Tableaux de l'économie françaiseÉdition 2019

Les Tableaux de l'économie française s'adressent à tous ceux qui souhaitent disposer d'un aperçu rapide et actuel sur la situation économique, démographique et sociale de la France.

Insee Références
Paru le : Paru le 26/03/2019
Tableaux de l'Économie Française - mars 2019
Consulter
Sommaire

Exploitations agricoles

Présentation

En France métropolitaine, entre 2010 et 2016, le recul du nombre d’ exploitations agricoles se poursuit mais à un rythme ralenti par rapport à la décennie précédente : – 2 % par an entre 2010 et 2016, contre – 3 % entre 2000 et 2010. En 2016, on compte un peu moins de 440 000 exploitations agricoles en France métropolitaine, soit 11 % de moins qu’en 2010. Moins nombreuses, les exploitations s’agrandissent. En 2016, une exploitation agricole dispose en moyenne de 63 hectares, soit 7 hectares de plus qu’en 2010 et 20 de plus qu’en 2000. La moitié des exploitations valorisent une superficie qui n’excède pas 36 hectares tandis qu’un quart en cultive plus de 93. Une exploitation agricole sur deux est désormais spécialisée en production végétale. La baisse du nombre d’exploitations est plus marquée pour les filières d’élevage.

Avec l’agrandissement régulier des structures, les très grandes exploitations valorisent désormais 36 % du territoire agricole et mobilisent 38 % du volume de travail agricole. Quasi inexistantes dans les élevages de bovins viande ou d’ovins-caprins, elles représentent plus de la moitié des exploitations spécialisées en porcins et volailles et près de 2 exploitations sur 10, toutes productions confondues. À l’opposé, les petites exploitations rassemblent près d’un tiers des exploitations mais n’exploitent que 7 % de la superficie agricole utilisée (SAU) en mobilisant 12 % de l’emploi agricole. Les petites exploitations restent majoritaires en cultures fruitières et en élevage ovin-caprin, mais se raréfient dans les élevages de bovins laitiers ou de porcins.

L’agrandissement des exploitations s’accompagne du développement des formes sociétaires. En 2016, 36 % des exploitations agricoles ont un statut de société. Elles exploitent 64 % de la SAU et mobilisent 61 % de la force de travail. Les formes sociétaires concernent près de 7 exploitations sur 10 parmi les grandes exploitations, voire plus de 8 sur 10 parmi les très grandes. Les exploitations agricoles à responsabilité limitée (EARL) sont les formes sociétaires privilégiées, notamment pour les grandes exploitations. Les groupements agricoles d’exploitation en commun (Gaec) sont les autres types de sociétés les plus répandues. Dans les petites exploitations, le statut individuel reste largement majoritaire et 6 exploitants sur 10 y sont propriétaires de la totalité des terres qu’ils valorisent. Ils ne sont que 6 sur 100 parmi les grandes exploitations.

Les actifs permanents assurent toujours l’essentiel du travail agricole mais le volume de travail des saisonniers ou occasionnels et du personnel employé par des tiers s’accroît. En 2016, l’agriculture assure un emploi permanent à 824 000 personnes qui occupent, dans sept cas sur dix, des fonctions d’actifs dirigeants. Le reste des heures travaillées est effectué essentiellement par des salariés saisonniers employés directement par l’exploitation.

Tableaux et graphiques

Figure 1Caractéristiques des chefs d'exploitation et coexploitants

en % du nombre d'actifs
Caractéristiques des chefs d'exploitation et coexploitants (en % du nombre d'actifs)
Chefs d'exploitation et coexploitants
2000 2010 2016
Nombre de personnes 764 000 605 000 564 000
Répartition par classe d'âge
Moins de 40 ans 26,1 19,3 17,5
40 à 59 ans 53,5 60,7 57,1
60 ans et plus 20,5 20,0 25,3
Taux de féminisation 24,4 26,7 26,7
Temps de travail
Moins de 1/4 de temps 23,0 20,6 19,7
Temps complet 54,7 61,4 61,6
  • Champ : France métropolitaine.
  • Note : des précisions sur l'enquête structure sont données dans la rubrique "Définitions" de cette fiche.
  • Source : SSP, Agreste, recensements agricoles 2000 et 2010, enquête structure 2016.

