Activité touristique : impact de la crise sanitaire Covid19

Chiffres détaillés
Paru le :Paru le16/11/2022
Alice Mainguené, Pierre Girard (Insee), Barbara Castellettifont (Banque de France)
- Novembre 2022
Sommaire

Été 2022 : une fréquentation touristique au-dessus de son niveau d’avant-crise

Alice Mainguené, Pierre Girard (Insee), Barbara Castellettifont (Banque de France)

La fréquentation de juin à août 2022 dans les hôtels et campings dépasse de 3 % son niveau d’avant-crise. La clientèle résidente est nettement plus présente qu’en 2019 et demeure la principale composante du tourisme en France. Depuis juin 2022, les habitants de France métropolitaine passent davantage de nuitées dans l’hébergement marchand (hôtels, campings, locations auprès de particuliers, etc.) que dans le non-marchand (résidence secondaire, en famille ou chez des amis). La clientèle internationale est revenue aussi nombreuse qu’avant la crise sanitaire ; l’absence de touristes provenant de Chine, du Japon ou de Russie est compensée par la clientèle européenne. Les dépenses en voyages des touristes étrangers durant l’été 2022 dépassent de 7 % celles de 2019, du fait des hausses de prix, notamment dans l’hôtellerie et la restauration. Avec une fréquentation et des prix en hausse, le chiffre d’affaires augmente de 14 % dans l’hébergement et la restauration en juillet 2022, par rapport à juillet 2019.

Insee Focus

No 275

Paru le :11/10/2022

Un hébergement touristique devenu principalement marchand depuis juin 2022

En juin et juillet 2022, l’hébergement marchand (hôtels, campings, autres hébergements touristiques, notamment locations auprès de particuliers) est devenu le principal mode d’hébergement des touristes de France métropolitaine (figure 1). Le retour à ce type d’hébergement avait été amorcé à l’été 2021, principalement sur le littoral et en montagne.

Figure 1 – Nombre de nuitées marchandes et non marchandes des touristes résidents

en millions
Figure 1 – Nombre de nuitées marchandes et non marchandes des touristes résidents (en millions) - Lecture : en juillet 2022, les résidents de France métropolitaine ont passé 79,7 millions de nuitées dans de l’hébergement marchand et 62,5 millions de nuitées dans de l’hébergement non marchand.
Mois Nuitées non marchandes 2022 Nuitées non marchandes 2019 Nuitées marchandes 2022 Nuitées marchandes 2019
Janvier 33,0 35,8 17,2 12,2
Février 34,0 28,5 29,0 22,0
Mars 28,4 28,6 24,6 19,3
Avril 40,6 42,4 36,6 27,5
Mai 42,3 32,6 44,0 24,4
Juin 31,1 31,9 43,3 35,9
Juillet 62,5 58,7 79,7 57,2
Août 105,3 103,4
Septembre 44,7 36,7
Octobre 34,4 21,2
Novembre 29,9 13,0
Décembre 48,1 14,6
  • Note : les données 2022 sont provisoires.
  • Lecture : en juillet 2022, les résidents de France métropolitaine ont passé 79,7 millions de nuitées dans de l’hébergement marchand et 62,5 millions de nuitées dans de l’hébergement non marchand.
  • Champ : résidents de France métropolitaine.
  • Source : Insee, enquête Suivi de la demande touristique (SDT).

Figure 1 – Nombre de nuitées marchandes et non marchandes des touristes résidents

  • Note : les données 2022 sont provisoires.
  • Lecture : en juillet 2022, les résidents de France métropolitaine ont passé 79,7 millions de nuitées dans de l’hébergement marchand et 62,5 millions de nuitées dans de l’hébergement non marchand.
  • Champ : résidents de France métropolitaine.
  • Source : Insee, enquête Suivi de la demande touristique (SDT).

Jusqu’en juin 2022, les touristes résidents passaient leurs nuits autant en hébergement non marchand (en résidence secondaire, en famille ou chez des amis) qu’en hébergement marchand, voire davantage en dehors de la période estivale. À la levée des restrictions de déplacement, à l’été 2020, l’hébergement non marchand constituait même le principal mode d’hébergement estival des résidents.

