Tableaux de l'économie françaiseÉdition 2018

Les Tableaux de l'économie française s'adressent à tous ceux qui souhaitent disposer d'un aperçu rapide et actuel sur la situation économique, démographique et sociale de la France.

Insee Références
Paru le : 27/02/2018
Consulter
Sommaire

Construction

Présentation

En 2016, après deux années de repli, la production dans la construction se stabilise (0,0 %, après – 1,4 %). La valeur ajoutée de la branche progresse même très légèrement (+ 0,1 %, après – 1,9 %) et ne pèse plus sur la croissance du PIB. L’ emploi en équivalent temps plein (EQTP) se replie de 27 000 postes en 2016 (– 1,5 %), après – 43 000 en 2015 (– 2,3 %). La productivité apparente progresse plus vite en 2016 qu’en 2015 (+ 1,6 %, après + 0,4 %) : en effet la valeur ajoutée se stabilise alors que l’emploi continue de diminuer.

Sur l’ensemble de l’année 2016, le nombre de logement autorisé s’élève à 458 100 unités, en hausse de 14,6 % par rapport à l’année 2015. Il est stimulé par les autorisations de logements collectifs en hausse de 19,5 %. Le nombre de mises en chantier cumulées sur l’année progresse de 10,4 % sur la même période à 369 000 logements.

La production de logements augmente de 2,8 %, après une baisse de 5,5 % en 2015. Ce rebond est porté par l’ individuel pur et le collectif (+ 3,3 % et + 4,0 %), alors que la production dans l’individuel groupé continue de baisser (– 4,6 %), mais plus modérément qu’en 2015 (– 14,0 %). L’augmentation du nombre de logements produits s’accompagne d’une diminution des surfaces moyennes des logements (– 1,4 %) pour tous les types de logement. La surface globale produite, tous logements confondus, progresse de 1,4 % en 2016. Si le redémarrage des mises en chantier début 2015 s’est traduit par une augmentation de la production de logements neufs en 2016, le nombre de logements terminés est toujours orienté à la baisse (– 2,4 %) étant donné les délais de chantier (deux ans environ pour le collectif et un an pour l’individuel). En 2016, 345 500 logements sont livrés dont 145 000 dans l’individuel, et 200 500 dans le collectif.

En 2016, 123 000 logements neufs (appartements et maisons individuelles) sont mis sur le marché par des promoteurs immobiliers, soit 20,4 % de plus qu’en 2015. Fin 2016, l’encours de logements proposés à la vente atteint 99 600 unités. Il est inférieur de 3,0 % à celui de fin décembre 2015. Le prix moyen au mètre carré des appartements, toujours stable, atteint 3 900 euros. Le prix moyen des maisons est proche du niveau de 2014 ; il s’établit à 256 300 euros. Le nombre de ventes annuelles s’élève à 126 300 logements, soit 25,9 % de plus qu’en 2015. Les ventes concernent 115 600 appartements et 10 800 maisons individuelles.

En 2016, les surfaces de plancher commencées des bâtiments non résidentiels représentent 24,2 millions de mètres carrés, soit 8,5 % de moins qu’en 2015. La plupart des secteurs sont orientés à la baisse par rapport à l’année précédente.

Entre 2015 et 2016, la production moyenne dans le secteur de la construction augmente de 1,6 % dans la zone euro et de 1,3 % dans l’Union européenne.

Tableaux et graphiques

Figure 1 – Équilibre ressources emplois de la construction

Équilibre ressources emplois de la construction
2015 (r) 16/15 en % 2016
en milliards d'euros courants en volume en prix en milliards d'euros courants
Ressources 295,7 0,2 0,4 297,3
Production au prix de base 271,1 0,0 0,6 272,8
TVA 22,7 1,7 -2,4 22,6
Autres impôts sur production 1,9 1,6 -0,4 1,9
Emplois
Investissement 208,9 0,2 0,3 210,1
dont : sociétés non financières 66,7 1,9 0,2 68,2
         adm. publiques 45,7 -5,2 -0,3 43,2
         ménages 86,1 1,3 0,7 87,7
Consommation finale 17,9 0,5 1,3 18,2
Consommations intermédiaires 69,2 -0,3 0,3 69,2
Variations de stock -0,3 ns ns -0,3
  • ns : donnée non significative.
  • r : données révisées.
  • Note : la construction comprend la promotion immobilière.
  • Source : Insee, comptes nationaux - base 2010.