Figure 2Nombre d'exploitations, SAU et volume de travail selon la dimension économique

en %
Nombre d'exploitations, SAU et volume de travail selon la dimension économique (en %)
Petites exploitations Moyennes exploitations Grandes exploitations
Nombre d'exploitations
2010 36 31 33
2016 31 26 43
SAU
2010 7 22 71
2016 7 20 73
UTA
2010 13 28 59
2016 12 21 67
  • Champ : France métropolitaine.
  • Note : des précisions sur l'enquête structure sont données dans la rubrique "Définitions" de cette fiche.
  • Source : SSP, Agreste, recensement agricole 2010, enquête structure 2016.

Figure 2Nombre d'exploitations, SAU et volume de travail selon la dimension économique

  • Champ : France métropolitaine.
  • Note : des précisions sur l'enquête structure sont données dans la rubrique "Définitions" de cette fiche.
  • Source : SSP, Agreste, recensement agricole 2010, enquête structure 2016.

Figure 3Exploitations agricoles selon la superficie agricole utilisée en 2016

Exploitations agricoles selon la superficie agricole utilisée en 2016
Exploitations SAU
en milliers en % en milliers d'hectares en %
SAU de moins de 20 ha 175,3 40,1 1 038 3,7
SAU de 20 à moins 50 ha 74,1 16,9 2 518 9,1
SAU de 50 à moins 100 ha 88,2 20,2 6 433 23,2
SAU de 100 à moins 200 ha 75,1 17,2 10 418 37,6
SAU de 200 ha ou plus 24,7 5,6 7 296 26,3
Total 437,4 100,0 27 703 100,0
  • Champ : France métropolitaine.
  • Note : des précisions sur l'enquête structure sont données dans la rubrique "Définitions" de cette fiche.
  • Source : SSP, Agreste, enquête structure 2016.

Figure 4Exploitations agricoles selon la dimension économique

en milliers d'exploitations
Exploitations agricoles selon la dimension économique (en milliers d'exploitations )
2000 2010 2016
Petites exploitations 277,5 179,1 137,3
Moyennes exploitations 217,6 150,6 114,7
Grandes exploitations 168,7 161,7 185,4
  • Champ : France métropolitaine.
  • Note : des précisions sur l'enquête structure sont données dans la rubrique "Définitions" de cette fiche.
  • Source : SSP, Agreste, recensements agricoles 2000 et 2010, enquête structure 2016.

Figure 4Exploitations agricoles selon la dimension économique

  • Champ : France métropolitaine.
  • Note : des précisions sur l'enquête structure sont données dans la rubrique "Définitions" de cette fiche.
  • Source : SSP, Agreste, recensements agricoles 2000 et 2010, enquête structure 2016.

Figure 5Exploitations et superficie agricole utilisée dans quelques pays de l'UE en 2016

Exploitations et superficie agricole utilisée dans quelques pays de l'UE en 2016
Exploitations SAU Exploitations SAU
en milliers en milliers d'hectares en % en %
Roumanie 3 422 12 503 32,7 7,2
Pologne 1 411 14 406 13,5 8,3
Italie (p) 1 146 12 598 10,9 7,3
Espagne 945 23 230 9,0 13,4
Grèce 685 4 554 6,5 2,6
France 457 27 814 4,4 16,0
Hongrie 430 4 671 4,1 2,7
Allemagne 276 16 715 2,6 9,6
Portugal 259 3 642 2,5 2,1
Bulgarie 203 4 469 1,9 2,6
Royaume-Uni 185 16 673 1,8 9,6
UE 10 468 173 339 100,0 100,0
  • p : données provisoires.
  • Champ : ensemble des exploitations y c. collectives.
  • Sources : Eurostat (extraction du 14 novembre 2018) ; SSP.

