France, portrait socialÉdition 2020

Dans cette édition, la vue d’ensemble porte sur l’impact social de la crise sanitaire de la Covid-19 et du confinement, dans des domaines tels que la santé, l’emploi, les inégalités femmes-hommes, la scolarité des enfants, les pratiques culturelles, etc. Un éclairage est ensuite apporté sur les enfants, sous l’angle des inégalités sociales.

Insee Références
Paru le : Paru le 03/12/2020
France, portrait social - Décembre 2020
Consulter
Sommaire

Population scolarisée des 1er et 2nd degrés

Insee Références

Paru le : 03/12/2020

À la rentrée 2019, en France, 12,9 millions d’enfants sont scolarisés dans les premier et second degrés (figure 1). Cette population scolarisée a peu varié depuis 2015 (+ 35 000 élèves). Au sein du premier degré, les effectifs diminuent dans les niveaux pré­élémentaires (– 100 000 élèves depuis 2015). Cela reflète notamment les naissances moins nombreuses depuis 2014. Dans le second degré, au contraire, les effectifs sont orientés à la hausse (+ 140 000 élèves depuis 2015), en lien avec l’arrivée à ces âges des enfants du baby‑boom des années 2000. Les effectifs diminuent toutefois légèrement dans les formations professionnelles en lycée (– 23 000 élèves depuis 2015). En effet, les flux d’orientation à la sortie du collège ont évolué, au cours des années récentes, en faveur de la voie générale et technologique.

Figure 1 - Population scolarisée dans les premier et second degrés par niveau

en milliers
Figure 1 - Population scolarisée dans les premier et second degrés par niveau (en milliers)
2015 2016 2017 2018 2019
Premier degré1 6 805 6 806 6 783 6 750 6 704
Préélémentaire 2 564 2 539 2 522 2 493 2 463
Élémentaire 4 193 4 218 4 210 4 207 4 189
Second degré – Éducation nationale 5 536 5 579 5 630 5 645 5 676
Formations en collège 3 319 3 315 3 342 3 374 3 413
Formations générales et technologiques (GT) en lycée 1 551 1 599 1 630 1 622 1 620
Formations professionnelles en lycée 667 665 657 649 644
dont : Bac professionnel (y c. brevet des métiers d’art) 538 539 533 527 523
     CAP 120 119 116 115 114
Établissements de l’Agriculture et de la Santé2 216 215 210 208 203
Apprentissage dans le secondaire3 266 265 268 273 275
Ensemble 12 824 12 866 12 891 12 876 12 859
  • 1. Le total inclut les unités localisées pour l’inclusion scolaire (ULIS), dispositifs adaptés pour les élèves en situation de handicap.
  • 2. Ministères en charge de l’agriculture et de la santé (établissements médico-sociaux et hospitaliers). Sans doubles comptes avec le ministère en charge de l’éducation nationale.
  • 3. Y compris pré-apprentis en CFA entre 2015 et 2018. Données provisoires en 2019.
  • Champ : France.
  • Source : MENJS-Depp.

Au collège, 41,0 % des élèves ont des parents ouvriers ou inactifs lorsqu’ils sont scolarisés dans un établissement public, contre 17,4 % dans un établissement privé (figure 2).

Figure 2 - Proportion d’élèves du second degré enfants d’ouvriers et d’inactifs

en %
Figure 2 - Proportion d’élèves du second degré enfants d’ouvriers et d’inactifs (en %)
Secteur de l’établissement
Public Privé
Formations en collège1 41,0 17,4
dont : en REP+ 73,9 ///
     en REP 56,9 ///
     public hors EP 37,7 ///
Formations générales et technologiques en lycée 29,9 11,5
Formations professionnelles en lycée 56,9 33,4
dont : Bac pro (y c. Brevet des métiers d'art) 55,0 31,8
     CAP 66,6 42,2
Ensemble 39,5 17,3
  • /// : absence de résultat due à la nature des choses.
  • 1. Y compris élèves scolarisés en lycée (notamment des troisièmes prépa métier).
  • Champ : France.
  • Source : MENJS-Depp.

Parmi les élèves scolarisés dans un collège public, 7,2 % sont dans l’un des 364 collèges en réseau d’éducation prioritaire renforcé (REP+), lesquels bénéficient de moyens supplémentaires, au vu des difficultés sociales et scolaires qui y sont concentrées. Trois quarts des élèves scolarisés dans un collège REP+ ont des parents ouvriers ou inactifs et 12,9 % d’entre eux ont au moins un an de retard à l’entrée en sixième (contre 6,3 % dans l’ensemble des collèges publics). Quatre départements d’outre‑mer ont plus d’un collégien sur huit scolarisé en REP+ (figure 3) : La Réunion (26,9 %), Mayotte (42,1 %), la Guyane (95,0 %) et, dans une moindre mesure, la Martinique (16,1 %). En métropole, cette proportion est la plus élevée en Seine‑Saint‑Denis (22,1 %), dans le Nord et l’Est, le Rhône, ainsi que sur le pourtour méditerranéen. 31 départements n’ont aucun collège REP+.

Figure 3 - Part de collégiens et nombre de collèges du secteur public en REP+ en 2019

Figure 3 - Part de collégiens et nombre de collèges du secteur public en REP+ en 2019
Nombre de collèges Effectif de collégiens en REP+ Part de collégiens en REP+ (en %)
Ain 2 1 395 5
Aisne 4 1 998 8
Allier 2 476 4
Alpes-de-Haute-Provence 0 0 0
Hautes-Alpes 0 0 0
Alpes-Maritimes 3 1 789 4
Ardèche 0 0 0
Ardennes 3 940 9
Ariège 0 0 0
Aube 2 1 059 8
Aude 0 0 0
Aveyron 0 0 0
Bouches-du-Rhône 27 13 398 17
Calvados 1 349 1
Cantal 0 0 0
Charente 2 545 4
Charente-Maritime 1 491 2
Cher 1 295 3
Corrèze 1 404 5
Côte-d’Or 1 302 2
Côtes-d’Armor 0 0 0
Creuse 0 0 0
Dordogne 0 0 0
Doubs 3 1 693 8
Drôme 1 376 2
Eure 1 444 2
Eure-et-Loir 2 966 5
Finistère 0 0 0
Corse-du-Sud 0 0 0
Haute-Corse 1 230 4
Gard 6 2 910 10
Haute-Garonne 5 1 837 3
Gers 0 0 0
Gironde 3 1 303 2
Hérault 7 4 421 10
Ille-et-Vilaine 1 556 2
Indre 1 443 5
Indre-et-Loire 2 575 2
Isère 2 792 2
Jura 0 0 0
Landes 0 0 0
Loir-et-Cher 2 876 7
Loire 4 1 249 5
Haute-Loire 0 0 0
Loire-Atlantique 5 1 685 4
Loiret 2 898 3
Lot 0 0 0
Lot-et-Garonne 0 0 0
Lozère 0 0 0
Maine-et-Loire 2 510 2
Manche 1 325 2
Marne 4 1 845 9
Haute-Marne 1 402 6
Mayenne 1 418 4
Meurthe-et-Moselle 2 516 2
Meuse 1 306 4
Morbihan 0 0 0
Moselle 5 1 918 5
Nièvre 0 0 0
Nord 31 13 062 14
Oise 5 2 909 8
Orne 1 267 3
Pas-de-Calais 10 4 422 7
Puy-de-Dôme 3 1 466 6
Pyrénées-Atlantiques 0 0 0
Hautes-Pyrénées 0 0 0
Pyrénées-Orientales 3 1 772 9
Bas-Rhin 5 2 777 6
Haut-Rhin 7 4 358 15
Rhône 16 9 097 14
Haute-Saône 0 0 0
Saône-et-Loire 0 0 0
Sarthe 3 1 056 5
Savoie 1 492 3
Haute-Savoie 0 0 0
Paris 4 1 551 3
Seine-Maritime 11 3 716 7
Seine-et-Marne 4 2 157 3
Yvelines 9 3 448 5
Deux-Sèvres 0 0 0
Somme 4 1 734 8
Tarn 0 0 0
Tarn-et-Garonne 0 0 0
Var 3 1 440 3
Vaucluse 6 2 959 13
Vendée 0 0 0
Vienne 1 595 4
Haute-Vienne 1 282 2
Vosges 1 332 2
Yonne 0 0 0
Territoire de Belfort 1 421 7
Essonne 6 3 681 6
Hauts-de-Seine 2 1 127 2
Seine-Saint-Denis 29 17 225 22
Val-de-Marne 3 1 454 3
Val-d’Oise 7 4 318 7
Guadeloupe 3 1 050 5
Martinique 9 2 644 16
Guyane 30 21 057 95
La Réunion 21 14 928 27
Mayotte 9 12 396 42
France 364 191 128 7
  • Note : en France, 7,2 % des collégiens et 364 collèges sont en REP+.
  • Champ : France, élèves scolarisés dans un collège public sous tutelle de l’Éducation nationale.
  • Source : MENJS-Depp.

Figure 3 - Part de collégiens et nombre de collèges du secteur public en REP+ en 2019

  • Note : en France, 7,2 % des collégiens et 364 collèges sont en REP+.
  • Champ : France, élèves scolarisés dans un collège public sous tutelle de l’Éducation nationale.
  • Source : MENJS-Depp.

Après le collège, le processus d’orientation au moment de l’entrée au lycée aboutit à des contextes de scolarisation très différenciés suivant le milieu social. 29,9 % des élèves scolarisés en voie générale et technologique dans un lycée public sont enfants d’ouvriers ou d’inactifs (11,5 % dans le secteur privé). À l’inverse, 55,0 % des élèves en baccalauréat professionnel public sont enfants d’ouvriers ou d’inactifs, et 66,6 % des élèves scolarisés en CAP.

Les filles et les garçons se distinguent par les parcours scolaires et les formations suivies. À 14 ans, les filles sont plus fréquemment en troisième que les garçons (84,7 % contre 80,0 %) (figure 4). À cet âge, 12,2 % des garçons sont encore en quatrième, soit 3,2 points de plus que les filles. Par ailleurs, les garçons suivent un peu plus fréquemment un enseignement adapté.

Figure 4a - Scolarisation des filles et des garçons à 14 ans en 2018-2019

en %
Figure 4a - Scolarisation des filles et des garçons à 14 ans en 2018-2019 (en %)
Filles Garçons
Troisième 85 80
Quatrième 9 12
Autres 6 8
Ensemble 100 100
  • Champ : France hors Mayotte, enseignement public et privé.
  • Sources : MENJS-Depp et Mesri-Sies ; SSP ; Drees ; Insee ; traitements Depp.

Figure 4a - Scolarisation des filles et des garçons à 14 ans en 2018-2019

  • Champ : France hors Mayotte, enseignement public et privé.
  • Sources : MENJS-Depp et Mesri-Sies ; SSP ; Drees ; Insee ; traitements Depp.

À 17 ans, le type d’enseignement suivi diffère selon le sexe du fait de l’orientation prise en fin de troisième. L’enseignement général ou technologique, soit en première, soit en terminale, prédomine pour les deux sexes : il accueille 64,1 % des filles et 49,9 % des garçons âgés de 17 ans. Cependant, les garçons sont plus souvent que les filles dans une filière professionnelle (38,6 % contre 26,6 %), qu’elle soit suivie par la voie scolaire ou par celle de l’apprentissage. Enfin, les garçons sont un peu plus fréquemment non scolarisés que les filles (respectivement 6,9 % et 4,8 %).

Définitions


Population scolarisée : elle comprend les élèves et apprentis en formation initiale dans les établissements relevant du ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports (MENJS) et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (Mesri), mais aussi ceux dépendant des autres ministères (notamment ceux en charge de l’agriculture et de la santé).


Parents ouvriers ou inactifs : le milieu social de l’enfant est déterminé en considérant le milieu social du père, si sa profession est renseignée, et de la mère (ou d’une autre personne) sinon. Dans cette fiche, les parents « ouvriers ou inactifs » incluent les personnes ayant un emploi d’ouvrier, les inactifs et les chômeurs n’ayant jamais travaillé, ainsi que les parents retraités employés ou ouvriers.


L’âge est celui atteint au 1er janvier inclus dans l’année scolaire considérée.

Définitions