France, portrait socialÉdition 2021

Cet ouvrage apporte un éclairage sur plus d’un an de crise sanitaire, aux conséquences économiques et sociales inédites : Comment ont évolué la mortalité et la santé de la population au cours des différentes vagues ? Quel a été le niveau d’adoption des mesures de prévention ? Comment le système de soin a-t-il été impacté ? Quels territoires ont été les plus touchés par la baisse des naissances observée neuf mois après le premier confinement ? Quelles sont les conséquences de la crise sur les revenus des ménages et sur le marché de l’emploi ? Comment les jeunes ont-ils vécu cette crise ?

Insee Références
Paru le : Paru le 25/11/2021
France, portrait social - Novembre 2021
Consulter
Sommaire

Salaires, niveaux de vie et pauvreté en Europe

Insee Références

Paru le : 25/11/2021

Dans l’Union européenne (UE) en 2020, le salaire brut annuel moyen en équivalent temps plein (EQTP) dans les entreprises de dix salariés ou plus de l’industrie, de la construction et des services marchands varie de 9 800 € en Bulgarie à 64 700 € au Danemark (figure 1). Il est inférieur à 18 000 € dans la plupart des pays d’Europe de l’Est et en Lettonie. Les salaires bruts sont en moyenne plus élevés dans les pays du nord (hors pays baltes) et de l’ouest de l’UE. Avec un salaire brut annuel moyen de 42 200 € en EQTP, la France occupe la 10e position des pays de l’UE, devant l’Italie (37 900 €) et derrière les Pays-Bas (47 400 €). Ces écarts de salaire ne permettent toutefois pas d’apprécier l’aisance financière relative des habitants : les politiques de prélèvements obligatoires, de prestations sociales, ainsi que le niveau des prix, qui participent aux différences observées, ne sont en effet pas pris en compte.

Figure 1 – Salaire brut annuel moyen en équivalent temps plein dans l’industrie, la construction et les services marchands en 2020

en euros
Figure 1 – Salaire brut annuel moyen en équivalent temps plein dans l’industrie, la construction et les services marchands en 2020 (en euros) - Lecture : en 2020, le salaire brut annuel moyen dans l’industrie, la construction et les services marchands est de 49 600 euros en Belgique.
Bulgarie 9 768
Roumanie 13 500
Croatie 14 893
Pologne 15 725
Hongrie 16 445
Lettonie 17 533
Slovaquie 17 948
Lituanie 18 460
Portugal 18 649
Estonie 18 873
République tchèque 19 354
Chypre 24 575
Slovénie 26 585
Malte 27 077
Espagne 29 536
Grèce 31 884
Italie 37 917
France 42 237
Pays-Bas 47 439
Allemagne 47 841
Finlande 48 335
Suède 48 479
Belgique 49 632
Irlande 49 765
Autriche 50 126
Luxembourg 63 992
Danemark 64 704
  • Note : les données 2018 ont été actualisées avec l’indice du coût de la main-d’œuvre - salaires et traitements 2020.
  • Lecture : en 2020, le salaire brut annuel moyen dans l’industrie, la construction et les services marchands est de 49 600 euros en Belgique.
  • Champ : Union européenne, salariés en équivalent temps plein dans l’industrie, la construction et les services marchands, entreprises de 10 salariés ou plus.
  • Source : Eurostat, enquête Structure des salaires 2018 et indice du coût de la main d’oeuvre (extraction des données en juillet 2021).

Figure 1 – Salaire brut annuel moyen en équivalent temps plein dans l’industrie, la construction et les services marchands en 2020

  • Note : les données 2018 ont été actualisées avec l’indice du coût de la main-d’œuvre - salaires et traitements 2020.
  • Lecture : en 2020, le salaire brut annuel moyen dans l’industrie, la construction et les services marchands est de 49 600 euros en Belgique.
  • Champ : Union européenne, salariés en équivalent temps plein dans l’industrie, la construction et les services marchands, entreprises de 10 salariés ou plus.
  • Source : Eurostat, enquête Structure des salaires 2018 et indice du coût de la main d’oeuvre (extraction des données en juillet 2021).

