France, portrait socialÉdition 2020

Dans cette édition, la vue d’ensemble porte sur l’impact social de la crise sanitaire de la Covid-19 et du confinement, dans des domaines tels que la santé, l’emploi, les inégalités femmes-hommes, la scolarité des enfants, les pratiques culturelles, etc. Un éclairage est ensuite apporté sur les enfants, sous l’angle des inégalités sociales.

Insee Références
Paru le : Paru le 03/12/2020
France, portrait social - Décembre 2020
Consulter
Sommaire

Immigrés et descendants d’immigrés

Insee Références

Paru le : 03/12/2020

En 2019, 6,6 millions d’immigrés vivent en France hors Mayotte, soit 9,9 % de la population (figure 1). L’immigration en France est un phénomène ancien : au début du XXe siècle, 1,1 million d’immigrés résidaient en France métropolitaine ; ils étaient 2,3 millions en 1954 et 3,9 millions en 1975. La population immigrée croît modérément de 1975 à 1999 et sa part dans la population reste stable (7,4 % en 1975, 7,3 % en 1999). Elle augmente à nouveau depuis 1999. En 2019, quatre immigrés sur dix présents en France sont devenus français.

Figure 1 - Effectifs des immigrés et part dans la population

Figure 1 - Effectifs des immigrés et part dans la population
Effectifs d’immigrés (en milliers) Part des immigrés dans la population (en %)
1911 1 110 2,8
1921 1 429 3,7
1926 2 288 5,6
1931 2 729 6,6
1936 2 326 5,6
1946 1 986 4,9
1954 2 293 5,4
1962 2 861 6,2
1968 3 281 6,6
1975 3 870 7,4
1982 4 087 7,4
1990 4 238 7,3
1999 4 387 7,3
2006 5 136 8,1
2010 5 514 8,5
2011 5 605 8,6
2012 5 714 8,8
2013 5 835 8,9
2014 5 967 9,1
2015 6 107 9,2
2016 6 227 9,4
2017 6 362 9,6
2018 6 420 9,6
2019 6 614 9,9
  • Note : données provisoires pour 2018 et 2019.
  • Champ : France métropolitaine jusqu’en 1990, France hors Mayotte à partir de 1999.
  • Source : Insee, recensements de la population et estimations de population.

Figure 1 - Effectifs des immigrés et part dans la population

  • Note : données provisoires pour 2018 et 2019.
  • Champ : France métropolitaine jusqu’en 1990, France hors Mayotte à partir de 1999.
  • Source : Insee, recensements de la population et estimations de population.

En 2019, 51 % des immigrés sont des femmes, contre 44 % en 1968. Jusqu’au milieu des années 1970, les flux d’immigration étaient majoritairement masculins, comblant les besoins de main‑d’œuvre nés de la reconstruction d’après‑guerre, puis de la période des Trente Glorieuses. Depuis, la part des femmes est croissante, qu’il s’agisse de regroupement familial ou non. À partir du milieu des années 1980, les femmes migrent de plus en plus souvent pour des raisons autres que familiales, par exemple pour trouver un emploi en adéquation avec leur diplôme ou pour étudier. Parmi les immigrés arrivés en 2018, les femmes sont majoritaires (51 %), en particulier parmi ceux originaires de Chine (66 %), des pays d’Asie du Sud‑Est (56 %), du Maroc (56 %), d’Algérie (55 %) et des pays d’Europe hors Union européenne (55 %).

En 2019, 46 % des immigrés sont nés dans un pays du continent africain, soit 3,0 millions de personnes (figure 2). 2,0 millions sont originaires du Maghreb, soit 29 % des immigrés, une proportion stable depuis les années 1980. Entre 2009 et 2019, le nombre d’immigrés originaires d’Afrique a progressé de 2,7 % par an en moyenne. Cette croissance a été plus forte pour les pays d’Afrique hors Maghreb (4,5 %). 34 % des immigrés sont originaires d’Europe, contre 66 % en 1975. Cette baisse s’explique notamment par la diminution du nombre d’immigrés venus d’Espagne, d’Italie et du Portugal, en raison des décès ou des retours au pays. Les origines des immigrés européens sont de plus en plus variées, avec une part croissante d’immigrés nés en Europe hors Union européenne. Enfin, 15 % des immigrés sont originaires d’Asie. La migration en provenance de Chine ainsi que des pays du Moyen‑Orient s’est accrue au cours des dix dernières années.

