Tableaux de l'Économie FrançaiseÉdition 2014

Les tableaux de l'économie française s'adressent à tous ceux qui souhaitent disposer d'un aperçu rapide et actuel sur la situation économique, démographique et sociale de la France.

Insee Références
Paru le : 19/02/2014
Consulter
Sommaire

Croissance - Productivité

Insee Références
Paru le : 19/02/2014

Présentation

L’activité économique française est atone en 2012. La France n’est, en effet, pas épargnée par la forte dégradation de la conjoncture économique qui affecte la zone euro. Le produit intérieur brut (PIB) stagne, après avoir crû de 2,0 % en 2011. Les moteurs internes de la croissance calent : la consommation des ménages diminue et l’investissement recule. En revanche, l’accélération des dépenses de consommation des administrations publiques, imputable à des livraisons de matériel militaire plus importantes que l’année précédente, soutient la demande intérieure. Au total, la contribution à la croissance du PIB de la demande intérieure finale hors stocks s’élève à – 0,1 point, après + 1,0 point en 2011.

En 2012, l’investissement de l’ensemble de l’économie diminue. Ce repli tient principalement au recul de l’investissement des entreprises non financières (– 2,1 % en volume après + 3,1 % en 2011). Ces dernières réduisent leur investissement en produits manufacturés et tout particulièrement leurs investissements en construction et en matériels de transport. À l’inverse, leur investissement en services marchands poursuit sa progression. Les ménages diminuent leurs investissements, notamment en services liés au marché immobilier. Il en est de même des administrations publiques dont les investissements cessent de croître en 2012, surtout en bâtiment et travaux publics.

La situation financière des sociétés non financières (SNF) continue de se dégrader en 2012 : leur valeur ajoutée s’inscrit en fort ralentissement et leur excédent brut d’exploitation (EBE) se contracte. Le taux de marge des SNF perd donc 0,8 point par rapport à 2011 pour s’établir à 28,4 %. Leur taux d’autofinancement baisse en outre fortement car l’épargne des SNF baisse davantage que leurs investissements.

Le ralentissement de l’activité en 2012 est patent dans la plupart des branches d’activité marchandes. Néanmoins, les dynamiques sectorielles diffèrent. L’activité se replie dans l’industrie manufacturière spécialement dans la branche cokéfaction et raffinage. La branche des matériels de transport contribue également à ce repli, en raison notamment de la production automobile qui chute fortement en 2012. À l’inverse, la production d’énergie-eau-déchets renoue avec la croissance. Au total, la production industrielle baisse de 2,2 %, après + 2,0 % en 2011. Dans une moindre mesure, l’activité dans la construction recule elle aussi. Enfin, la production des services marchands marque le pas. La baisse d’activité concerne principalement les services d’hébergement-restauration, de transports et les services financiers.

Le ralentissement de l’activité se transmet à l’emploi salarié qui baisse de 0,2 % en moyenne annuelle en 2012. L’emploi total est toutefois stable car l’emploi non salarié demeure dynamique. Les gains de productivité apparente du travail se replient ainsi à + 0,2 %, après + 1,4 % en 2011.

Tableaux et graphiques

T14F112T1 – Contributions à la croissance du PIB en volume

en %
Contributions à la croissance du PIB en volume
10/09 (r) 11/10 (r) 12/11 (p)
Dépenses de consommation finale 1,4 0,5 0,2
Ménages 0,8 0,3 – 0,2
Administrations publiques 0,4 0,1 0,4
ISBLSM 0,1 0,0 0,0
Formation brute de capital fixe 0,3 0,6 – 0,2
Sociétés et entreprises indiv. non financières 0,6 0,3 – 0,2
Sociétés et entreprises indiv. financières – 0,1 0,1 0,0
Administrations publiques – 0,3 0,0 0,0
Ménages hors entrepreneurs individuels 0,0 0,1 0,0
ISBLSM 0,0 0,0 0,0
Solde extérieur des biens et services 0,0 0,0 1,0
Exportations 2,2 1,4 0,6
Importations – 2,2 – 1,4 0,3
Acquisitions nettes de cessions d'objets de valeur 0,0 0,0 0,0
Variation de stocks 0,1 1,1 – 0,8
Produit intérieur brut 1,7 2,0 0,0
  • (r) : Donnée révisée par rapport à l'édition précédente
  • (p) : Donnée provisoire
  • Source : Insee, comptes nationaux - base 2005.

T14F112T2 – Évolution de la productivité horaire apparente du travail par branche

