Tableaux de l'économie françaiseÉdition 2019

Les Tableaux de l'économie française s'adressent à tous ceux qui souhaitent disposer d'un aperçu rapide et actuel sur la situation économique, démographique et sociale de la France.

Insee Références
Paru le : Paru le 26/03/2019
Tableaux de l'Économie Française - mars 2019
Consulter
Sommaire

Logement

Présentation

Au 1er janvier 2018, la France, hors Mayotte, compte 36,3 millions de logements . Les résidences principales représentent 81,9 % du parc, les résidences secondaires et logements occasionnels 9,7 % et les logements vacants 8,4 %. Depuis 30 ans, le parc de logements métropolitain s’accroît de 1,1 % par an en moyenne. En 2018, l’habitat individuel représente 56 % des logements : il est majoritaire parmi les résidences principales comme parmi les résidences secondaires et logements occasionnels. Après avoir progressé entre 1999 et 2008, sa part recule légèrement car le nombre de logements collectifs augmente plus vite que celui des logements individuels du fait des évolutions récentes de la construction neuve. En 2018, 16 % des résidences principales se situent dans l’unité urbaine de Paris et 21 % dans une commune rurale. Ces proportions ont légèrement diminué en trente ans au profit des unités urbaines autres que Paris.

Au 1er janvier 2018, le parc locatif des bailleurs sociaux compte en France 5,0 millions de logements (hors logements non conventionnés appartenant à une société d’économie mixte), en progression de 1,8 % sur un an. En 2017, 78 200 logements ont été mis en service. Parmi eux, 91 % sont neufs. Dans le même temps, 10 200 logements ont été démolis, 10 400 ont été vendus et 700 ont changé d’usage ou ont été restructurés.

En 2016, la quasi-totalité des logements métropolitains (98,9 %) disposent de l’eau chaude, de WC intérieurs et d’une installation sanitaire (douche ou baignoire). En 1984, selon l’ enquête Logement , 15 % des logements ne disposaient pas du confort sanitaire de base. Cependant, d’autres formes d’inconfort subsistent : en 2016, 4,4 % des logements ne disposent pas d’un chauffage central ou électrique et 22,3 % sont considérés par leurs occupants comme difficiles ou trop coûteux à chauffer. Par ailleurs, 17,8 % des logements sont jugés trop bruyants tandis que 12,6 % présentent des fuites dans la toiture, des problèmes d’humidité des murs ou des sols ou bien encore des moisissures dans les cadres de fenêtre ou au sol. En 2013, un ménage sur douze vit dans un logement surpeuplé , une proportion relativement stable depuis 2006. Cette stabilité fait suite à une forte réduction du phénomène entre 1984 et 2006, qui s’explique en partie par l’augmentation de la surface moyenne des logements. Celle-ci dépasse 90 m² depuis le début des années 2000, contre 82 m² en 1984. La surface moyenne a progressé essentiellement dans les maisons individuelles, la superficie des appartements restant quasiment stable. Parallèlement, le nombre d’occupants par logement a baissé : en moyenne 2,7 personnes par logement en 1984, 2,3 en 2006, 2,2 en 2016.

En Europe, 53 % des individus vivent dans une maison individuelle. Le taux est plus élevé dans les pays d’Europe du Nord (93 % des Irlandais, 85 % des Britanniques, 78 % des Belges, 76 % des Néerlandais) et d’Europe centrale (79 % des Croates, 71 % des Slovènes) que dans les pays du Sud (47 % des Italiens, 40 % des Grecs, 34 % des Espagnols).

