France, portrait socialÉdition 2020

Dans cette édition, la vue d’ensemble porte sur l’impact social de la crise sanitaire de la Covid-19 et du confinement, dans des domaines tels que la santé, l’emploi, les inégalités femmes-hommes, la scolarité des enfants, les pratiques culturelles, etc. Un éclairage est ensuite apporté sur les enfants, sous l’angle des inégalités sociales.

Insee Références
Paru le : Paru le 03/12/2020
France, portrait social - Décembre 2020
Consulter
Sommaire

Dépenses de logement

Insee Références

Paru le : 03/12/2020

En 2019, selon les comptes du logement, les dépenses de logement représentent 21,5 % du PIB, soit 522,1 milliards d’euros (Md€) (figure 1). Elles accélèrent par rapport à l’année précédente, progressant de 3,0 % en euros courants, après + 2,2 % en 2018. En particulier, les dépenses d’investissement rebondissent en 2019 (+ 4,6 % après + 2,9 % en 2018), portées par une construction neuve importante et un nombre élevé de transactions dans l’ancien. En 2019, elles s’établissent à 146,7 Md€.

Les dépenses courantes de logement évoluent de façon plus structurelle que les dépenses d’investissement. En 2019, elles progressent de 2,4 % (après + 1,9 % en 2018) et s’élèvent à 375,4 Md€. Cette légère accélération est essentiellement due au rebond des charges et à l’accentuation de la croissance des loyers, portée par la hausse des prix dans le secteur libre.

Figure 1 - Composantes de la dépense de logement

en milliards d’euros courants
Figure 1 - Composantes de la dépense de logement (en milliards d’euros courants)
1990 2000 2010 2015 2017 2018 2019
Consommation associée au service de logement 123,7 195,3 299,1 337,3 347,6 354,1 362,4
Loyers (réels et imputés) 87,5 143,6 221,9 250,5 258,2 262,6 268,2
dont loyers réels 27,3 43,7 65,2 72,8 75,3 76,3 77,7
Énergies et eau 20,6 28,9 44,3 49,2 50,3 52,6 54,7
Charges 15,6 22,8 32,9 37,7 39,1 38,8 39,5
Locaux d’hébergement 2,2 3,8 5,9 8,1 8,7 9,0 9,3
Subventions d’exploitation aux producteurs (hors bonifications) 0,1 0,2 0,1 0,2 0,2 0,2 0,2
Charges des producteurs liées aux logements vacants 1,1 1,6 2,4 3,1 3,3 3,4 3,6
Dépenses courantes de logement 127,2 200,9 307,5 348,7 359,7 366,6 375,4
Investissement en logements neufs 37,7 44,7 66,1 56,8 67,7 71,2 75,5
Gros travaux d’entretien-amélioration 22,9 31,7 44,1 47,1 49,7 50,1 50,5
Frais et droits dans l’ancien, avantages fiscaux 5,5 7,5 14,0 15,8 19,1 19,0 20,7
Dépenses d’investissement 66,2 83,8 124,2 119,8 136,4 140,3 146,7
Dépenses de logement 193,4 284,8 431,8 468,5 496,1 506,9 522,1
Part de la dépense de logement dans le PIB (en %) 18,4 19,3 21,6 21,3 21,6 21,5 21,5
  • Champ : France.
  • Sources : Insee, comptes nationaux ; SDES, compte du logement.

En 2019, 26,5 % de la dépense de consommation finale des ménages est allouée au service de logement (figure 2). Il s’agit du premier poste de dépense, loin devant l’alimentation ou les transports (respectivement 17,1 % et 14,3 %). La part des dépenses dédiées au logement a sensiblement augmenté depuis 1990 (+ 6,4 points). Dans le même temps, les parts des dépenses en alimentation et en transports ont diminué (respectivement – 1,2 point et – 0,8 point).