Plus le niveau de revenu est élevé, plus les résidents partent en voyage. Les différences de taux de départ observées à l’été 2022 selon le niveau de revenu des résidents correspondent à la situation d’avant-crise.

Retour des principales clientèles internationales dans les hôtels et campings

Avec le développement de la clientèle résidente et une clientèle internationale revenue cet été, la de juin à août 2022 dans les hôtels et campings dépasse de 3 % son niveau d’avant-crise (figure 2). Les nuitées de la clientèle internationale restent deux fois moins nombreuses que celles des résidents.

Figure 2 – Nombre de nuitées passées par les clientèles résidente et internationale dans les hôtels et campings de juin à août

en millions
Figure 2 – Nombre de nuitées passées par les clientèles résidente et internationale dans les hôtels et campings de juin à août (en millions) - Lecture : en août 2022, les touristes provenant du Royaume-Uni ont passé 3,0 millions de nuitées dans les hôtels et campings français, contre 3,7 millions en août 2019.
2019 2022
Juin Juillet Août Juin Juillet Août
Ensemble des résidents 23,4 40,0 50,6 24,0 43,9 52,3
Ensemble des non-résidents, dont : 13,6 21,7 22,0 12,7 21,4 21,9
Pays-Bas 1,6 4,9 5,1 1,6 4,8 5,5
Allemagne 2,7 3,0 3,4 3,0 3,3 4,0
Belgique 1,1 3,2 2,0 1,0 3,5 2,0
Royaume-Uni 1,7 2,4 3,7 1,5 1,9 3,0
États-Unis 1,3 1,3 0,9 1,2 1,2 0,9
Suisse 0,6 1,1 0,7 0,7 1,5 0,8
Espagne 0,9 1,0 1,4 0,7 0,9 1,3
Italie 0,5 0,7 1,4 0,6 0,7 1,5
  • Note : les pays des non-résidents sont classés selon l’ordre décroissant du nombre de nuitées passées dans les hôtels et campings de juin à août 2022.
  • Lecture : en août 2022, les touristes provenant du Royaume-Uni ont passé 3,0 millions de nuitées dans les hôtels et campings français, contre 3,7 millions en août 2019.
  • Champ : France, hôtels et campings.
  • Source : Insee en partenariat avec les comités régionaux du tourisme, enquête sur la fréquentation des hébergements touristiques, estimations nationales au 7 octobre 2022.

Les fréquentations des Américains et des Britanniques, les deux principales clientèles internationales des hôtels, se sont progressivement rétablies pour revenir à leurs niveaux de juillet et août 2019. Le retour de la clientèle américaine a été aidé par un dollar renforcé face à l’euro.

Les clientèles néerlandaise, allemande et belge, principales clientèles internationales des campings depuis de nombreuses années, étaient déjà revenues à l’été 2021. Elles sont encore plus présentes durant l’été 2022. Au contraire, la clientèle britannique n’est revenue qu’à 72 % de son niveau de 2019 dans les campings.

Les autres clientèles sont presque toutes revenues durant l’été 2022, y compris celles venant de pays hors d’Europe, comme des Amériques et du Proche et Moyen-Orient. Toutefois, les clientèles russe, japonaise et surtout chinoise sont toujours manquantes. La fréquentation hôtelière de chacune de ces clientèles atteint 15 à 20 % de son niveau de l’été 2019. Ces trois clientèles étrangères représentent 1 % de la fréquentation étrangère des hôtels durant l’été 2022, contre 7 % en 2019.

La fréquentation d’avant-crise enfin retrouvée en Île-de-France

Avec le retour de la clientèle internationale et une fréquentation soutenue de la clientèle résidente, Paris et la région Île-de-France retrouvent, à partir de juin 2022, le niveau de fréquentation hôtelière de 2019 pour la première fois depuis le début de la crise sanitaire. De même, la fréquentation hôtelière dans les espaces urbains, affectés par la faible présence de touristes internationaux avant l’été 2022, revient à des niveaux comparables à 2019.

Outre les hôtels, les locations auprès de particuliers ont été plébiscitées : le nombre de commentaires laissés sur le site d'Airbnb concernant une location à Paris dépasse de beaucoup le niveau de 2019 (figure 3). Cette hausse peut en partie s’expliquer par un usage plus fréquent des commentaires, mais son ampleur indique néanmoins une très probable augmentation des locations auprès de particuliers par rapport à 2019.

