Tableaux de l'économie françaiseÉdition 2019

Les Tableaux de l'économie française s'adressent à tous ceux qui souhaitent disposer d'un aperçu rapide et actuel sur la situation économique, démographique et sociale de la France.

Insee Références
Paru le : Paru le 26/03/2019
Tableaux de l'Économie Française - mars 2019
Consulter
Sommaire

Entreprises publiques

Présentation

Les entreprises publiques sont définies comme l’ensemble des sociétés directement détenues majoritairement par l’État ou appartenant à des groupes dont la tête est détenue majoritairement par l’État.

Fin 2016, l’État contrôle en France directement 85 sociétés françaises. Par le biais de ces dernières et de leurs filiales, il contrôle au total 1 702 sociétés françaises (sociétés dites publiques), qui emploient 778 100 salariés. Par rapport à 2015, le nombre de ces sociétés augmente de 71 unités. D'un côté, il intègre 148 nouvelles sociétés et de l'autre, il en perd 77.

Malgré ces 71 sociétés supplémentaires, le nombre de salariés des sociétés contrôlées directement ou indirectement par l’État diminue entre 2015 et 2016 de 13 000 salariés (– 1,6 %), ce qui amplifie la tendance à la baisse déjà observée en 2015. Cette baisse de l’emploi total est principalement le fait du groupe La Poste (– 10 000).

La hausse du nombre de sociétés sous contrôle de l’État est due en majorité à celle des filiales des quatre grands groupes que sont Électricité de France (EDF), La Poste, la RATP et la SNCF. Ils intègrent plus de sociétés qu’ils n’en perdent. L’État perd le contrôle direct de quatre sociétés : la Société de gestion de garanties et participation, l’Agence de l’Outre-mer pour la mobilité, les sociétés Aéroports de la Côte d’Azur et Aéroports de Lyon. La première a cessé son activité, la deuxième est devenue un établissement public administratif (EPA). L’État a cédé ses détentions dans la société Aéroports de Lyon à une société privée française et ses détentions dans la société Aéroports de la Côte d’Azur à une société privée italienne.

Par rapport à 2015, la répartition des effectifs des sociétés publiques par grand secteur d’activité reste stable. Le secteur tertiaire concentre à nouveau plus de trois salariés sur quatre de l’ensemble des sociétés contrôlées par l’État. Le secteur des transports et de l’entreposage demeure prépondérant avec 465 000 salariés au sein des sociétés publiques. Il rassemble près de 60 % de l’ensemble des salariés des sociétés sous contrôle de l’État et 27 % du nombre de sociétés. Le secteur de l’industrie est le deuxième secteur, avec 22 % des emplois et 26 % des sociétés contrôlées majoritairement par l’État. L’emploi y reste relativement stable par rapport à 2015. Au sein de l’industrie, les « industries extractives, énergie, eau, gestion des déchets et dépollution » regroupent 403 filiales et 133 800 salariés, essentiellement du groupe EDF. L’emploi y diminue légèrement en 2016, en raison de la perte de dix sociétés de « production et distribution d’électricité, de gaz, de vapeur et d’air conditionné » appartenant auparavant au groupe EDF. L’emploi des sociétés contrôlées par l’État dans les secteurs de l’agriculture et de la construction reste très faible.

Tableaux et graphiques

Figure 1Entreprises publiques selon l'activité économique fin 2016

Entreprises publiques selon l'activité économique fin 2016
Nombre de sociétés (p) Effectifs salariés (p) en milliers Principaux groupes présents dans le secteur
Agriculture 7 9,1 Office national des forêts
Industrie 438 169,1
dont : fabrication de machines et d'équipements électriques1 6 1,0 CEA
fabrication de matériels de transport 3 12,3 DCNS
fabrication d'autres produits industriels 26 22,6 CEA
ind. extractives, énergie, eau, gestion des déchets et dépollution 403 133,1 EDF
Construction 60 3,2 EDF
Tertiaire 1 197 596,6
Commerce, réparation d'automobiles et motocycles 34 1,9 UGAP
Transports et entreposage 459 464,8 La Poste, SNCF, RATP, Aéroports de Paris
Hébergement et restauration 2 0,3
Information et communication 74 22,1 France Télévision
Activités financières et d'assurance 184 22,4 Banque de France
Activités immobilières 137 2,3 SNCF
Act. spéc., scient. et tech. et act. de serv. adm. et de soutien 267 63,4 CEA, La Poste
Adm. publique, enseignement, santé humaine et action sociale 18 10,8 Établissements français du sang
Autres activités de services 22 8,5 Opéra de Paris, FDJ
Total 1 702 778,1
  • p : données provisoires.
  • 1. Y c. fabrication d'équipements électroniques et informatiques.
  • Source : Insee, Recme.

