Tableaux de l'Économie FrançaiseÉdition 2014

Les tableaux de l'économie française s'adressent à tous ceux qui souhaitent disposer d'un aperçu rapide et actuel sur la situation économique, démographique et sociale de la France.

Insee Références
Paru le : 19/02/2014
Consulter
Sommaire

Villes de France

Insee Références
Paru le : 19/02/2014

Présentation

Entre 1982 et 2011, la France a gagné 9,4 millions d’habitants, dont 20 % dans l’aire urbaine de Paris et 30 % dans les 13 grandes aires urbaines de province. L’influence de ces dernières ne cesse de s’étendre. Dans beaucoup d’autres agglomérations, la ville-centre perd des habitants au profit des communes avoisinantes. Dans l’ensemble, les communes rurales ne perdent plus d’habitants depuis les années 1970. Elles en gagnent même lorsqu’elles sont proches de grandes agglomérations.

Les 13 plus grandes aires urbaines de province abritent 20 % de la population et expliquent 30 % de sa hausse sur trente ans. Leur point commun est une croissance en périphérie ainsi que dans le centre de l’agglomération. Les cinq aires urbaines les plus dynamiques sont situées à l’ouest ou au sud-ouest du pays : Toulouse, Nantes, Rennes, Montpellier et Bordeaux. La croissance a également été forte dans le quart Sud-est à Toulon, Nice, Lyon et Grenoble, ainsi qu’à Strasbourg. Marseille-Aix, troisième aire urbaine du pays, suit le rythme national et gagne chaque année près de 8 000 habitants. En revanche, les aires urbaines de Rouen et Lille ont une démographie moins dynamique que la moyenne nationale. Dans toutes ces grandes aires urbaines, les communes de la couronne périurbaine sont plus dynamiques que l’agglomération elle-même. Les couronnes sont souvent très étendues : 30 km autour de Nantes, Rennes ou Montpellier, 50 km autour de Bordeaux, Toulouse ou Lyon. À l’inverse, certaines grandes agglomérations du nord de la France perdent des habitants sur 30 ans : Douai-Lens, Valenciennes, Le Havre, Dunkerque pâtissent des restructurations industrielles. C’est aussi le cas de Saint-Étienne.

Dans beaucoup d’agglomérations, la population augmente globalement, alors que la ville-centre perd des habitants, souvent au profit de sa banlieue ou même de sa couronne périurbaine. C’est le cas de Clermont-Ferrand, Le Mans, Pau ou Limoges, mais aussi de Béziers, Tarbes, Périgueux ou La Rochelle. Dans certaines agglomérations, la ville-centre souffre des défauts inhérents à la « centralité » (coût ou inadaptation du logement, manque d’espace vert, engorgement de la circulation) sans toujours bénéficier des mêmes attraits que les grandes métropoles en terme d’emplois qualifiés, de pôle universitaire ou d’offre culturelle.

En outre-mer, les grandes aires urbaines de Saint-Denis, mais surtout de Saint-Paul et Saint-Pierre à la Réunion, et de Cayenne en Guyane, tirent la dynamique de leurs départements. En Guadeloupe, Pointe-à-Pitre-les Abymes gagne des habitants, ce qui n’est pas le cas de Basse-Terre. En Martinique, Le Robert est en forte croissance, mais l’aire urbaine de Fort-de-France perd des habitants. Sur 30 ans, la Réunion (département d’outre-mer le plus peuplé) et surtout la Guyane ont des taux de croissance très supérieurs à ceux de la métropole. Ce n’est pas le cas des départements antillais.

Tableaux et graphiques

T14F014T4 – Taille des communes les plus peuplées

Taille des communes les plus peuplées
Rang Commune Population municipale 2011
1 Paris 2 249 975
2 Marseille 850 636
3 Lyon 491 268
4 Toulouse 447 340
5 Nice 344 064
6 Nantes 287 845
7 Strasbourg 272 222
8 Montpellier 264 538
9 Bordeaux 239 399
10 Lille 227 533
11 Rennes 208 033
12 Reims 180 752
13 Le Havre 174 156
14 Saint-Étienne 170 049
15 Toulon 163 974
16 Grenoble 157 424
17 Dijon 151 672
18 Angers 148 803
19 Saint-Denis (La Réunion) 145 347
20 Villeurbanne 145 034
21 Nîmes 144 940
22 Le Mans 143 240
23 Clermont-Ferrand 140 957
24 Aix-en-Provence 140 684
25 Brest 140 547
26 Limoges 137 758
27 Tours 134 633
28 Amiens 133 327
29 Metz 119 962
30 Perpignan 118 238
31 Boulogne-Billancourt 116 220
32 Besançon 115 879
33 Orléans 114 185
34 Rouen 111 553
35 Mulhouse 110 351
36 Caen 108 793
37 Saint-Denis 107 762
38 Nancy 105 382
39 Argenteuil 104 282
40 Saint-Paul (La Réunion) 103 916
41 Montreuil 103 068
42 Roubaix 94 186
43 Tourcoing 92 018
44 Dunkerque 91 386
45 Créteil 90 528
46 Avignon 90 194
47 Nanterre 89 476
48 Courbevoie 88 530
49 Poitiers 87 906
50 Fort-de-France 86 753
51 Vitry-sur-Seine 86 375
52 Versailles 86 307
53 Colombes 85 102
54 Asnières-sur-Seine 83 376
55 Aulnay-sous-Bois 81 880
56 Saint-Pierre 80 356
57 Rueil-Malmaison 79 855
58 Pau 79 798
59 Champigny-sur-Marne 75 800
60 Aubervilliers 75 598
  • Source : Insee, RP 2011.

