Tableaux de l'économie françaiseÉdition 2018

Les Tableaux de l'économie française s'adressent à tous ceux qui souhaitent disposer d'un aperçu rapide et actuel sur la situation économique, démographique et sociale de la France.

Insee Références
Paru le : 27/02/2018
Consulter
Sommaire

Consommation des ménages

Présentation

En 2016, en volume, la dépense de consommation finale des ménages augmente plus fortement qu’en 2015 (+ 2,3 %, après + 1,4 %). Elle contribue pour 1,5 point à la croissance du produit intérieur brut. Son évolution retrouve son rythme d’avant-crise. Cette croissance est en partie portée par les biens durables. La consommation effective des ménages , qui inclut en outre les dépenses directement financées par la collectivité, progresse un peu moins vite que la dépense de consommation des ménages en 2016 (+ 2,1 % en volume). La légère accélération de la dépense de consommation individualisable des administrations publiques ne compense pas la décélération de celle des institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM) , et toutes deux augmentent plus faiblement que la dépense de consommation des ménages.

En valeur, le revenu disponible brut des ménages s’accroît à un rythme plus soutenu qu’en 2015. Cette évolution intervient dans un contexte de reflux des prix. En conséquence, après un rebond en 2014 et une décélération en 2015, le pouvoir d’achat accélère nettement en 2016. C’est d’ailleurs sa plus forte hausse depuis la crise de 2008. Comme le pouvoir d’achat de l’ensemble des revenus perçus par les ménages, le revenu moyen par unité de consommation s’accroît nettement. Le pouvoir d’achat du revenu arbitrable individuel accélère sensiblement car les dépenses « pré-engagées » , qui viennent en déduction du revenu disponible, augmentent moins vite que les autres dépenses. Cette moindre hausse est due à la baisse des prix des dépenses énergétiques dans les logements et au repli de la consommation en services financiers lié notamment aux très nombreuses renégociations des taux d’emprunts immobiliers.

Les achats d’automobiles, neuves ou d’occasion, contribuent le plus à la hausse de la dépense en 2016, confirmant le redressement amorcé en 2015. Comme en 2015, les ménages s’orientent davantage vers les voitures à essence : leur nombre d’immatriculations progresse vivement alors que celui des voitures diesel, minoritaires depuis 2015, recule à nouveau fortement. Les ménages privilégient toujours les petites cylindrées bien que la part de ces dernières diminue. Les dépenses liées au logement continuent à augmenter avec un budget chauffage qui reste dynamique.

En 2016, la dépense de consommation en biens et services de communication continue à croître en volume. En revanche, son prix continue de se replier. Les services de communication représentent plus des trois quarts de la consommation en communication. Leur volume progresse modérément, porté par la migration des clients vers les abonnements à très haut débit. En 2016, les dépenses liées à la culture et aux loisirs accélèrent en volume. Le dynamisme de la consommation en appareils électroniques et informatiques, ainsi qu’en services culturels et récréatifs, y contribue, de même que les activités sportives, récréatives et culturelles marchandes.

Tableaux et graphiques

Figure 1 – Consommation des ménages par fonction

Consommation des ménages par fonction
Consommation en milliards d'euros Variation annuelle en volume en % Poids dans la valeur de la consommation effective en %
2016 2014 (r) 2015 (r) 2016 2006 2016
Alimentation et boissons non alcoolisées 158,6 1,1 1,0 1,2 9,8 10,1
Produits alimentaires 145,2 1,1 0,8 1,2 9,0 9,2
dont : pain et céréales 25,7 1,2 2,2 2,1 1,5 1,6
         viandes 36,9 - 0,7 - 0,9 - 0,8 2,5 2,3
         poissons et fruits de mer 8,9 - 1,1 - 1,4 - 0,3 0,6 0,6
         lait, fromages et oeufs 20,5 - 0,1 0,7 1,5 1,3 1,3
         fruits et légumes 32,0 4,2 1,3 3,2 1,8 2,0
Boissons non alcoolisées 13,5 0,9 3,3 1,3 0,8 0,9
Boissons alcoolisées et tabac 41,7 - 2,7 1,4 0,7 2,6 2,6
Boissons alcoolisées 21,0 - 1,0 1,5 0,2 1,3 1,3
Tabac 20,8 - 4,4 1,3 1,1 1,3 1,3
Articles d'habillement et chaussures 45,0 1,1 1,1 - 0,7 3,6 2,9
Logement, chauffage, éclairage 311,1 - 1,2 1,1 1,3 18,8 19,7
dont : location de logement 226,1 1,2 1,2 1,1 13,7 14,3
         chauffage, éclairage 49,3 - 11,7 2,2 2,5 2,9 3,1
Équipement du logement 57,7 0,3 1,2 1,2 4,2 3,7
Santé 49,6 1,7 2,0 2,6 3,0 3,1
Transport 155,4 - 0,5 2,5 4,1 10,7 9,9
dont : achats de véhicules 40,6 - 1,7 5,2 7,3 3,0 2,6
         carburants, lubrifiants 33,5 0,2 1,6 2,0 2,6 2,1
         services de transports 28,1 0,8 1,0 3,8 1,6 1,8
Communications 30,7 4,8 4,2 4,1 2,5 1,9
Loisirs et culture 100,5 1,5 1,2 2,8 7,4 6,4
Éducation 11,3 1,4 2,6 2,1 0,6 0,7
Hôtels, cafés et restaurants 82,5 1,6 0,4 3,0 5,1 5,2
Autres biens et services 143,2 1,7 1,0 0,7 9,4 9,1
dont : soins personnels 29,7 1,7 0,6 - 0,2 1,9 1,9
         assurances 49,7 0,9 1,3 2,5 3,0 3,2
Correction territoriale -1,3 - 38,5 - 2,0 - 78,6 - 0,9 - 0,1
Dépense de consommation des ISBLSM1 46,8 2,6 2,2 1,0 2,6 3,0
Dépense de consommation des APU2 343,6 2,1 1,5 1,6 20,8 21,8
dont : santé 157,7 3,7 2,8 2,8 9,4 10,0
         éducation 96,2 0,9 0,5 0,6 6,2 6,1
Consommation effective des ménages 1 576,5 1,1 1,4 2,1 100,0 100,0
  • r : données révisées.
  • 1. Institutions sans but lucratif au service des ménages.
  • 2. Dépenses de consommation des administrations publiques en biens et services individualisables.
  • Source : Insee, comptes nationaux - base 2010.

