Tableaux de l'économie françaiseÉdition 2019

Les Tableaux de l'économie française s'adressent à tous ceux qui souhaitent disposer d'un aperçu rapide et actuel sur la situation économique, démographique et sociale de la France.

Insee Références
Paru le : Paru le 26/03/2019
Tableaux de l'Économie Française - mars 2019
Consulter
Sommaire

Établissements - Enseignants

Présentation

En 2017, la dépense intérieure d’éducation (DIE) atteint 154,6 milliards d’euros, soit 6,7 % du produit intérieur brut (PIB). La dépense par élève ou étudiant s’élève à 8 690 euros, en hausse de 530 euros par rapport à 2007. Elle augmente avec le niveau d’enseignement. La DIE se répartit entre l' enseignement du premier degré pour 29,1 %, l’ enseignement du second degré pour 38,8 %, l' enseignement supérieur pour 20,3 % et la formation continue et extra-scolaire à hauteur de 11,8 %.

À la rentrée 2017, l’enseignement du premier degré compte 50 900 écoles en France métropolitaine et dans les départements d’Outre-mer (DOM). Entre 2016 et 2017, la baisse se poursuit dans le secteur public (– 1,0 %) qui compte 283 écoles maternelles et 313 écoles élémentaires en moins. A contrario, le nombre d’écoles primaires est en légère augmentation (+ 120). Dans le secteur privé , le nombre d’écoles augmente à la rentrée 2017. Le nombre d’établissements du second degré est de 11 343. Il baisse légèrement par rapport à 2016.

Dans le premier degré, l’augmentation du nombre de classes a connu une accélération à la rentrée 2017 : + 1,0 % par rapport à l’année précédente. Celle-ci est plus élevée dans le secteur privé (+ 1,4 %) que dans le secteur public (+ 0,9 %). Dans le second degré, le nombre global de classes augmente à la rentrée 2017. Cette hausse, due à 50 500 élèves supplémentaires scolarisés en un an, concerne les lycées polyvalents et les collèges des secteurs public et privé.

En 2017-2018, 1 132 719 enseignants et personnels administratifs, techniques, d’encadrement et d’éducation exercent leurs fonctions au titre du ministère en charge de l’éducation nationale. La part des enseignants (en mission d’enseignement), secteurs public et privé réunis, est prépondérante parmi l’ensemble des personnels (77,8 %). Les personnels n’effectuant pas une mission d’enseignement sont essentiellement constitués des assistants d’éducation et des accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH). Leur nombre a fortement crû en 2017 suite à des évolutions réglementaires.

En 2016-2017, 92 000 personnes enseignent dans les établissements publics d’enseignement supérieur en France métropolitaine et en Outre-mer, principalement en université, instituts nationaux polytechniques et universités de technologie. L’effectif total des enseignants du supérieur a augmenté de 20 % au cours des vingt dernières années, de 76 600 à 92 000 entre 1996-1997 et 2016-2017. Au cours de cette période, les taux de croissance les plus élevés ont concerné les effectifs des enseignants non permanents, suivi des maîtres de conférences, des professeurs des universités et des enseignants du second degré .

Tableaux et graphiques

Figure 1Personnel de l'Éducation nationale et de l'Enseignement supérieur

Personnel de l'Éducation nationale et de l'Enseignement supérieur
2012 2013 2014 2015 2016 2017
Enseignants du secteur public des premier et second degrés1 703 540 716 805 716 913 721 322 729 580 736 997
Enseignants du secteur privé2 des premier et second degrés1 140 945 141 973 142 124 142 460 143 440 144 419
Enseignants du supérieur public3 91 228 92 272 91 208 91 405 91 985 nd
Total des enseignants1 935 713 951 050 950 245 955 187 965 005 nd
Autres missions (non enseignement)4 216 801 219 351 216 344 220 532 235 585 251 303
Personnel administratif, technique et d'encadrement du supérieur5 nd 98 604 98 803 98 078 99 803 105 393
Total nd 1 269 005 1 265 392 1 273 797 1 300 393 nd
  • nd : donnée non disponible.
  • 1. Hors personnels du corps enseignant n'effectuant pas une mission d'enseignement mais y c. les enseignants non titulaires.
  • 2. Uniquement enseignants du secteur privé sous contrat, hors Mayotte.
  • 3. Y c. COM et Nouvelle-Calédonie.
  • 4. Y c. autres missions des corps enseignants et non enseignants non titulaires.
  • 5. Y c. personnels ouvriers à partir de 2017.
  • Champ : France métropolitaine + DOM.
  • Note : les millésimes correspondent à l'année de rentrée scolaire ; les effectifs comptabilisés en autres missions (non enseignement) des personnels du service académique des examens et concours et de l'administration centrale ne sont pas disponibles avant le 30 novembre 2015.
  • Source : Depp.