T14F014T7 – Quelques caractéristiques des principales communes de France

en milliers
Quelques caractéristiques des principales communes de France
Superficie en km² Population en 1999 Population en 2010 Logements en 2010 Résidences principales en 2010 en % Rés. secondaires et logts occasionnels en 2010 en % Taux d'activité des 15-64 ans au RP 2010 en % Emplois au lieu de travail en 2010
Aix-en-Provence 186,1 134,3 141,4 78,2 87,7 4,4 65,8 85,2
Amiens 49,5 135,4 133,4 68,8 91,2 1,0 66,8 81,0
Angers 42,7 151,3 147,6 82,2 91,6 1,5 66,2 81,8
Besançon 65,1 117,7 116,9 66,8 90,7 2,0 67,2 70,6
Bordeaux 49,4 215,4 239,2 144,9 90,2 2,6 68,1 164,9
Boulogne-Billancourt 6,2 106,3 114,2 62,2 89,6 3,8 79,4 78,9
Brest 49,5 149,6 141,3 80,6 90,0 2,0 67,9 82,3
Caen 25,7 114,0 109,0 62,0 93,8 0,8 65,3 72,5
Clermont-Ferrand 42,7 137,2 139,9 84,1 88,7 2,3 65,8 98,0
Dijon 40,4 150,1 151,2 88,5 89,9 1,9 69,5 90,0
Grenoble 18,1 153,4 155,6 89,6 89,2 1,9 69,0 92,1
Le Havre 47,0 190,9 175,5 88,8 91,4 1,1 68,4 75,2
Le Mans 52,8 146,1 142,6 79,3 89,3 1,6 71,5 85,4
Lille 34,8 212,6 227,6 126,2 92,1 1,1 65,0 154,1
Limoges 78,0 133,9 139,2 80,8 91,2 1,6 68,0 85,8
Lyon 47,9 445,3 484,3 275,1 88,6 2,6 72,3 295,9
Marseille 240,6 797,5 850,7 416,6 91,0 1,8 66,5 340,6
Metz 41,9 123,7 120,7 64,3 88,6 1,0 69,0 81,1
Montpellier 56,9 225,5 257,4 149,0 87,6 3,5 63,6 140,7
Mulhouse 22,2 110,1 109,6 55,2 85,5 0,8 67,3 57,4
Nantes 65,2 270,3 285,0 160,4 91,3 2,8 70,4 168,3
Nice 71,9 343,1 343,3 222,1 74,6 12,7 69,8 145,9
Nîmes 161,9 133,4 142,2 76,6 86,3 2,9 67,1 75,8
Orléans 27,5 113,1 114,2 62,0 88,8 1,9 72,2 70,2
Paris 105,4 2 125,9 2 243,8 1 355,2 85,8 6,7 76,4 1 797,7
Perpignan 68,1 105,1 117,4 67,8 83,4 3,2 62,9 64,8
Reims 46,9 187,2 180,0 96,1 91,7 1,2 68,2 93,1
Rennes 50,4 206,2 207,2 116,6 91,7 2,0 65,0 131,0
Rouen 21,4 106,6 110,9 67,8 89,2 1,8 67,9 81,4
Saint-Denis (La Réunion) 142,8 131,6 145,0 64,0 88,9 1,8 67,5 61,2
Saint-Étienne 80,0 180,4 171,3 95,7 86,7 2,5 66,9 83,8
Strasbourg 78,3 263,9 271,8 141,2 90,8 2,0 67,5 159,5
Toulon 42,8 160,7 164,5 89,9 87,7 3,0 69,0 76,6
Toulouse 118,3 390,3 441,8 259,2 90,1 2,0 69,8 288,4
Tours 34,7 132,7 134,8 79,7 90,6 1,8 67,9 79,5
Villeurbanne 14,5 124,2 145,2 75,4 91,7 1,2 71,2 57,7
  • Source : Insee, recensements de la population.

Pour en savoir plus

« 1982-2011 : Trente ans de démographie des territoires – Le rôle structurant du bassin parisien et des très grandes aires urbaines », Insee Première n°1483, janvier 2014.

« Les métiers et leurs territoires », Insee Première n°1478, décembre 2013.