Figure 2 – Investissement en construction de 2000 à 2016

en milliards d'euros courants
Investissement en construction de 2000 à 2016
Ensemble de la construction Construction de bâtiments1 Génie civil Travaux de construction spécialisés
2001 143,9 28,6 24,1 91,3
2002 147,3 30,2 22,5 94,7
2003 155,9 31,9 24,1 100,0
2004 169,3 34,5 26,5 108,4
2005 181,4 37,1 28,8 115,6
2006 199,2 41,2 31,6 126,4
2007 216,7 46,5 34,0 136,2
2008 227,0 48,9 35,1 143,0
2009 211,8 42,4 32,7 136,7
2010 210,1 40,1 32,4 137,6
2011 220,5 45,0 33,7 141,8
2012 219,9 45,5 33,7 140,8
2013 220,1 46,3 34,6 139,2
2014 (r) 216,3 45,3 33,2 137,8
2015 (r) 208,9 44,8 31,7 132,4
2016 210,1 nd nd nd
  • nd : donnée non disponible.
  • r : données révisées.
  • 1. Y.c. la promotion immobilière.
  • Source : Insee, comptes nationaux - base 2010.

Figure 2 – Investissement en construction de 2000 à 2016

Figure 3 – Caractéristiques de la construction par activité en 2015

en millions d'euros
Caractéristiques de la construction par activité en 2015
Construction de bâtiments Génie civil Travaux de construction spécialisés Total
Nombre d'entreprises 59 727 5 677 428 695 494 099
Salariés en EQTP1 163 866 160 385 968 156 1 292 407
Chiffre d'affaires hors taxes 73 324 33 525 167 277 274 126
Valeur ajoutée hors taxes 13 315 9 821 62 504 85 639
Frais de personnel2 9 701 8 814 50 897 69 412
Excédent brut d'exploitation 2 856 517 9 671 13 044
Investissements corporels bruts hors apports 2 055 1 094 3 415 6 564
  • 1. En équivalent temps plein.
  • 2. Salaires et charges.
  • Champ : unités légales et entreprises profilées ddu secteur de la construction.
  • Source : Insee, Ésane.

Figure 4 – Locaux commencés de bâtiments non résidentiels

en millions de m2
Locaux commencés de bâtiments non résidentiels
2000 2010 (r) 2014 (r) 2015
Hébergement hôtelier 0,4 0,7 0,7 0,4
Bureaux 3,8 2,8 3,0 2,8
Commerce et artisanat 3,9 4,5 4,1 3,6
Industrie et entrepôts 12,9 5,9 5,3 5,6
Exploitations agricoles 11,8 8,8 6,3 5,7
Service public 6,6 5,9 4,8 4,0
Total 39,3 28,7 24,2 22,2
  • r : données révisées.
  • Note : estimations en date réelle à fin avril 2017.
  • Source : SDES.

Figure 5 – Logements commencés

en milliers
Logements commencés
2000 2008 2016 16/15 en %
Logements individuels 211,5 215,7 149,3 8,1
Logements collectifs1 126,2 183,4 219,7 12,0
Total 337,7 399,1 369,0 10,4
  • 1. Y c. les logements en résidence (résidence pour personnes âgées, pour étudiants, pour touristes, etc.).
  • Note : estimations sur données arrêtées à la fin avril 2017.
  • Champ : France hors Mayotte.
  • Source : SDES.

