France, portrait social Édition 2020

Dans cette édition, la vue d’ensemble porte sur l’impact social de la crise sanitaire de la Covid-19 et du confinement, dans des domaines tels que la santé, l’emploi, les inégalités femmes-hommes, la scolarité des enfants, les pratiques culturelles, etc. Un éclairage est ensuite apporté sur les enfants, sous l’angle des inégalités sociales.

Insee Références
Paru le :Paru le03/12/2020
France, portrait social- Décembre 2020
Consulter
Sommaire

Démographie

Insee Références

Paru le :03/12/2020

Au 1er janvier 2020, la France compte 67,06 millions d’habitants, dont 64,90 millions en métropole et 2,16 millions dans les cinq départements d’outre‑mer (figure 1). En 2019, la population continue de croître au même rythme qu’en 2017 et 2018 (+ 0,3 %), mais de façon plus modérée que précédemment (+ 0,5 % par an entre 2008 et 2013, puis + 0,4 % par an entre 2014 et 2016). Comme par le passé, cette croissance est essentiellement portée par le (+ 141 000 en 2019). Cependant, celui‑ci est inférieur de 8 000 personnes à celui de 2018 et il est le plus faible enregistré depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le est estimé à + 46 000 personnes en 2019 et participe moins que le solde naturel à l’augmentation de la population française.

Figure 1- Population et soldes naturel et migratoire depuis 1995

en milliers
Figure 1- Population et soldes naturel et migratoire depuis 1995 (en milliers)
Population au 1ᵉʳ janvier Naissances vivantes Décès Solde naturel Solde migratoire Ajustement1
1995 59 281 759,1 540,3 + 218,7 + 42,2 – 54,1
1996 59 487 764,0 544,6 + 219,4 + 38,2 – 53,9
1997 59 691 757,4 539,3 + 218,1 + 43,3 – 53,2
1998 59 899 767,9 543,4 + 224,5 + 50,2 – 51,4
1999 60 123 775,8 547,3 + 228,5 + 62,5 + 94,5
2000 60 508 807,4 540,6 + 266,8 + 72,0 + 94,5
2001 60 941 803,2 541,0 + 262,2 + 87,0 + 94,5
2002 61 385 792,7 545,2 + 247,5 + 97,0 + 94,5
2003 61 824 793,0 562,5 + 230,6 + 102,0 + 94,5
2004 62 251 799,4 519,5 + 279,9 + 105,1 + 94,5
2005 62 731 806,8 538,1 + 268,7 + 92,2 + 94,6
2006 63 186 829,4 526,9 + 302,4 + 112,1 + 0,0
2007 63 601 818,7 531,2 + 287,5 + 73,6 + 0,0
2008 63 962 828,4 542,6 + 285,8 + 56,8 + 0,0
2009 64 305 824,6 548,5 + 276,1 + 32,3 + 0,0
2010 64 613 832,8 551,2 + 281,6 + 38,9 + 0,0
2011 64 933 823,4 545,1 + 278,3 + 29,5 + 0,0
2012 65 241 821,0 569,9 + 251,2 + 72,3 + 0,0
2013 65 565 811,5 569,2 + 242,3 + 100,1 + 0,0
2014 66 131 818,6 559,3 + 259,3 + 32,3 + 0,0
2015 66 422 798,9 593,7 + 205,3 + 40,2 – 65,3
2016 66 603 783,6 593,9 + 189,8 + 65,0 – 83,0
2017 66 774 769,6 606,3 + 163,3 + 46,0 – 100,0
2018 66 884 758,6 609,6 + 148,9 + 46,0 – 101,0
2019 66 978 753,0 612,0 + 141,0 + 46,0 – 101,0
2020 67 064 nd nd nd nd nd
  • nd : non disponible.
  • 1. Le questionnaire du recensement de la population a été amélioré afin de mieux connaître les situations de multi-résidence et d’éviter que certaines personnes en situation de multi-résidence (notamment les enfants en résidence partagée) ne soient comptées dans chacun de leur logement. Comme le recensement s’appuie sur cinq enquêtes annuelles de recensement, la correction de cette surestimation s’opère sur plusieurs années. Un ajustement a donc été introduit pour estimer les évolutions annuelles de population à questionnement inchangé. Il sera révisé avec les résultats de l’enquête annuelle de recensement de 2019. L’ajustement est donc provisoire. Les explications méthodologiques de cette rupture de série peuvent être consultées dans Insee, note technique, 2019.
  • Note : les données de populations sont provisoires pour les années 2018, 2019 et 2020. Le solde naturel est provisoire en 2019. Le solde migratoire est provisoire pour les années 2017, 2018 et 2019.
  • Champ : France, y compris Mayotte à partir de 2014.
  • Source : Insee, estimations de population et statistiques de l'état civil.

Figure 1 - Population et soldes naturel et migratoire depuis 1995

  • Note : les données de populations sont provisoires pour les années 2018, 2019 et 2020. Le solde naturel est provisoire en 2019. Le solde migratoire est provisoire pour les années 2017, 2018 et 2019.
  • Champ : France, y compris Mayotte à partir de 2014.
  • Source : Insee, estimations de population et statistiques de l'état civil.

En 2019, 753 000 bébés sont nés en France, soit 6 000 naissances de moins qu’en 2018 (– 0,7 %). Le nombre de naissances baisse chaque année depuis cinq ans, mais à un rythme qui ralentit au fil des années. Cette baisse s’explique par la diminution de la population féminine en âge de procréer et, plus encore, par celle de sa fécondité (figure 2). Le nombre de femmes de 20 à 40 ans, les plus fécondes, s’élève à 8,4 millions en 2019 contre 9,0 millions en 1999. Après avoir oscillé autour de 2,00 enfants par femme entre 2006 et 2014 et après quatre années de baisse entre 2015 et 2018, l’ se stabilise en 2019 à 1,87 enfant par femme. Les femmes entre 25 et 34 ans restent les plus fécondes, malgré une baisse de leur fécondité, amorcée dans les années 2000, qui s’accentue depuis 2015. La fécondité des femmes les plus jeunes (âgées de 15 à 24 ans) diminue régulièrement depuis 2011. La fécondité des femmes de 35 à 39 ans a augmenté du début des années 1980 jusqu’en 2015 et compensait la baisse aux autres âges jusqu’à cette date ; depuis 2015, ce n’est plus le cas puisqu’elle est restée stable. L’âge moyen à l’accouchement continue de croître régulièrement : il atteint 30,7 ans en 2019, contre 29,9 ans dix ans plus tôt.

Figure 2 - Fécondité, nombre de naissances et de femmes en âge de procréer depuis 1946

