Tableaux de l'Économie FrançaiseÉdition 2014

Les tableaux de l'économie française s'adressent à tous ceux qui souhaitent disposer d'un aperçu rapide et actuel sur la situation économique, démographique et sociale de la France.

Insee Références
Paru le : 19/02/2014
Consulter
Sommaire

Investissements internationaux

Présentation

Calculés selon une méthode qui deviendra la norme pour la présentation des statistiques d’investissements directs à l’échelle européenne et mondiale à compter de 2014, les investissements directs français à l’étranger (IDE) s’établissent en 2012 à 28 milliards d’euros, en retrait de 7 milliards par rapport à 2011. Les opérations en capital à l’étranger, hors investissements immobiliers, sont en hausse de 12 milliards d’euros, et atteignent 32,3 milliards en 2012. Les opérations de groupes français à l’étranger restent nombreuses et significatives mais leur montant unitaire moyen est en baisse. La majeure partie des opérations concerne des augmentations de capital de filiales déjà détenues. Les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg se situent au premier rang des pays de contrepartie, avec une part cumulée de 63 % des investissements, devant l’Italie (12 %). Pour la deuxième année consécutive, les investisseurs français se désengagent de l’Allemagne, de l’Espagne et de l’Irlande. Parmi les pays émergents et en développement, les principales destinations des investissements français sont le Brésil, la Chine et la Russie (18 % des flux pour ces trois destinations).

Avec 19 milliards d’euros en 2012, les investissements directs étrangers en France sont stables par rapport à 2011. L’essentiel du flux provient, tout comme pour les investissements directs français à l’étranger, d’augmentations de capital à l’intérieur de groupes constitués. Comme les années précédentes, les flux proviennent presque exclusivement des pays industrialisés, situés à l’intérieur de l’Union européenne à 27 (65 %) ou en dehors (29 %). Certains des principaux pays de provenance des fonds abritent des sociétés holdings et autres entités à vocation spéciale par où transitent souvent les capitaux qui viennent s’investir en France. De grands partenaires économiques de la France sont également d’importants investisseurs, comme le Japon, l’Allemagne et les États-Unis.

Après avoir plus que doublé en 2011, les flux d’IDE de l’UE à 27 dans les pays tiers s’établissent à 171 milliards d’euros. Les principales destinations de ces investissements sont les centres financiers offshore, le Canada et le Brésil, les États-Unis, la Chine, Hong-Kong et la Russie. Les IDE en provenance du reste du monde dans l’Union européenne s’établissent à 159 milliards d’euros en 2012, après avoir atteint 225 milliards en 2011. Plus de 60 % des investissements de pays tiers proviennent des États-Unis, suivis de loin par le Canada, le Japon, la Russie et Hong-Kong. Comme les années précédentes, l’Union européenne est en 2012 un investisseur net dans le reste du monde, mais la marge entre les flux sortants et entrants s’est réduite considérablement (12 milliards d’euros contre 145 milliards en 2011).

Tableaux et graphiques

T14F144T1 – Flux d’investissements directs selon le pays de première contrepartie

en milliards d’euros
Flux d’investissements directs selon le pays de première contrepartie
2011 (r) 2012
Étrangers en France Français à l'étranger Étrangers en France Français à l'étranger
Union européenne à 27 13,7 15,2 12,1 14,7
Zone euro 10,8 12,6 12,8 12,4
dont Allemagne 1,8 -4,0 1,8 -6,2
dont Belgique 8,3 16,4 6,1 5,5
dont Espagne 0,0 -5,1 0,0 -2,0
dont Irlande -5,1 -1,3 -0,3 -0,6
dont Italie 0,0 9,1 -0,6 3,4
dont Luxembourg 3,7 2,2 4,4 4,9
dont Pays-Bas 1,5 -3,6 0,5 7,2
Autres pays de l’Union européenne 2,9 2,6 -0,6 2,3
dont Pologne -1,0 -0,2 -0,3 0,6
dont République tchèque 0,2 0,0 0,1 -0,4
dont Roumanie 0,0 0,1 0,2 0,2
dont Royaume-Uni 2,3 4,3 -0,5 3,3
dont Suède 1,3 -1,4 -0,1 -1,7
Autres pays industrialisés 4,0 5,7 5,4 4,7
dont États-Unis -0,1 13,0 1,4 1,3
dont Japon 0,4 1,2 1,8 0,6
dont Suisse 4,8 -3,6 1,9 2,0
Reste du monde 2,1 14,0 1,0 8,6
dont Brésil 0,1 2,5 0,0 1,9
dont Chine 0,1 6,5 0,0 1,7
dont Inde 0,0 0,4 -0,1 0,3
Total 19,8 34,9 18,6 28,0
  • (r) : Donnée révisée par rapport à l'édition précédente
  • Note : le signe "–" indique un désinvestissement. Les données sont établies conformément à la nouvelle méthode de calcul des IDE, qui repose sur l'application du principe directionnel étendu.
  • Source : Banque de France.