Figure 2Mouvements des entreprises publiques en 2016

Mouvements des entreprises publiques en 2016
Nombre d'entreprises Effectifs salariés
Entreprises présentes fin 2015 (r) 1 631 791 052
+ Entreprises présentes en 2015 et en 2016 + 1554 – 11 754
+ Entreprises entrantes en 2016 + 148 + 836
– Entreprises sortantes en 2016 – 77 – 2 041
Entreprises présentes fin 2016 (p) 1 702 778 093
  • p : données provisoires.
  • r : données révisées.
  • Source : Insee, Recme.

Figure 3Poids du secteur public dans l'économie de 1985 à 2016

en %
Poids du secteur public dans l'économie de 1985 à 2016 (en %)
Immobilisations1 Valeur ajoutée2 Effectif salarié3
1985 47,30 24,86 19,29
1986 46,00 23,24 18,56
1987 45,02 20,20 15,76
1988 44,72 19,52 14,89
1989 43,22 18,21 13,99
1990 43,49 17,71 13,75
1991 40,62 17,80 13,64
1992 39,56 18,09 13,01
1993 38,53 17,45 12,69
1994 36,82 16,44 11,94
1995 34,82 15,06 10,96
1996 32,63 14,12 9,61
1997 29,23 12,90 9,03
1998 30,61 12,67 8,65
1999 29,45 11,92 7,98
2000 28,70 11,50 7,80
2001 29,10 10,90 7,50
2002 27,81 10,88 7,63
2003 27,37 10,93 7,54
2004 24,90 7,90 6,00
2005 24,10 7,40 5,70
2006 17,80 6,30 5,40
2007 17,60 6,00 5,00
2008 15,50 5,59 5,33
2009 15,74 5,49 5,16
2010 15,67 5,60 5,59
2011 16,32 5,68 5,47
2012 16,24 5,72 5,49
2013 16,20 5,97 5,52
2014 16,46 5,93 5,55
2015 19,83 5,95 5,37
2016 19,59 5,69 4,92
  • 1. Essentiellement les bâtiments et les machines.
  • 2. Valeur ajoutée brute au coût des facteurs jusqu'en 2008, hors taxes depuis 2009.
  • 3. Au 31 décembre.
  • Champ : ensemble de l'économie marchande hors secteurs agricoles et financiers.
  • Note : depuis 2008, les entreprises publiques sont les entreprises (au sens du décret LME, c'est-à-dire le groupe dans son ensemble, l'entreprise profilée ou l'unité légale indépendante) contrôlées par l'État.
  • Source : Insee, Ésane, Clap, Lifi.

Figure 3Poids du secteur public dans l'économie de 1985 à 2016

  • 1. Essentiellement les bâtiments et les machines.
  • 2. Valeur ajoutée brute au coût des facteurs jusqu'en 2008, hors taxes depuis 2009.
  • 3. Au 31 décembre.
  • Champ : ensemble de l'économie marchande hors secteurs agricoles et financiers.
  • Note : depuis 2008, les entreprises publiques sont les entreprises (au sens du décret LME, c'est-à-dire le groupe dans son ensemble, l'entreprise profilée ou l'unité légale indépendante) contrôlées par l'État.
  • Source : Insee, Ésane, Clap, Lifi.

Figure 4Principales entreprises à participation publique selon le chiffre d'affaires en 2017

Principales entreprises à participation publique selon le chiffre d'affaires en 2017
% détenu par l'état1 Chiffre d'affaires1 en millions d'euros Résultat net1 en millions d'euros Effectifs en EQTP en milliers
EDF 84 69 632 3 173 152,0
Airbus2 11 66 767 2 873 129,4
PSA3 7 65 210 1 929 ///
ENGIE4 24 65 029 1 423 151,7
Renault2 15 58 770 5 144 120,1
Orange5 13 41 096 1 906 138,0
SNCF6 100 33 515 1 331 271,1
Air France - KLM 14 25 781 -274 80,6
La Poste 74 18 463 851 253,2
Safran 14 16 940 4 790 58,3
Thales2 26 15 795 822 64,9
RATP2 6 100 5 486 339 57,3
Orano2 50 3 926 -252 19,2
Naval Group (DCNS)2 62 3 698 142 12,8
Aéroport de Paris 51 3 617 571 24,2
Eramet 26 3 528 203 12,6
France Télévisions4 100 3 089 7 9,8
Française des Jeux4 72 1 762 181 2,2
STX - Chantiers de l'Atlantique2 33 1 477 4 2,6
Radio France4 100 656 -5 4,5
  • /// : absence de résultat due à la nature des choses.
  • 1. Au 31 décembre.
  • 2. Effectifs au 31 décembre.
  • 3. Effectifs 2016.
  • 4. Effectifs en moyenne annuelle.
  • 5. Équivalent temps plein payés.
  • 6. EPIC.
  • Source : Agence des participations de l'État.

