Tableaux de l'économie françaiseÉdition 2019

Les Tableaux de l'économie française s'adressent à tous ceux qui souhaitent disposer d'un aperçu rapide et actuel sur la situation économique, démographique et sociale de la France.

Insee Références
Paru le : Paru le 26/03/2019
Tableaux de l'Économie Française - mars 2019
Consulter
Sommaire

Emploi par âge

Présentation

Le taux d’emploi des 15-64 ans s’établit en 2017 en France hors Mayotte à 64,7 %, son plus haut niveau depuis 2008. Il augmente de 0,5 point sur un an. Au sein des 15-64 ans, les hommes sont plus souvent en emploi que les femmes (respectivement 68,4 % et 61,2 %). L’écart de taux d’emploi selon les sexes s'accroît légèrement en 2017, sans remettre en cause sa nette réduction depuis 1975.

Le taux d’emploi des seniors âgés de 50 à 64 ans s’élève à 61,2 % en 2017, gagnant 0,9 point par rapport à 2016. Il a été dynamique ces dernières années en lien avec des sorties plus tardives du marché du travail, dans un contexte de restriction d’accès aux dispositifs de cessation anticipée d’activité et de recul de l’âge de départ à la retraite. Le taux d’emploi des 60-64 ans (29,4 %) reste nettement en deçà de celui des 55-59 ans (71,9 %). Le taux d’emploi des 55-64 ans s'établit à 51,3 %. Il reste inférieur à la moyenne de l’Union européenne (57,1 %), et bien en deçà de celui de la Suède (76,4 %) ou de l’Allemagne (70,1 %).

Le taux d’emploi des 15-24 ans s’établit en 2017 à 28,7 %. Il progresse de 0,9 point sur un an. Après avoir baissé entre 2008 et 2013 à la suite de la crise économique, il est resté quasiment stable jusqu'en 2016. Il est inférieur à la moyenne européenne (34,7 %). Le taux d’emploi des 25-49 ans augmente de 0,4 point entre 2016 et 2017 pour s'établir à 80,1 %.

En 2017, les emplois aidés (hors IAE) représentent 23 % des emplois occupés par des jeunes de moins de 26 ans. Cette part avait fortement progressé entre 1982 (8 %) et 1998 (32 %), puis s’était légèrement érodée pour se stabiliser à 27 % entre 2013 et 2016. L'alternance, et notamment l' apprentissage , est la forme d'emploi aidé la plus répandue chez les jeunes. Les contrats en alternance ont nettement augmenté à partir de 1984 du fait de la création des contrats de qualification, d’adaptation et d’orientation, qui ont précédé les contrats de professionnalisation. Cette tendance s’est poursuivie dans les années 1990 avec le développement de l’apprentissage, sous l’effet de son ouverture à l’ensemble des filières professionnelles du secondaire et du supérieur et des incitations à l’embauche.

Après une forte augmentation en 2013 liée à la montée en charge des emplois d’avenir , la part des jeunes de moins de 26 ans parmi les recrutements initiaux de contrats aidés avait diminué entre 2013 et 2015, puis s’était stabilisée en 2016. Elle baisse sensiblement en 2017 (– 5,2 points) et s’établit à 25 %, niveau proche de celui de 2012. Trois raisons principales expliquent ce repli : d’abord, le recul (– 3,1 points) de la part des emplois d’avenir (dispositif centré sur les jeunes âgés de 16 à 25 ans) dans les recrutements, puis la hausse de la part des renouvellements de contrats dans les recrutements (une partie des contrats reconduits concerne des personnes qui avaient moins de 26 ans lors de la signature d’un premier contrat mais qui ont dépassé ce seuil au moment de son renouvellement), et enfin le ciblage plus intense, au second semestre, des personnes les plus éloignées de l’emploi, souvent plus âgées, entraînant ainsi une baisse de la part des jeunes dans les recrutements pour tous les types de contrat. Sur l’ensemble des dispositifs, les jeunes qui représentaient 29 % des recrutements en début d’année 2017 n’en représentent plus que 14 % en décembre 2017.