Figure 2 - Origine géographique des immigrés en 2019 et évolution entre 2009 et 2019

Figure 2 - Origine géographique des immigrés en 2019 et évolution entre 2009 et 2019 - Lecture : entre 2009 et 2019, les effectifs d’immigrés originaires d’Europe ont augmenté de 0,9 % en moyenne annuelle, tandis que la part d’immigrés âgés de moins de 30 ans originaires d’Europe a augmenté de 4,6 points.
2019 Évolution entre 2009 et 2019
Effectifs (en milliers) Répartition des immigrés (en %) Part des moins de 30 ans (en %) Part des 60 ans ou plus (en %) Effectifs (moyenne annuelle en %) Part des moins de 30 ans (en points) Part des 60 ans ou plus (en points)
Europe 2 234 33,8 18,9 37,7 0,9 4,6 –0,3
Espagne 241 3,6 19,0 54,1 –0,4 13,7 –2,3
Italie 285 4,3 18,9 58,4 –0,9 14,3 –8,0
Portugal 604 9,1 10,9 39,4 0,3 1,2 11,6
Autres pays de l’UE 760 11,5 19,0 32,8 1,1 –1,2 0,2
Autres pays d’Europe 344 5,2 32,5 16,9 4,4 0,3 –3,5
Afrique 3 029 45,8 18,5 22,4 2,7 –2,3 3,3
Algérie 846 12,8 13,7 29,0 1,6 –2,3 1,2
Maroc 802 12,1 13,8 26,1 1,9 –5,9 7,2
Tunisie 302 4,6 14,4 28,4 2,5 –1,0 2,8
Autres pays d’Afrique 1 079 16,3 26,8 12,7 4,5 –1,9 4,8
Asie 986 14,9 21,1 18,7 2,5 –4,1 6,1
Turquie 251 3,8 12,6 18,5 0,4 –12,0 7,0
Cambodge, Laos, Vietnam 159 2,4 11,7 37,7 –0,2 –1,8 16,3
Chine 113 1,7 28,6 11,0 2,9 –15,9 5,7
Autres pays d’Asie 462 7,0 27,2 14,1 5,0 0,3 3,5
Amérique, Océanie 363 5,5 27,0 15,6 2,2 –7,6 5,6
Ensemble 6 612 100,0 19,5 26,6 2,0 –0,3 1,9
  • Lecture : entre 2009 et 2019, les effectifs d’immigrés originaires d’Europe ont augmenté de 0,9 % en moyenne annuelle, tandis que la part d’immigrés âgés de moins de 30 ans originaires d’Europe a augmenté de 4,6 points.
  • Champ : France hors Mayotte.
  • Source : Insee, recensement de la population de 2009, estimations de population 2019 (données provisoires).

Nés en France, les descendants d’immigrés n’ont pas connu eux‑mêmes la migration. En 2019, 7,6 millions de descendants d’immigrés vivent en France hors Mayotte, soit 11,5 % de la population (figure 3). La moitié des descendants d’immigrés sont nés en France de deux parents immigrés. Dans 8 cas sur 10, les deux parents immigrés ont le même pays d’origine. En 2019, 53 % des descendants d’immigrés ont moins de 30 ans.

