Tableaux de l'économie françaiseÉdition 2019

Les Tableaux de l'économie française s'adressent à tous ceux qui souhaitent disposer d'un aperçu rapide et actuel sur la situation économique, démographique et sociale de la France.

Insee Références
Paru le : Paru le 26/03/2019
Tableaux de l'Économie Française - mars 2019
Consulter
Sommaire

Niveaux de vie - Pauvreté

Présentation

En 2016, le niveau de vie annuel moyen des individus s’établit à 23 580 euros en France métropolitaine. La moitié des individus a un niveau de vie inférieur à 20 520 euros (soit 1 710 euros par mois). Pour une famille composée d’un couple avec deux enfants de moins de quatorze ans, ce montant correspond à un revenu disponible de 43 090 euros par an (soit 3 591 euros par mois). Les revenus sont inégalement répartis : les 20 % des individus aux niveaux de vie les plus modestes détiennent 8,9 % de la masse des niveaux de vie, contre 37,9 % pour les 20 % des individus les plus aisés.

Entre 2015 et 2016, le niveau de vie médian est en hausse de 0,9 % en euros constants. Il retrouve son niveau d'avant-crise. En 2016, les niveaux de vie augmentent davantage dans le bas et le milieu de la distribution. Les ménages les plus modestes ont notamment bénéficié de la mise en place de la prime d’activité au 1er janvier 2016. Les inégalités de niveau de vie ont connu des variations substantielles dans les années d’après crise : d’abord à la hausse en 2010 et 2011 puis à la baisse en 2012 et 2013. Depuis, les variations sont d’ampleur plus limitée. Mesurées par l’ indice de Gini , les inégalités se situent depuis 2013 à un niveau proche de celui observé au milieu des années 2000, et légèrement supérieur à il y a vingt ans.

Parmi les personnes de 18 ans ou plus, le niveau de vie annuel médian des chômeurs (14 070 euros) est inférieur de 38 % à celui des personnes en emploi (22 720 euros). Il est également inférieur de 29 % à celui des inactifs. En 2016, parmi les inactifs, ce sont les retraités qui ont le niveau de vie médian le plus élevé avec 21 510 euros. Les autres inactifs (femmes au foyer, étudiants, personnes dans l’incapacité de travailler, etc.) ont un niveau de vie médian plus faible : 15 420 euros, soit 28 % de moins que les retraités.

Le seuil de pauvreté monétaire, qui correspond à 60 % du niveau de vie médian de la population, s’établit à 1 026 euros par mois pour une personne seule en 2016. Avec 8,8 millions de personnes vivant avec un niveau de vie inférieur à ce seuil, le taux de pauvreté au seuil de 60 % de la médiane est de 14,0 % en 2016.

De 1996 à 2004, le taux de pauvreté baisse nettement (– 1,9 point) puis remonte jusqu’en 2011 pour quasiment retrouver son niveau de 1996. Globalement, il recule légèrement de 2011 à 2016 (– 0,6 point sur la période, en chaînant les variations à méthodologie constante).

Au sein de l’UE, en 2016, la République tchèque affiche le taux de pauvreté le plus faible (9,1 %). Suivent ensuite la Finlande, le Danemark et la Slovaquie avec des taux inférieurs à 13 %. À l’opposé, la Roumanie et la Bulgarie ont les taux de pauvreté les plus élevés, d’au moins 23 %.

Tableaux et graphiques

Figure 1Pauvreté selon l'âge et le sexe en 2016

Pauvreté selon l'âge et le sexe en 2016
Âge au 31 décembre Seuil à 50 % Seuil à 60 %
Taux de pauvreté en % Nombre de personnes en milliers Taux de pauvreté en % Nombre de personnes en milliers
Moins de 18 ans 10,9 1 517 19,8 2 756
18 à 29 ans 12,5 1 039 19,7 1 632
30 à 49 ans 7,6 601 13,1 1 037
40 à 49 ans 7,9 665 13,5 1 142
50 à 64 ans 7,1 875 11,3 1 393
65 à 74 ans 2,2 143 5,9 383
75 ans ou plus 2,9 157 8,2 440
Ensemble 8,0 4 997 14,0 8 783
Femmes 8,1 2 611 14,4 4 651
Hommes 7,9 2 386 13,6 4 132
  • Champ : France métropolitaine, personnes vivant dans un ménage dont le revenu déclaré est positif ou nul et dont la personne de référence n'est pas étudiante.
  • Sources : Insee-DGFIP-Cnaf-Cnav-CCMSA, ERFS 2016.