Tableaux et graphiques

Figure 1Taux d'emploi par âge entre 1975 et 2017

en %
Taux d'emploi par âge entre 1975 et 2017 (en %)
15-24 ans 25-49 ans 50-64 ans 15-64 ans
1975 53,3 76,1 56,8 65,8
1976 52,4 76,8 56,5 65,9
1977 51,1 77,3 57,0 66,0
1978 49,9 77,6 56,2 65,6
1979 49,3 78,2 56,9 66,0
1980 47,6 78,6 57,1 65,8
1981 45,6 78,2 55,3 64,7
1982 45,0 78,5 52,3 63,9
1983 44,0 78,8 49,0 63,0
1984 41,0 78,6 46,8 61,6
1985 40,5 78,4 45,7 61,2
1986 40,7 78,7 45,6 61,5
1987 40,0 78,4 44,9 61,1
1988 38,2 78,7 44,9 60,9
1989 38,1 79,2 44,9 61,4
1990 36,6 79,6 44,6 61,4
1991 34,4 79,8 43,8 61,2
1992 33,4 79,4 43,1 60,9
1993 31,1 78,9 43,2 60,4
1994 29,2 78,6 43,4 60,1
1995 29,3 79,2 43,8 60,7
1996 28,5 79,1 45,0 60,9
1997 27,3 78,4 45,9 60,5
1998 27,8 78,9 46,7 61,0
1999 28,0 79,2 48,4 61,6
2000 30,4 80,2 49,5 62,8
2001 30,7 81,0 50,4 63,3
2002 30,8 81,0 51,7 63,4
2003 30,7 80,4 53,2 63,5
2004 30,1 80,4 53,4 63,3
2005 29,9 80,5 53,6 63,2
2006 29,4 81,0 53,2 63,2
2007 30,6 81,8 53,2 63,8
2008 30,9 82,9 53,1 64,4
2009 29,9 81,6 53,4 63,5
2010 29,6 81,4 53,9 63,5
2011 29,1 80,9 54,7 63,4
2012 28,1 80,3 56,8 63,5
2013 28,0 79,9 57,5 63,5
2014 27,6 79,7 58,5 63,7
2015 27,9 79,3 59,5 63,8
2016 27,8 79,7 60,3 64,2
2017 28,7 80,1 61,2 64,7
  • Champ : France hors Mayotte, population des ménages.
  • Source : Insee, enquêtes Emploi.

Figure 1Taux d'emploi par âge entre 1975 et 2017

  • Champ : France hors Mayotte, population des ménages.
  • Source : Insee, enquêtes Emploi.

Figure 2Taux d'emploi des séniors entre 1975 et 2017

Taux d'emploi des séniors entre 1975 et 2017
Hommes 55-59 ans Hommes 60-64 ans Femmes 55-59 ans Femmes 60-64 ans
1975 80,4 51,9 41,5 27,7
1976 79,8 46,8 41,3 26,4
1977 80,9 42,4 42,7 24,9
1978 78,4 38,0 42,4 21,9
1979 78,0 36,8 42,3 20,6
1980 76,2 37,3 42,5 21,2
1981 74,0 34,4 41,6 21,7
1982 68,9 33,4 39,4 19,6
1983 63,0 29,2 36,7 17,2
1984 59,7 26,7 36,5 15,7
1985 59,3 25,1 36,1 15,0
1986 59,9 22,8 35,9 15,2
1987 58,1 21,1 36,2 14,6
1988 58,9 20,2 36,9 14,8
1989 59,7 19,5 37,2 13,7
1990 59,4 17,6 37,5 13,1
1991 59,6 14,7 37,9 12,2
1992 60,1 13,8 37,5 11,6
1993 59,1 13,5 37,9 11,4
1994 57,9 12,8 38,2 11,5
1995 57,6 11,2 41,2 10,4
1996 57,9 11,3 39,7 11,6
1997 57,6 11,3 40,0 10,7
1998 57,0 10,6 38,1 10,5
1999 56,5 11,7 40,8 10,6
2000 56,1 10,9 42,0 10,1
2001 57,4 11,0 42,1 9,4
2002 59,8 12,4 44,5 11,1
2003 59,9 14,7 48,9 12,4
2004 60,1 14,9 49,5 12,4
2005 59,1 15,0 51,2 13,0
2006 58,1 15,4 51,4 13,7
2007 58,6 16,9 52,1 14,9
2008 59,0 18,4 53,6 14,6
2009 61,3 19,3 55,5 15,1
2010 64,3 19,4 56,9 16,7
2011 67,5 20,5 60,2 17,3
2012 71,2 23,8 63,1 19,8
2013 71,5 25,2 63,5 22,0
2014 71,1 25,6 64,9 25,0
2015 72,4 27,8 65,8 27,3
2016 73,7 27,7 67,1 28,4
2017 74,8 28,9 69,1 29,9
  • Champ : France hors Mayotte, population des ménages.
  • Source : Insee, enquêtes Emploi.