Tableaux et graphiques

Figure 1Parc de résidences en habitat collectif ou individuel

en milliers
Parc de résidences en habitat collectif ou individuel (en milliers )
Au 1er janvier 2005 2008 2011 2014 2017 (p) 2018 (p) 18/081 en %
Résidences principales 26 353 27 271 28 041 28 766 29 499 29 745 0,9
Individuel 14 941 15 527 15 984 16 374 16 763 16 894 0,8
Collectif 11 412 11 744 12 057 12 392 12 736 12 851 0,9
Logements vacants 1 993 2 182 2 474 2 748 2 984 3 066 3,5
Individuel 946 1 050 1 194 1 335 1 468 1 514 3,7
Collectif 1 047 1 132 1 280 1 413 1 516 1 552 3,2
Résidences secondaires 3 049 3 127 3 157 3 286 3 461 3 519 1,2
Individuel 1 879 1 894 1 865 1 901 1 948 1 963 0,4
Collectif 1 170 1 233 1 292 1 385 1 513 1 556 2,4
Total 31 395 32 580 33 672 34 800 35 944 36 330 1,1
Individuel 17 766 18 471 19 043 19 610 20 179 20 371 1,0
Collectif 13 629 14 109 14 629 15 190 15 765 15 959 1,2
  • p : données provisoires.
  • 1. En moyenne annuelle.
  • Champ : France hors Mayotte.
  • Sources : Insee et SDES, estimation annuelle du parc de logements.

Figure 2Taille des logements selon la catégorie en 2015

en %
Taille des logements selon la catégorie en 2015 (en %)
Au 1er janvier 1 pièce 2 pièces 3 pièces 4 pièces 5 pièces 6 pièces ou plus Ensemble
Résidences principales 67,1 74,1 79,9 85,6 89,0 88,4 82,5
Logements occasionnels 3,0 1,3 0,7 0,4 0,2 0,2 0,7
Résidences secondaires 14,3 12,9 10,1 7,3 5,7 6,5 8,8
Logements vacants 15,6 11,6 9,3 6,8 5,0 4,9 8,0
Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
  • Champ : France hors Mayotte.
  • Source : Insee, RP 2015 exploitation principale.

Figure 3Défauts de confort du parc de résidences principales

en %
Défauts de confort du parc de résidences principales (en % )
2006 2012 2016
Logements sans confort sanitaire1 1,9 1,2 1,1
Pas de chauffage central ou électrique 6,4 4,9 4,4
Fuites dans la toiture, murs/sols/fondations humides, moisissure dans les cadres de fenêtre ou le sol 11,7 12,1 12,6
Logement trop bruyant 20,2 17,3 17,8
Logement difficile ou trop coûteux à bien chauffer 27,9 24,3 22,3
  • 1. Absence d'au moins un élément suivant : eau chaude, installation sanitaire, WC.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : Insee, enquêtes SRCV.

Figure 4Ménages en situation de surpeuplement selon le type d’habitat

en %
Ménages en situation de surpeuplement selon le type d’habitat (en %)
1984 1996 2006 2013
Individuel 11,2 5,9 3,6 3,0
Collectif 22,9 17,9 14,7 15,9
Ensemble 16,5 11,0 8,4 8,4
  • Champ : France métropolitaine, hors étudiants.
  • Lecture : 3 % des ménages vivant dans une habitation individuelle sont en situation de surpeuplement en 2013.
  • Source : Insee, enquêtes Logement.

Figure 5Parc locatif des bailleurs sociaux

en milliers
Parc locatif des bailleurs sociaux (en milliers)
2016 2017 2018
Parc de logements sociaux1 4 840 4 915 5 004
Nouvelles mises en service 92,1 86,2 78,2
dont logements neufs 81,8 78,6 71,0
Taux de vacance (en %) 3,3 3,0 3,0
Taux de vacance structurelle2 (en %) 1,6 1,6 1,5
  • 1. Parc des bailleurs sociaux hors logements non conventionnés appartenant à une société d'économie mixte.
  • 2. Vacance supérieure à 3 mois.
  • Champ : France hors Mayotte jusqu'en 2016 et y c. Mayotte à partir de 2017.
  • Note : données au 1er janvier sauf pour les nouvelles mises en service retracées au titre de l'année n - 1.
  • Les bailleurs sociaux interrogés pour RPLS sont définis par l’article L.411-10 du code de la construction et de l’habitation.
  • Source : SDES, RPLS au 1er janvier.

