France, portrait socialÉdition 2020

Dans cette édition, la vue d’ensemble porte sur l’impact social de la crise sanitaire de la Covid-19 et du confinement, dans des domaines tels que la santé, l’emploi, les inégalités femmes-hommes, la scolarité des enfants, les pratiques culturelles, etc. Un éclairage est ensuite apporté sur les enfants, sous l’angle des inégalités sociales.

Insee Références
Paru le : Paru le 03/12/2020
France, portrait social - Décembre 2020
Consulter
Sommaire

Emploi

Insee Références

Paru le : 03/12/2020

En moyenne en 2019, 27,2 millions de personnes occupent un emploi au sens du Bureau international du travail (BIT) en France hors Mayotte, selon les données de l’enquête Emploi. En 2019, le taux d’emploi des 15‑64 ans s’établit à 65,5 % (figure 1). Il augmente de 0,2 point sur un an, après trois années de plus nette hausse (+ 0,6 point en 2018, + 0,5 point en 2017 et + 0,4 point en 2016). Le taux d’emploi en 2019 est à son plus haut niveau depuis 1980 et dépasse de 1,1 point celui atteint en 2008, au début de la crise économique. Le taux d’emploi a fortement diminué entre 2008 et 2009 en raison de la crise économique, a ensuite peu varié jusqu’en 2015 et a augmenté rapidement à partir de 2016.

Figure 1Taux d’emploi selon les caractéristiques des personnes

en %
Taux d’emploi selon les caractéristiques des personnes (en %)
2008 2010 2012 2014 2016 2017 2018 2019
Taux d’emploi des 15-64 ans 64,4 63,5 63,5 63,7 64,2 64,7 65,3 65,5
Sexe
Femmes 59,8 59,2 59,5 60,3 60,9 61,2 61,9 62,4
Hommes 69,2 67,9 67,6 67,1 67,5 68,4 68,9 68,8
Âge 1
15-24 ans 30,9 29,6 28,1 27,6 28,0 28,7 29,7 29,7
25-49 ans 82,9 81,4 80,3 79,7 79,7 80,1 80,5 80,9
50-64 ans 53,1 53,9 56,8 58,5 60,4 61,3 62,2 62,6
dont 55-64 ans 38,2 39,8 44,5 46,9 49,9 51,3 52,3 53,0
Statut d’immigration
Immigrés nd nd nd 55,6 54,8 56,1 58,4 58,8
Non-immigrés nd nd nd 64,6 65,3 65,8 66,2 66,4
Descendants d’immigrés nd nd nd 57,1 57,8 57,9 58,2 58,4
Sans lien avec l’immigration nd nd nd 65,5 66,2 66,8 67,2 67,5
Appartenance à une unité urbaine
Hors unité urbaine nd nd nd 68,5 69,2 69,6 70,0 70,6
Au sein d'une unité urbaine nd nd nd 62,2 62,7 63,3 64,0 64,1
  • nd : non disponible.
  • 1. Il s’agit de l’âge atteint pendant la semaine de référence de l’enquête.
  • Champ : France hors Mayotte, personnes âgées de 15 à 64 ans vivant en ménage ordinaire.
  • Source : Insee, enquêtes Emploi.

En 2019, les hommes de 15 à 64 ans sont plus souvent en emploi que les femmes (68,8 % contre 62,4 %). La faible augmentation du taux d’emploi entre 2018 et 2019 masque une nette différence entre hommes et femmes : le taux d’emploi des hommes est quasi stable (– 0,1 point), alors qu’il augmente de 0,5 point pour les femmes. L’écart selon le sexe continue donc de diminuer, de 0,6 point en 2019 après 0,2 point en 2018. Sur longue période, la baisse constatée chez les hommes est liée notamment au recul de l’emploi dans l’industrie, la construction et l’agriculture, secteurs majoritairement masculins. À l’inverse, la hausse de l’emploi dans le secteur tertiaire a accompagné la montée du taux d’emploi des femmes.

En 2019, le taux d’emploi des 15‑24 ans est stable à 29,7 %, après une forte augmentation en 2017 et 2018 (+ 1,7 point sur deux ans). Avant cela, il avait baissé fortement entre 2008 et 2013 à la suite de la crise économique, puis était resté quasiment stable jusqu’en 2016. Le taux d’emploi des 25‑49 ans augmente en 2019 au même rythme annuel que celui observé depuis 2016, soit + 0,4 point, et s’établit à 80,9 %. Enfin, le taux d’emploi des 50‑64 ans continue d’augmenter, en lien avec le recul de l’âge effectif de départ à la retraite : + 0,4 point en 2019, après + 0,9 point en 2018 et en 2017. Il atteint ainsi 62,6 %, son plus haut niveau depuis que la série existe (1975). La hausse est plus prononcée pour les seuls 55‑64 ans : + 0,7 point en 2019, après + 1,0 point en 2018 et + 1,4 point en 2017.