En 2018, le niveau de vie annuel moyen pour l’ensemble de l’UE s’élève à 19 600 € (figure 2). Les niveaux des prix sont très variables d’un pays à l’autre. La parité de pouvoir d’achat (PPA) permet de convertir des valeurs en euros en valeurs comparables entre pays. En euros comme en PPA, le niveau de vie annuel moyen est le plus haut au Luxembourg ; en PPA, il est 4,0 fois plus élevé qu’en Roumanie, où il est le plus faible. Le niveau de vie annuel moyen en PPA en Europe de l’Ouest et du Nord est environ 1,3 fois plus élevé qu’en Europe du Sud, et 1,9 fois plus élevé qu’en Europe de l’Est.

Figure 2 – Niveau de vie et pauvreté dans l’Union européenne en 2018

Figure 2 – Niveau de vie et pauvreté dans l’Union européenne en 2018 - Lecture : en 2018, le taux de pauvreté est de 17 % dans l’ensemble de l’Union européenne.
Niveau de vie annuel moyen Seuil de pauvreté1 Taux de pauvreté
(en %)
En euros En parité de pouvoir d’achat En euros En parité de pouvoir d’achat
Allemagne 26 105 25 194 14 109 13 616 15
Autriche 28 568 26 300 15 437 14 212 13
Belgique 26 275 23 597 14 765 13 260 15
Bulgarie 5 551 11 001 2 534 5 022 23
Chypre 19 302 22 129 9 729 11 154 15
Croatie 8 089 11 884 4 384 6 440 18
Danemark 34 332 25 004 18 430 13 423 13
Espagne 17 287 18 618 9 009 9 703 21
Estonie 12 780 15 879 6 877 8 544 22
Finlande 28 061 22 965 14 927 12 217 12
France2 26 210 23 782 13 537 12 283 14
Grèce 9 382 11 179 4 917 5 859 18
Hongrie 6 568 10 505 3 511 5 616 12
Irlande 29 684 22 994 15 317 11 865 13
Italie 19 528 19 452 10 299 10 259 20
Lettonie 9 749 13 135 4 912 6 619 23
Lituanie 9 264 14 054 4 552 6 905 21
Luxembourg 42 818 34 089 21 812 17 366 18
Malte 17 246 20 879 9 212 11 153 17
Pays-Bas 27 352 24 413 14 767 13 181 13
Pologne 8 022 13 889 4 275 7 401 15
Portugal 11 786 13 642 6 014 6 961 17
Rép. tchèque 11 068 15 541 5 997 8 421 10
Roumanie 4 419 8 420 2 310 4 403 24
Slovaquie 8 523 11 026 4 872 6 302 12
Slovénie 15 236 18 016 8 440 9 980 12
Suède 26 356 21 983 14 684 12 248 17
UE (27 pays) 19 567 19 696 /// /// 17
  • /// : absence de résultat due à la nature des choses.
  • 1. Le seuil de pauvreté est ici fixé à 60 % du niveau de vie annuel médian du pays concerné.
  • 2. France métropolitaine. Les données pour la France diffèrent de celles des fiches « Niveau de vie » et « Pauvreté ». Ici, le seuil et le taux de pauvreté sont calculés à partir d’une autre source statistique et sur un champ différent, de manière à disposer de statistiques comparables entre pays européens.
  • Lecture : en 2018, le taux de pauvreté est de 17 % dans l’ensemble de l’Union européenne.
  • Champ : population des ménages.
  • Source : Eurostat, EU-SILC 2019 (extraction des données en juillet 2021).

En PPA, le seuil de pauvreté, fixé à 60 % du niveau de vie annuel médian dans chaque pays, est compris entre 11 900 € (Irlande) et 17 400 € (Luxembourg) dans les pays d’Europe du Nord (hors pays baltes) et de l’Ouest, entre 5 900 € (Grèce) et 11 200 € (Chypre et Malte) dans les pays d’Europe du Sud et entre 4 400 € (Roumanie) et 8 500 € (Estonie) dans les pays d’Europe de l’Est et les pays baltes.

En 2018, le taux de pauvreté monétaire relatif à ce seuil est de 17 % dans l’ensemble de l’UE. La pauvreté monétaire étant définie de manière relative, un niveau de vie moyen faible n’implique pas nécessairement un taux de pauvreté élevé et un niveau de vie moyen élevé ne garantit pas un taux de pauvreté faible. Ainsi, alors même que le niveau de vie moyen est relativement faible en République tchèque, en Slovaquie et en Hongrie, le taux de pauvreté y est bas (de 10 % à 12 %). La Finlande, le Danemark, l’Irlande, les Pays-Bas, l’Autriche et la France ont à la fois un niveau de vie élevé et des taux de pauvreté monétaire modérés (de 12 % à 14 %). Dans les pays du Sud, la pauvreté monétaire est particulièrement développée en Italie et en Espagne (20 % et 21 %). Elle l’est aussi dans les pays baltes, entre 21 % et 23 %. La Roumanie connaît le plus fort taux de pauvreté monétaire de l’UE avec 24 %.

