Tableaux de l'économie françaiseÉdition 2018

Les Tableaux de l'économie française s'adressent à tous ceux qui souhaitent disposer d'un aperçu rapide et actuel sur la situation économique, démographique et sociale de la France.

Insee Références
Paru le : 27/02/2018
Consulter
Sommaire

Régions - Départements

Présentation

Au 1er janvier 2018, la population de la France atteint 67,2 millions d’habitants dont 2,2 millions dans les départements d’outre-mer (DOM).

La réforme territoriale, qui est entrée en vigueur le 1er janvier 2016, redécoupe le territoire métropolitain en 13 régions au lieu de 22 auparavant. Si les écarts de taille des régions se réduisent, la population reste inégalement répartie sur le territoire : trois français sur dix habitent dans l’une des deux régions les plus peuplées (Île-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes) mais ne représentant que 13 % du territoire. La population est particulièrement concentrée dans les communes densément peuplées ou de densité intermédiaire : ces dernières rassemblent près des deux tiers de la population française. L’Île-de-France reste de loin la plus densément peuplée avec environ 1 020 habitants/km², soit près de 10 fois plus que la densité moyenne française, DOM compris.

Entre 2010 et 2018, la population de toutes les régions de métropole progresse, sauf celles du Grand Est et de Bourgogne-Franche-Comté qui sont stables. Les plus forts gains concernent la Corse et l’Occitanie. Ces deux régions attirent bien plus de personnes qu’elles n’en voient partir alors que dans le même temps, les naissances compensent tout juste les décès. Le Nord-Ouest et le Nord-Est attirent peu d’habitants. En effet, la Bourgogne-Franche-Comté, le Grand Est et la Normandie ont les évolutions les moins favorables, en raison d’un solde migratoire négatif à peine compensé par l’excédent des naissances par rapport aux décès. En Île-de-France, la population s’est accrue au même rythme que la moyenne nationale, cette évolution résultant cependant d’une combinaison de deux phénomènes : le solde naturel y est le plus élevé de France métropolitaine et le solde migratoire particulièrement négatif.

En 2017, Mayotte est le département français ayant la croissance démographique la plus forte : + 3,8 % par an en moyenne de 2012 à 2017. L’écart se creuse avec la Guyane, en deuxième position, dont la population croît de 2,6 % par an en moyenne entre 2010 à 2018 grâce à un solde naturel très élevé. Avec près de 700 habitants au km2, Mayotte est le département français le plus densément peuplé hors Île-de-France. Le Rhône, département de province le plus dense, compte moins de 600 habitants au km².

À l'horizon 2050, la population de chaque région française augmenterait hormis en Guadeloupe et en Martinique. En France métropolitaine, la croissance démographique demeurerait plus prononcée à l’Ouest et au Sud. Dans ces régions, le solde migratoire avec les autres territoires (français ou étrangers) est nettement excédentaire. Dans l'ensemble des régions, cependant, l’arrivée progressive des générations nombreuses du baby-boom aux âges de forte mortalité limiterait la hausse de la population. Les décès deviendraient ainsi supérieurs aux naissances dans de nombreuses régions.

Tableaux et graphiques

Figure 1 – Population par région

Population par région
Estimations de population au 1er janvier 20181 en milliers Variation annuelle moyenne 18/10 en % Densité moyenne au 1er janvier 2018 en hab/km2
Totale Due au solde naturel Due au solde apparent des entrées et des sorties 2
Auvergne-Rhône-Alpes 8 037,1 0,7 0,4 0,3 115
Bourgogne-Franche-Comté 2 813,3 0,0 0,1 -0,1 59
Bretagne 3 336,6 0,5 0,1 0,4 123
Centre-Val de Loire 2 582,5 0,2 0,1 0,1 66
Corse 337,8 1,1 0,0 1,1 39
Grand Est 5 548,1 0,0 0,2 -0,2 97
Hauts-de-France 6 023,3 0,1 0,4 -0,3 189
Île-de-France 12 246,2 0,5 0,9 -0,4 1 019
Normandie 3 342,5 0,1 0,2 -0,1 112
Nouvelle-Aquitaine 5 994,3 0,5 -0,1 0,6 71
Occitanie 5 903,2 0,8 0,1 0,7 81
Pays de la Loire 3 787,4 0,7 0,3 0,4 118
Provence-Alpes-Côte d'Azur 5 065,7 0,4 0,2 0,2 161
France métropolitaine 65 018,1 0,4 0,3 0,1 120
Guadeloupe 390,7 -0,4 0,5 -0,9 229
Martinique 371,2 -0,7 0,3 -1,0 329
Guyane 281,6 2,6 2,3 0,3 3
La Réunion 865,8 0,7 1,1 -0,4 346
Mayotte 259,2 nd nd nd 693
France y c. Mayotte 67 186,6 nd nd nd 106
France hors Mayotte 66 927,5 0,4 0,4 0,0 105
  • nd : donnée non disponible.
  • 1. Résultats provisoires arrêtés fin 2017.
  • 2. Le solde apparent des entrées et des sorties est calculé comme la différence entre la variation de population et le solde naturel.
  • Sources : IGN ; Insee, estimations de population, code officiel géographique.