Figure 2Taux d'emploi des séniors entre 1975 et 2017

  • Champ : France hors Mayotte, population des ménages.
  • Source : Insee, enquêtes Emploi.

Figure 3Statut des emplois par âge en 2017

en %
Statut des emplois par âge en 2017 (en %)
15-24 ans 25-49 ans 50 ans ou plus Femmes Hommes Ensemble
Non-salariés 2,3 10,5 16,4 8,6 14,5 11,6
Salariés 97,7 89,5 83,6 91,4 85,5 88,4
   Emplois à durée indéterminée1 43,8 77,7 77,0 77,0 72,7 74,8
   Contrats à durée déterminée2 30,4 9,0 5,3 11,8 7,5 9,6
   Apprentis 15,9 0,2 0,0 1,0 1,8 1,4
   Intérimaires 7,6 2,6 1,3 1,6 3,5 2,6
Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
Emploi total (en milliers) 2 160 16 545 8 174 12 932 13 948 26 880
  • 1. Y c. les salariés sans contrat, ainsi que les fonctionnaires stagiaires et les titulaires du secteur public.
  • Champ : France hors Mayotte, population des ménages, personnes en emploi de 15 ans ou plus.
  • Lecture : en 2017, 43,8 % des personnes en emploi âgées de 15 à 24 ans sont salariées en emploi à durée indéterminée.
  • Source : Insee, enquête Emploi.

Figure 4Jeunes de moins de 26 ans dans les différents emplois aidés

en milliers
Jeunes de moins de 26 ans dans les différents emplois aidés (en milliers)
Au 31 décembre 2000 2016 (r) 2017 (p)
Alternance 579 549 544
Apprentissage 359 369 354
Contrats de professionnalisation 0 180 190
Contrats de qualification, d'orientation et d'adaptation 220 0 0
Contrats aidés marchands¹ 77 29 14
Contrats uniques d’insertion - contrats initiative emploi (CUI-CIE)2 36 8 2
Emplois d'avenir marchands 0 22 12
Autres mesures3 41 0 0
Contrats aidés non marchands¹ 163 91 55
Contrats uniques d’insertion - contrats d’accompagnement dans l’emploi (CUI-CAE)4 0 34 21
Emplois d'avenir non marchands 0 57 34
Contrats-emploi solidarité 36 0 0
Contrats-emploi consolidé 10 0 0
Emplois jeunes 118 0 0
Total hors IAE 820 668 613
Structures de l'IAE nd 18 20
Total y compris IAE nd 687 633
Part des emplois aidés parmi les emplois occupés par les jeunes hors IAE (en %) 30 26 23
Part des emplois aidés parmi les emplois occupés par les jeunes y compris IAE (en %) nd 27 24
  • nd : donnée non disponible.
  • p : données provisoires.
  • r : données révisées.
  • 1. Hors structures d'insertion par l'activité économique (IAE).
  • 2. Contrat initiative emploi (CIE) avant 2010.
  • 3. Exonérations de charges sociales pour les embauches de jeunes (Pactes et PAJ), exonérations de 25 % et 50 % à l’embauche de jeunes, primes à l’embauche dans l’artisanat, exonérations de 50 % de charges sociales pour les embauches de chômeurs de longue durée.
  • 4. Contrat d’accompagnement dans l’emploi (CAE) avant 2010.
  • Champ : France métropolitaine, jeunes de moins de 26 ans, hors abattement temps partiel, Accre, contrat de génération, exonérations de cotisation pour l'embauche de jeunes en CDI.
  • Sources : Dares ; ASP ; chambres consulaires ; Direccte ; Insee, enquêtes Emploi.

