Tableaux de l'économie françaiseÉdition 2017

Les Tableaux de l'économie française s'adressent à tous ceux qui souhaitent disposer d'un aperçu rapide et actuel sur la situation économique, démographique et sociale de la France.

Insee Références
Paru le : 02/03/2017
Consulter
Sommaire

Caractéristiques des sociétés et des entreprises individuelles

Présentation

Au 1er janvier 2015, plus de 4,2 millions d’entreprises (au sens d’ unités légales ) sont actives en France. Seules 16 700 d’entre elles (0,4 %) emploient plus de 100 salariés. L’industrie manufacturière regroupe 25 % des entreprises de cette taille. Les entreprises de moins de 10 salariés représentent 95 % de l’ensemble des entreprises. La concentration de ces petites entreprises est particulièrement élevée dans le secteur des activités immobilières et dans celui des autres activités de services : leur poids y est de 98 %. Elle est plus faible dans l’industrie manufacturière (86 %). C’est dans le secteur du commerce, des transports, de l’hébergement et de la restauration que l’on dénombre le plus d’entreprises sans salarié mais celles-ci y sont sous-représentées. En revanche, elles sont surreprésentées dans les activités de l’enseignement, la santé humaine et l’action sociale ainsi que dans les activités spécialisées scientifiques et techniques, de service administratif et de soutien.

En 2014, les entreprises (au sens du décret d'application (n° 2008-1354) de l'article 51 de la loi de modernisation de l'économie (LME)) des secteurs d’activité marchands hors agriculture et secteur financier qui exercent leur activité sur le territoire français dégagent un chiffre d’affaires hors taxes de 3 790 milliards d’euros, dont 45 % est réalisé dans le secteur du commerce, des transports, de l’hébergement et de la restauration. Le chiffre d’affaires du secteur industriel atteint 1 025 Md€, soit 27 % du chiffre d’affaires de l’ensemble des secteurs marchands hors agriculture et secteur financier. Il est porté essentiellement par l’industrie manufacturière. Les frais de personnel de l’ensemble des secteurs marchands hors agriculture et secteur financier augmentent par rapport à 2013. Ils se concentrent essentiellement dans le secteur du commerce, des transports, de l’hébergement et de la restauration (216 Md€) et dans l’industrie (178 Md€). La valeur ajoutée progresse légèrement en 2014 et atteint 1 073 Md€. Le secteur du commerce, des transports, de l’hébergement et de la restauration en créent 30 %, celui de l’industrie 24 % et les activités de soutien aux entreprises 15 %. Les investissements corporels bruts hors apports s’élèvent à 183 Md€ en 2014. Les secteurs de l’industrie, du commerce, transports, hébergement et restauration et les activités immobilières en sont les principaux contributeurs.

Avec 74 % de ses entreprises relevant du secteur des services marchands, la France occupe en 2014 une position intermédiaire dans l’Union européenne (UE). Le poids du secteur de la construction dans le tissu d’entreprises est relativement élevé en France (18 %). Enfin, la France fait partie en 2014 des pays de l’UE dans lesquels la part des entreprises de l’industrie dans l’ensemble des entreprises est la plus faible (9 %).

Tableaux et graphiques

Unités légales selon le nombre de salariés et l'activité

en milliers
Unités légales selon le nombre de salariés et l'activité
2014 2015
Total 0 1 à 9 10 à 49 50 à 99 100 à 249 250 ou plus Total
Industrie manufacturière, industries extractives et autres 260,6 161,8 79,7 27,7 3,7 2,8 1,7 277,4
dont industrie manufacturière 227,1 133,6 74,6 26,0 3,5 2,6 1,6 241,9
Construction 530,9 390,8 159,0 24,5 1,3 0,7 0,3 576,6
Commerce, transports, hébergement et restauration 1 144,4 761,7 379,7 60,5 5,7 3,2 1,7 1 212,5
   Commerce, réparation d'automobiles et motocycles 779,0 545,2 238,1 35,5 3,5 2,0 1,1 825,4
   Transports et entreposage 98,6 67,6 26,5 9,0 1,3 0,9 0,4 105,7
   Hébergement et restauration 266,7 148,9 115,1 16,0 0,9 0,2 0,2 281,3
Information et communication 143,3 123,5 25,2 5,7 0,8 0,5 0,3 156,0
Activités financières et d'assurance 139,0 104,1 38,5 3,7 0,4 0,3 0,4 147,4
Activités immobilières 177,2 151,9 29,3 2,2 0,3 0,3 0,1 184,1
Act. spéc., scient. et tech. et act. de serv. adm. et de soutien 686,2 573,0 141,0 26,2 2,7 1,6 1,0 745,6
Enseignement, santé humaine et action sociale 537,5 493,9 66,5 12,0 2,7 1,1 0,5 576,8
Autres activités de services 312,5 277,3 67,1 5,1 0,4 0,2 0,1 350,2
Total 3 931,6 3 038,0 985,9 167,7 18,1 10,6 6,1 4 226,5
  • Note : données définitives au 1er janvier.
  • Champ : unités légales marchandes hors agriculture (y c. micro-entrepreneurs et sociétés holding).
  • Source : Insee, Sirene, REE.