Figure 6 – Prix moyens des appartements et maisons neufs de 1985 à 2016

Prix moyens des appartements et maisons neufs de 1985 à 2016
Prix des maisons¹ en milliers d'euros Prix des appartements en euros par m2
1985 81,3 1 268,1
1986 82,5 1 278,7
1987 87,0 1 359,5
1988 97,0 1 507,7
1989 103,4 1 656,5
1990 115,7 1 816,0
1991 123,3 1 872,1
1992 126,5 1 916,3
1993 130,2 1 882,0
1994 120,9 1 851,3
1995 121,5 1 871,0
1996 124,2 1 875,0
1997 127,2 1 893,0
1998 132,7 1 936,0
1999 136,5 1 963,0
2000 154,3 2 016,0
2001 160,6 2 101,0
2002 171,6 2 236,0
2003 189,5 2 348,0
2004 200,1 2 560,0
2005 220,1 2 842,0
2006 243,1 3 065,0
2007 250,3 3 269,0
2008 250,3 3 338,0
2009 243,5 3 360,0
2010 237,9 3 558,0
2011 245,4 3 745,0
2012 249,4 3 844,0
2013 246,9 3 851,0
2014 252,1 3 833,0
2015 249,7 3 871,0
2016 256,3 3 948,0
  • 1. Maisons individuelles commercialisées par des promoteurs.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : SDES.

Figure 6 – Prix moyens des appartements et maisons neufs de 1985 à 2016

Figure 7 – Permis de construire de bâtiments résidentiels dans l'UE

indice base 100 en 2010
Permis de construire de bâtiments résidentiels dans l'UE
2000 (r) 2005 (r) 2015 (r) 2016
Allemagne 187,8 130,2 156,2 180,6
Autriche nd 93,9 131,4 139,2
Belgique 83,9 117,0 90,4 101,2
Bulgarie 39,3 256,3 134,5 141,5
Chypre 42,5 131,1 22,3 25,5
Croatie 91,4 175,3 52,1 69,4
Danemark 110,7 234,8 144,0 157,5
Espagne 480,5 659,6 39,4 46,6
Estonie 41,7 354,6 216,5 233,3
Finlande 112,3 135,9 53,7 56,2
France 82,0 115,8 83,4 94,1
Grèce 179,2 424,9 13,3 13,8
Hongrie 237,6 287,4 70,5 181,3
Irlande 493,8 537,7 70,6 88,6
Italie 154,4 233,3 34,3 nd
Lettonie nd 360,9 75,7 93,3
Lituanie 45,6 141,0 164,8 201,5
Luxembourg 90,9 126,8 109,9 46,4
Malte 89,3 204,3 88,8 171,6
Pays-Bas 128,7 136,5 87,7 83,6
Pologne 87,9 70,2 110,0 123,5
Portugal 481,3 294,7 33,8 47,1
Rép. tchèque 115,0 145,0 92,8 96,7
Roumanie 74,6 103,2 92,7 91,6
Royaume-Uni 135,6 162,9 127,2 131,2
Slovaquie nd 120,8 122,0 139,8
Slovénie 103,1 148,1 55,9 61,1
Suède 58,9 113,1 175,7 209,1
UE 180,6 228,2 90,7 99,8
  • nd : donnée non disponible.
  • r : données révisées.
  • Note : données brutes estimées.
  • Champ : bâtiments résidentiels, sauf bâtiments pour collectivités.
  • Source : Eurostat (extraction du 27 juin 2017).

Avertissement

Sauf mention contraire, les données nationales se réfèrent à la France métropolitaine et aux cinq départements d’outre-mer (sauf mention contraire Mayotte est inclus dans les données de la France).

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d’une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Les comparaisons internationales s’appuient en général sur les données issues d’organismes internationaux (Eurostat, ONU, etc.) qui peuvent diverger des sources produites par les instituts nationaux de statistiques, notamment pour l’Insee, pour les données françaises. En effet, ces organismes effectuent souvent des ajustements de champ ou de méthode, d’ampleur souvent réduite, afin de produire des données comparables d’un pays à l’autre.

Sauf précision contraire, les indicateurs relatifs à l’Union européenne (UE) figurant dans cet ouvrage portent sur l’UE à 28.

Définitions

Autorisation de construction (logement ou local non résidentiel) : décision administrative prise par une autorité publique compétente à cet égard, et ayant pour objet d’autoriser la construction d’un logement ou d’un local non résidentiel. Une telle autorisation peut concerner l’édification d’une ou plusieurs constructions nouvelles, ou la modification d’une ou plusieurs constructions existantes.