Le taux d’emploi des immigrés s’établit à 58,8 % en 2019, soit 0,4 point de plus que le taux d’emploi des descendants d’immigrés (58,4 %) et 8,7 points de moins que celui des personnes sans lien avec l’immigration (67,5 %). Entre 2018 et 2019, le taux d’emploi augmente légèrement plus pour les immigrés (+ 0,4 point) que pour les non‑immigrés (+ 0,2 point), qu’ils soient descendants d’immigrés ou sans lien avec l’immigration. En 2019, le taux d’emploi des personnes résidant dans des communes hors unités urbaines est de 70,6 %, soit 6,5 points de plus que celui des personnes résidant dans des unités urbaines.

Près de 9 personnes en emploi sur 10 sont salariées en 2019 (figure 2). Le salariat est un peu plus fréquent pour les femmes (91,2 %) que pour les hommes (84,7 %). Les formes particulières d’emploi (contrat à durée déterminée, intérim, apprentissage) représentent 13,2 % de l’emploi total, et 15,0 % de l’emploi salarié.

Figure 2Statut d’emploi, catégorie socioprofessionnelle et situation de sous-emploi des personnes en emploi en 2019

en moyenne annuelle
Statut d’emploi, catégorie socioprofessionnelle et situation de sous-emploi des personnes en emploi en 2019 (en moyenne annuelle)
Ensemble Femmes Hommes
Effectifs (en milliers) Répartition (en %) Effectifs (en milliers) Répartition (en %) Effectifs (en milliers) Répartition (en %)
Ensemble 27 176 100,0 13 184 100,0 13 992 100,0
Personnes en situation de sous-emploi 1 455 5,4 1 026 7,8 429 3,1
Temps de travail
Temps complet 22 271 81,9 9 436 71,6 12 835 91,7
Temps partiel 4 906 18,1 3 749 28,4 1 157 8,3
Statut d'emploi 1
Non-salariés 3 297 12,1 1 154 8,8 2 143 15,3
Salariés 23 876 87,9 12 029 91,2 11 847 84,7
Intérimaires 666 2,4 199 1,5 467 3,3
Apprentis 454 1,7 169 1,3 285 2,0
Contrats à durée déterminée 2 472 9,1 1 468 11,1 1 004 7,2
Contrats à durée indéterminée 20 284 74,6 10 193 77,3 10 091 72,1
Catégorie socioprofessionnelle 1
Agriculteurs exploitants 404 1,5 107 0,8 296 2,1
Artisans, commerçants et chefs d’entreprise 1 825 6,7 520 3,9 1 305 9,3
Cadres et professions intellectuelles supérieures 5 241 19,3 2 214 16,8 3 027 21,6
Professions intermédiaires 6 957 25,6 3 727 28,3 3 230 23,1
Employés 7 292 26,8 5 492 41,7 1 799 12,9
Ouvriers 5 337 19,6 1 066 8,1 4 271 30,5
  • 1. Les sommes des effectifs par statut et par catégorie socioprofessionnelle sont légèrement inférieures au nombre total de personnes en emploi, car ces données ne sont pas renseignées pour certains individus.
  • Champ : France hors Mayotte, personnes âgées de 15 ans ou plus occupant un emploi et vivant en ménage ordinaire.
  • Source : Insee, enquête Emploi 2019.

En 2019, 18,1 % des personnes en emploi âgées de 15 ans ou plus travaillent à temps partiel. Le temps partiel concerne plus fréquemment les femmes que les hommes : parmi les personnes en emploi, 28,4 % des femmes sont à temps partiel, contre 8,3 % des hommes. Cependant depuis 2008, la part du temps partiel augmente pour les hommes, alors qu’elle s’est stabilisée, puis a même diminué depuis 2015, pour les femmes (figure 3).