Figure 3 – Nombre de commentaires laissés sur Airbnb concernant des locations situées à Paris

Figure 3 – Nombre de commentaires laissés sur Airbnb concernant des locations situées à Paris - Lecture : en mai 2022, 47 900 commentaires ont été rédigés par des personnes qui ont loué un logement ou une chambre à Paris via Airbnb.
Mois 2019 2020 2021 2022
Janvier 17 300 21 600 7 400 22 800
Février 14 400 19 400 7 400 24 400
Mars 19 600 10 700 6 900 32 900
Avril 23 500 800 5 300 41 700
Mai 23 200 1 700 9 100 47 900
Juin 30 600 4 400 13 300 51 600
Juillet 26 800 9 400 21 100 60 800
Août 20 900 9 900 23 100 48 200
Septembre 27 000 9 100 24 400
Octobre 26 600 9 900 29 700
Novembre 21 900 3 200 30 100
Décembre 18 800 6 000 27 800
  • Lecture : en mai 2022, 47 900 commentaires ont été rédigés par des personnes qui ont loué un logement ou une chambre à Paris via Airbnb.
  • Champ : ville de Paris.
  • Source : Inside Airbnb, calculs Insee.

Figure 3 – Nombre de commentaires laissés sur Airbnb concernant des locations situées à Paris

  • Lecture : en mai 2022, 47 900 commentaires ont été rédigés par des personnes qui ont loué un logement ou une chambre à Paris via Airbnb.
  • Champ : ville de Paris.
  • Source : Inside Airbnb, calculs Insee.

Les dépenses des visiteurs étrangers en augmentation de 7 %, du fait de la hausse des prix

Durant l’été 2022, les visiteurs étrangers ont dépensé 7 % de plus que durant l’été 2019 (figure 4). Cette hausse résulte de deux évolutions opposées : une hausse des prix et une baisse des volumes.

Figure 4 – Dépenses de voyages des non-résidents en France

en milliards d’euros, CVS-CJO
Figure 4 – Dépenses de voyages des non-résidents en France (en milliards d’euros, CVS-CJO) - Lecture : en juillet 2022, les non-résidents ont dépensé 5,25 milliards d’euros en France, en données corrigées des variations saisonnières (CVS) et corrigées des jours ouvrés (CJO).
Année Mois Dépenses des non-résidents en France
2019 Janvier 2019 4,52
Février 4,45
Mars 4,65
Avril 4,62
Mai 4,39
Juin 4,84
Juillet 5,21
Août 4,79
Septembre 4,87
Octobre 4,70
Novembre 4,74
Décembre 4,77
2020 Janvier2020 4,65
Février 4,61
Mars 2,94
Avril 0,77
Mai 1,18
Juin 1,48
Juillet 1,76
Août 1,85
Septembre 1,94
Octobre 2,24
Novembre 2,37
Décembre 2,58
2021 Janvier2021 2,66
Février 2,77
Mars 2,37
Avril 1,64
Mai 1,92
Juin 2,32
Juillet 2,64
Août 2,99
Septembre 3,39
Octobre 3,65
Novembre 4,09
Décembre 3,99
2022 Janvier2022 4,06
Février 4,28
Mars 4,58
Avril 4,46
Mai 4,96
Juin 5,12
Juillet 5,25
Août 5,53
  • Lecture : en juillet 2022, les non-résidents ont dépensé 5,25 milliards d’euros en France, en données corrigées des variations saisonnières (CVS) et corrigées des jours ouvrés (CJO).
  • Champ : France.
  • Source : Banque de France, Balance des paiements.

Figure 4 – Dépenses de voyages des non-résidents en France

  • Lecture : en juillet 2022, les non-résidents ont dépensé 5,25 milliards d’euros en France, en données corrigées des variations saisonnières (CVS) et corrigées des jours ouvrés (CJO).
  • Champ : France.
  • Source : Banque de France, Balance des paiements.

