Tableaux de l'économie françaiseÉdition 2018

Les Tableaux de l'économie française s'adressent à tous ceux qui souhaitent disposer d'un aperçu rapide et actuel sur la situation économique, démographique et sociale de la France.

Insee Références
Paru le : 27/02/2018
Consulter
Sommaire

Recherche & Développement

Présentation

En 2015, la dépense intérieure de recherche et développement (DIRD) atteint 49,8 milliards d’euros (Md€), en hausse de 0,8 % en volume par rapport à 2014. La DIRD des entreprises (DIRDE) augmente de 0,9 % en volume et celle des administrations de 0,5 %. L' effort de recherche de la nation se maintient à 2,3 % du PIB en 2015. Il se situe au-dessus de celui de la moyenne estimée des 28 pays de l’Union européenne (2,0 %) et du Royaume-Uni (1,7 %), mais derrière celui de la Suède (3,3 %) et de l’Allemagne (2,9 %) notamment. L’effort de recherche diminue dans certains pays européens comme en Italie et en Espagne.

L’ensemble des dépenses engagées par les entreprises ou les administrations françaises pour la réalisation, en France ou à l’étranger, de travaux de recherche constitue la dépense nationale de recherche et développement (DNRD) . Elle s’élève en 2015 à 53,3 Md€, dont 7,2 Md€ pour des travaux réalisés à l’étranger. En 2015, la DNRD progresse globalement au même rythme que la DIRD (+ 0,8 % en volume).

En 2015, la DIRDE s’établit à 31,8 Md€, soit 64 % de la DIRD. La DIRDE des branches industrielles stagne (+ 0,1 % en volume). Les dépenses de recherche sont très concentrées dans quelques branches de recherche : l’industrie automobile, la construction aéronautique et spatiale et l’industrie pharmaceutique. Elles totalisent ensemble 44 % des dépenses des branches industrielles. La DIRDE de l’industrie automobile est en baisse sur un an (– 1,5 %) comme celle de la branche pharmaceutique (– 1,3 %), tandis que celle de la construction aéronautique et spatiale repart à la hausse (+ 0,9 %).

En 2015, les activités de recherche et développement (R&D) en France mobilisent 428 600 personnes en équivalent temps plein (EQTP) . Les entreprises en emploient 59 % et les administrations 41 %. L’emploi dans la recherche progresse de 1,1 % en 2015, après avoir stagné en 2014 (+ 0,1 %). Dans les entreprises, l’emploi dans la recherche augmente de 1,3 % en 2015, après avoir diminué en 2014 (– 0,7 %). Les effectifs de R&D dans l’industrie repartent légèrement à la hausse (+ 0,4 %, après – 0,7 % en 2014). Les effectifs de R&D dans les services augmentent plus nettement (+ 3,9 %), après leur baisse de 0,8 % en 2014. En 2015, le nombre de chercheurs dans les entreprises augmente fortement (+ 2,5 % en 2015, après + 0,2 %), tandis qu’on observe un repli des effectifs de soutien dans les branches industrielles (– 1,7 %). Dans les administrations, les effectifs de R&D continuent de progresser (+ 0,8 % en 2015, après + 1,5 %), du fait principalement de hausses dans les établissements d’enseignement supérieur et de recherche. En revanche, les effectifs des organismes de R&D (EPIC et EPST) baissent à nouveau (– 1,0 % en 2015, après – 1,0 % en 2014).

Tableaux et graphiques

Figure 1 – Financement de la DNRD et exécution de la DIRD

en millions d'euros
Financement de la DNRD et exécution de la DIRD
1995 20001 2005 2010 2015 (p) 15/142 en %
Dépense nationale de recherche et développement (DNRD) 27 563 31 438 36 654 44 841 53 253 0,8
Financement par les administrations3 13 647 14 272 16 921 19 172 21 773 3,7
Financement par les entreprises 13 916 17 166 19 733 25 668 31 480 -1,2
Part des entreprises dans la DNRD (en %) 50,5 54,6 53,8 57,2 59,1 ///
Part de la DNRD dans le PIB (en %) 2,25 2,12 2,07 2,24 2,43 ///
Dépense intérieure de recherche et développement (DIRD) 27 302 30 954 36 228 43 469 49 839 0,8
Exécution par les administrations3 10 653 11 605 13 725 16 014 18 083 0,5
Exécution par les entreprises 16 649 19 348 22 503 27 455 31 756 0,9
Part des entreprises dans la DIRD (en %) 61,0 62,5 62,1 63,2 63,7 ///
Part de la DIRD dans le PIB4 (en %) 2,23 2,08 2,04 2,18 2,27 ///
  • /// : absence de résultat due à la nature des choses.
  • p : données provisoires.
  • 1. Changements méthodologiques.
  • 2. Évolution en volume.
  • 3. Le secteur des administrations comprend : les ministères et les services ministériels, les EPST, les EPIC, les établissements d'enseignement supérieur, les CHU, les CLCC, les institutions sans but lucratif.
  • 4. PIB en base 2010.
  • Champ : hors Défense.
  • Source : Mesri - SIES.