Figure 2 - Part des principaux postes de la dépense de consommation finale des ménages

en %
Figure 2 - Part des principaux postes de la dépense de consommation finale des ménages (en %)
Logement Alimentation Transports Santé, éducation
1986 20,0 19,4 14,5 3,1
1987 19,7 19,0 14,9 3,2
1988 19,7 18,7 15,0 3,4
1989 19,8 18,5 15,3 3,5
1990 20,1 18,3 15,1 3,6
1991 21,2 18,4 14,4 3,7
1992 21,8 18,0 14,4 3,8
1993 22,6 18,2 13,9 4,0
1994 22,8 18,2 14,4 4,1
1995 23,2 18,2 14,3 4,1
1996 23,5 17,9 14,6 4,0
1997 23,8 18,1 13,9 4,1
1998 23,7 17,9 14,2 4,0
1999 23,6 17,8 14,8 4,1
2000 23,0 17,6 14,8 4,0
2001 23,0 17,7 14,5 4,1
2002 23,2 17,9 14,3 4,2
2003 23,6 17,8 13,9 4,2
2004 23,8 17,4 14,1 4,3
2005 24,2 16,9 14,3 4,3
2006 24,6 16,6 14,2 4,4
2007 24,5 16,3 14,2 4,3
2008 24,9 16,4 14,2 4,4
2009 25,7 16,7 13,8 4,6
2010 25,8 16,8 13,8 4,6
2011 25,8 17,0 14,1 4,7
2012 26,6 17,4 13,8 4,7
2013 27,1 17,6 13,5 4,7
2014 26,9 17,5 13,3 4,8
2015 26,9 17,5 13,2 4,7
2016 26,7 17,4 13,3 4,7
2017 26,6 17,2 13,8 4,6
2018 26,6 17,1 14,3 4,5
2019 26,5 17,1 14,3 4,5
  • Champ : France, hors logements en collectivité (maisons de retraite, foyers, etc.).
  • Sources : Insee, comptes nationaux ; SDES, compte du logement.

Figure 2 - Part des principaux postes de la dépense de consommation finale des ménages

  • Champ : France, hors logements en collectivité (maisons de retraite, foyers, etc.).
  • Sources : Insee, comptes nationaux ; SDES, compte du logement.

En 2019, 7,4 % des dépenses de logement sont prises en charge par la collectivité via des aides (38,5 Md€). Celles-ci bénéficient essentiellement au secteur locatif, à hauteur de 37 % pour le secteur social et 33 % pour le secteur libre. Les prestations sociales liées au logement représentent 20,2 Md€. Pour les locataires, la part de la consommation associée au service de logement couverte par ces aides s’est fortement accrue depuis 1990 en raison de l’extension de ces prestations à des publics de plus en plus larges, en particulier aux étudiants. Néanmoins, cette part a fortement diminué depuis 2017 (14,3 % en 2019, contre 14,6 % en 2018 et 15,7 % en 2017) en raison de l’abaissement de 5 euros des différentes prestations sociales liées au logement et surtout de la mise en place du dispositif de réduction de loyer de solidarité dans le secteur social, qui s’accompagne d’une diminution des aides au logement dans ce secteur (figure 3).

Figure 3 - Part de la dépense courante des locataires couverte par les prestations sociales liées au logement

en %
Figure 3 - Part de la dépense courante des locataires couverte par les prestations sociales liées au logement (en %)
Locataires du secteur privé Locataires du secteur social Ensemble
1986 8,0 17,6 11,1
1987 8,2 17,4 11,3
1988 7,9 17,0 10,9
1989 8,3 16,8 11,2
1990 9,0 17,4 11,9
1991 9,6 16,9 12,2
1992 10,5 17,6 13,0
1993 12,2 17,6 14,2
1994 12,7 18,2 14,7
1995 13,0 18,4 15,0
1996 12,9 18,1 14,9
1997 12,9 18,5 15,0
1998 13,1 18,5 15,2
1999 13,6 19,4 15,8
2000 13,5 19,4 15,7
2001 14,0 19,1 15,9
2002 14,5 19,8 16,5
2003 14,5 18,9 16,2
2004 14,6 18,9 16,2
2005 14,0 18,2 15,6
2006 13,9 17,4 15,3
2007 12,9 17,3 14,6
2008 13,3 17,9 15,1
2009 13,5 18,5 15,4
2010 13,5 18,4 15,3
2011 13,5 19,1 15,6
2012 12,6 20,1 15,4
2013 13,0 20,4 15,7
2014 13,1 21,3 16,1
2015 13,0 21,6 16,2
2016 12,7 21,8 16,1
2017 12,3 21,8 15,7
2018 11,6 19,9 14,6
2019 11,2 20,0 14,3
  • Champ : France, hors logements en collectivité (maisons de retraite, foyers, etc.).
  • Source : SDES, compte du logement.