Figure 6Maisons dans l'UE en 2017

en % des logements ordinaires
Maisons dans l'UE en 2017 (en % des logements ordinaires)
Maisons
Irlande1 92,5
Royaume-Uni1 84,8
Croatie 79,1
Belgique 78,1
Pays-Bas 75,7
Chypre 73,1
Slovénie 70,9
Hongrie 70,1
Danemark 67,8
Luxembourg 67,3
France2 66,8
Roumanie 65,9
Finlande 65,2
Pologne 56,1
Portugal 55,1
Autriche 54,7
Suède 54,6
Bulgarie 54,2
UE 53,0
Slovaquie 49,7
Rép. tchèque 47,7
Italie 47,4
Malte 45,4
Allemagne 42,1
Lituanie 40,9
Grèce 40,0
Estonie 37,6
Espagne 33,7
Lettonie 33,3
  • 1. Données 2016.
  • 2. France métropolitaine.
  • Lecture : 92,5 % de la population irlandaise vit dans une maison.
  • Source : Eurostat (extraction du 29 novembre 2018), EU-Silc.

Figure 6Maisons dans l'UE en 2017

  • 1. Données 2016.
  • 2. France métropolitaine.
  • Lecture : 92,5 % de la population irlandaise vit dans une maison.
  • Source : Eurostat (extraction du 29 novembre 2018), EU-Silc.

Avertissement

Sauf mention contraire, les données nationales se réfèrent à la France métropolitaine et aux cinq départements d’outre-mer (sauf mention contraire Mayotte est inclus dans les données de la France).

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d’une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Les comparaisons internationales s’appuient en général sur les données issues d’organismes internationaux (Eurostat, ONU, etc.) qui peuvent diverger des sources produites par les instituts nationaux de statistiques, notamment pour l’Insee, pour les données françaises. En effet, ces organismes effectuent souvent des ajustements de champ ou de méthode, d’ampleur souvent réduite, afin de produire des données comparables d’un pays à l’autre.

Sauf précision contraire, les indicateurs relatifs à l’Union européenne (UE) figurant dans cet ouvrage portent sur l’UE à 28.

Définitions

Enquête Logement : l’une des principales enquêtes de l’Insee par son ancienneté (1955) et la taille de son échantillon (plus de 36 000 logements répondants en 2013, dont 27 000 en France métropolitaine). C’est la source statistique majeure pour décrire le parc de logements et les conditions d’occupation par les ménages de leur résidence principale. Elle permet également de mesurer le coût du logement. Le champ de l’enquête est constitué des résidences principales, à l’exclusion des communautés et des habitations mobiles.

Logement : local utilisé pour l'habitation. Les logements sont répartis en quatre catégories : résidences principales, résidences secondaires, logements occasionnels, logements vacants. Il existe des logements ayant des caractéristiques particulières, mais qui font tout de même partie des logements au sens de l'Insee : les logements-foyers pour personnes âgées, les chambres meublées, les habitations précaires ou de fortune. En revanche, les communautés ne sont pas décrites ici.

Logement vacant : c’est un logement inoccupé. Il peut s’agir d’un logement proposé à la vente ou à la location, d’un logement déjà attribué à un acheteur ou un locataire et en attente d'occupation, d’un logement en attente de règlement de succession, d’un logement conservé par un employeur pour un usage futur au profit d'un de ses employés ou encore d’un logement gardé vacant et sans affectation précise par le propriétaire.