Figure 5Taux d'emploi par âge dans l'UE en 2017

en %
Taux d'emploi par âge dans l'UE en 2017 (en %)
15 à 24 ans 25 à 54 ans 55 à 64 ans Ensemble
Allemagne 46,5 84,2 70,1 75,2
Autriche 50,6 84,1 51,3 72,2
Belgique 22,7 79,5 48,3 63,1
Bulgarie 22,9 79,4 58,2 66,9
Chypre 27,6 78,4 55,3 65,6
Croatie 25,9 74,9 40,3 58,9
Danemark 56,3 81,7 68,9 74,2
Espagne 20,5 73,2 50,5 61,1
Estonie 40,5 83,9 68,1 74,1
Finlande 42,5 80,6 62,5 70,0
France 28,7 80,0 51,3 64,7
Grèce 14,1 67,4 38,3 53,5
Hongrie 29,0 83,7 51,7 68,2
Irlande 40,0 78,0 58,4 67,7
Italie 17,1 69,4 52,2 58,0
Lettonie 33,0 81,2 62,3 70,1
Lituanie 30,4 83,3 66,1 70,4
Luxembourg 25,8 83,7 39,8 66,3
Malte 47,3 81,8 47,2 69,2
Pays-Bas 62,3 83,5 65,7 75,8
Pologne 29,6 81,4 48,3 66,1
Portugal 25,9 82,5 56,2 67,8
Rép. tchèque 29,1 86,7 62,1 73,6
Roumanie 24,5 79,9 44,5 63,9
Royaume-Uni 50,7 83,8 64,1 74,1
Slovaquie 26,9 80,0 53,0 66,2
Slovénie 34,7 86,1 42,7 69,3
Suède 44,9 86,3 76,4 76,9
UE 34,7 79,7 57,1 67,7
  • Champ : population des ménages, population des 15-64 ans.
  • Source : Eurostat (extraction du 31 décembre 2018), enquêtes sur les forces de travail.

Avertissement

Sauf mention contraire, les données nationales se réfèrent à la France métropolitaine et aux cinq départements d’outre-mer (sauf mention contraire Mayotte est inclus dans les données de la France).

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d’une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Les comparaisons internationales s’appuient en général sur les données issues d’organismes internationaux (Eurostat, ONU, etc.) qui peuvent diverger des sources produites par les instituts nationaux de statistiques, notamment pour l’Insee, pour les données françaises. En effet, ces organismes effectuent souvent des ajustements de champ ou de méthode, d’ampleur souvent réduite, afin de produire des données comparables d’un pays à l’autre.

Sauf précision contraire, les indicateurs relatifs à l’Union européenne (UE) figurant dans cet ouvrage portent sur l’UE à 28.

Définitions

Apprenti : en théorie, jeune âgé de 16 à 25 ans qui prépare un diplôme de l’enseignement professionnel ou technologique (ou une certification) dans le cadre d’un contrat de travail de type particulier, associant une formation en entreprise (sous la responsabilité d’un maître d’apprentissage) et des enseignements dispensés dans un centre de formation d'apprentis (CFA). Des dérogations sur la limite d’âge sont possibles, en cas d’enchaînement de formations en apprentissage, de reprise d’un commerce et également pour les personnes reconnues en tant que travailleur handicapé.

Contrat aidé : contrat dérogatoire au droit commun, pour lequel l’employeur bénéficie d’aides, sous forme de subventions à l’embauche, d’exonérations de certaines cotisations sociales ou d’aides à la formation. L’accès à ces contrats est réservé aux personnes rencontrant des difficultés particulières d’accès à l’emploi et leur nombre est piloté par les pouvoirs publics. Voir aussi : Contrat unique d’insertion (CUI) et emploi d’avenir.

Contrat d’apprentissage : contrat de travail conclu entre un employeur et un salarié, destiné aux jeunes de 16 à 25 ans révolus ayant satisfait à l’obligation scolaire, des dérogations étant possibles. La durée du contrat d’apprentissage peut varier de 1 à 3 ans en fonction du type de profession et de la qualification préparée. L’apprenti perçoit un salaire calculé en fonction de son âge et de son ancienneté dans le dispositif. La conclusion d’un contrat d’apprentissage ouvre droit à des aides de l’État pour l’employeur.

