Tableaux de l'économie françaiseÉdition 2020

Les Tableaux de l'économie française s'adressent à tous ceux qui souhaitent disposer d'un aperçu rapide et actuel sur la situation économique, démographique et sociale de la France.

Insee Références
Paru le : Paru le 27/02/2020
Tableaux de l'Économie Française - février 2020
Consulter
Sommaire

Enseignement supérieur

Insee Références

Paru le : 27/02/2020

Présentation

À la rentrée 2018, le nombre d’étudiants inscrits dans l’ enseignement supérieur est de 2 678 700. Cet effectif, en hausse pour la dixième année consécutive, progresse fortement cette année (+ 2,1 % par rapport à 2017, soit + 56 300 étudiants). L’augmentation exceptionnelle du nombre de bacheliers en 2018, liée au boom démographique de l’an 2000, s’est répercutée dans la quasi-totalité des filières de l’enseignement supérieur.

À l’université, le nombre d’inscriptions augmente de 1,9 % à la rentrée 2018. Le nombre d’étudiants préparant un diplôme universitaire de technologie (DUT) ou inscrits en sections de techniciens supérieurs (STS) progresse respectivement de 2,5 % et 2,4 %. Dans le prolongement des années précédentes, les inscriptions restent très dynamiques dans les formations d’ingénieurs (+ 3,8 % à l’université et + 3,3 % en dehors). Dans les écoles de commerce, gestion ou comptabilité, le nombre d’étudiants a aussi fortement augmenté en 2018-2019 (+ 7,7 %). En revanche, les effectifs dans les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) enregistrent une baisse (– 1,6 %), malgré le contexte global de hausse du nombre d’étudiants dans le supérieur. En lien avec ces évolutions, la part de l’université dans le total des inscriptions, de 60,3 % à la rentrée 2018, fléchit légèrement par rapport à 2017.

En 2018, 179 800 jeunes ont suivi une formation du supérieur en apprentissage. La hausse se poursuit (+ 8,1 % par rapport à 2017). Le brevet de technicien supérieur (BTS) occupe une place prépondérante, puisqu’il regroupe 40,4 % des apprentis du supérieur. Les autres diplômes préparés par les apprentis sont principalement le diplôme d’ingénieur, ainsi que la licence et le master qui comptent chacun entre 19 400 et 24 400 apprentis.

En 2017, le nombre de licences LMD délivrées par les universités augmente de 3,6 % par rapport à la session 2016, soit 138 500 licences générales et 48 800 licences professionnelles. Pour la quatrième année consécutive, le nombre de masters délivrés par les universités (130 700) augmente (+ 1,5 % en 2017). Le nombre de doctorats délivrés par les universités se stabilise, avec 0,5 % de diplômés en moins.

La part des personnes âgées de 30 à 34 ans diplômées de l’enseignement supérieur augmente régulièrement, passant de 31,5 % en 2002 à 46,2 % en 2018. Cette dynamique est plus prononcée pour les femmes que pour les hommes.

En 2018, au sein de l’Union européenne (UE), au moins la moitié de la population âgée de 30 à 34 ans a achevé avec succès des études supérieures en Lituanie, à Chypre, en Irlande, au Luxembourg et en Suède. À l’autre extrémité de l’échelle, les proportions les plus faibles (moins de 30 %) sont observées en Roumanie et en Italie. La France se situe au-dessus de la moyenne de l’UE qui s’établit à 40,7 %.

Tableaux et graphiques

Figure 1Étudiants inscrits dans l'enseignement supérieur

en milliers
Étudiants inscrits dans l'enseignement supérieur (en milliers)
1990 2000 2010 (r) 2018 (p)
Universités 1 159,9 1 396,8 1 420,6 1 614,9
    dont : préparation DUT 72,3 116,1 115,7 119,7
              ingénieurs (y c. en partenariat) 10,5 23,2 23,9 31,0
CPGE1 64,4 70,3 79,9 85,1
Sections de techniciens supérieurs (STS) et assimilés2 199,3 238,9 242,2 262,6
Formations d'ingénieurs (hors universités y c. en partenariat) 47,1 73,3 101,6 133,2
Écoles de commerce, gestion, comptabilité et vente (hors STS, DCG DSCG) 46,1 63,4 121,3 187,4
Écoles paramédicales et sociales 74,4 93,4 137,4 134,9
Autres établissements d'enseignement supérieur3 125,7 224,3 196,3 260,5
Total étudiants 1 717,1 2 160,3 2 299,2 2 678,7
  • p : données provisoires.
  • r : données révisées.
  • 1. Classes préparatoires aux grandes écoles.
  • 2. À la rentrée 2018, de nouvelles formations ont été ajoutées : les classes passerelles et le DNMADE (diplôme national des métiers d’art et du design). Le DNMADE remplace à terme la MANAA (mise à niveau en arts appliqués) et le DMA (diplôme des métiers d’arts).
  • 3. Groupe non homogène (écoles vétérinaires, écoles normales supérieures, écoles dépendant d'autres ministères que le MENESR, établissements universitaires privés et grands établissements dispensant des formations de type universitaire, etc.) ; y c. les effectifs des IUFM avant leur rattachement à une université (2008 à 2010).
  • Champ : France métropolitaine et DOM hors Mayotte jusqu'à 2010 et y c. Mayotte à partir de 2011.
  • Note : les millésimes correspondent à la rentrée scolaire.
  • Source : SIES.

