d'entreprise (EAE) et le système unifié de statistique d'entreprise s'appuyant sur les déclarations fiscales (SUSE), en les unifiant. Le changement de dispositif génère des ruptures au niveau des résultats produits par rapport à ceux provenant du système précédent, pour trois raisons principales. Le questionnaire des enquêtes du dispositif Ésane a été rénové, ce qui a pu induire certaines modifications du comportement de réponse des entreprises. La prise en compte conjointe des données d'enquête et des données administratives, et en particulier la confrontation des informations disponibles dans les deux sources sur la ventilation du chiffre d'affaires selon les activités principales, a nécessité la mise en place de méthodes d'estimations statistiques rénovées. Les données sont publiées selon la nomenclature d'activités révisée NAF rév.2, alors que les précédents résultats l'étaient en NAF rév.1.

Profilage : analyse des groupes afin d’identifier en leur sein, par delà leur organisation juridique en unités légales, des entreprises pertinentes au sens économique.

Unité légale : entité juridique de droit public ou privé. Cette entité juridique peut être une personne morale, dont l’existence est reconnue par la loi indépendamment des personnes ou des institutions qui la possèdent ou qui en sont membres ou une personne physique, qui, en tant qu’indépendant, peut exercer une activité économique. Elle est obligatoirement déclarée aux administrations compétentes (Greffes des tribunaux, Chambres de commerce et d’industrie, Chambres de Métiers, Organismes de sécurité sociale, DGFiP, etc) pour exister. L’existence d’une telle unité peut ne dépendre que du choix des propriétaires ou de ses créateurs et n’exister que pour des raisons organisationnelles, juridiques ou fiscales. L’unité légale est l’unité principale enregistrée dans Sirene et connue des différentes administrations. Cette définition de l’unité légale ne doit pas être confondue avec celle de l’entreprise, considérée comme unité statistique.

Services marchands : services vendus, par une unité, à des prix économiquement significatifs (en grande partie ou en totalité). En toute rigueur, il faudrait parler de services principalement marchands car pour certaines activités coexistent des parties marchandes et non-marchandes ; certains services sont considérés comme toujours marchands (les transports par exemple), d'autres comme toujours non marchands (l’administration générale par exemple). Les services marchands sont définis par l’Insee à partir de la NAF rév.2. Leur champ exclut le commerce, le transport et les services financiers.