Figure 2 – Évolution de la dépense et du pouvoir d'achat des ménages de 1960 à 2016

en %
Évolution de la dépense et du pouvoir d'achat des ménages de 1960 à 2016
Dépense de consommation finale en volume Pouvoir d'achat du revenu disponible brut1 Pouvoir d'achat du revenu arbitrable2
1960 5,0 7,8 8,1
1961 5,8 4,8 4,7
1962 7,4 10,2 10,6
1963 7,2 6,3 5,9
1964 5,5 5,1 5,2
1965 3,9 4,7 4,7
1966 4,8 4,9 4,9
1967 5,0 5,6 5,6
1968 4,3 4,5 4,1
1969 6,5 4,7 3,7
1970 4,5 7,2 7,6
1971 5,6 5,5 5,7
1972 5,2 5,9 6,0
1973 5,6 5,7 5,4
1974 2,8 3,5 2,6
1975 2,0 3,0 3,7
1976 5,5 2,4 2,0
1977 2,6 2,8 2,5
1978 3,9 6,0 6,2
1979 3,4 0,9 0,1
1980 1,2 0,6 -0,1
1981 2,1 1,7 1,8
1982 3,3 2,2 2,4
1983 0,9 -0,1 -1,0
1984 0,7 -1,2 -2,4
1985 1,9 0,7 0,1
1986 3,8 2,6 2,5
1987 3,3 1,3 0,7
1988 3,3 3,4 3,9
1989 3,2 3,6 4,0
1990 2,5 3,7 4,0
1991 0,6 1,5 1,1
1992 1,0 2,0 2,3
1993 0,0 0,6 0,2
1994 1,6 0,8 0,3
1995 1,6 2,4 2,1
1996 1,9 0,9 0,1
1997 0,6 1,9 2,1
1998 4,0 3,3 3,4
1999 3,5 3,1 2,9
2000 3,6 3,4 3,4
2001 2,5 3,2 3,2
2002 1,8 3,0 3,0
2003 1,7 0,9 0,4
2004 2,1 2,3 2,5
2005 2,6 1,0 0,8
2006 2,2 2,4 2,8
2007 2,4 3,0 3,9
2008 0,5 0,3 -0,3
2009 0,1 1,6 1,9
2010 1,7 1,2 0,9
2011 0,4 0,2 0,3
2012 -0,3 -0,9 -2,2
2013 0,5 - 0,4 - 1,3
2014 0,7 1,1 1,9
2015 1,4 0,8 0,9
2016 2,3 1,8 2,0
  • 1. Évolution déflatée à l'aide de l'indice du prix des dépenses de consommation finale des ménages.
  • 2. Évolution déflatée à l'aide de l'indice du prix des dépenses de consommation non « pré-engagées » des ménages.
  • Source : Insee, comptes nationaux - base 2010.

Figure 2 – Évolution de la dépense et du pouvoir d'achat des ménages de 1960 à 2016

Figure 3 – Dépense de consommation des ménages par fonction de consommation dans quelques pays de l'UE en 2014

en %
Dépense de consommation des ménages par fonction de consommation dans quelques pays de l'UE en 2014
Allemagne Espagne France Italie Royaume-Uni
Produits alimentaires et boissons non alcoolisées 10,5 13,4 13,3 14,3 8,4
Boissons alcoolisées, tabac et narcotiques 3,2 3,9 3,5 4,1 3,9
Articles d'habillement et articles chaussants 4,8 4,3 3,9 6,3 5,7
Logement, eau, électricité, gaz et autres combustibles 24,0 23,0 26,3 23,8 25,7
Ameublement, équipement ménager et entretien courant de la maison 6,6 4,2 4,9 6,2 4,8
Santé 5,4 4,2 4,2 3,4 1,7
Transports 14,4 10,8 12,9 12,0 14,0
Communications 2,8 2,4 2,6 2,3 2,0
Loisirs et culture 8,9 6,9 8,3 6,7 9,8
Enseignement 0,8 1,8 0,9 1,0 1,6
Restaurants et hôtels 5,4 15,9 6,7 9,9 9,7
Autres biens et services 13,2 9,3 12,3 9,9 12,9
Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
  • Source : Eurostat (extraction du 25 août 2017).