Contrat unique d’insertion (CUI) : entré en vigueur au 1er janvier 2010 en France métropolitaine et au 1er janvier 2011 dans les départements d'outre-mer, le contrat unique d'insertion est un contrat aidé qui facilite, grâce à une aide financière pour l’employeur, l’accès à l’emploi des personnes sans emploi rencontrant des difficultés sociales et professionnelles d’insertion. Il se décline sous deux formes : le CUI-Contrat Initiative Emploi (CUI-CIE) qui s'adresse aux employeurs du secteur marchand et le CUI-Contrat d'Accompagnement dans l'Emploi (CUI-CAE) qui s'adresse aux employeurs du secteur non marchand. Le CUI succède au Contrat d'Accompagnement dans l'Emploi (CAE) dans le non-marchand et au Contrat Initiative Emploi (CIE) dans le marchand.

Emploi aidé : emploi bénéficiant d’une aide publique, hors dispositifs généraux et sectoriels. Ces aides prennent la forme de subventions à l’embauche et d’exonérations et ciblent des publics ou des territoires spécifiques.

Emploi au sens du BIT (ou population active occupée au sens du BIT) : regroupe les personnes âgées de 15 ans ou plus ayant travaillé au moins une heure rémunérée pendant une semaine donnée, dite « de référence », ainsi que celles qui sont en emploi, mais qui n’ont pas travaillé durant cette semaine de référence pour un certain nombre de raisons répertoriées (congés, arrêts maladie, chômage partiel, etc., ces absences étant parfois assorties de critères de durée). L’Insee publie des données sur l’emploi à partir de deux sources : les estimations d’emploi d’une part et l’enquête Emploi d’autre part. Les estimations d’emploi constituent la source de référence en matière de suivi conjoncturel de l’emploi. L’enquête Emploi couvre l’ensemble de la population en ménages ordinaires et permet notamment de caractériser finement les personnes en emploi, ainsi que les emplois occupés, et de calculer les taux d’emploi selon les caractéristiques individuelles.

Emplois d’avenir : ces contrats aidés ont été créés par la loi du 26 octobre 2012 afin de constituer une réponse aux difficultés particulières rencontrées par les jeunes peu ou pas qualifiés de 16 à 25 ans et aux personnes bénéficiant de la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) de moins de 30 ans. Ils ont pour objectif de proposer des solutions d’emploi, de leur ouvrir l’accès à une qualification et à une insertion professionnelle durable. Les emplois d’avenir s’inscrivent dans le cadre juridique du contrat unique d’insertion (CUI) et sont conclus, selon le cas, sous la forme de CUI-CAE ou de CUI-CIE.

Enquête Emploi : vise à observer de manière à la fois structurelle et conjoncturelle la situation des personnes sur le marché du travail. Elle s’inscrit dans le cadre des enquêtes européennes « Forces de travail » (Labour Force Survey). Il s’agit de la seule source statistique fournissant une mesure des concepts d’activité (emploi, chômage et inactivité) au sens du BIT et comparables entre tous les pays.

Intérim : l'opération de « travail intérimaire » (ou « intérim » ou « travail temporaire ») consiste à mettre à disposition provisoire d'entreprisesclientes, des salariés qui, en fonction d'une rémunération convenue, sont embauchés et rémunérés à cet effet par l'entreprise de travail intérimaire (ou entreprise de travail temporaire). Elle se caractérise donc par une relation triangulaire entre l'entreprise de travail temporaire, l'entreprise cliente et le salarié, et implique la conclusion de deux contrats : un contrat de mise à disposition (entre l'entreprise de travail temporaire et l'entreprise cliente) et un contrat de mission (entre l'entreprise de travail temporaire et le salarié). Les salariés qui travaillent en intérim sont qualifiés d'intérimaires.

Taux d’emploi : rapport entre le nombre de personnes ayant un emploi et la population totale correspondante. Il peut être calculé sur l’ensemble de la population d’un pays, mais on se limite le plus souvent à la population « en âge de travailler » (la convention retenue est le plus souvent celle âgée de 15 à 64 ans), ou à une sous-catégorie de la population (femmes de 25 à 29 ans par exemple).