Figure 2 – Population par département

Population par département
Estimation de population au 1er janvier 20181 en milliers Variation annuelle moyenne 18/10 en %
01 Ain 649,7 1,1
02 Aisne 534,3 -0,1
03 Allier 339,0 -0,1
04 Alpes-de-Hte-Pce 161,7 0,1
05 Hautes-Alpes 141,6 0,4
06 Alpes-Maritimes 1 080,6 0,0
07 Ardèche 328,6 0,5
08 Ardennes 271,3 -0,5
09 Ariège 152,3 0,0
10 Aube 311,6 0,3
11 Aude 370,2 0,5
12 Aveyron 281,1 0,2
13 Bouches-du-Rhône 2 043,9 0,4
14 Calvados 695,8 0,2
15 Cantal 144,2 -0,3
16 Charente 352,0 0,0
17 Charente-Maritime 648,2 0,5
18 Cher 304,8 -0,3
19 Corrèze 241,9 -0,1
2A Corse-du-Sud 159,9 1,4
2B Haute-Corse 177,9 0,9
21 Côte-d'Or 536,8 0,3
22 Côtes-d'Armor 598,7 0,1
23 Creuse 118,7 -0,4
24 Dordogne 412,6 0,0
25 Doubs 540,9 0,3
26 Drôme 516,2 0,8
27 Eure 610,2 0,5
28 Eure-et-Loir 434,0 0,1
29 Finistère 910,5 0,2
30 Gard 748,2 0,7
31 Haute-Garonne 1 388,4 1,4
32 Gers 191,3 0,2
33 Gironde 1 610,8 1,3
34 Hérault 1 160,0 1,3
35 Ille-et-Vilaine 1 073,9 1,0
36 Indre 218,5 -0,7
37 Indre-et-Loire 611,1 0,4
38 Isère 1 272,8 0,7
39 Jura 259,4 -0,1
40 Landes 411,8 0,9
41 Loir-et-Cher 332,6 0,1
42 Loire 762,5 0,2
43 Haute-Loire 227,4 0,2
44 Loire-Atlantique 1 413,3 1,2
45 Loiret 681,5 0,5
46 Lot 171,5 -0,2
47 Lot-et-Garonne 333,2 0,1
48 Lozère 75,5 -0,3
49 Maine-et-Loire 820,7 0,6
50 Manche 497,0 0,0
51 Marne 573,3 0,2
52 Haute-Marne 175,1 -0,6
53 Mayenne 306,3 0,0
54 Meurthe-et-Moselle 733,1 0,0
55 Meuse 187,4 -0,4
56 Morbihan 753,5 0,5
57 Moselle 1 038,6 -0,1
58 Nièvre 205,9 -0,8
59 Nord 2 613,9 0,2
60 Oise 829,8 0,4
61 Orne 282,5 -0,4
62 Pas-de-Calais 1 475,1 0,1
63 Puy-de-Dôme 655,2 0,4
64 Pyrénées-Atlantiques 677,2 0,4
65 Hautes-Pyrénées 227,5 -0,1
66 Pyrénées-Orientales 482,1 0,9
67 Bas-Rhin 1 125,3 0,3
68 Haut-Rhin 767,6 0,3
69 Rhône 1 878,1 1,1
70 Haute-Saône 234,3 -0,3
71 Saône-et-Loire 553,1 -0,1
72 Sarthe 566,9 0,1
73 Savoie 433,8 0,6
74 Haute-Savoie 829,7 1,5
75 Paris 2 168,5 -0,4
76 Seine-Maritime 1 257,0 0,1
77 Seine-et-Marne 1 422,7 0,9
78 Yvelines 1 438,4 0,3
79 Deux-Sèvres 375,7 0,2
80 Somme 570,2 0,0
81 Tarn 392,4 0,6
82 Tarn-et-Garonne 262,6 1,0
83 Var 1 071,8 0,8
84 Vaucluse 566,1 0,5
85 Vendée 680,2 0,9
86 Vienne 438,1 0,3
87 Haute-Vienne 374,2 -0,1
88 Vosges 364,9 -0,5
89 Yonne 338,3 -0,2
90 Territoire de Belfort 144,5 0,1
91 Essonne 1 313,7 1,0
92 Hauts-de-Seine 1 612,8 0,3
93 Seine-Saint-Denis 1 646,1 1,0
94 Val-de-Marne 1 401,2 0,7
95 Val-d'Oise 1 242,7 0,7
France métropolitaine 65 018,1 0,4
971 Guadeloupe 390,7 -0,4
972 Martinique 371,2 -0,7
973 Guyane 281,6 2,6
974 La Réunion 865,8 0,7
975 Mayotte 259,2 nd
France y c. Mayotte 67 186,6 nd
France hors Mayotte 66 927,5 0,4
  • nd : donnée non disponible.
  • 1. Résultats provisoires arrêtés fin 2017.
  • Source : Insee, estimations de population.