Figure 2Apprentis de l’enseignement supérieur selon le diplôme préparé

Apprentis de l’enseignement supérieur selon le diplôme préparé
2000 2010 2017 2018
BTS 27 800 49 965 67 401 72 608
Autres diplômes de niveau III 7 753 12 109 14 799 15 943
Total niveau III 35 553 62 074 82 200 88 551
Licence 692 11 943 20 009 20 907
Master1 2 999 9 522 17 816 19 394
Diplôme d’ingénieur 4 644 12 706 22 544 24 396
Autres diplômes de niveau I et II 10 297 15 160 23 735 26 552
Total niveaux I et II 18 632 49 331 84 104 91 249
Total des apprentis 54 185 111 405 166 304 179 800
  • 1. En 2000, le nombre d’apprentis en master correspond au nombre d’apprentis inscrits en maîtrise et en DESS (avant la réforme LMD).
  • Champ : France hors Mayotte en 2000.
  • Note : les millésimes correspondent à la rentrée scolaire.
  • Source : Depp.

Figure 3Principaux diplômes délivrés dans l'enseignement supérieur

en milliers
Principaux diplômes délivrés dans l'enseignement supérieur (en milliers)
1990 2000 2010 2017
BTS 53,0 94,2 113,5 135,7
DUT 27,8 47,5 47,3 48,1
DEUG, DEUST 88,4 124,7 1,4 0,9
Licence 71,3 135,0 /// ///
Licence LMD /// /// 161,2 187,3
   Licence générale /// /// 117,0 138,5
   Licence professionnelle /// /// 44,2 48,8
Maîtrise 51,2 93,3 /// ///
Master professionnel / DESS 12,6 32,6 60,1 22,2
Master recherche / DEA 20,0 23,4 18,9 6,3
Master indifférencié /// /// 24,5 102,2
Diplôme d'ingénieur 16,1 24,6 32,6 38,1
Diplôme d'écoles de commerce 12,2 18,3 28,9 48,1
Doctorat (hors HDR1) 7,2 10,0 11,1 11,2
Diplôme de docteur (santé) 8,8 6,7 7,4 11,4
Capacité en médecine nd 1,6 1,4 1,3
DES, DIS, DESC2 nd 3,2 4,8 8,5
  • nd : donnée non disponible.
  • /// : absence de résultat due à la nature des choses.
  • 1. Habilitation à diriger des recherches.
  • 2. DES, DESC : diplôme d'études spécialisées (complémentaires) ; DIS : diplôme interdisciplinaire de spécialisation.
  • Champ : France métropolitaine et DOM hors Mayotte jusqu'à 2010 et y c. Mayotte à partir de 2011.
  • Note : les étudiants inscrits en licence LMD validant les deux premières années peuvent demander la délivrance d'un DEUG intermédiaire (69 800 en 2017) ; les étudiants inscrits en première année de master LMD validant leur première année peuvent demander la délivrance d'une maîtrise intermédiaire (109 500 en 2017).
  • Source : SIES.

Figure 4Origine sociale des étudiants à l'université à la rentrée 2018

en %
Origine sociale des étudiants à l'université à la rentrée 2018 (en %)
Université1 dont
arts, lettres, langues, sc. humaines et sociales sciences2
Agriculteurs, artisans, commerçants et chefs d'entrep.3 9,4 8,1 9,4
Cadres et professions intellectuelles sup. 33,3 27,1 34,3
Professions intermédiaires 14,8 15,6 16,2
Employés 16,7 18,8 16,3
Ouvriers 11,3 12,2 11,9
Retraités, inactifs 14,5 18,3 11,9
Effectifs (en milliers) 1 368,0 440,8 285,9
  • 1. Y c. DUT ; y c. Université de Lorraine.
  • 2. Y c. les formations d'ingénieurs universitaires.
  • 3. Les agriculteurs sont intégrés aux artisans, commerçants et chefs d’entreprise du fait de la faiblesse de leurs effectifs.
  • Champ : étudiants de nationalité française.
  • Source : SIES.

