France, portrait socialÉdition 2021

Cet ouvrage apporte un éclairage sur plus d’un an de crise sanitaire, aux conséquences économiques et sociales inédites : Comment ont évolué la mortalité et la santé de la population au cours des différentes vagues ? Quel a été le niveau d’adoption des mesures de prévention ? Comment le système de soin a-t-il été impacté ? Quels territoires ont été les plus touchés par la baisse des naissances observée neuf mois après le premier confinement ? Quelles sont les conséquences de la crise sur les revenus des ménages et sur le marché de l’emploi ? Comment les jeunes ont-ils vécu cette crise ?

Insee Références
Paru le : Paru le 25/11/2021
France, portrait social - Novembre 2021
Consulter
Sommaire

Population scolarisée des 1er et 2nd degrés

Insee Références

Paru le : 25/11/2021

À la rentrée 2020, 12,8 millions d’enfants sont scolarisés dans les premier et second degrés en France (figure 1). Cette population scolarisée a légèrement baissé depuis 2016 (– 56 000 élèves). Au sein du premier degré, les effectifs diminuent dans les niveaux élémentaires et surtout préélémentaires (– 143 000 élèves depuis 2016). Cela reflète notamment les naissances moins nombreuses depuis 2014. Dans le second degré, au contraire, les effectifs augmentent (+ 106 000 élèves depuis 2016), en lien avec l’arrivée à ces âges des enfants du baby-boom des années 2000. Les effectifs diminuent toutefois légèrement dans les formations professionnelles en lycée (– 20 000 élèves depuis 2016). En effet, les flux d’orientation à la sortie du collège ont évolué, au cours des années récentes, en faveur de la voie générale et technologique au lycée. Toutefois, les effectifs augmentent dans l'apprentissage (+ 41 000 élèves), en particulier entre 2019 et 2020, dans un contexte de réforme de l'apprentissage.

Figure1 - Population scolarisée dans les premier et second degrés par niveau

en milliers
Figure1 - Population scolarisée dans les premier et second degrés par niveau (en milliers) - Lecture : à la rentrée 2020, 6 617 000 élèves étaient scolarisés dans le premier degré.
2016 2017 2018 2019 2020
Premier degré1 6 806 6 783 6 750 6 704 6 617
Préélémentaire 2 539 2 522 2 493 2 463 2 397
Élémentaire 4 218 4 210 4 207 4 189 4 167
Second degré – Éducation nationale 5 579 5 630 5 645 5 676 5 686
Collège 3 315 3 342 3 374 3 413 3 429
Lycée général et technologique 1 599 1 630 1 622 1 620 1 612
Lycée professionnel 665 657 649 644 645
dont : Bac professionnel (y c. brevet des métiers d’art) 539 533 527 523 523
CAP 119 116 115 114 115
Établissements de l’agriculture et de la santé2 215 210 208 203 200
Apprentissage dans le secondaire3 265 268 273 275 306
Ensemble 12 866 12 891 12 876 12 859 12 809
  • 1. Le total du premier degré inclut les unités localisées pour l’inclusion scolaire (Ulis), dispositifs adaptés pour les élèves en situation de handicap.
  • 2. Ministères en charge de l’agriculture et de la santé (établissements médico-sociaux et hospitaliers). Sans doubles comptes avec le ministère en charge de l’éducation nationale.
  • 3. Y compris pré-apprentis en centre de formation des apprentis entre 2016 et 2018. Données provisoires en 2020.
  • Lecture : à la rentrée 2020, 6 617 000 élèves étaient scolarisés dans le premier degré.
  • Champ : France.
  • Source : MENJS-Depp.

Les filles et les garçons se distinguent par les parcours scolaires et les formations suivies. À 14 ans, les filles sont plus fréquemment en troisième que les garçons (86 % contre 81 %) (figure 2). À cet âge, 11 % des garçons sont encore en quatrième, soit 3 points de plus que les filles, car ils redoublent davantage. Par ailleurs, les garçons suivent un peu fréquemment un enseignement adapté.

Figure 2a - Scolarisation des filles et des garçons de 14 ans en 2019-2020

en %
Figure 2a - Scolarisation des filles et des garçons de 14 ans en 2019-2020 (en %) - Lecture : lors de l’année scolaire 2019-2020, 80,6 % des garçons de 14 ans sont en classe de troisième.
Garçons Filles
Troisième 80,6 85,6
Quatrième 11,2 8,4
Autres 8,2 6,0
Ensemble 100,0 100,0
  • Lecture : lors de l’année scolaire 2019-2020, 80,6 % des garçons de 14 ans sont en classe de troisième.
  • Champ : France, enseignement public et privé.
  • Sources : MENJS-Depp et Mesri-Sies ; SSP ; Drees ; Insee ; traitements Depp.