Figure 3 - Part de la dépense courante des locataires couverte par les prestations sociales liées au logement

  • Champ : France, hors logements en collectivité (maisons de retraite, foyers, etc.).
  • Source : SDES, compte du logement.

En 2019, les ménages ont dépensé en moyenne 11 151 euros pour leur résidence principale et 7 390 euros pour leur résidence secondaire quand ils en ont une (figure 4). Chez les locataires, la consommation annuelle moyenne associée au service de logement s’élève à 9 727 euros pour un logement du secteur privé contre 7 456 euros dans le parc social. Chez les propriétaires occupants, la consommation annuelle moyenne, y compris loyers imputés, allouée à leur résidence principale s’élève à 12 900 euros. Entre 2018 et 2019, ces dépenses ont accéléré quel que soit le statut d’occupation du logement.

Figure 4 - Consommation annuelle moyenne associée au service de logement selon le statut d'occupation

en euros/logement
Figure 4 - Consommation annuelle moyenne associée au service de logement selon le statut d'occupation (en euros/logement)
1990 2000 2010 2015 2017 2018 2019
Résidences principales 5 186 7 294 9 950 10 744 10 881 10 989 11 151
Propriétaires occupants (y c. loyers imputés) 5 983 8 423 11 588 12 385 12 559 12 698 12 900
Locataires du secteur privé 4 539 6 436 8 591 9 315 9 437 9 567 9 727
Locataires du secteur social 3 717 5 133 7 061 7 393 7 443 7 422 7 456
Résidences secondaires 3 331 4 900 6 783 7 232 7 280 7 319 7 390
  • Note : les dépenses de consommation associées au service de logement sont comptabilisées hors prestations sociales liées au logement.
  • Source : SDES, compte du logement.

Avertissement

Cette année, le champ des loyers réels a été aligné sur le champ usuel des comptes du logement incluant notamment les loyers fictifs de certains résidents logés gratuitement. Les prestations sociales liées au logement ont été élargies aux prestations versées aux résidents des structures d’hébergement (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), résidences universitaires, foyers de travailleurs, etc.), ainsi qu’au chèque énergie. La consommation moyenne relative aux résidences principales a également été révisée à la hausse.

Définitions


Les dépenses de logement regroupent :

  • les dépenses d’investissement, qui englobent les dépenses destinées à accroître le parc de logements ou à prolonger sa durée de vie, c’est-à-dire les dépenses d’acquisition de logements et de travaux, nettes des cessions de logements anciens.
  • les dépenses courantes de logement, qui couvrent les loyers que doivent acquitter les locataires, les loyers imputés que les propriétaires occupants auraient à acquitter s’ils étaient locataires de leur logement, les dépenses d’énergie pour se chauffer et s’éclairer ainsi que les charges.

Les prestations sociales liées au logement désignent les aides versées aux ménages pour alléger les dépenses de consommation associée au service de logement des ménages. Elles comprennent entre autres l’aide personnalisée au logement (APL), l’allocation de logement à caractère familial (ALF) et l’allocation de logement à caractère social (ALS).


La dépense de consommation finale des ménages comprend les dépenses réalisées par les ménages pour acquérir des biens et des services de consommation individuels et collectifs. Les produits correspondants ne sont pas stockés, mais considérés comme consommés au moment de leur achat, même s’ils sont durables (voitures, électroménagers, meubles, etc.).
La dépense de consommation finale des ménages inclut la part des dépenses de santé, d’éducation, de logement, restant à leur charge, après remboursements éventuels. Elle inclut également les loyers imputés, qui sont les services de logement produits par les propriétaires qui occupent leur propre logement et qu’ils se versent fictivement à eux-mêmes.
Par contre, elle exclut la dépense de consommation remboursée par la Sécurité sociale ou prise en charge par certaines allocations (par exemple les allocations logement), qui participent à la consommation finale effective des ménages.

Pour en savoir plus

« Compte du logement 2019 – Rapport de la Commission des comptes du logement », Datalab, Commissariat général au développement durable, novembre 2020.

Application de visualisation des données du compte du logement.

Définitions