Figure 5Étudiants inscrits en université par discipline à la rentrée 2018

Étudiants inscrits en université par discipline à la rentrée 2018
Effectifs en milliers dont femmes en %
Droit, sciences politiques 209,3 66,8
Sciences économiques, gestion 203,2 52,8
AES (filière adm. économique et sociale) 32,0 58,7
Pluri-droit, sciences économiques, AES 3,6 54,4
Arts, lettres, sciences du langage 90,5 69,4
Langues 110,8 73,3
Sciences humaines et sociales 305,8 67,8
Pluri-lettres, langues, sciences humaines 10,3 72,5
Sciences fondamentales et applications 243,0 26,3
Sciences de la nature et de la vie 95,7 61,5
Sciences et tech. des activités phys. et sportives 56,7 31,0
Pluri-sciences 21,4 48,7
Médecine-odontologie 150,5 62,8
Pharmacie 23,7 64,8
Pluri-santé1 58,3 67,0
Total 1 614,9 57,4
Cursus licence 978,3 56,7
Cursus master 579,8 59,4
Cursus doctorat 56,8 48,2
  • 1. La Première année commune des études de santé est comptabilisée en pluri-santé.
  • Note : y c. préparation DUT et formations d'ingénieurs ; y c. Université de Lorraine. Les effectifs sont donnés hors doubles inscriptions université-CPGE. Ces inscriptions sont au nombre de 57 464 en 2018-2019.
  • Source : SIES.

Figure 6Diplômés du supérieur dans l'UE en 2018

en % de la population
Diplômés du supérieur dans l'UE en 2018 (en % de la population)
25 à 64 ans dont 30 à 34 ans
Femmes Hommes Femmes Hommes
Allemagne 26,4 31,7 35,4 34,5
Autriche 31,8 33,7 44,2 37,2
Belgique 44,3 36,9 54,5 40,6
Bulgarie 34,2 22,2 40,8 27,0
Chypre 48,4 39,6 64,4 49,2
Croatie 28,5 22,2 41,9 26,5
Danemark 45,3 34,1 56,6 41,8
Espagne 39,8 34,6 48,6 36,1
Estonie 51,3 31,0 57,5 37,7
Finlande 52,3 36,8 52,5 36,2
France 39,4 34,2 51,2 41,0
Grèce 33,1 30,3 51,3 37,5
Hongrie 28,5 21,6 40,5 27,3
Irlande 50,6 43,1 60,4 51,7
Italie 22,1 16,5 34,0 21,7
Lettonie 42,3 24,9 55,2 30,6
Lituanie 48,8 34,0 68,2 47,5
Luxembourg 45,2 43,0 59,8 52,5
Malte 27,6 25,1 37,0 31,7
Pays-Bas 38,9 37,8 52,6 46,2
Pologne 36,6 25,2 55,5 36,3
Portugal 29,8 19,7 42,5 24,1
Rép. tchèque 26,1 22,5 40,6 27,3
Roumanie 19,1 16,5 28,1 21,4
Royaume-Uni 45,5 40,9 52,0 45,5
Slovaquie 28,2 21,0 44,6 31,1
Slovénie 38,9 26,4 56,3 31,6
Suède 50,1 36,7 59,1 45,3
UE 34,5 30,1 45,8 35,7
  • Champ : enseignement supérieur (Cite 2011 niveaux 5-8).
  • Source : Eurostat (extraction du 31 juillet 2019), enquêtes sur les forces de travail.

Avertissement

Sauf mention contraire, les données nationales se réfèrent à la France métropolitaine et aux cinq départements d’outre-mer (sauf mention contraire Mayotte est inclus dans les données de la France).

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d’une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Les comparaisons internationales s’appuient en général sur les données issues d’organismes internationaux (Eurostat, ONU, etc.) qui peuvent diverger des sources produites par les instituts nationaux de statistiques, notamment pour l’Insee, pour les données françaises. En effet, ces organismes effectuent souvent des ajustements de champ ou de méthode, d’ampleur souvent réduite, afin de produire des données comparables d’un pays à l’autre.

Sauf précision contraire, les indicateurs relatifs à l’Union européenne (UE) figurant dans cet ouvrage portent sur l’UE à 28.