Principaux résultats des entreprises par secteur en 2014

en milliards d'euros
Principaux résultats des entreprises par secteur en 2014
Chiffre d'affaires hors taxes Valeur ajoutée Frais de personnel Excédent brut d'exploitation Investissements corporels bruts hors apports Bénéfice ou perte
Industrie 1 025,0 258,9 177,8 66,1 51,0 37,7
dont industrie manufacturière 868,9 216,5 154,9 46,2 28,5 28,8
Construction 288,9 92,2 74,8 13,9 7,7 9,9
Commerce, transports, hébergement et restauration 1 684,8 322,2 216,2 65,1 45,6 37,4
dont commerce, réparation d'automobiles et de motocycles 1 392,2 203,9 130,6 37,8 17,6 26,3
Information et communication 176,3 81,3 53,8 23,9 8,8 1,6
Activités auxiliaires de services financiers et d'assurance 57,9 25,7 19,6 4,2 4,4 60,5
Activités immobilières 74,6 41,0 11,3 24,0 36,6 12,5
Act. spéc., scient. et tech. et act. de serv. adm. et de soutien 327,3 163,8 128,2 31,0 24,2 42,9
Enseignement, santé humaine et action sociale 98,6 65,7 34,7 28,0 2,2 25,7
Autres activités de services 56,7 21,8 14,9 5,4 2,6 2,4
Total 3 790,1 1 072,5 731,4 261,4 183,0 230,6
  • Champ : unités légales et entreprises profilées des secteurs marchands y c. auto-entrepreneurs, hors agriculture et hors services financiers et d'assurance (mais y c. auxiliaires de services financiers et d'assurance, sociétés holdings).
  • Source : Insee, Ésane.

Entreprises actives par grand secteur dans quelques pays de l'UE en 2014

en %
Entreprises actives par grand secteur dans quelques pays de l'UE en 2014
Industrie Construction Services1 Total en milliers
Allemagne 11,5 13,9 74,6 2 818,8
Autriche (p) 8,9 9,7 81,4 427,4
Belgique 6,6 16,4 77,0 591,7
Bulgarie 10,4 6,0 83,6 332,8
Chypre 11,0 14,9 74,1 49,1
Croatie 14,8 12,5 72,7 146,8
Danemark 9,0 14,4 76,7 218,0
Espagne 7,2 15,5 77,3 2 943,9
Estonie 10,7 12,6 76,7 80,5
Finlande 10,5 17,0 72,5 294,3
France 8,5 17,9 73,6 3 414,6
Hongrie 9,6 10,7 79,7 522,1
Irlande 6,9 19,9 73,2 238,2
Italie 11,1 14,0 74,9 3 846,7
Lettonie 10,8 9,3 79,9 101,0
Lituanie 11,2 15,8 73,0 177,8
Luxembourg 3,1 11,3 85,7 31,2
Malte 8,4 14,0 77,7 31,8
Pays-Bas 6,0 14,4 79,6 1 075,5
Pologne 12,8 15,0 72,2 2 025,3
Portugal 8,8 9,8 81,4 793,5
Rép. tchèque 18,4 16,8 64,8 1 022,0
Roumanie 10,6 9,2 80,3 696,1
Royaume-Uni 7,1 14,3 78,6 2 219,0
Slovaquie 15,9 20,3 63,8 438,1
Slovénie 15,5 14,6 69,9 137,4
Suède 8,3 14,3 77,4 727,3
UE 9,9 14,6 75,5 26 264,8
  • p : données provisoires.
  • 1. Services de l'industrie et des services marchands, sauf l'administration d'entreprises.
  • Champ : entreprises dans l'industrie et les services marchands, sauf les activités des sociétés holding.
  • Source : Eurostat.