Figure 2Niveau de vie et indicateurs d'inégalité

Niveau de vie et indicateurs d'inégalité
2014 2015 2016
Niveaux de vie annuel en euros1
1er décile (D1) 10 850 10 880 11 040
Médiane (D5) 20 250 20 340 20 520
9e décile (D9) 37 070 37 580 37 570
Rapports interdéciles
D9/D1 3,42 3,45 3,40
D9/D5 1,83 1,85 1,83
D5/D1 1,87 1,87 1,86
Masses de niveau de vie détenues
S20 (en %) 8,8 8,8 8,9
S50 (en %) 30,8 30,6 30,8
S80 (en %) 62,0 61,7 62,1
Indice de Gini 0,289 0,292 0,288
  • 1. En euros 2016 constants.
  • Champ : France métropolitaine, personnes vivant dans un ménage dont le revenu déclaré est positif ou nul et dont la personne de référence n'est pas étudiante.
  • Lecture : les 20 % de personnes les plus modestes (S20) disposent en 2016 de 8,9 % de la somme des niveaux de vie.
  • Sources : Insee-DGFIP-Cnaf-Cnav-CCMSA, ERFS.

Figure 3Niveau de vie selon la composition du ménage en 2016

Niveau de vie selon la composition du ménage en 2016
Répartition de la population en % Niveau de vie médian en euros
Personne de référence du ménage de moins de 65 ans 78,9 20 240
Personnes seules 9,4 18 490
Familles monoparentales 9,4 14 650
Couples sans enfant 12,6 25 510
Couples avec un ou deux enfants 32,7 22 180
Couples avec trois enfants ou plus 12,0 16 870
Autres types de ménages 2,8 17 330
Personne de référence du ménage de 65 ans ou plus 21,1 21 540
Personnes seules 6,7 19 140
Couples 12,8 22 890
Autres types de ménages 1,6 20 560
Ensemble de la population 100,0 20 520
  • Champ : France métropolitaine, personnes vivant dans un ménage dont le revenu déclaré est positif ou nul et dont la personne de référence n'est pas étudiante.
  • Sources : Insee-DGFIP-Cnaf-Cnav-CCMSA, ERFS 2016.

Figure 4Taux de pauvreté selon le seuil

Taux de pauvreté selon le seuil
Seuil à 50 % Seuil à 60 %
Nombre en milliers Taux en % Nombre en milliers Taux en %
1996 4 760 8,4 8 330 14,7
2000 4 344 7,5 7 994 13,8
2004 4 073 6,9 7 556 12,8
2008 4 473 7,4 7 979 13,2
2010 4 955 8,1 8 748 14,3
2011 5 103 8,3 8 976 14,6
2012 5 231 8,5 8 760 14,2
2013 4 917 7,9 8 563 13,8
2014 4 964 8,0 8 732 14,0
2015 5 020 8,0 8 875 14,2
2016 4 997 8,0 8 783 14,0
  • Champ : France métropolitaine, personnes vivant dans un ménage dont le revenu déclaré est positif ou nul et dont la personne de référence n'est pas étudiante.
  • Note : les données de 1996 à 2011 sont rétropolées pour permettre une comparaison temporelle et peuvent donc différer de celles diffusées par ailleurs sur www.insee.fr (voir Chiffres-clés) présentant les séries longues avec des ruptures de série en 2010 et 2012.
  • Sources : Insee-DGI, enquêtes Revenus fiscaux et sociaux rétropolées de 1996 à 2004 ; Insee-DGFiP-Cnaf-Cnav-CCMSA, enquêtes Revenus fiscaux et sociaux de 2005 à 2016.