Figure 2a - Scolarisation des filles et des garçons de 14 ans en 2019-2020

  • Lecture : lors de l’année scolaire 2019-2020, 80,6 % des garçons de 14 ans sont en classe de troisième.
  • Champ : France, enseignement public et privé.
  • Sources : MENJS-Depp et Mesri-Sies ; SSP ; Drees ; Insee ; traitements Depp.

Depuis le milieu des années 2000, la part de l'enseignement professionnel s'est globalement réduite. Après la troisième, les garçons vont davantage dans l'enseignement professionnel que les filles : 40 % contre 26 % (figure 3). L’écart s’est légèrement accentué ces dernières années (respectivement 44 % et 32 % en 2006). Inversement, la part des filles et des garçons a augmenté dans l’enseignement général et technologique, avec un écart qui s’est accentué en faveur des filles. En outre, quel que soit l’enseignement, les spécialités suivies distinguent aussi les parcours des filles et des garçons.

Figure 3 - Évolutions des orientations à la sortie de troisième selon le sexe

en %
Figure 3 - Évolutions des orientations à la sortie de troisième selon le sexe (en %) - Lecture : en 2019, 26 % des filles s’orientent vers le second cycle professionnel après la troisième.
Part de garçons en seconde générale et technologique Part de garçons en second cycle professionnel Part de filles en seconde générale et technologique Part de filles en second cycle professionnel
2006 48,3 43,5 59,7 31,9
2007 48,9 43,7 59,6 32,4
2008 49,2 43,1 60,0 32,3
2009 50,8 42,1 61,7 31,4
2010 50,9 42,4 62,3 31,0
2011 52,1 42,2 63,0 30,8
2012 52,6 41,6 64,3 29,9
2013 54,6 40,0 66,1 28,9
2014 55,2 39,2 66,9 28,3
2015 56,5 38,7 68,6 27,4
2016 57,1 39,0 69,8 26,8
2017 57,6 38,6 70,7 26,0
2018 57,0 39,1 70,7 25,7
2019 56,6 39,9 70,8 25,8
  • Lecture : en 2019, 26 % des filles s’orientent vers le second cycle professionnel après la troisième.
  • Champ : France, y compris Mayotte à partir de 2012.
  • Source : MENJS-Depp, systèmes d’information des ministères en charge de l’éducation nationale et de l’agriculture, systèmes d’information des centres de formations d’apprentis.

Figure 3 - Évolutions des orientations à la sortie de troisième selon le sexe

  • Lecture : en 2019, 26 % des filles s’orientent vers le second cycle professionnel après la troisième.
  • Champ : France, y compris Mayotte à partir de 2012.
  • Source : MENJS-Depp, systèmes d’information des ministères en charge de l’éducation nationale et de l’agriculture, systèmes d’information des centres de formations d’apprentis.

À 17 ans, le type d’enseignement suivi diffère selon le sexe du fait de l’orientation prise en fin de troisième. L’enseignement général ou technologique, soit en première, soit en terminale, prédomine pour les deux sexes : il accueille 65 % des filles et 51 % des garçons âgés de 17 ans. La proportion de filles à l'heure en terminale générale ou technologique est supérieure à celle des garçons, essentiellement parce qu'elles sont davantage scolarisées dans cette filière après la troisième. Par ailleurs, la sortie précoce du système scolaire est plus fréquente pour les garçons : en 2019-2020, 6 % ne sont plus scolarisés à 17 ans contre 5 % des filles.

Définitions

La Population scolarisée comprend les élèves et apprentis en formation initiale dans les établissements relevant du ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports (MENJS) et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (Mesri), mais aussi ceux dépendant des autres ministères (notamment ceux en charge de l’agriculture et de la santé).

L’âge est celui atteint au 1er janvier inclus dans l’année scolaire considérée.

Pour en savoir plus

L’état de l’École, Depp, édition 2021 : à paraître.

Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche , Depp, édition 2021.

Définitions

La Population scolarisée comprend les élèves et apprentis en formation initiale dans les établissements relevant du ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports (MENJS) et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (Mesri), mais aussi ceux dépendant des autres ministères (notamment ceux en charge de l’agriculture et de la santé).

L’âge est celui atteint au 1er janvier inclus dans l’année scolaire considérée.