évolution par rapport à l'année précédente en %
Évolution de la productivité horaire apparente du travail par branche
09/08 10/09 (r) 11/10 (r) 12/11 (p)
Agriculture, sylviculture et pêche 9,7 – 6,9 11,6 – 3,5
Ind. manufacturière, ind. extractives et autres – 1,2 6,0 1,6 – 0,5
Ind. extractives, énergie, eau, gestion des déchets et dépollution – 12,9 1,8 – 2,8 1,2
Fabr. de denrées alimentaires, de boissons et de produits à base de tabac 3,7 – 3,0 3,5 4,0
Cokéfaction et raffinage – 25,1 57,4 0,1 – 39,2
Fabr. de machines et d'équip. Électriques (1) – 6,7 11,0 3,1 1,4
Fabrication de matériels de transport – 13,8 23,3 0,0 – 6,2
Fabrication d'autres produits industriels 3,4 5,9 2,6 – 1,8
Construction – 4,4 – 4,1 – 0,7 – 0,7
Services principalement marchands – 0,7 1,2 1,2 0,3
Commerce, transports, héb. et restauration – 3,6 2,3 1,7 0,2
Information et communication – 1,8 2,7 0,9 0,3
Activités financières et d'assurance 3,2 – 2,1 6,5 – 2,0
Activités immobilières 9,4 1,4 – 1,5 1,3
Act. scient. et tech. ; serv. adm. et de soutien – 2,5 1,2 1,4 1,0
Autres services 0,5 0,2 0,1 – 0,2
Services principalement non marchands (2) 1,9 – 0,5 0,5 1,3
Ensemble – 0,4 1,0 1,4 0,4
  • (r) : Donnée révisée par rapport à l'édition précédente
  • (p) : Donnée provisoire
  • (1) : Y c. fabrication d'équipements électroniques et informatiques.
  • (2) : Regroupement Adm. publique, Enseignement, Santé humaine et action sociale.
  • Source : Insee, comptes nationaux - base 2005.

T14F112T3 – Taux de croissance du PIB en volume dans quelques pays du monde

évolution par rapport à l'année précédente en %
Taux de croissance du PIB en volume dans quelques pays du monde
10/09 (r) 11/10 (r) 12/11
Allemagne 4,2 3,0 0,7
Autriche 2,1 2,7 0,8
Belgique 2,4 1,8 – 0,3
Bulgarie 0,4 1,8 0,8
Chypre 1,3 0,5 – 2,4
Croatie (p) – 2,3 0,0 – 2,0
Danemark 1,6 1,1 – 0,5
Espagne – 0,3 0,4 – 1,4
Estonie 3,3 8,3 3,2
Finlande 3,3 2,8 – 0,2
France 1,7 2,0 0,0
Grèce (p) – 4,9 – 7,1 – 6,4
Hongrie 1,3 1,6 – 1,7
Irlande – 0,8 1,4 0,9
Italie 1,7 0,4 – 2,4
Lettonie – 0,9 5,5 5,6
Lituanie 1,5 5,9 3,7
Luxembourg 2,9 1,7 0,3
Malte 3,2 1,8 1,0
Pays-Bas 1,6 1,0 – 1,0
Pologne 3,9 4,5 1,9
Portugal 1,9 – 1,6 – 3,2
Rép.tchèque 2,5 1,9 – 1,3
Roumanie – 1,1 2,2 0,7
Royaume-Uni 1,7 1,1 0,2
Slovaquie 4,4 3,2 2,0
Slovénie 1,2 0,6 – 2,3
Suède 6,6 3,7 0,7
UE 2,1 1,6 – 0,3
États-Unis 2,4 1,8 2,2
Japon 4,7 – 0,6 1,9
Norvège 0,5 1,2 3,1
Suisse 3,0 1,9 1,0
Turquie (1) 9,0 8,8 2,2
  • (r) : Donnée révisée par rapport à l'édition précédente
  • (p) : Donnée provisoire
  • (1). Prévisions pour 2011 et 2012.
  • Source : Eurostat.

T14F112T4 – Partage de la valeur ajoutée à prix courants

en %
Partage de la valeur ajoutée à prix courants
1990 2000 2010 (r) 2012
Rémunération des salariés 57,7 58,1 59,3 59,6
Salaires et traitements bruts 41,8 42,6 43,7 43,6
Cot. soc. à charge des employeurs 15,9 15,5 15,6 16,0
Impôts sur la production 3,8 4,7 4,7 5,0
Subventions d'exploitation – 1,1 – 1,0 – 1,5 – 1,3
Excédent brut d'exploitation 30,0 30,4 30,7 29,9
Revenu mixte brut 9,6 7,8 6,8 6,8
Valeur ajoutée brute (en milliards d'euros) 924,0 1 289,1 1 741,0 1 820,9
  • (r) : Donnée révisée par rapport à l'édition précédente
  • Source : Insee, comptes nationaux - base 2005.

T14F112G1 – Contributions à la croissance du PIB en volume

variation annuelle en %, contributions en points
Contributions à la croissance du PIB en volume
2008 2009 2010 (r) 2011 (r) 2012
Produit intérieur brut (PIB) -0,1 -3,1 1,7 2,0 0,0
Consommation 0,4 0,7 1,4 0,5 0,2
Investissement 0,1 -2,3 0,3 0,6 -0,2
Solde du commerce extérieur -0,3 -0,5 0,0 0,0 1,0
Variation de stocks -0,2 -1,2 0,1 1,1 -0,9
  • (r) : données révisées
  • Source : Insee, comptes nationaux, base 2005.

T14F112G1 – Contributions à la croissance du PIB en volume

Pour en savoir plus

« L’économie française », Insee Références, édition 2013.

« Les comptes de la Nation en 2012 – le PIB stagne, le pouvoir d’achat recule », Insee Première n°1447, mai 2013.

« Le PIB de la zone euro en baisse de 0,6 % et celui de l ’UE27 en baisse de 0,5 % », communiqué de presse n°24, Eurostat, février 2013.