Figure 2Enseignants des 1er et 2nd degrés public et privé par corps en 2017-2018

Enseignants des 1er et 2nd degrés public et privé par corps en 2017-2018
Au 30 novembre 2018 Effectifs1 dont femmes en %
Premier degré public 334 709 84,2
dont : professeurs des écoles 329 031 84,4
         instituteurs 2 883 70,4
         non-titulaires 2 671 79,9
Second degré public 402 288 58,7
     Agrégés et chaire supérieure 50 585 52,6
     Certifiés et assimilés 245 922 62,3
     Prof. de lycée professionnel 56 188 50,7
     Professeurs des écoles, instituteurs 8 759 63,7
     Prof. d'ens. général de collège, adj. & chargés d'ens. 2 062 52,5
     Non-titulaires 38 772 54,3
Total secteur public 736 997 70,3
Premier degré privé 46 444 91,6
     Professeurs des écoles 39 398 91,5
     Instituteurs et non-titulaires 7 046 92,0
Second degré privé 97 975 66,2
dont : agrégés et chaire supérieure 3 916 51,9
         certifiés et assimilés 60 915 68,5
         prof. de lycée professionnel 11 124 64,2
         non-titulaires 20 356 62,8
Total secteur privé sous contrat 144 419 74,3
  • 1. Y c. stagiaires.
  • Champ : France métropolitaine + DOM (hors Mayotte pour le secteur privé), agents payés par le MEN, en activité.
  • Source : Depp.

Figure 3Établissements publics et privés du 1er et du 2nd degré du ministère en charge de l'éducation nationale

Établissements publics et privés du 1er et du 2nd degré du ministère en charge de l'éducation nationale
2001 2017
Public Privé Public Privé
Écoles maternelles 18 448 245 14 179 154
Écoles élémentaires 34 279 5 395 31 222 5 322
dont écoles primaires nd nd 14 927 5 041
Total premier degré 52 727 5 640 45 401 5 476
Collèges 5 139 1 802 5 294 1 859
Lycées professionnels 1 096 650 834 622
Lycées d'enseignement général et technologique 1 527 1 094 1 608 1 046
Établissements régionaux d'enseignement adapté 80 /// 79 1
Total second degré 7 842 3 546 7 815 3 528
  • nd : donnée non disponible.
  • /// : absence de résultat due à la nature des choses.
  • Champ : France métropolitaine + DOM, hors Mayotte jusqu'en 2010.
  • Note : les millésimes correspondent à la rentrée scolaire.
  • Source : Depp.

Figure 4Dépense intérieure d'éducation

Dépense intérieure d'éducation
2000 2010 2016 (r) 2017 (p)
Aux prix courants (en Md€) 108,2 139,3 150,1 154,6
Aux prix 2017 (en Md€) 136,1 147,1 151,0 154,6
En % du PIB 7,3 7,0 6,7 6,7
Par élève ou par étudiant aux prix 2017 (en euros) 7 860 8 520 8 510 8 690
  • p : données provisoires.
  • r : données révisées.
  • Source : Depp.

Figure 5Dépenses d'éducation dans les pays de l'UE en 2015

en % du PIB
Dépenses d'éducation dans les pays de l'UE en 2015 (en % du PIB)
Dépenses publiques Dépenses privées Subventions publiques au secteur privé
Allemagne 4,52 0,7 0,4
Autriche 5,43 0,3 0,3
Belgique 6,43 0,4 0,4
Bulgarie 3,93 0,7 0,8
Chypre 6,40 1,4 0,5
Croatie1 nd 0,4 nd
Danemark nd nd nd
Espagne 4,16 0,9 0,2
Estonie2 4,85 0,4 0,2
Finlande 6,75 0,2 0,4
France 5,47 0,7 0,2
Grèce 3,68 nd 0,0
Hongrie 4,26 0,6 0,2
Irlande 3,77 0,4 0,6
Italie 4,10 0,6 0,3
Lettonie 5,33 0,4 0,2
Lituanie 4,12 0,6 0,2
Luxembourg 3,90 0,1 0,1
Malte 5,42 0,6 0,4
Pays-Bas 5,40 1,0 0,7
Pologne 4,81 0,6 0,2
Portugal 4,79 1,1 0,2
Rép. tchèque 3,79 0,5 0,1
Roumanie 2,72 0,0 0,1
Royaume-Uni 5,68 2,2 1,0
Slovaquie 4,59 0,7 0,3
Slovénie 4,64 0,6 0,2
Suède 7,05 0,3 0,7
UE 5,04 nd nd
  • nd : donnée non disponible.
  • 1. Donnée 2014 pour les dépenses du secteur privé.
  • 2. Données 2013.
  • Note : ensemble des niveaux de la Cite 2011, à l'exclusion du développement éducatif de la petite enfance.
  • Source : Eurostat (extraction du 15 novembre 2018).