Branche d’activité  : regroupe des unités de production homogènes, c'est-à-dire qui fabriquent des produits (ou produisent des services) qui appartiennent au même item de la nomenclature d'activité économique considérée. Au contraire, un secteur regroupe des entreprises classées selon leur activité principale.

Construction : essentiellement activité de mise en œuvre ou d'installation sur le chantier du client et qui concerne aussi bien les travaux neufs que la rénovation, la réparation ou la maintenance. Ces industries correspondent à la section F de la NAF rév. 2.

Construction individuelle ou collective : on distingue une construction selon son caractère individuel (maison) ou collectif. La maison correspond à un bâtiment ne comportant qu'un seul logement et disposant d'une entrée particulière. On distingue deux types de maisons : individuel pur (maison individuelle résultant d'une opération de construction ne comportant qu'un seul logement) ; individuel groupé (maison individuelle résultant d'une opération de construction comportant plusieurs logements individuels ou un seul logement individuel avec des locaux). Le terme « collectif » est défini par l'exclusion des deux premiers concepts. Il s'agit de logements faisant partie d'un bâtiment de deux logements ou plus.

Emploi en équivalent temps plein (EQTP) : l’emploi peut se mesurer en nombre de personnes ayant travaillé, même pendant une durée limitée. On peut aussi mesurer les emplois en équivalent temps plein (EQTP). Chaque poste est pris en compte au prorata de son volume horaire de travail rapporté à celui d’un poste à temps complet. Par exemple, un salarié ayant occupé un poste donné durant six mois à 80 % compte pour 0,4 (=0,5*0,8) en EQTP.

Logement : local utilisé pour l'habitation. Les logements sont répartis en quatre catégories : résidences principales, résidences secondaires, logements occasionnels, logements vacants. Il existe des logements ayant des caractéristiques particulières, mais qui font tout de même partie des logements au sens de l'Insee : les logements-foyers pour personnes âgées, les chambres meublées, les habitations précaires ou de fortune. En revanche, les communautés ne sont pas décrites ici.

Logement autorisé : Voir Autorisation de construction.

Logement commencé : logement faisant partie d'un bâtiment dont les fondations sont commencées (cas des logements collectifs) ou dont les « fouilles en rigole » sont entreprises (cas des logements individuels). Une « fouille en rigole » est un creusement du sol pour permettre la construction à l'emplacement des « semelles » (ces dernières sont les parties basses). Voir aussi : Mise en chantier.

Mise en chantier : une construction est considérée comme mise en chantier (ou commencée) après réception de la déclaration d’ouverture de chantier (DOC) envoyée par le pétitionnaire (ou maître d’ouvrage). Un chantier est considéré ouvert lorsque les fouilles en rigole (i.e. creusement du sol pour permettre la construction) ou les fondations sont entreprises pour une partie ou la totalité des constructions autorisées.

Permis de construire : formulaire établi lors d’une opération de construction de logements ou de locaux non résidentiels. Un unique permis de construire peut s’appliquer à un seul logement (ou à un local non résidentiel) ou à plusieurs selon le type de la construction. La base de données Sit@del rassemble tous les permis de construire dès leur dépôt et enregistre les événements relatifs à la vie d’un permis à compter de son autorisation (annulation, modification, ouverture du chantier, etc.).

Prix des logements : prix à la réservation hors frais de notaire et frais divers. Les prix de vente sont mesurés en milliers d‘euros pour une maison et en euros/m2 pour un appartement.

Sit@del2 : base de données du système statistique public relative à la construction neuve de logements et de locaux non résidentiels. Cette base est alimentée par les informations des permis de construire, permis d’aménager, permis de démolir et déclarations préalables. Ces données sont transmises chaque mois par les centres instructeurs des directions départementales de l’équipement et par les communes (ou groupements de communes) autonomes. Sit@del2 est la continuité de Sitadel, prenant en compte les nouvelles variables des formulaires mis en place lors de réforme du droit des sols en octobre 2007.