Figure 5Taux de pauvreté selon la catégorie socioprofessionnelle en 2016

en %
Taux de pauvreté selon la catégorie socioprofessionnelle en 2016 (en %)
Seuil à 50 % Seuil à 60 %
Agriculteurs, artisans, commerçants, chefs d’entreprise 15,7 22,0
Cadres et professions intellectuelles supérieures 2,2 3,1
Professions intermédiaires 3,0 5,1
Employés 6,7 12,5
Ouvriers 8,2 15,0
Ensemble des actifs ayant déjà travaillé 6,1 10,3
  • Champ : France métropolitaine, individus actifs de 18 ans ou plus ayant déjà travaillé vivant dans un ménage dont le revenu déclaré est positif ou nul et dont la personne de référence n'est pas étudiante.
  • Lecture : en 2016, au seuil de 60 %, 12,5 % des employés ont un niveau de vie inférieur au seuil de pauvreté (taux de pauvreté).
  • Sources : Insee-DGFIP-Cnaf-Cnav-CCMSA, ERFS 2016.

Figure 6Taux de pauvreté après transferts sociaux dans quelques pays de l'UE en 2016

en %
Taux de pauvreté après transferts sociaux dans quelques pays de l'UE en 2016 (en %)
Taux de pauvreté après transferts sociaux
Roumanie 23,6
Bulgarie 23,4
Lituanie 22,9
Lettonie 22,1
Espagne 21,6
Italie 20,3
Grèce 20,2
Croatie 20,0
Luxembourg 18,7
Portugal 18,3
Royaume-Uni 17,0
UE 16,9
Allemagne 16,1
Belgique 15,9
Suède 15,8
Irlande 15,6
Pologne 15,0
Autriche 14,4
Slovénie 13,3
France 13,3
Pays-Bas 13,2
Slovaquie 12,4
Danemark 12,4
Finlande 11,5
Rép. tchèque 9,1
  • Note : taux de pauvreté fixé à 60 % du revenu disponible équivalent médian national.
  • Source : Eurostat (extraction du 22 janvier 2019), EU-Silc.

Figure 6Taux de pauvreté après transferts sociaux dans quelques pays de l'UE en 2016

  • Note : taux de pauvreté fixé à 60 % du revenu disponible équivalent médian national.
  • Source : Eurostat (extraction du 22 janvier 2019), EU-Silc.

Avertissement

Sauf mention contraire, les données nationales se réfèrent à la France métropolitaine et aux cinq départements d’outre-mer (sauf mention contraire Mayotte est inclus dans les données de la France).

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d’une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Les comparaisons internationales s’appuient en général sur les données issues d’organismes internationaux (Eurostat, ONU, etc.) qui peuvent diverger des sources produites par les instituts nationaux de statistiques, notamment pour l’Insee, pour les données françaises. En effet, ces organismes effectuent souvent des ajustements de champ ou de méthode, d’ampleur souvent réduite, afin de produire des données comparables d’un pays à l’autre.

Sauf précision contraire, les indicateurs relatifs à l’Union européenne (UE) figurant dans cet ouvrage portent sur l’UE à 28.

Définitions

Déciles et rapports interdéciles : si l’on ordonne une distribution de salaires, de revenus, de chiffre d'affaires…, les déciles sont les valeurs qui partagent cette distribution en dix parties égales. Ainsi, pour une distribution de salaires :

-        le premier décile (noté généralement D1) est le salaire au-dessous duquel se situent les 10 % des salaires ;

-        le neuvième décile (noté généralement D9) est le salaire au-dessous duquel se situent les 90 % des salaires.

Le premier décile est, de manière équivalente, le salaire au-dessus duquel se situent 90 % des salaires ; le neuvième décile est le salaire au-dessus duquel se situent 10 % des salaires.

Les déciles d'une distribution permettent de calculer des rapports interdéciles :

-        le rapport D9/D1 met en évidence l'écart entre le haut et le bas de la distribution ; c'est une des mesures de l'inégalité de cette distribution ;

-        le rapport D9/D5 compare le haut de la distribution à la valeur médiane ;

-        le rapport D5/D1 compare la médiane au bas de la distribution.