La hausse des prix est relativement importante à l’été 2022 dans les secteurs touristiques. L’indice des prix à la consommation dans les hôtels, motels, auberges et hébergements similaires augmente tout au long du premier semestre 2022 ; en juin-juillet-août 2022, cet indice s’établit à 13 % au-dessus du niveau des prix de la même période en 2019. Les prix à la consommation dans les restaurants, cafés et établissements similaires augmentent également pour s’établir à 8 % au-dessus des prix de juin-juillet-août 2019.

Outre l’hébergement et la restauration, la hausse des prix par rapport à l’été 2019 concerne l’ensemble des produits entrant dans les dépenses des touristes (titres de transport, achats divers, etc.). Au total, la hausse des prix dans les secteurs touristiques est supérieure à la hausse des dépenses des visiteurs étrangers. Cela signifie que, corrigée de l’inflation, la dépense des visiteurs étrangers baisse à l’été 2022 par rapport à l’été 2019. Cette baisse en volume est d’abord le fait de la baisse de la dépense totale des touristes en provenance de Chine, et dans une moindre mesure du Japon et de Russie, que ne compense pas la hausse des dépenses des voyageurs venant d’Europe et des États-Unis.

Hausse du chiffre d’affaires dans l’hébergement et la restauration

Le chiffre d’affaires de l’été 2022 progresse au moins au même rythme, sinon davantage, que les prix dans l’hébergement-restauration par rapport à l’été 2019. Cette hausse de l’activité en volume serait imputable au tourisme des résidents, étant donné la baisse de dépenses des étrangers en volume. La nette hausse de la dépense des résidents en hébergement et restauration, mesurée par leurs achats en cartes bancaires CB, conforte cette hypothèse (figure 5).

Figure 5 – Évolution des montants de transaction par cartes bancaires CB et indicateurs de chiffre d’affaires dans l’hébergement et la restauration, par rapport à 2019

en %
Figure 5 – Évolution des montants de transaction par cartes bancaires CB et indicateurs de chiffre d’affaires dans l’hébergement et la restauration, par rapport à 2019 (en %) - Lecture : en juillet 2022, les montants de transaction par cartes bancaires CB dans les secteurs de l’hébergement et de la restauration sont 5,4 % supérieurs à ceux de juillet 2019. L’indice de chiffre d’affaires de ces secteurs augmente quant à lui de 13,9 %.
Année Mois Cartes bancaires CB Indice de chiffre d’affaires
2020 Janvier 7,2 8,3
Février 6,2 3,8
Mars – 40,0 – 49,1
Avril – 82,5 – 82,2
Mai – 68,4 – 72,7
Juin – 15,6 – 37,2
Juillet 3,4 – 19,6
Août 10,6 – 9,8
Septembre – 1,5 – 16,7
Octobre – 11,6 – 25,7
Novembre – 60,1 – 60,5
Décembre – 55,0 – 54,2
2021 Janvier – 55,8 – 55,4
Février – 57,9 – 56,0
Mars – 54,5 – 56,0
Avril – 61,1 – 60,3
Mai – 35,6 – 42,0
Juin 8,3 – 14,9
Juillet 13,3 – 2,5
Août 11,0 2,0
Septembre 2,7 – 0,5
Octobre 1,3 1,9
Novembre 7,3 1,0
Décembre – 2,3 – 3,2
2022 Janvier – 1,6 – 5,7
Février 2,5 4,1
Mars 9,0 8,5
Avril 0,9 13,6
Mai 20,3 22,9
Juin 13,7 17,3
Juillet 5,4 13,9
Août 12,4
  • Lecture : en juillet 2022, les montants de transaction par cartes bancaires CB dans les secteurs de l’hébergement et de la restauration sont 5,4 % supérieurs à ceux de juillet 2019. L’indice de chiffre d’affaires de ces secteurs augmente quant à lui de 13,9 %.
  • Champ : France, secteurs de l’hébergement et de la restauration.
  • Sources : Insee, indice de chiffre d’affaires ; données Cartes Bancaires CB, échantillon sur base mensuelle, calculs Insee.

Figure 5 – Évolution des montants de transaction par cartes bancaires CB et indicateurs de chiffre d’affaires dans l’hébergement et la restauration, par rapport à 2019

  • Lecture : en juillet 2022, les montants de transaction par cartes bancaires CB dans les secteurs de l’hébergement et de la restauration sont 5,4 % supérieurs à ceux de juillet 2019. L’indice de chiffre d’affaires de ces secteurs augmente quant à lui de 13,9 %.
  • Champ : France, secteurs de l’hébergement et de la restauration.
  • Sources : Insee, indice de chiffre d’affaires ; données Cartes Bancaires CB, échantillon sur base mensuelle, calculs Insee.