Figure 3 - Origine géographique des descendants d’immigrés en 2019 et évolution entre 2009 et 2019

Figure 3 - Origine géographique des descendants d’immigrés en 2019 et évolution entre 2009 et 2019 - Lecture : entre 2009 et 2019, le nombre de descendants d’immigrés originaires d’Europe a diminué de 0,1 % en moyenne annuelle.
2019 Évolution des effectifs entre 2009 et 2019 (moyenne annuelle en %)
Effectifs (en milliers) Répartition des descendants (en %) Part des moins de 30 ans (en %)
Europe 3 130 40,9 25,9 –0,1
Espagne 521 6,8 10,9 –0,5
Italie 862 11,3 7,6 –0,3
Portugal 659 8,6 48,8 0,6
Autres pays de l’UE 872 11,4 30,9 –0,5
Autres pays d’Europe 216 2,8 45,0 1,8
Afrique 3 475 45,4 69,8 4,2
Algérie 1 207 15,8 57,1 3,8
Maroc 964 12,6 73,3 4,6
Tunisie 384 5,0 65,7 3,2
Autres pays d’Afrique 920 12,0 84,4 4,6
Asie 745 9,7 76,4 3,1
Turquie 313 4,1 79,2 4,6
Cambodge, Laos, Vietnam 153 2,0 63,1 2,5
Chine 37 0,5 73,9 3,2
Autres pays d’Asie 242 3,2 81,5 1,9
Amérique, Océanie 300 3,9 79,8 6,5
Ensemble 7 649 100,0 52,9 2,2
  • Note : le pays d’origine est le pays de naissance du parent immigré s’il n’y en a qu’un. Lorsque les deux parents sont immigrés, on retient l’origine du père.
  • Lecture : entre 2009 et 2019, le nombre de descendants d’immigrés originaires d’Europe a diminué de 0,1 % en moyenne annuelle.
  • Champ : France hors Mayotte, descendants d’immigrés vivant en ménage ordinaire.
  • Source : Insee, enquêtes Emploi 2009 et 2019.

L’origine des descendants d’immigrés et leur âge sont logiquement liés à l’ancienneté des différentes vagues de migration en France. 41 % des descendants d’immigrés ont une origine européenne. Les descendants d’un parent venu d’Espagne ou d’Italie représentent 18 % de l’ensemble et sont nettement plus âgés compte tenu de l’ancienneté de l’immigration en provenance de ces deux pays. Un tiers des descendants d’immigrés sont originaires du Maghreb ; parmi ceux‑ci, deux sur trois ont moins de 30 ans. Entre 2009 et 2019, le nombre de descendants d’immigrés originaires d’Afrique a progressé de 4,2 % en rythme annuel (4,6 % pour l’Afrique hors Maghreb) pour atteindre, en 2019, 45 % de l’ensemble des descendants. Les flux d’immigration plus récents en provenance d’Afrique expliquent que 70 % de leurs descendants soient âgés de moins de 30 ans.

Définitions


Immigrés : la population immigrée est constituée des personnes nées étrangères à l’étranger et résidant en France. Elle comprend donc en partie des personnes qui, depuis leur arrivée, ont acquis la nationalité française. À l’inverse, elle exclut les Français de naissance nés à l’étranger et résidant en France et les étrangers nés en France.


Descendant d’immigrés : un descendant d’immigrés est une personne née et résidant en France ayant au moins un parent immigré. Cette définition ne comprend pas les personnes elles‑mêmes immigrées (notamment celles qui ont migré avec leurs parents).

Pour en savoir plus

« Quarante ans d’évolution de la démographie française : le vieillissement de la population s’accélère avec l’avancée en âge des baby-boomers  », in France, portrait social, coll. « Insee Références », édition 2019.

« Le rôle des origines dans la persistance des inégalités d’emploi et de salaire », in Emploi, chômage, revenus du travail, coll. « Insee Références », édition 2019.

« L’insertion des immigrés, de l’arrivée en France au premier emploi », Insee Première n° 1717, novembre 2018.

« Être né en France d’un parent immigré », Insee Première n° 1634, février 2017.

« Les immigrés récemment arrivés en France », Insee Première n° 1524, novembre 2014.

Définitions