T14F144T3 – Stocks des investissements directs français à l'étranger et étrangers en France

au 31 décembre
Stocks des investissements directs français à l'étranger et étrangers en France
2009 2010 (r) 2011
Investissements français à l'étranger
Stocks (1) (en milliards d'euros) 726,1 835,3 852,7
Investissements étrangers en France (2)
Stocks (1) (en milliards d'euros) 408,4 430,6 443,8
  • (r) : Donnée révisée par rapport à l'édition précédente
  • (1) : Capitaux propres en valeur comptable (y compris investissements immobiliers).
  • (2) : Élaboration des stocks à partir de la base Esane de l'Insee.
  • Sources : Banque de France ; Insee, Esane.

T14F144T4 – Flux d'investissements directs des pays de l'UE en 2012

en milliards d'euros
Flux d'investissements directs des pays de l'UE en 2012
Flux sortants à destination de Flux entrants en provenance de
l'UE à 27 Hors UE à 27 l'UE à 27 Hors UE à 27
Allemagne 40,3 11,7 -4,5 9,6
Autriche 6,5 6,4 3,5 1,5
Belgique 0,4 11,0 -19,2 18,0
Bulgarie 0,1 0,1 0,8 0,6
Chypre -1,1 -0,4 0,1 0,5
Danemark 3,0 1,1 -1,2 2,0
Espagne 1,8 -5,6 11,6 10,0
Estonie 0,7 0,0 0,7 0,5
Finlande 3,7 -0,1 -2,3 0,9
France 21,2 19,6 19,2 22,7
Grèce -0,4 0,4 2,2 0,1
Hongrie 5,3 2,8 8,8 1,7
Irlande 5,9 8,8 18,2 4,6
Italie 11,9 11,8 6,4 1,0
Lettonie 0,1 0,1 0,6 0,2
Lituanie 0,3 0,1 0,8 -0,1
Luxembourg 45,2 57,0 44,1 74,0
Malte 0,0 /// 0,1 ///
Pays-Bas -0,6 -2,1 5,5 -5,7
Pologne 0,1 -0,7 2,4 0,2
Portugal 1,4 0,1 5,8 1,2
Rép. tchèque 1,2 -0,1 7,4 0,8
Roumanie 0,1 0,0 1,6 0,3
Royaume-Uni 10,0 /// 42,3 ///
Slovaquie -0,1 0,0 2,1 0,1
Slovénie -0,1 0,0 0,1 0,0
Suède 15,4 10,4 1,3 9,2
UE à 27 221,8 170,6 186,6 158,5
  • /// : Absence de résultat due à la nature des choses
  • Note : le signe "–" indique un désinvestissement.
  • Source : Eurostat.

T14F144G1 – Flux d'investissements directs entre la France et l'étranger de 1999 à 2012

en milliards d'euros
Flux d'investissements directs entre la France et l'étranger de 1999 à 2012
Flux d'IDE étrangers en France Flux d'IDE français à l'étranger Solde
1999 23,7 -99,1 -75,4
2000 36,0 -181,7 -145,7
2001 25,4 -65,9 -40,6
2002 30,8 -32,3 -1,5
2003 7,7 -17,1 -9,4
2004 4,7 -24,3 -19,6
2005 35,8 -60,0 -24,2
2006 20,3 -51,3 -31,0
2007 32,4 -82,2 -49,8
2008 16,3 -78,3 -62,0
2009 4,2 -63,9 -59,7
2010 10,7 -34,1 -23,4
2011 19,8 -34,9 -15,1
2012 18,6 -28,0 -9,4
  • Note : flux établis en application de la règle du principe directionnel étendu.
  • Source : Banque de France.

T14F144G1 – Flux d'investissements directs entre la France et l'étranger de 1999 à 2012

Pour en savoir plus

« L’économie française », Insee Références, édition 2013.

« Balance des paiements et position extérieure de la France », Rapport annuel, Banque de France, juin 2013.

« Plus de 60 % des investissements de pays tiers dans l’UE27 provenaient des États-Unis en 2012 », communiqué de presse, Eurostat, juin 2013.