Enquête Revenus fiscaux et sociaux (ERFS) : pour les revenus perçus en 2016, elle s’appuie sur un échantillon représentatif de 51 600 ménages issus de l’enquête Emploi de l’Insee, leurs déclarations fiscales et les prestations sociales qui leur ont été versées par la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf), la Caisse nationale assurance vieillesse (Cnav) et la Caisse centrale de la mutualité sociale agricole (CCMSA). Le champ retenu est celui des personnes vivant en France métropolitaine et appartenant à des ménages ordinaires dont la personne de référence n’est pas étudiante et dont le revenu déclaré est positif ou nul. Il exclut donc les personnes en institution, ainsi que les personnes sans domicile. L'enquête a été rénovée en 2012. D'une part, l'impôt déduit du revenu d'une année donnée est désormais l'impôt payé durant cette même année. Il peut donc être dû au titre des revenus de l'année précédente. Auparavant, c'était l'impôt payé au titre de l'année de perception des revenus et éventuellement payé l'année suivante qui était déduit. D'autre part, les majorations de pensions de retraite pour avoir élevé trois enfants ou plus ainsi que l’avantage en nature constitué par la participation des employeurs aux contrats collectifs de complémentaire santé sont maintenant comptabilisés dans le revenu disponible mesuré par l'ERFS. À partir de 2012, les estimations de revenus financiers utilisent l'enquête Patrimoine 2014-2015.

Indice de Gini (ou coefficient de Gini) : partant de la distribution d’une variable numérique prenant des valeurs positives ou nulles (les salaires, les revenus, les niveaux de vie), l’indice de Gini est un indicateur synthétique d'inégalités au sein de cette distribution (de salaires, de revenus, de niveaux de vie…). Il varie entre 0 et 1. Il est égal à 0 dans une situation d'égalité parfaite où tous les salaires, les revenus, les niveaux de vie... seraient égaux. À l'autre extrême, il est égal à 1 dans une situation la plus inégalitaire possible, celle où tous les salaires (les revenus, les niveaux de vie...) sauf un seraient nuls. Entre 0 et 1, l'inégalité est d'autant plus forte que l'indice de Gini est élevé.

Intensité de la pauvreté : indicateur qui permet d'apprécier à quel point le niveau de vie de la population pauvre est éloigné du seuil de pauvreté. L'Insee mesure cet indicateur comme l'écart relatif entre le niveau de vie médian de la population pauvre et le seuil de pauvreté. Formellement, il est calculé de la manière suivante : (seuil de pauvreté – niveau de vie médian de la population pauvre) / seuil de pauvreté. Plus cet indicateur est élevé et plus la pauvreté est dite intense, au sens où le niveau de vie des plus pauvres est très inférieur au seuil de pauvreté.

Médiane : si on ordonne une distribution de salaires, de revenus, de chiffre d'affaires etc., la médiane est la valeur qui partage cette distribution en deux parties égales. Ainsi, pour une distribution de salaires, la médiane est le salaire au-dessous duquel se situent 50 % des salaires. C'est de manière équivalente le salaire au-dessus duquel se situent 50 % des salaires. De nombreuses grandeurs économiques sont limitées vers le bas et non vers le haut. Par exemple, le salaire horaire est limité vers le bas par le Smic alors que certains salaires peuvent être très élevés. La moyenne est tirée vers le haut par les salaires élevés, même s'ils sont peu nombreux, et elle est pour cette raison généralement supérieure à la médiane. Par ailleurs, l'incertitude qui affecte les valeurs extrêmes, en particulier les valeurs élevées, se reporte sur la moyenne mais n'affecte pas la médiane. Celle-ci est de ce point de vue un indicateur plus fiable.