Ménage : ensemble des occupants d’un même logement sans que ces personnes ne soient nécessairement unies par des liens de parenté (en cas de cohabitation, par exemple). Un ménage peut ne comprendre qu'une seule personne. Au sens du recensement de la population, les personnes vivant dans des habitations mobiles, les mariniers, les sans-abri, et les personnes vivant en communauté (foyers de travailleurs, maisons de retraite, résidences universitaires, maisons de détention...) sont considérées comme vivant hors ménage. Il y a égalité entre le nombre de ménages et le nombre de résidences principales. Dans les enquêtes auprès des ménages réalisées par l'Insee, depuis 2005, sont considérées comme formant un ménage l'ensemble des personnes (apparentées ou non) qui partagent de manière habituelle un même logement (que celui-ci soit ou non leur résidence principale) et qui ont un budget en commun. La résidence habituelle est le logement dans lequel on a l'habitude de vivre. Font donc partie du même ménage des personnes qui ont un budget commun, c'est-à-dire qui apportent des ressources servant à des dépenses faites pour la vie du ménage ou qui bénéficient simplement de ces dépenses. Dans la définition du budget commun, on ne tient pas compte des dépenses faites pour le logement et la participation occasionnelle à des dépenses communes ne suffit pas à former un budget commun. Le fait d’avoir plusieurs comptes en banque différents dans un ménage ne signifie pas faire budget à part. Depuis 2005, dans le cadre des enquêtes auprès des ménages, un logement peut donc comporter plusieurs ménages appelés encore « unités de vie ».

Répertoire du parc locatif social (RPLS) : permet de connaître chaque année la composition du parc social ainsi que les mouvements l’ayant affecté (nouvelles constructions, réhabilitation, ventes, etc). Il a succédé en 2011 à l’enquête sur le parc locatif social (EPLS). Les bailleurs sociaux inclus dans son champ sont les organismes d’habitations à loyer modéré visés à l’article L.411-2 du Code de la construction et de l’habitation (CCH), les sociétés d’économie mixte visées à l’article L.481-1 du CCH, l’établissement public de gestion immobilière du Nord-Pas-de-Calais et la société anonyme Sainte-Barbe, l’Association Foncière Logement mentionnée à l’article L.313-34 du CCH et les sociétés civiles immobilières dont les parts sont détenues pour au moins 99 % par cette association, ainsi que les organismes bénéficiant de l’agrément prévu à l’article L.365-2 du CCH.

Parc locatif social : le répertoire du parc locatif des bailleurs sociaux recense l’ensemble des logements appartenant aux bailleurs sociaux. Le parc locatif social désigne l’ensemble des logements, conventionnés ou non, pour lesquels le statut du bailleur détermine son activité (Organisme public de l’habitat, Entreprise sociale pour l’habitat, associations agréées), auxquels s’ajoutent les logements conventionnés des autres bailleurs (Société d’économie mixte, etc). Sont ainsi exclus les logements non conventionnés appartenant à une Société d’économie mixte de France métropolitaine dont les caractéristiques sont proches du secteur libre.

Résidence principale : logement occupé de façon habituelle et à titre principal par une ou plusieurs personnes qui constituent un ménage. Depuis 2005, une résidence principale peut comporter plusieurs ménages si ceux-ci ont des budgets séparés.

Résidence secondaire : logement utilisé pour les week-ends, les loisirs ou les vacances. Les logements meublés loués (ou à louer) pour des séjours touristiques sont également classés en résidences secondaires. La distinction entre logements occasionnels et résidences secondaires est parfois difficile à établir, c'est pourquoi les deux catégories sont souvent regroupées.

Surpeuplement : un logement est en situation de surpeuplement s’il manque au moins une pièce par rapport à une norme définie selon la composition familiale du ménage qui l’occupe. La norme française attribue :

- une pièce de séjour pour le ménage ;

- une pièce pour chaque couple ;

- une pièce pour les autres personnes mariées ou remariées mais ne vivant pas en couple, veuves ou divorcées, ainsi que pour les célibataires de 19 ans et plus.

Pour les célibataires de moins de 19 ans, on compte une pièce pour deux enfants s'ils sont de même sexe ou s'ils ont moins de sept ans ; sinon, une pièce par enfant. Le nombre de pièces inclut la cuisine si cette dernière fait plus de 12m². Les logements offrant moins de 18 m² par personne sont considérés comme surpeuplés. Une personne seule dans un studio n’est pas en situation de surpeuplement si elle dispose de plus de 25 m².