Sources

L'enquête de fréquentation dans les hébergements touristiques a pour objectif l'observation conjoncturelle de la fréquentation et l'étude de la structure de la clientèle, notamment de son origine géographique. Elle couvre trois types d’établissements : les hôtels, les campings et les autres hébergements collectifs de tourisme (auberges de jeunesse, centres internationaux de séjour, centres sportifs, résidences de tourisme et résidences hôtelières, maisons familiales de vacances et villages de vacances).

L’enquête portant sur le suivi de la demande touristique (SDT) donne une estimation du nombre de nuitées passées par les résidents dans l’ensemble des hébergements en France métropolitaine, dans les départements d’outre-mer et à l’étranger.

Les indices de chiffre d'affaires (ICA) permettent de mesurer mensuellement, et de façon précoce, l'évolution de l'activité (en valeur) des entreprises relevant des secteurs concernés. Ils représentent à ce titre une information essentielle pour le suivi du cycle conjoncturel. Les indices de chiffre d'affaires sont calculés par l'Insee à partir d'une source fiscale (le formulaire CA3), que les entreprises remplissent tous les mois pour le paiement de la TVA .

Les données de transactions par cartes bancaires CB proviennent de Cartes Bancaires CB et couvrent l’essentiel des transactions par cartes bancaires des résidents en France. Elles sont issues d’une extraction de transactions anonymisées et agrégées à l’échelle départementale afin de respecter les exigences de confidentialité. Elles comportent trois limites dans leur interprétation : la date de transaction CB peut être anticipée par rapport à la date réelle de la nuit passée en hôtel, les hausses de transactions peuvent traduire de plus grands recours aux cartes bancaires CB et elles ne couvrent pas, par définition, les dépenses des touristes étrangers séjournant en France. Elles apportent néanmoins un éclairage complémentaire aux enquêtes de l’Insee.

Définitions

Le taux d’occupation est le rapport du nombre de chambres occupées au nombre de chambres effectivement offertes sur une période donnée (c’est-à-dire en excluant les fermetures saisonnières).

La fréquentation en nuitées correspond au nombre total de nuits passées par les clients dans un établissement touristique. Un couple séjournant trois nuits dans un établissement compte pour six nuitées, de même que six personnes ne séjournant qu’une nuit.

Le taux d’ouverture des hôtels est le nombre d’hôtels déclarés ouverts, rapporté au nombre total d’hôtels sur une période donnée.

Les résidents sont les personnes, quelle que soit leur nationalité, qui ont leur domicile principal en France.

Le secteur « hébergement et restauration » : un secteur regroupe des entreprises de fabrication, de commerce ou de service qui ont la même activité principale (au regard de la nomenclature d'activité économique considérée). L'activité d'un secteur n'est donc pas tout à fait homogène et comprend des productions ou services secondaires qui relèveraient d'autres items de la nomenclature que celui du secteur considéré.

Le secteur « hébergement et restauration » appartient au secteur tertiaire principalement marchand.

Pour en savoir plus

Vigneau S., « Fort rebond des déplacements touristiques en 2021 mais les déplacements professionnels ou à l’étranger restent très en deça de l’avant-crise », Insee Focus n° 276, octobre 2022.

Chassard M., Mainguené A., « La consommation touristique en France chute d’un tiers entre 2019 et 2020 », Insee Focus n° 262, février 2022.

Dangerfield O., Mainguené A., « Été 2021 : la fréquentation touristique retrouve des couleurs grâce aux résidents », Insee Première n° 1880, novembre 2021.

Le Gallo (F.), Schmitt (K.) (2021), « Ouvrir dans un nouvel ongletÉté 2021 : un regain des échanges internationaux de voyages de la France », Bloc-notes éco de la Banque de France, billet n° 231, publié le 07/10/2021.