Figure 3Proportion de personnes en emploi à temps partiel

En %
Proportion de personnes en emploi à temps partiel (En %)
Femmes Hommes Ensemble
1975 16,3 3,3 8,3
1976 16,3 3,3 8,3
1977 17,4 3,5 8,9
1978 16,0 2,9 8,1
1979 16,7 2,9 8,4
1980 16,9 2,9 8,5
1981 17,2 2,8 8,6
1982 18,8 3,0 9,4
1983 19,8 3,1 9,9
1984 20,8 3,3 10,5
1985 21,6 3,8 11,2
1986 23,0 4,2 12,1
1987 22,9 4,3 12,1
1988 23,6 4,1 12,3
1989 23,5 4,2 12,4
1990 23,4 4,0 12,3
1991 23,2 4,0 12,3
1992 24,3 4,2 12,9
1993 26,1 4,8 14,1
1994 27,6 5,2 15,1
1995 28,7 5,7 15,9
1996 29,2 5,9 16,3
1997 30,7 6,2 17,1
1998 31,4 6,4 17,6
1999 31,5 6,2 17,6
2000 30,9 6,0 17,3
2001 30,2 5,6 16,8
2002 29,5 5,6 16,6
2003 29,9 5,7 16,9
2004 30,4 5,7 17,1
2005 30,3 6,0 17,3
2006 30,3 5,9 17,3
2007 30,4 5,9 17,4
2008 29,6 5,9 17,1
2009 30,0 6,2 17,5
2010 30,2 6,8 17,9
2011 30,1 7,0 18,0
2012 30,2 7,0 18,1
2013 30,7 7,3 18,5
2014 30,8 8,0 19,0
2015 30,3 8,1 18,8
2016 30,0 8,3 18,8
2017 30,0 8,3 18,8
2018 29,2 8,4 18,5
2019 28,4 8,3 18,1
  • Champ : France hors Mayotte, personnes âgées de 15 ans ou plus occupant un emploi et vivant en ménage ordinaire.
  • Source : Insee, séries longues sur le marché du travail, enquêtes Emploi.

Figure 3Proportion de personnes en emploi à temps partiel

  • Champ : France hors Mayotte, personnes âgées de 15 ans ou plus occupant un emploi et vivant en ménage ordinaire.
  • Source : Insee, séries longues sur le marché du travail, enquêtes Emploi.

En moyenne sur l’année 2019, 1,5 million de personnes sont en situation de sous‑emploi au sens du BIT, soit 5,4 % des personnes en emploi. La part du sous‑emploi dans l’emploi baisse de 0,5 point en 2019, après avoir diminué de 0,2 point en 2018.

Définitions


Les personnes qui sont en emploi au sens du Bureau international du travail (BIT) sont celles qui ont exercé au moins une heure de travail rémunéré au cours d’une semaine donnée ou sont absentes de leur emploi sous certaines conditions de motif (congés annuels, maladie, maternité, etc.) et de durée.


Le taux d’emploi est le rapport entre le nombre de personnes ayant un emploi et la population totale correspondante.


Le sous-emploi au sens du Bureau international du travail (BIT) recouvre les personnes ayant un emploi à temps partiel qui souhaitent travailler plus d’heures sur une semaine donnée et qui sont disponibles pour le faire, ainsi que toutes les personnes en situation de chômage technique ou partiel.


Réalisée par l’Insee depuis 1950, l’enquête Emploi vise à observer le marché du travail de manière structurelle et conjoncturelle. C’est la seule source fournissant une mesure des concepts d’activité, de chômage, d’emploi et d’inactivité tels qu’ils sont définis par le Bureau international du travail (BIT). Depuis 2003, l’enquête Emploi est trimestrielle et sa collecte auprès d’un échantillon de ménages est réalisée en continu sur toutes les semaines de chaque trimestre. Elle s’inscrit dans le cadre des enquêtes Forces de travail défini au niveau européen (Labour Force Survey).


Selon la définition adoptée par le Haut Conseil à l’intégration, un immigré est une personne née étrangère à l’étranger et résidant en France. Les personnes nées françaises à l’étranger et vivant en France ne sont donc pas comptabilisées. À l’inverse, certains immigrés ont pu devenir français, les autres restant étrangers. Les populations étrangère et immigrée ne se confondent pas totalement : un immigré n’est pas nécessairement étranger et réciproquement, certains étrangers sont nés en France (essentiellement des mineurs). La qualité d’immigré est permanente : un individu continue à appartenir à la population immigrée même s’il devient français par acquisition. C’est le pays de naissance, et non la nationalité à la naissance, qui définit l’origine géographique d’un immigré.


Un descendant d’immigrés est une personne née et résidant en France ayant au moins un parent immigré. Cette définition ne comprend pas les personnes elles-mêmes immigrées (notamment celles qui ont migré avec leurs parents).

Pour en savoir plus

« Activité, emploi et chômage en 2019 et en séries longues », Insee Résultats, juin 2020.

« Une photographie du marché du travail en 2019 », Insee Première n° 1793, février 2020. Voir fiches 3.1, 3.3 et 8.3.

Définitions