Figure 2 – DIRD des entreprises par branche

en millions d'euros
DIRD des entreprises par branche
2015 (p) 15/141 en %
Industrie automobile 4 368 -1,5
Industrie pharmaceutique 3 023 -1,3
Construction aéronautique et spatiale 3 571 0,9
Industrie chimique 1 819 0,5
Composants, cartes électron., ordinateurs2 1 475 3,8
Fab. d'instruments et d'appareils de mesure3 1 696 3,1
Fab. d'équipements de communication 977 -1,1
Fab. d'autres machines et équipements 1 073 -2,1
Fabrication d'équipements électriques 1 024 -1,3
Fab. de prod. en caoutchouc et en plastique 866 4,3
Autres branches industrielles4 4 923 0,1
Act. informatiques et services d'information 2 161 1,4
Télécommunications 897 -3,5
Activités spécialisées, scient. et techniques 2 148 3,0
Édition, audiovisuel et diffusion 1 167 6,1
Autres branches de services 568 28,9
Total des branches 31 756 0,9
  • p : données provisoires.
  • 1. Évolution en volume.
  • 2. Y c. équipements périphériques.
  • 3. Y c. essai, navigation et horlogerie.
  • 4. Y c. agriculture, sylviculture et pêche.
  • Source : Mesri - SIES.

Figure 3 – Effectifs de chercheurs de 1985 à 2015

en milliers d'équivalent temps plein
Effectifs de chercheurs de 1985 à 2015
Chercheurs dans les administrations¹ Chercheurs dans les entreprises
1981 50,4 35,1
1982 52,7 37,4
1983 54,4 38,3
1984 56,7 41,5
1985 58,4 43,9
1986 59,6 45,4
1987 60,2 49,2
1988 63,3 51,8
1989 66,1 54,4
1990 66,9 57,1
1991 70,2 59,6
1992 74,5 64,7
1993 76,3 66,5
1994 78,9 66,7
1995 80,2 66,6
1996 81,0 68,5
1997 80,7 72,0
1998 82,2 71,7
1999 82,4 75,4
2000 87,7 81,0
2001 88,9 88,5
2002 91,1 95,3
2003 92,1 100,6
2004 93,6 108,8
2005 95,7 106,8
2006 97,1 113,5
2007 97,3 124,6
2008 99,3 128,4
2009 99,1 133,7
2010 99,7 143,8
2011 100,8 148,4
2012 102,5 156,4
2013 104,3 161,5
2014 110,0 161,7
2015 111,8 165,8
  • 1. Les administrations recouvrent les ministères et services ministériels, les EPST, les EPIC, les établissements d'enseignement supérieur, les CHU, le CLCC et les institutions sans but lucratif.
  • Champ : y c. les chercheurs de la Défense à partir de 2009 ; changements méthodologiques en 2000, 2001, 2004, 2006, 2009, 2010 et 2011.
  • Source : Mesri - SIES.

Figure 3 – Effectifs de chercheurs de 1985 à 2015

Figure 4 – DIRD publique par secteur institutionnel

en millions d'euros
DIRD publique par secteur institutionnel
2014 2015 (p)
Établissements publics et services ministériels (hors CNRS) 6 232 6 357
Enseignement supérieur (y c. CNRS) 10 823 10 958
Institutions sans but lucratif 739 768
Total 17 794 18 083
  • p : données provisoires.
  • Source : Mesri - SIES.