Avertissement

Sauf mention contraire, les données nationales se réfèrent à la France métropolitaine et aux cinq départements d’outre-mer (sauf mention contraire Mayotte est inclus dans les données de la France).

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d’une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Les comparaisons internationales s’appuient en général sur les données issues d’organismes internationaux (Eurostat, ONU, etc.) qui peuvent diverger des sources produites par les instituts nationaux de statistiques, notamment pour l’Insee, pour les données françaises. En effet, ces organismes effectuent souvent des ajustements de champ ou de méthode, d’ampleur souvent réduite, afin de produire des données comparables d’un pays à l’autre.

Sauf précision contraire, les indicateurs relatifs à l’Union européenne (UE) figurant dans cet ouvrage portent sur l’UE à 28.

Définitions

Consommation effective des ménages : elle inclut tous les biens et les services acquis par les ménages résidents pour la satisfaction de leurs besoins, que ces acquisitions aient fait, ou non, l'objet d'une dépense de leur part. La consommation effective des ménages comprend donc, en plus des biens et des services acquis par leurs propres dépenses de consommation finale, les biens et les services qui, ayant fait l'objet de dépenses de consommation individuelle des administrations publiques ou des ISBLSM, donnent lieu à des transferts sociaux en nature de leur part vers les ménages.

Dépense de consommation finale des ménages : recouvre les dépenses effectivement réalisées par les ménages résidents pour acquérir des biens et des services destinés à la satisfaction de leurs besoins. Les produits correspondants ne sont pas stockés, mais considérés comme consommés au moment de leur achat, même s'ils sont durables (voitures, électroménagers, meubles, etc.). La dépense de consommation finale des ménages inclut la part des dépenses de santé, d'éducation, de logement, restant à leur charge, après remboursements éventuels. Elle inclut également les loyers imputés qui sont représentatifs des services de logement produits par les propriétaires qui occupent leur propre logement (retracés via un loyer qu'ils se versent fictivement à eux-mêmes).

Dépense de consommation individualisable : consommation bénéficiant directement aux ménages tout en étant prise en charge par la collectivité. C’est le cas en particulier de dépenses pour l’éducation, la santé, l’action sociale et le logement.

Dépense de consommation des ménages en logement  : inclut les loyers versés par les locataires (aides au logement déduites) mais également les loyers imputés, que les propriétaires auraient à payer s’ils étaient locataires du logement qu’ils habitent.

Dépenses pré-engagées : ensemble des dépenses des ménages réalisées dans le cadre d'un contrat difficilement renégociable à court terme. Elles sont définies comme suit : dépenses liées au logement (y compris, dans le cas de la comptabilité nationale, les loyers imputés), ainsi que celles relatives à l'eau, au gaz, à l'électricité et aux autres combustibles utilisés dans les habitations ; services de télécommunications ; frais de cantine ; services de télévision (redevance télévisuelle, abonnements à des chaînes payantes) ; assurances (hors assurance-vie) ; services financiers (y compris, dans le cas de la comptabilité nationale, les services d'intermédiation financière indirectement mesurés).

Institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM) : ensemble des unités privées dotées de la personnalité juridique qui produisent des biens et services non marchands au profit des ménages. Leurs ressources principales proviennent de contributions volontaires en espèces ou en nature effectuées par les ménages en leur qualité de consommateurs, de versements provenant des administrations publiques, ainsi que de revenus de la propriété.

Pouvoir d’achat : quantité de biens et de services que l’on peut acheter avec une unité de revenu disponible brut (RDB). Son évolution est liée à celles des prix et des revenus. Ainsi, si les prix augmentent quand les revenus sont constants, le pouvoir d’achat diminue, alors que si la hausse des revenus est supérieure à celle des prix, le pouvoir d’achat augmente.

Revenu arbitrable : obtenu après déduction des dépenses pré-engagées du revenu disponible.

Revenu disponible brut des ménages (RDB) : revenu à la disposition des ménages pour la consommation et l’épargne une fois déduits les prélèvements sociaux et fiscaux. Il comprend les revenus d’activité (rémunération des salariés et revenus d’entreprise des entrepreneurs individuels), les revenus de la propriété (dividendes, intérêts et loyers), les prestations sociales autres que des transferts sociaux en nature (pensions de retraite, indemnités de chômage, allocations familiales, minima sociaux, etc.), les autres transferts courants (notamment les indemnités d’assurance nettes des primes), diminués des impôts et cotisations sociales versés par les ménages.