Figure 6Moyennes et grandes exploitations agricoles selon l'orientation technico-économique

en milliers
Moyennes et grandes exploitations agricoles selon l'orientation technico-économique (en milliers)
2000 2010 2016
Céréales et oléprotéagineux 49,5 51,4 61,5
Viticulture 55,4 46,9 48,7
Bovins lait 70,8 48,2 40,2
Polyculture et polyélevage, autres 55,8 39,2 36,6
Bovins viande 36,6 33,5 35,6
Autres grandes cultures 26,1 19,5 20,0
Ovins, caprins et autres herbivores 22,9 20,3 13,1
Élevages avicoles 14,8 12,6 9,9
Bovins mixte 16,1 9,4 7,3
Fruits et autres cultures permanentes 12,9 8,0 6,1
Fleurs et horticulture diverse 9,5 6,7 5,9
Légumes et champignons 6,2 4,4 5,6
Porcins 7,7 6,0 5,4
Autres granivores mixte 9,4 6,1 4,3
  • Champ : France métropolitaine.
  • Note : des précisions sur l'enquête structure sont données dans la rubrique "Définitions" de cette fiche.
  • Source : SSP, Agreste, recensements agricoles 2000 et 2010, enquête structure 2016.

Figure 7Travail sur les exploitations agricoles en 2017

en % des UTA
Travail sur les exploitations agricoles en 2017 (en % des UTA)
Travail sur les exploitations agricoles
Chefs et coexploitants 57,9
Salariés permanents2 20,0
Salariés saisonniers, occasionnels fourni par les ETA et Cuma1 16,0
Conjoints et autres actifs non salariés 6,2
  • 1. Externes : salariés des entreprises de travaux agricoles et des coop. d'utilisation de matériel agricole.
  • 2. Y c. les conjoints salariés et les autres actifs familiaux salariés.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : SSP, Agreste, bilan annuel de l’emploi agricole.

Figure 7Travail sur les exploitations agricoles en 2017

  • 1. Externes : salariés des entreprises de travaux agricoles et des coop. d'utilisation de matériel agricole.
  • 2. Y c. les conjoints salariés et les autres actifs familiaux salariés.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : SSP, Agreste, bilan annuel de l’emploi agricole.

Figure 8Mode de faire-valoir des exploitations

en milliers d'hectares
Mode de faire-valoir des exploitations (en milliers d'hectares)
2010 2016
Faire-valoir direct 6 481 5 593
Terres prises en location 21 231 22 111
   Auprès de tiers 16 831 16 559
   Auprès d’associés 4 076 5 304
   Autres locations1 324 248
Total de la SAU 27 712 27 703
  • 1. Métayage, locations provisoires, etc.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Note : des précisions sur l'enquête structure sont données dans la rubrique "Définitions" de cette fiche.
  • Source : SSP, Agreste, recensement agricole 2010, enquête structure 2016.

Avertissement

Sauf mention contraire, les données nationales se réfèrent à la France métropolitaine et aux cinq départements d’outre-mer (sauf mention contraire Mayotte est inclus dans les données de la France).

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d’une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Les comparaisons internationales s’appuient en général sur les données issues d’organismes internationaux (Eurostat, ONU, etc.) qui peuvent diverger des sources produites par les instituts nationaux de statistiques, notamment pour l’Insee, pour les données françaises. En effet, ces organismes effectuent souvent des ajustements de champ ou de méthode, d’ampleur souvent réduite, afin de produire des données comparables d’un pays à l’autre.

Sauf précision contraire, les indicateurs relatifs à l’Union européenne (UE) figurant dans cet ouvrage portent sur l’UE à 28.