Ménage : ensemble des occupants d’un même logement sans que ces personnes ne soient nécessairement unies par des liens de parenté (en cas de cohabitation, par exemple). Un ménage peut ne comprendre qu'une seule personne. Au sens du recensement de la population, les personnes vivant dans des habitations mobiles, les mariniers, les sans-abri, et les personnes vivant en communauté (foyers de travailleurs, maisons de retraite, résidences universitaires, maisons de détention...) sont considérées comme vivant hors ménage. Il y a égalité entre le nombre de ménages et le nombre de résidences principales. Dans les enquêtes auprès des ménages réalisées par l'Insee, sauf l’enquête Emploi, depuis 2005, sont considérées comme formant un ménage l'ensemble des personnes (apparentées ou non) qui partagent de manière habituelle un même logement(que celui-ci soit ou non leur résidence principale) et qui ont un budget en commun. La résidence habituelle est le logement dans lequel on a l'habitude de vivre. Font donc partie du même ménage des personnes qui ont un budget commun, c'est-à-dire qui apportent des ressources servant à des dépenses faites pour la vie du ménage ou qui bénéficient simplement de ces dépenses. Dans la définition du budget commun, on ne tient pas compte des dépenses faites pour le logementet la participation occasionnelle à des dépenses communesne suffit pas à former un budget commun. Le fait d’avoir plusieurs comptes en banque différents dans un ménagene signifie pas faire budget à part. Depuis 2005, dans le cadre des enquêtes auprès des ménages, un logement peut donc comporter plusieurs ménages appelés encore « unités de vie ».

Niveau de vie : revenu disponible du ménage divisé par le nombre d'unités de consommation (UC), qui permettent de tenir compte de la taille du ménage et des économies d’échelle réalisées en son sein. Le niveau de vie est donc le même pour tous les individus d'un même ménage. Les unités de consommation sont généralement calculées selon l'échelle d'équivalence dite de l'OCDE modifiée qui attribue 1 UC au premier adulte du ménage, 0,5 UC aux autres personnes de 14 ans ou plus et 0,3 UC aux enfants de moins de 14 ans.

Pauvreté monétaire et seuil de pauvreté : un individu (ou un ménage) est considéré comme pauvre lorsqu'il vit dans un ménage dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté. L'Insee, comme Eurostat et les autres pays européens, mesure la pauvreté monétaire de manière relative alors que d'autres pays (comme les États-Unis ou l’Australie) ont une approche absolue. Dans l'approche en termes relatifs, le seuil de pauvreté est déterminé par rapport à la distribution des niveaux de vie de l'ensemble de la population. Eurostat et les pays européens utilisent en général un seuil à 60 % de la médiane des niveaux de vie. La France privilégie également ce seuil, mais publie des taux de pauvreté selon d’autres seuils (40 %, 50 % ou 70 %) conformément aux recommandations du rapport du Cnis sur la mesure des inégalités.

Revenu disponible brut des ménages (RDB) : revenu à la disposition des ménages pour la consommation et l’épargne une fois déduits les prélèvements sociaux et fiscaux. Il comprend les revenus d’activité (rémunération des salariés et revenus d’entreprise des entrepreneurs individuels), les revenus de la propriété (dividendes, intérêts et loyers), les prestations sociales autres que des transferts sociaux en nature (pensions de retraite, indemnités de chômage, allocations familiales, minima sociaux, etc.), les autres transferts courants (notamment les indemnités d’assurance nettes des primes), diminués des impôts et cotisations sociales versés par les ménages.

Taux de pauvreté : correspond à la proportion d'individus (ou de ménages) dont le niveau de vie est inférieur pour une année donnée à un seuil exprimé en euros, dénommé seuil de pauvreté (voir définition de la pauvreté monétaire).

Unité de consommation (ou équivalent-adulte) : système de pondération attribuant un coefficient à chaque membre du ménage et permettant de comparer les niveaux de vie de ménages de tailles ou de compositions différentes. Avec cette pondération, le nombre de personnes est ramené à un nombre d'unités de consommation (UC). L'échelle actuellement la plus utilisée (dite de l'OCDE) retient la pondération suivante : 1 UC pour le premier adulte du ménage, 0,5 UC pour les autres personnes de 14 ans ou plus et 0,3 UC pour les enfants de moins de 14 ans.