Avertissement

Sauf mention contraire, les données nationales se réfèrent à la France métropolitaine et aux cinq départements d’outre-mer (sauf mention contraire Mayotte est inclus dans les données de la France).

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d’une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Les comparaisons internationales s’appuient en général sur les données issues d’organismes internationaux (Eurostat, ONU, etc.) qui peuvent diverger des sources produites par les instituts nationaux de statistiques, notamment pour l’Insee, pour les données françaises. En effet, ces organismes effectuent souvent des ajustements de champ ou de méthode, d’ampleur souvent réduite, afin de produire des données comparables d’un pays à l’autre.

Sauf précision contraire, les indicateurs relatifs à l’Union européenne (UE) figurant dans cet ouvrage portent sur l’UE à 28.

Définitions

Densité de population : rapport entre l'effectif de la population d'une zone géographique et la superficie de cette zone. Le résultat s'exprime généralement en nombre d'habitants par kilomètre carré.

Département :création de la Révolution (loi du 22 décembre 1789), le département est une circonscription administrative de l’État. Le Préfet représente les différentes administrations de l’État au niveau territorial. C’est aussi, par la loi du 10 août 1871, une collectivité locale autonome avec un organe délibérant et un exécutif élus. La loi du 17 mai 2013 redéfinit l’élection des assemblées départementales, anciennement conseils généraux, appelées désormais conseils départementaux. Les cantons sont les circonscriptions qui servent de cadre à l’élection des conseils départementaux. Le conseil départemental est élu pour 6 ans au suffrage universel ; il élit à son tour un président, exécutif du département qui prépare et exécute les délibérations du conseil départemental, gère le budget et dirige le personnel. Depuis avril 2011, on compte 101 départements (dont 5 d'outre-mer). Un département appartient à une région et une seule. Chaque département d'outre-mer constitue à lui seul une région. Les conseillers élus au sein de la Métropole de Lyon (collectivité territoriale à statut particulier à compter du 1er janvier 2015) ont également les compétences de conseillers départementaux.

Région : la loi n° 2015-29 du 16 janvier 2015 a modifié à compter du 1er janvier 2016 le contour des régions métropolitaines. Elles sont désormais au nombre 13. Avant même cette modification législative, la région constituait déjà la structure la plus récente de l'administration locale française. Elle est en effet devenue collectivité territoriale à la suite des lois de décentralisation, le 16 mars 1986, date de la première élection des conseillers régionaux élus au suffrage universel ; son existence a été consacrée par la révision constitutionnelle du 28 mars 2003. Les conseillers régionaux élisent le président du conseil régional. La loi du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République (dite loi NOTRe) précise que « le conseil régional a compétence pour promouvoir le développement économique, social, sanitaire, culturel et scientifique de la région, le soutien à l’accès au logement et à l’amélioration de l’habitat, le soutien à la politique de la ville et à la rénovation urbaine et le soutien aux politiques d’éducation et l’aménagement et l’égalité de ses territoires, ainsi que pour assurer la préservation de son identité et la promotion des langues régionales, dans le respect de l’intégrité, de l’autonomie et des attributions des départements et des communes ». La collectivité territoriale de Corse est le plus souvent assimilée à une région.

Solde apparent des entrées et des sorties : différence entre le nombre de personnes entrées sur un territoire donné et le nombre de personnes qui en sont sorties, au cours de la période considérée. Il est obtenu par différence entre la variation totale de la population au cours de la période considérée et le solde naturel.

Solde naturel : différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d'une période. Les mots « excédent » ou « accroissement » sont justifiés par le fait qu'en général le nombre de naissances est supérieur à celui des décès. Mais l'inverse peut se produire, et le solde naturel est alors négatif.