Définitions

Classification des exploitations agricoles : répartition des exploitations selon leur spécialisation (orientation technico-économique) et leur dimension économique. Elle repose depuis le recensement agricole de 2010 sur le concept de production brute standard (PBS). Les coefficients PBS ont été mis à jour entre les recensements 2000 et 2010 (moyenne 2005 à 2009) et l’enquête structure 2016 (moyenne 2011 à 2015). Sur la base des coefficients de PBS, les exploitations sont réparties en quatre classes de tailles :

- les petites (PBS < 25 000 euros) ;

- les moyennes (PBS entre 25 000 et moins de 100 000 euros) ;

- les grandes (PBS > 100 000 euros) ;

- les très grandes (PBS > 250 000 euros).

Dimension économique : addition des productions brutes standards (PBS) des différentes productions d’une exploitation.

Enquête structure : enquête par sondage. Elle porte sur l'ensemble des exploitations y c. celles gérant des pacages collectifs.

Exploitation agricole : unité économique qui participe à la production agricole. Une exploitation agricole doit répondre à plusieurs critères. Elle doit disposer d’une activité agricole, soit de production, soit de maintien des terres dans de bonnes conditions agricoles et environnementales. Elle doit atteindre une certaine dimension, soit 1 hectare de surface agricole utilisée, soit 20 ares de cultures spécialisées, soit une production supérieure à un seuil (1 vache ou 6 brebis mères, etc.). Enfin, sa gestion courante doit être indépendante de toute autre unité. L’existence d’une immatriculation au répertoire des entreprises et des établissements Sirene ou d’un identifiant de demande d’aide de la Politique agricole commune présume de l’indépendance de gestion.

Mode de faire-valoir : type de relations existant entre le propriétaire des terres agricoles et l’exploitant. Lorsque le propriétaire exploite lui-même ses terres, on parle de faire-valoir direct. L’exploitant peut prendre la terre en location, avec un loyer d’un montant fixe, soit auprès de tiers, soit auprès des associés. Dans le cas du métayage, devenu marginal, l’exploitant cède un pourcentage de sa production au propriétaire.

Orientation technico-économique : classement des exploitations selon leur spécialisation, en fonction de la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.

Production brute standard (PBS) : indicateur permettant de déterminer la dimension économique et la spécialisation d’une exploitation. Les coefficients de production brute standard (PBS) utilisés par la statistique agricole ne constituent pas des résultats économiques observés. Ils constituent des ordres de grandeur définissant un potentiel de production des exploitations agricoles. La variation annuelle de la PBS d’une exploitation traduit l’évolution de ses structures de production (par exemple agrandissement ou choix de production à plus fort potentiel) et non une variation de son chiffre d’affaires. Pour la facilité de l’interprétation, la PBS est exprimée en euros, mais il s’agit surtout d’une unité commune qui permet de hiérarchiser les productions entre elles. On peut donc ramener les PBS en équivalent hectares de blé par exemple.

Salarié permanent agricole : personne qui effectue un travail agricole régulier tout au long de l’année, à temps plein ou partiel.

Superficie agricole utilisée (SAU) : comprend les terres arables (y c. pâturages temporaires, jachères, cultures sous verre), la superficie toujours en herbe et les cultures permanentes (vignes, vergers, etc.).

Unité de travail annuel (UTA) : mesure du travail fourni par la main-d’œuvre agricole. Une UTA correspond au travail d’une personne à plein temps pendant une année entière. Le travail fourni sur une exploitation agricole provient, d’une part de l’activité des personnes de la famille (chef compris), d’autre part de l’activité de la main-d’œuvre salariée, à savoir les permanents, saisonniers, salariés des entreprises de travaux agricoles (ETA) et coopératives d’utilisation de matériel agricole (CUMA). La mesure d’une UTA est équivalente à celle d’un équivalent temps plein.