Figure 2 - Fécondité, nombre de naissances et de femmes en âge de procréer depuis 1946 - Lecture : en 2019, l’indicateur conjoncturel de fécondité (ICF) est de 1,87 (échelle de gauche). Par rapport à 1946, le nombre de femmes âgées de 20 à 40 ans est en 2019 supérieur de 35,8 % et le nombre de naissances inférieur de 15,1 %.
Indicateur conjoncturel de fécondité Évolution du nombre de femmes âgées de 20 à 40 ans (base 100 en 1946) Évolution du nombre de naissances (base 100 en 1946)
1946 3,00 100,0 100,0
1947 3,04 99,9 103,1
1948 3,02 99,6 103,2
1949 3,00 99,4 103,4
1950 2,95 99,1 102,2
1951 2,81 99,2 98,0
1952 2,78 99,1 97,4
1953 2,70 99,4 95,4
1954 2,71 99,1 96,1
1955 2,68 99,1 95,5
1956 2,67 99,3 95,6
1957 2,70 101,2 96,7
1958 2,68 103,7 96,2
1959 2,75 105,9 98,3
1960 2,74 107,6 97,1
1 961 2,82 108,5 99,4
1962 2,80 107,0 98,6
1963 2,90 108,1 103,0
1964 2,92 108,0 104,0
1965 2,85 107,9 102,6
1966 2,80 107,6 102,3
1967 2,67 108,9 99,6
1968 2,59 110,4 99,0
1969 2,53 112,2 99,8
1970 2,48 114,0 100,8
1971 2,50 116,0 104,4
1972 2,42 117,5 104,0
1973 2,31 119,1 101,6
1974 2,11 120,5 94,9
1975 1,93 122,2 88,3
1976 1,83 123,9 85,4
1977 1,86 126,0 88,2
1978 1,82 128,1 87,3
1979 1,86 130,1 89,7
1980 1,95 132,3 94,8
1981 1,95 134,5 95,4
1982 1,91 137,3 94,5
1983 1,78 140,1 88,7
1984 1,80 142,8 90,1
1985 1,81 145,2 91,1
1986 1,83 147,3 92,2
1987 1,80 149,4 91,0
1988 1,81 149,6 91,4
1989 1,79 149,6 90,7
1990 1,78 149,7 90,3
1991 1,77 149,6 89,9
1992 1,73 149,7 88,1
1993 1,66 150,1 84,3
1994 1,68 150,1 84,3
1995 1,73 149,7 86,3
1996 1,75 148,7 86,9
1997 1,75 147,5 86,2
1998 1,78 146,6 87,3
1999 1,81 145,6 88,2
2000 1,89 145,1 91,8
2001 1,90 144,9 91,4
2002 1,88 144,8 90,2
2003 1,89 144,6 90,2
2004 1,92 144,2 90,9
2005 1,94 143,7 91,8
2006 2,00 143,3 94,3
2007 1,98 142,9 93,1
2008 2,01 142,4 94,2
2009 2,00 142,0 93,8
2010 2,03 141,4 94,7
2011 2,01 140,8 93,7
2012 2,01 140,2 93,4
2013 1,99 139,3 92,3
2014 2,00 138,1 92,3
2015 1,96 137,1 90,1
2016 1,92 136,4 88,4
2017 1,90 136,2 86,8
2018 1,88 136,0 85,5
2019 1,87 135,8 84,9
  • Note : l’indicateur conjoncturel de fécondité est provisoire pour les années 2017, 2018 et 2019. Le nombre de femmes de 20 à 40 ans est provisoire pour les années 2018 et 2019. Le nombre de naissances est provisoire en 2019.
  • Lecture : en 2019, l’indicateur conjoncturel de fécondité (ICF) est de 1,87 (échelle de gauche). Par rapport à 1946, le nombre de femmes âgées de 20 à 40 ans est en 2019 supérieur de 35,8 % et le nombre de naissances inférieur de 15,1 %.
  • Champ : France métropolitaine jusqu’en 1993, France hors Mayotte de 1994 à 2014 (2013 pour l’ICF), France à partir de 2015 (2014 pour l’ICF).
  • Source : Insee, estimations de population et statistiques de l’état civil.

Figure 2 - Fécondité, nombre de naissances et de femmes en âge de procréer depuis 1946

  • Note : l’indicateur conjoncturel de fécondité est provisoire pour les années 2017, 2018 et 2019. Le nombre de femmes de 20 à 40 ans est provisoire pour les années 2018 et 2019. Le nombre de naissances est provisoire en 2019.
  • Lecture : en 2019, l’indicateur conjoncturel de fécondité (ICF) est de 1,87 (échelle de gauche). Par rapport à 1946, le nombre de femmes âgées de 20 à 40 ans est en 2019 supérieur de 35,8 % et le nombre de naissances inférieur de 15,1 % (échelle de droite).
  • Champ : France métropolitaine jusqu’en 1993, France hors Mayotte de 1994 à 2014 (2013 pour l’ICF), France à partir de 2015 (2014 pour l’ICF).
  • Source : Insee, estimations de population et statistiques de l’état civil.

En 2019, la France a enregistré 612 000 décès, soit 2 000 de plus qu’en 2018 (+ 0,4 %). Le nombre de décès a tendance à augmenter depuis le début des années 2010, du fait de l’arrivée des générations nombreuses du baby‑boom à des âges de forte mortalité. En outre, l’épidémie de grippe hivernale 2018‑2019 a été de durée limitée (8 semaines) mais avec une mortalité élevée, inférieure cependant à l’épidémie exceptionnellement longue de l’hiver précédent. L’été 2019 a été marqué par deux canicules intenses en juin et en juillet sur la quasi‑totalité du territoire métropolitain, qui ont touché en particulier les plus de 75 ans.

En 2019, l’ progresse de 0,1 an pour les femmes et de 0,2 an pour les hommes par rapport à 2018 (figure 3). Dans les conditions de mortalité de 2019, une femme vivrait en moyenne 85,6 ans et un homme 79,7 ans. L’écart d’espérance de vie entre les femmes et les hommes oscille autour de 6 ans depuis 2016, après une tendance à la réduction depuis les années 1990 : il est passé de 8,2 ans en 1994 à 5,9 ans en 2019.