Figure 6Dépense moyenne par élève

aux prix 2017 (en euros)
Dépense moyenne par élève (aux prix 2017 (en euros))
2000 2017
Premier degré 5 600 6 550
Second degré 9 320 9 890
Supérieur 10 720 11 670
Ensemble 7 860 8 690
  • Source : Depp.

Figure 6Dépense moyenne par élève

  • Source : Depp.

Avertissement

Sauf mention contraire, les données nationales se réfèrent à la France métropolitaine et aux cinq départements d’outre-mer (sauf mention contraire Mayotte est inclus dans les données de la France).

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d’une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Les comparaisons internationales s’appuient en général sur les données issues d’organismes internationaux (Eurostat, ONU, etc.) qui peuvent diverger des sources produites par les instituts nationaux de statistiques, notamment pour l’Insee, pour les données françaises. En effet, ces organismes effectuent souvent des ajustements de champ ou de méthode, d’ampleur souvent réduite, afin de produire des données comparables d’un pays à l’autre.

Sauf précision contraire, les indicateurs relatifs à l’Union européenne (UE) figurant dans cet ouvrage portent sur l’UE à 28.

Définitions

Classification internationale type de l'éducation (Cite) : conçue par l'Unesco au cours des années 1970, puis révisée en 1997 et en 2011. C’est un outil construit pour produire dans l'ensemble des pays des statistiques comparables sur l'enseignement et la formation. En France, les niveaux 0 et 1 de la Cite 2011 correspondent à l'enseignement pré-primaire ou primaire, les niveaux 2 et 3 à l'enseignement secondaire des 1er et 2nd cycles. Le niveau 4 de la Cite 2011 correspond à l'enseignement post-secondaire non supérieur (capacité en droit, DAEU, etc.). Le niveau 5 correspond à l’enseignement supérieur de cycle court (BTS, DUT, etc.), le niveau 6 aux licences (ou niveaux équivalents), le niveau 7 aux masters (ou niveaux équivalents) et le niveau 8 aux doctorats (ou niveaux équivalents, hors santé). La révision de la Cite sur les spécialités de formation a été adoptée en 2013.

Dépense intérieure d’éducation (DIE) : représente toutes les dépenses effectuées, sur le territoire national, par l'ensemble des agents économiques (administrations publiques centrales et locales, entreprises et ménages) pour les activités d'éducation : activités d'enseignement scolaire et extra-scolaire de tous niveaux, activités visant à organiser le système éducatif (administration générale, orientation, documentation pédagogique et recherche sur l'éducation), activités destinées à favoriser la fréquentation scolaire (hébergement et restauration scolaire, médecine scolaire, transports) et les dépenses demandées par les institutions (fournitures, livres, habillement). La DIE est évaluée chaque année par le compte de l’éducation, compte satellite de la comptabilité nationale.

Écoles : tandis que les écoles maternelles ne comportent que des classes préélémentaires, les écoles élémentaires peuvent accueillir à la fois des classes élémentaires et des classes préélémentaires. Dans ce cas, ces écoles sont aussi appelées écoles primaires. Cette coexistence est particulièrement fréquente dans le secteur privé.

Enseignants du premier degré : instituteurs, professeurs des écoles et autres enseignants chargés de classes du premier degré dans les écoles publiques et privées sous contrat avec le ministère en charge de l’éducation nationale.

Enseignants du second degré : titulaires et non-titulaires enseignant dans les établissements du second degré publics et privés sous contrat avec le ministère en charge de l’éducation nationale (collèges, lycées, etc.). Sont inclus les personnels de remplacement et de documentation.

Enseignants du supérieur : enseignants titulaires dans les établissements d’enseignement supérieur publics sous tutelle du ministère en charge de l’enseignement supérieur.

Enseignement du premier degré : regroupe l'enseignement préélémentaire et élémentaire, y compris l'enseignement spécialisé sous tutelle du ministère en charge de l'éducation nationale.

Enseignement du second degré : regroupe l'enseignement dispensé dans les collèges, les lycées d'enseignement général et technologique, les lycées professionnels du ministère en charge de l'éducation nationale ou d'autres ministères (principalement le ministère de l'Agriculture et de l’Alimentation).

Enseignement privé : les écoles privées sont soit sous contrat simple (personnel rémunéré par l’État) ou sous contrat d’association (prise en charge par l’État des dépenses de personnel et de fonctionnement de l’externat), soit hors contrat.

Enseignement supérieur : regroupe l'enseignement dispensé dans les universités, les instituts universitaires de technologie (IUT), les écoles supérieures du professorat et de l'éducation (ESPE), les sections de techniciens supérieurs (STS), les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE), les écoles d'ingénieurs, les écoles de commerce, gestion, vente et comptabilité, les écoles paramédicales et sociales, etc.

Établissements du second degré : collèges, lycées et établissements régionaux d’enseignement adapté (EREA) relevant du ministère en charge de l’éducation nationale.