Définitions

Apprenti : jeune âgé de 16 à 25 ans (sauf dérogation) qui prépare un diplôme ou un titre à finalité professionnelle reconnu, dans le cadre d’un contrat de travail de type particulier, associant une formation en entreprise (sous la responsabilité d’un maître d’apprentissage) et des enseignements dispensés dans un centre de formation d’apprentis. Des dérogations sur la limite d’âge sont possibles, en cas d’enchaînement de formations en apprentissage, pour les travailleurs handicapés, les personnes ayant un projet de création ou reprise d’entreprise, ou les sportifs de haut niveau.

Classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) : formations de premier cycle de l’enseignement supérieur. Elles se répartissent en trois filières :

- la filière scientifique prépare aux écoles d’ingénieurs, aux écoles normales supérieures et aux écoles nationales vétérinaires ;

- la filière économique et commerciale prépare aux écoles supérieures de commerce et de gestion, aux écoles normales supérieures et au groupe des écoles nationales d’économie et de statistiques ;

- la filière littéraire prépare aux écoles normales supérieures, à l’École nationale des chartes, aux instituts d’études politiques et au groupe des écoles nationales d’économie et de statistiques.

Classification internationale type de l’éducation (Cite) : nomenclature construite pour produire dans l’ensemble des pays des statistiques comparables sur l’enseignement et la formation. Elle a été conçue par l’Unesco au cours des années 1970, puis révisée en 1997 et en 2011. En France, les niveaux 0 et 1 de la Cite 2011 correspondent à l’enseignement préprimaire ou primaire, les niveaux 2 et 3 à l’enseignement secondaire des formations en collège et des formations en lycée. Le niveau 4 de la Cite 2011 correspond à l’enseignement post-secondaire non supérieur (capacité en droit, DAEU, etc.). Le niveau 5 correspond à l’enseignement supérieur de cycle court (BTS, DUT, etc.), le niveau 6 aux licences (ou niveaux équivalents), le niveau 7 aux masters (ou niveaux équivalents) et le niveau 8 aux doctorats (ou niveaux équivalents, hors santé). La révision de la Cite sur les spécialités de formation a été adoptée en 2013.

Contrat d’apprentissage : contrat de travail conclu entre un employeur et un jeune de 16 à 25 ans ayant satisfait à l’obligation scolaire, des dérogations étant possibles. La durée du contrat d’apprentissage peut varier de un à trois ans en fonction du type de profession et de la qualification préparée. L’apprenti perçoit un salaire calculé selon son âge et son ancienneté dans le dispositif. La conclusion d’un contrat d’apprentissage ouvre droit à des aides de l’État pour l’employeur.

Enseignement supérieur : regroupe les enseignements généraux, techniques ou professionnels qui demandent de disposer d'un niveau de formation supérieur ou égal au baccalauréat ou à son équivalent. Les enseignements sont dispensés dans les établissements d'enseignement publics ou privés, sous tutelle d'un ministère ou non. Le champ couvre les établissements situés en France, y compris d'outre-mer, ainsi que les établissements français à l'étranger. Il s’agit notamment : des universités et de leurs instituts, des écoles supérieures du professorat et de l'éducation (ESPE), des sections de techniciens supérieurs (STS), des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE), des écoles d'ingénieurs, des écoles de commerce ou de gestion, vente et comptabilité, des écoles paramédicales et sociales, etc.

Institut universitaire de technologie (IUT) : les instituts universitaires de technologie, rattachés aux universités, ont été créés en 1965. Les IUT préparent aux diplômes universitaires de technologie (DUT), aux diplômes post-DUT et aux licences professionnelles.

Licence-Master-Doctorat (LMD) : les formations Licence-Master-Doctorat ont progressivement remplacé le Deug, la maîtrise, le Diplôme d’études approfondies (DEA) et le Diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS), depuis la rentrée 2003. La licence est un diplôme de niveau bac + 3, le master de niveau bac + 5 et le doctorat de niveau bac + 8. Ce schéma « 3-5-8 » répond à la volonté d’harmonisation initiée par le Processus de Bologne pour faciliter les mobilités internationales des étudiants. Il tend aussi à se diffuser dans les filières de l’enseignement supérieur non rattachées aux universités.

Sections de techniciens supérieurs (STS) : classes qui préparent, après le baccalauréat, au brevet de technicien supérieur (BTS). Y sont assimilées les préparations au DTS (diplôme de technicien supérieur) et au DCESF (diplôme de conseiller en économie sociale et familiale), les classes passerelles, les classes de mise à niveau, les DMA (diplômes des métiers d'art) et les DNMADE (diplôme national des métiers d'art et du design).

Définitions