Figure 3 - Espérance de vie à la naissance et à 60 ans

en années
Figure 3 - Espérance de vie à la naissance et à 60 ans (en années) - Lecture : en 2019, l’espérance de vie des hommes à 60 ans est de 23,4 ans. Ce chiffre représente le nombre moyen d’années restant à vivre aux hommes de 60 ans, avec les conditions de mortalité par âge, observées en 2019.
À la naissance À 60 ans
Femmes Hommes Femmes Hommes
1995 81,9 73,8 24,9 19,7
2000 82,8 75,2 25,6 20,4
2005 83,8 76,7 26,4 21,4
2010 84,6 78,0 27,1 22,4
2011 85,0 78,4 27,4 22,7
2012 84,8 78,5 27,2 22,6
2013 85,0 78,7 27,4 22,8
2014 85,4 79,2 27,7 23,1
2015 85,1 79,0 27,4 22,9
2016 85,3 79,3 27,6 23,1
2017 p 85,3 79,4 27,6 23,2
2018 p 85,5 79,5 27,7 23,3
2019 p 85,6 79,7 27,8 23,4
  • p : résultats provisoires arrêtés à fin décembre 2019.
  • Lecture : en 2019, l’espérance de vie des hommes à 60 ans est de 23,4 ans. Ce chiffre représente le nombre moyen d’années restant à vivre aux hommes de 60 ans, avec les conditions de mortalité par âge, observées en 2019.
  • Champ : France, y compris Mayotte à partir de 2014.
  • Source : Insee, estimations de population et statistiques de l’état civil.

En 2019, l’espérance de vie à 60 ans augmente de 0,1 an pour les femmes comme pour les hommes. À cet âge, elle atteint 27,8 ans pour les femmes et 23,4 ans pour les hommes.

Au 1er janvier 2020, 24,0 % de la population de la France a moins de 20 ans, 55,5 % est âgée de 20 à 64 ans et 20,5 % a 65 ans ou plus (figure 4). La part des seniors a augmenté de 5,6 points depuis 1995 et de 3,8 points depuis 2011. La progression s’accélère depuis 2011, année où la première génération nombreuse du baby‑boom (née en 1946) a atteint 65 ans.

Figure 4 - Répartition par âge de la population

en %
Figure 4 - Répartition par âge de la population (en %)
Moins de 20 ans 20 à 59 ans 60 à 64 ans 65 ans ou plus
1995 26,4 53,7 5,0 14,9
2000 25,8 53,8 4,6 15,8
2005 25,3 54,0 4,4 16,3
2010 24,8 52,6 6,0 16,6
2011 24,7 52,3 6,3 16,7
2012 24,6 52,0 6,3 17,1
2013 24,5 51,6 6,3 17,6
2014 24,6 51,2 6,2 18,0
2015 24,6 50,9 6,1 18,4
2016 24,6 50,4 6,1 18,9
2017 24,4 50,2 6,1 19,3
2018 p 24,3 49,9 6,1 19,7
2019 p 24,2 49,6 6,1 20,1
2020 p 24,0 49,4 6,1 20,5
  • p : résultats provisoires arrêtés à fin décembre 2019.
  • Champ : France, y compris Mayotte à partir de 2014.
  • Source : Insee, estimations de population.

Définitions

Le solde naturel désigne la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès.

Le solde migratoire désigne la différence entre les entrées et les sorties du territoire.

L’indicateur conjoncturel de fécondité correspond à la somme des taux de fécondité par âge d’une année donnée. Cette somme indique le nombre moyen d’enfants que mettrait au monde une génération fictive de femmes qui auraient pendant leur vie féconde (15‑50 ans) les taux de fécondité par âge de l’année considérée.

L’espérance de vie à la naissance mesure la durée de vie moyenne ou l’âge moyen au décès d’une génération fictive qui aurait tout au long de son existence les conditions de mortalité par âge de l’année considérée.

Définitions

Le solde naturel désigne la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès.

Le solde migratoire désigne la différence entre les entrées et les sorties du territoire.

L’indicateur conjoncturel de fécondité correspond à la somme des taux de fécondité par âge d’une année donnée. Cette somme indique le nombre moyen d’enfants que mettrait au monde une génération fictive de femmes qui auraient pendant leur vie féconde (15‑50 ans) les taux de fécondité par âge de l’année considérée.

L’espérance de vie à la naissance mesure la durée de vie moyenne ou l’âge moyen au décès d’une génération fictive qui aurait tout au long de son existence les conditions de mortalité par âge de l’année considérée.