Définitions

Chiffre d'affaires hors taxes : correspond à la somme des ventes (hors taxes) de marchandises, de produits fabriqués, des prestations de services et des produits des activités annexes réalisées par l’entreprise avec les tiers dans l'exercice de son activité professionnelle normale et courante.

Entreprise : le décret de décembre 2008 pris en application de la loi n° 2008-776 de modernisation de l’économie du 4 août 2008 (dite LME) définit une entreprise comme la plus petite combinaison d’unités légales qui constitue « une unité organisationnelle de production de biens et services jouissant d’une certaine autonomie de décision, notamment pour l’affectation de ses ressources courantes ».

Ésane (Élaboration des statistiques annuelles d’entreprise) : dispositif qui combine des données administratives (obtenues à partir des déclarations annuelles de bénéfices que font les entreprises à l'administration fiscale et à partir des déclarations annuelles de données sociales qui fournissent des informations sur les salariés) et des données obtenues à partir d'un échantillon d'entreprises enquêtées par un questionnaire spécifique pour produire les statistiques structurelles d'entreprises. Il remplace donc le précédent système, composé de deux dispositifs avec les enquêtes annuelles d'entreprise (EAE) et le système unifié de statistique d'entreprise s'appuyant sur les déclarations fiscales (SUSE), en les unifiant. Le changement de dispositif génère des ruptures au niveau des résultats produits par rapport à ceux provenant du système précédent, pour trois raisons principales. Le questionnaire des enquêtes du dispositif Ésane a été rénové, ce qui a pu induire certaines modifications du comportement de réponse des entreprises. La prise en compte conjointe des données d'enquête et des données administratives, et en particulier la confrontation des informations disponibles dans les deux sources sur la ventilation du chiffre d'affaires selon les activités principales, a nécessité la mise en place de méthodes d'estimations statistiques rénovées. Les données sont publiées selon la nomenclature d'activités révisée NAF rév.2, alors que les précédents résultats l'étaient en NAF rév.1.

Excédent brut d’exploitation (EBE) : solde du compte d'exploitation, pour les sociétés. Il est égal à la valeur ajoutée, diminuée de la rémunération des salariés, des autres impôts sur la production et augmentée des subventions d'exploitation. Pour les entreprises individuelles, le solde du compte d'exploitation est le revenu mixte. L'excédent d'exploitation peut être calculé net, si l'on retranche la consommation de capital fixe.

Profilage : analyse des groupes afin d’identifier en leur sein, par delà leur organisation juridique en unités légales, des entreprises pertinentes au sens économique. Le profilage implique ensuite de reconstituer des comptes et la ventilation par activité de la partie française de ces entreprises.

Secteur d’activité : regroupe des entreprises de fabrication, commerce ou service qui ont la même activité principale (au regard de la nomenclature d’activité économique considérée). L'activité d'un secteur n'est donc pas tout à fait homogène et comprend des productions ou services secondaires qui relèveraient d'autres items de la nomenclature que celui du secteur considéré. Au contraire, une branche regroupe des unités de production homogènes.

Système informatisé du répertoire national des entreprises et des établissements (Sirene) : système dont la gestion a été confiée à l'Insee et qui enregistre l'état civil de toutes les entreprises et leurs établissements, situés en métropole, dans les DOM (Guadeloupe, Guyane, Martinique, La Réunion et Mayotte) et à Saint-Pierre et Miquelon, et ce quelle que soit leur forme juridique et quel que soit leur secteur d'activité. Les entreprises étrangères qui ont une représentation ou une activité en France y sont également répertoriées.

Unité légale : entité juridique de droit public ou privé. Cette entité juridique peut être une personne morale, dont l'existence est reconnue par la loi indépendamment des personnes ou des institutions qui la possèdent ou qui en sont membres ou une personne physique, qui, en tant qu'indépendant, exerce une activité économique. Elle est obligatoirement déclarée aux administrations compétentes (Greffes des tribunaux, Chambres de commerce et d’industrie, Chambres de Métiers, Organismes de sécurité sociale, DGFiP, etc.). L'existence d'une telle unité peut ne dépendre que du choix des propriétaires ou de ses créateurs et n’exister que pour des raisons organisationnelles, juridiques ou fiscales. L'unité légale est l'unité principale enregistrée dans Sirene et connue des différentes administrations. Cette définition de l'unité légale ne doit pas être confondue avec celle de l'entreprise, considérée comme unité statistique ayant une pertinence économique notamment parce qu'elle possède « une certaine autonomie de décision ».

Valeur ajoutée : solde du compte de production. Elle est égale à la valeur de la production diminuée des consommations intermédiaires.