Définitions

Le salaire brut inclut l’ensemble des rémunérations versées par l’employeur, y compris cotisations sociales et impôts dus par le salarié mais hors cotisations sociales patronales. Les écarts de salaires entre pays dépendent donc en partie de la répartition entre prélèvements sociaux et fiscaux, mais aussi du partage entre employeurs et salariés des prélèvements sociaux.

Le salaire en équivalent temps plein (EQTP) est calculé en prenant en compte tous les postes de travail (y compris ceux à temps partiel), au prorata de leur volume horaire de travail rapporté à celui d’un poste à temps complet.

Le niveau de vie est défini comme le revenu disponible du ménage rapporté au nombre d’unités de consommation (UC). Le niveau de vie est donc le même pour toutes les personnes d’un même ménage.

La parité de pouvoir d’achat (PPA) est un taux de conversion monétaire qui permet d’exprimer dans une unité commune les pouvoirs d’achat des différentes monnaies. Ce taux exprime le rapport entre la quantité d’unités monétaires nécessaire dans des pays différents pour se procurer le même « panier » de biens et de services.
Ce taux de conversion peut être différent du taux de change ; en effet, le taux de change d’une monnaie par rapport à une autre reflète leurs valeurs réciproques sur les marchés financiers internationaux et non leurs valeurs intrinsèques pour un consommateur.

Le seuil de pauvreté est déterminé par rapport à la distribution des niveaux de vie de l’ensemble de la population. Eurostat et les pays européens utilisent en général un seuil à 60 % de la médiane des niveaux de vie. La France privilégie également ce seuil, mais publie des taux de pauvreté selon d'autres seuils (40 %, 50 % ou 70 %), conformément aux recommandations du rapport du Cnis sur la mesure des inégalités. Un individu (ou un ménage) est considéré comme pauvre lorsqu’il vit dans un ménage dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté.

Le taux de pauvreté monétaire est le pourcentage de la population dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté.

Pour en savoir plus

Chiffres clés sur l’Europe , Eurostat, édition 2020.

« Le revenu réel des ménages par habitant en baisse dans la zone euro et en hausse dans l’UE27 », Communiqué de presse n° 72, Eurostat, avril 2020.

Définitions

Le salaire brut inclut l’ensemble des rémunérations versées par l’employeur, y compris cotisations sociales et impôts dus par le salarié mais hors cotisations sociales patronales. Les écarts de salaires entre pays dépendent donc en partie de la répartition entre prélèvements sociaux et fiscaux, mais aussi du partage entre employeurs et salariés des prélèvements sociaux.

Le salaire en équivalent temps plein (EQTP) est calculé en prenant en compte tous les postes de travail (y compris ceux à temps partiel), au prorata de leur volume horaire de travail rapporté à celui d’un poste à temps complet.

Le niveau de vie est défini comme le revenu disponible du ménage rapporté au nombre d’unités de consommation (UC). Le niveau de vie est donc le même pour toutes les personnes d’un même ménage.

La parité de pouvoir d’achat (PPA) est un taux de conversion monétaire qui permet d’exprimer dans une unité commune les pouvoirs d’achat des différentes monnaies. Ce taux exprime le rapport entre la quantité d’unités monétaires nécessaire dans des pays différents pour se procurer le même « panier » de biens et de services.
Ce taux de conversion peut être différent du taux de change ; en effet, le taux de change d’une monnaie par rapport à une autre reflète leurs valeurs réciproques sur les marchés financiers internationaux et non leurs valeurs intrinsèques pour un consommateur.

Le seuil de pauvreté est déterminé par rapport à la distribution des niveaux de vie de l’ensemble de la population. Eurostat et les pays européens utilisent en général un seuil à 60 % de la médiane des niveaux de vie. La France privilégie également ce seuil, mais publie des taux de pauvreté selon d'autres seuils (40 %, 50 % ou 70 %), conformément aux recommandations du rapport du Cnis sur la mesure des inégalités. Un individu (ou un ménage) est considéré comme pauvre lorsqu’il vit dans un ménage dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté.

Le taux de pauvreté monétaire est le pourcentage de la population dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté.