France, portrait socialÉdition 2020

Dans cette édition, la vue d’ensemble porte sur l’impact social de la crise sanitaire de la Covid-19 et du confinement, dans des domaines tels que la santé, l’emploi, les inégalités femmes-hommes, la scolarité des enfants, les pratiques culturelles, etc. Un éclairage est ensuite apporté sur les enfants, sous l’angle des inégalités sociales.

Insee Références
Paru le : Paru le 03/12/2020
France, portrait social - Décembre 2020
Consulter
Sommaire

Durée et conditions de travail

Insee Références

Paru le : 03/12/2020

En 2019, la durée habituelle hebdomadaire du travail déclarée par les personnes de 15 ans ou plus ayant un emploi, salarié ou non, est de 37,4 heures en moyenne en France hors Mayotte : 40,5 heures pour celles à temps complet et 23,1 heures pour celles à temps partiel (figure 1). Cette durée est largement supérieure chez les non‑salariés : 55,2 heures pour les agriculteurs et 45,8 heures pour les artisans, commerçants et chefs d’entreprise. Elle est de 36,3 heures pour l’ensemble des salariés : 39,1 heures pour ceux à temps complet et 23,5 heures pour ceux à temps partiel. 18,3 % des salariés travaillent à temps partiel : 28,7 % chez les femmes et 7,7 % chez les hommes.

Figure 1Durée habituelle hebdomadaire du travail en 2019

en heures
Durée habituelle hebdomadaire du travail en 2019 (en heures)
Temps partiel Temps complet Ensemble
Agriculteurs exploitants 20,8 58,4 55,2
Artisans, commerçants et chefs d’entreprise 19,5 50,0 45,8
Cadres et professions intellectuelles supérieures 24,5 43,5 41,5
Professions intermédiaires 25,0 38,7 36,6
Employés 22,9 37,9 33,2
Ouvriers 20,8 37,9 35,9
Ensemble 23,1 40,5 37,4
  • Note : durée déclarée par les personnes en emploi pour une semaine normalement travaillée.
  • Champ : France hors Mayotte, population des ménages, personnes âgées de 15 ans ou plus ayant un emploi.
  • Source : Insee, enquête Emploi 2019 ; calculs Dares.

Figure 1Durée habituelle hebdomadaire du travail en 2019

  • Note : durée déclarée par les personnes en emploi pour une semaine normalement travaillée.
  • Champ : France hors Mayotte, population des ménages, personnes âgées de 15 ans ou plus ayant un emploi.
  • Source : Insee, enquête Emploi 2019 ; calculs Dares.

Certaines personnes en emploi ont des horaires de travail atypiques. Sur une période de quatre semaines, deux personnes sur cinq ont travaillé au moins une fois le samedi, un peu plus d’une sur cinq le dimanche, une sur quatre le soir et une sur dix la nuit (figure 2). Parmi les salariés, les employés sont plus concernés par le travail le samedi et le dimanche, les ouvriers par le travail la nuit et les horaires alternés et les cadres par le travail le soir et au domicile bien qu’il ne s’agisse pas de leur lieu de travail attitré. Les non‑salariés sont plus souvent concernés que les salariés par le travail le soir, le week‑end et les horaires variables d’une semaine sur l’autre.

Figure 2Horaires de travail atypiques et organisation du travail en 2019

en %
Horaires de travail atypiques et organisation du travail en 2019 (en %) - Lecture : en 2018, 36 % des cadres ont travaillé au moins une fois le soir (entre 20h et 00h) au cours des 4 semaines précédant l’enquête.
A travaillé au moins une fois au cours des 4 semaines précédant l’enquête… Horaires alternés : 2x8, 3x8, équipes, etc.¹ Horaires variables d’une semaine à l’autre¹
… le soir (20h-00h) … la nuit (00h-5h) … le samedi … le dimanche … au domicile s’il n’est pas le lieu de travail
Catégorie socioprofessionnelle (répartition en %)
Agriculteurs exploitants (1 %) 43 14 88 71 36 0 42
Artisans, commerçants et chefs d’entreprise (7 %) 40 9 68 31 44 0 35
Cadres et professions intellectuelles supérieures (19 %) 36 8 33 20 45 1 22
Professions intermédiaires (26 %) 26 8 34 21 21 5 19
Employés (27 %) 20 9 45 26 3 5 22
Ouvriers (20 %) 20 13 28 12 1 14 14
Ensemble (100 %) 26 10 39 22 18 5 21
  • 1. Organisation des horaires habituels dans l’emploi principal.
  • Lecture : en 2018, 36 % des cadres ont travaillé au moins une fois le soir (entre 20h et 00h) au cours des 4 semaines précédant l’enquête.
  • Champ : France hors Mayotte, population des ménages, personnes âgées de 15 ans ou plus ayant un emploi.
  • Source : Insee, enquête Emploi 2019 ; calculs Dares.

En 2017, les salariés affiliés au régime général et au régime agricole de la sécurité sociale ont subi 21 accidents du travail avec arrêt par million d’heures rémunérées (figure 3). Avec 37 accidents du travail par million d’heures salariées en 2017, les ouvriers du régime général sont les salariés les plus exposés aux accidents. Le nombre moyen d’accidents par million d’heures de travail s’élève à 23 pour les hommes, contre 18 pour les femmes. Cet écart provient surtout de la surexposition aux accidents du travail des ouvriers, en majorité des hommes, par rapport aux autres catégories socioprofessionnelles. À catégorie socioprofessionnelle identique, les fréquences des accidents de travail diffèrent peu entre les hommes et les femmes, sauf parmi les employés et les ouvriers. La fréquence des accidents est plus élevée parmi les ouvrières, mais ce sont les hommes ouvriers qui enregistrent le plus d’accidents graves. Les hommes employés sont quant à eux surreprésentés dans les activités les plus risquées, comme le transport et l’acheminement du courrier, le commerce de détail de quincaillerie, peintures et verres ou la restauration rapide. Par ailleurs, la fréquence des accidents du travail diminue avec l’âge. Elle est particulièrement élevée parmi les salariés hommes de moins de 20 ans. Ils travaillent en effet plus souvent que leurs aînés et que les femmes dans des secteurs où le risque d’accident est important (construction, commerce, hébergement et restauration, intérim, etc.).

Figure 3Accidents du travail et maladies professionnelles en 2017

Accidents du travail et maladies professionnelles en 2017 - Lecture : en 2017, pour un million d’heures de travail salarié, les femmes ouvrières subissent en moyenne 41 accidents du travail reconnus.
Accidents du travail reconnus (par million d’heures rémunérées) Maladies professionnelles reconnues
Ensemble Femmes Hommes Ensemble Femmes Hommes
Catégorie socioprofessionnelle 1
Cadres et chefs d’entreprise 5 5 5 1 932 1 273 659
Professions intermédiaires 13 13 13 988 725 263
Employés 19 18 22 10 737 9 354 1 383
Ouvriers 37 41 36 33 997 11 754 22 243
Ensemble (régime général) 47 654 23 106 24 548
Âge
15 à 19 ans 41 31 46 62 48 14
20 à 29 ans 26 21 29 1 680 873 807
30 à 59 ans 19 16 21 43 139 22 076 21 063
60 ans ou plus 13 14 12 5 669 1 486 4 183
Ensemble 21 18 23 50 550 24 483 26 067
  • 1. La catégorie socioprofessionnelle (CS) n’étant pas disponible pour les salariés du régime agricole, la fréquence par CS ne concerne que les salariés du régime général.
  • Lecture : en 2017, pour un million d’heures de travail salarié, les femmes ouvrières subissent en moyenne 41 accidents du travail reconnus.
  • Champ : France, salariés du régime général et du régime agricole.
  • Sources : Cnam, MSA (accidents du travail) ; Insee, DADS et DSN (heures rémunérées).

Par ailleurs, 50 500 maladies professionnelles ont été reconnues en 2017 par le régime général et le régime agricole de la sécurité sociale ; 26 200 d’entre elles ont occasionné une incapacité. 71 % des maladies professionnelles affectent des ouvriers, qui constituent aussi l’essentiel des victimes de maladies professionnelles graves : 93 % des surdités et des affections liées à l’amiante reconnues en 2017. Ces dernières touchent essentiellement des hommes, alors que les troubles musculo‑squelettiques d’origine professionnelle touchent majoritairement les femmes (53 %).

Définitions


La durée habituelle hebdomadaire du travail s’applique à une semaine normale sans événement exceptionnel (jour férié, congé, etc.) et inclut toutes les heures habituellement effectuées.


Les horaires de travail atypiques s’opposent aux horaires en journées standardisées, c’est‑à‑dire le matin et l’après‑midi, du lundi au vendredi.


Un accident du travail avec arrêt est un accident provoqué par le fait ou à l’occasion du travail par un événement ou une série d’événements survenus à des dates certaines. Sont comptabilisés ici uniquement les accidents du travail déclarés et reconnus par la Cnam ou la Mutualité sociale agricole et ayant entraîné au moins un jour d’arrêt de travail.


Une maladie professionnelle est une atteinte à la santé contractée au cours du travail qui résulte d’une série d’événements à évolution lente auxquels on ne saurait assigner une origine et une date certaines.

Définitions