Figure 5 – Dépense intérieure et personnel de R&D dans l'UE en 2015

Dépense intérieure et personnel de R&D dans l'UE en 2015
Dépense intérieure de R&D Personnel de R&D1
en millions d'euros en % du PIB Total dont chercheurs
Allemagne 88 782 2,9 640 516 387 982
Autriche 10 499 3,1 71 396 43 562
Belgique 10 118 2,5 77 520 53 178
Bulgarie 435 1,0 22 492 14 236
Chypre 85 0,5 1 246 856
Croatie 375 0,8 10 645 6 367
Danemark (p) 8 038 3,0 59 532 42 425
Espagne 13 172 1,2 200 866 122 437
Estonie 303 1,5 5 636 4 187
Finlande 6 071 2,9 50 367 37 516
France2 49 839 2,3 428 643 277 631
Grèce 1 704 1,0 49 658 34 708
Hongrie 1 511 1,4 36 847 25 316
Irlande 3 134 1,2 35 170 25 481
Italie 22 157 1,3 259 167 125 875
Lettonie 152 0,6 5 570 3 613
Lituanie 390 1,0 10 607 8 167
Luxembourg 662 1,3 5 227 2 539
Malte 71 0,8 1 422 820
Pays-Bas 13 696 2,0 129 060 79 155
Pologne 4 317 1,0 109 249 82 594
Portugal 2 234 1,2 47 999 38 672
Rép. tchèque 3 250 1,9 66 433 38 081
Roumanie 782 0,5 31 331 17 459
Royaume-Uni 43 574 1,7 413 860 284 483
Slovaquie 927 1,2 17 591 14 406
Slovénie 853 2,2 14 225 7 900
Suède 14 663 3,3 (e) 83 551 (e) 66 734
UE 300 598 2,0 (e) 2 874 137 (e) 1 835 945
  • e : donnée estimée.
  • p : données provisoires.
  • 1. En équivalent temps plein.
  • 2. Source Mesri - SIES pour les données de personnel de R&D.
  • Source : Eurostat (extraction du 21 novembre 2017).

Avertissement

Sauf mention contraire, les données nationales se réfèrent à la France métropolitaine et aux cinq départements d’outre-mer (sauf mention contraire Mayotte est inclus dans les données de la France).

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d’une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Les comparaisons internationales s’appuient en général sur les données issues d’organismes internationaux (Eurostat, ONU, etc.) qui peuvent diverger des sources produites par les instituts nationaux de statistiques, notamment pour l’Insee, pour les données françaises. En effet, ces organismes effectuent souvent des ajustements de champ ou de méthode, d’ampleur souvent réduite, afin de produire des données comparables d’un pays à l’autre.

Sauf précision contraire, les indicateurs relatifs à l’Union européenne (UE) figurant dans cet ouvrage portent sur l’UE à 28.

Définitions

Branche de recherche : branche d’activité économique bénéficiaire des travaux de R&D. Il existe trente deux branches de recherche définies à partir de la nomenclature d’activités française (NAF rév. 2).

Dépense intérieure de recherche et de développement (DIRD) : travaux de R&D exécutés sur le territoire national quelle que soit l'origine des fonds. Une partie est exécutée par les administrations (DIRDA), l'autre par les entreprises (DIRDE). Elle comprend les dépenses courantes (masse salariale des personnels de R&D et dépenses de fonctionnement) et les dépenses en capital (achats d'équipements nécessaires à la réalisation des travaux internes à la R&D et opérations immobilières réalisées dans l'année).

Dépense nationale de recherche et développement (DNRD) : mesure, sans double compte, l’effort financier des acteurs économiques nationaux quelle que soit la destination des financements. L'écart entre le montant de la dépense intérieure de recherche et développement (DIRD) et celui de la DNRD représente le solde des échanges en matière de recherche et développement entre la France et l'étranger, y compris les organisations internationales.

Effectifs de Recherche et Développement : ensemble des personnels (chercheurs et personnels de soutien technique ou administratif) qui effectuent des travaux de recherche et développement en équivalent temps plein recherche (ETP).

Effort de recherche de la nation : rapport entre les dépenses intérieures de R&D (DIRD) et le produit intérieur brut (PIB).

Emploi en équivalent temps plein : nombre total d'heures travaillées dans l'activité considérée divisé par la moyenne annuelle des heures travaillées dans des emplois à plein temps.

Recherche et Développement (R&D) : les travaux de recherche et développement ont été définis et codifiés par l'Organisation de Coopération et de Développement économiques (OCDE), chargée d'assurer la comparabilité des informations entre les pays membres de l'organisation (Manuel de Frascati, 2002). Ils englobent les travaux de création entrepris de façon systématique en vue d'accroître la somme des connaissances, y compris la connaissance de l'homme, de la culture et de la société, ainsi que l'utilisation de cette somme de connaissances pour de nouvelles applications. Ils regroupent de façon exclusive les activités suivantes : la recherche fondamentale (ces travaux sont entrepris soit par pur intérêt scientifique, recherche fondamentale libre, soit pour apporter une contribution théorique à la résolution de problèmes techniques, recherche fondamentale orientée), la recherche appliquée (qui vise à discerner les applications possibles des résultats d'une recherche fondamentale ou à trouver des solutions nouvelles permettant d'atteindre un objectif déterminé choisi à l'avance) et le développement expérimental (fondé sur des connaissances obtenues par la recherche ou l'expérience pratique est effectué, au moyen de prototype ou d'installations pilotes, en vue de lancer de nouveaux produits, d'établir de nouveaux procédés ou d'améliorer substantiellement ceux qui existent déjà).