Figure 5Sociétés contrôlées majoritairement par l'État de 1995 à 2016

Sociétés contrôlées majoritairement par l'État de 1995 à 2016
Nombre de sociétés françaises contôlées par l'État Effectif salarié en France (en milliers)
1995 2 636 1 446
1996 2 506 1 302
1997 2 510 1 255
1998 1 785 1 181
1999 1 657 1 110
2000 1 594 1 124
2001 1 570 1 137
2002 1 623 1 126
2003 1 491 1 133
2004 1 307 917
2005 1 144 866
2006 853 874
2007 850 820
2008 889 802
2009 946 789
2010 1 230 803
2011 1 511 785
2012 1 404 794
2013 1 441 797
2014 1 632 796
2015 (r) 1 631 791
2016 (p) 1 702 778
  • p : données provisoires.
  • r : données révisées.
  • Source : Insee, Recme.

Figure 5Sociétés contrôlées majoritairement par l'État de 1995 à 2016

  • p : données provisoires.
  • r : données révisées.
  • Source : Insee, Recme.

Avertissement

Sauf mention contraire, les données nationales se réfèrent à la France métropolitaine et aux cinq départements d’outre-mer (sauf mention contraire Mayotte est inclus dans les données de la France).

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d’une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Les comparaisons internationales s’appuient en général sur les données issues d’organismes internationaux (Eurostat, ONU, etc.) qui peuvent diverger des sources produites par les instituts nationaux de statistiques, notamment pour l’Insee, pour les données françaises. En effet, ces organismes effectuent souvent des ajustements de champ ou de méthode, d’ampleur souvent réduite, afin de produire des données comparables d’un pays à l’autre.

Sauf précision contraire, les indicateurs relatifs à l’Union européenne (UE) figurant dans cet ouvrage portent sur l’UE à 28.

Définitions

Entreprise publique : entreprise sur laquelle l'État peut exercer directement ou indirectement une influence dominante du fait de la propriété ou de la participation financière, en disposant soit de la majorité du capital, soit de la majorité des voix attachées aux parts émises.

Emploi en équivalent temps plein (EQTP) : l’emploi peut se mesurer en nombre de personnes ayant travaillé, même pendant une durée limitée. On peut aussi mesurer les emplois en équivalent temps plein (EQTP). Chaque poste est pris en compte au prorata de son volume horaire de travail rapporté à celui d’un poste à temps complet. Par exemple, un salarié ayant occupé un poste donné durant six mois à 80 % compte pour 0,4 (=0,5*0,8) en EQTP.

Nationalisation, privatisation : ces termes traduisent les mouvements des entreprises entre le secteur public et le secteur privé. Lorsque l'État prend le contrôle direct d'une entreprise, i.e. lorsqu'il détient plus de 50 % de son capital, on parle de nationalisation. Lorsque l'État perd le contrôle direct d'une entreprise au profit du secteur privé, on parle de privatisation.

Répertoire des entreprises contrôlées majoritairement par l'État (Recme) : créé par un décret du 22 octobre 1984, il est géré par l'Insee. Une entreprise est inscrite au répertoire dès lors que l'État détient, directement ou par l'intermédiaire d'autres entreprises contrôlées, la majorité du capital ou des droits de vote dans les instances délibérantes.

Société : dans cette page, unité légale ayant la personnalité morale.

Unité légale : entité juridique de droit public ou privé. Cette entité juridique peut être une personne morale, dont l’existence est reconnue par la loi indépendamment des personnes ou des institutions qui la possèdent ou qui en sont membres ou une personne physique, qui, en tant qu’indépendant, peut exercer une activité économique. Elle est obligatoirement déclarée aux administrations compétentes (Greffes des tribunaux, sécurité sociale, DGFiP, etc) pour exister. L’existence d’une telle unité dépend du choix des propriétaires ou de ses créateurs (pour des raisons organisationnelles, juridiques ou fiscales). L’unité légale est l’unité principale enregistrée dans Sirene. Cette définition de l’unité légale ne doit pas être confondue avec celle de l’entreprise, considérée comme unité statistique.