Banque de France (2022), « Ouvrir dans un nouvel ongletLa balance des paiements et la position extérieure de la France », Rapport annuel 2021, fiche thématique n° 1 « Services de voyages en 2021 : une reprise en demi-teinte ».

Sources

Enquête mensuelle de fréquentation touristique

L’enquête mensuelle de fréquentation touristique conduite par l’Insee auprès des hébergements collectifs de tourisme a été suspendue en mars 2020 compte tenu de la crise sanitaire liée à la Covid-19. Un dispositif d’enquête allégée a été mis en place d’avril à juin 2020 uniquement pour les hôtels, permettant de disposer d’un nombre restreint d’indicateurs et de connaître le type de personnes hébergées (touristes, personnels soignants, personnes confinées, personnes placées par les services sociaux du type Samu social).

Les données du premier trimestre 2020 ont été produites dans le contexte très particulier de la crise sanitaire. À partir du 18 mars, l'enquête de fréquentation touristique a été suspendue. De ce fait, seules les réponses spontanées des hébergements ont été prises en compte, les services d'enquêtes n'étant plus en capacité de relancer les hébergements.

L’enquête mensuelle de fréquentation touristique a été remise en œuvre en juillet 2020.

 

Chiffre d'affaires

Les résultats sont construits à partir d’une source fiscale, le formulaire « CA3 », que les entreprises remplissent pour le paiement de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA). Ce formulaire comprend le chiffre d’affaires hors TVA, toutes activités confondues, de l’entreprise déclarante, classée selon son activité principale.

Au niveau national l'Insee diffuse mensuellement des indices de chiffres, pour plus d'information consulter : https://www.insee.fr/fr/metadonnees/source/indicateur/p1669/description et https://www.insee.fr/fr/statistiques/4772485

Pour les niveaux régionaux et départementaux, les résultats sont construits à partir des unités légales dites mono-régionales (resp. monodépartementales), c'est-à-dire dont tous les établissements constituant cette unité sont situés dans la même région (resp. dans le même département). Ils sont ventilés selon les activités : 100 % touristiques, autres activités touristiques et non touristiques.

Les séries régionales et départementales concernent les unités légales monorégionales et monodépartementales pérennes de 2017 à 2021, les secteurs d'étude sont :

  • L'hôtellerie, comprenant les unités relevant des codes NAF "5510Z - Hôtels et hébergement similaire" et "5520Z - Hébergement touristique et autres services d'hébergement de courte durée" ;
  • L’hôtellerie de plein air, comprenant les unités relevant du code NAF "5530Z - Terrains de campings et parcs pour caravances ou véhicules de loisirs" ;
  • La restauration, comprenant les unités relevant du code NAF "5610A - Restauration traditionnelle", 5610B - Cafétérias et autres libres-services" et "5610C - restauration de type rapide".

On élimine les unités qui ont changé de secteur sur la période.

Les séries nationales portent également sur ces 3 secteurs d'étude mais sans condition sur la pérennité, la régionalité et le changement de secteur d'activité.

 

Cartes bancaires

L’évolution des achats opérés peut être appréciée par les données de transactions par carte bancaire. Les données utilisées concernent tout détenteur de Carte Bancaire CB sur le territoire français, ce qui, outre les ménages, peut recouvrir aussi des entreprises. Ces données ne recouvrent pas les transactions réalisées par d’autres moyens de paiement (espèces, chèque, ticket restaurant, etc.). De plus, à l’inverse des données utilisées à l’échelle nationale, notamment dans l’estimation de la perte de consommation des ménages, les données départementales intègrent certaines transactions non assimilables à de la consommation (dons à des associations, achat de timbres fiscaux, etc.). Enfin, les transactions à distance (notamment celles sur internet) ne sont pas prises en compte dans les données départementales (données régionales pour la Corse).

La nomenclature d’activités utilisée sur les données de carte bancaire CB (nomenclature MCC, Merchant Category Code) ne coïncide pas avec la NAF. En outre, il n’existe pas de définition précise de ce que serait un « secteur tourisme », les activités touristiques étant transverses, ce qui complique leur mesure. Pour les données de transactions bancaires, ce seront vingt-cinq items de la nomenclature MCC qui seront agrégés pour approcher les activités touristiques, recouvrant des activités parfois purement touristiques (échoppes de souvenirs et cartes postales, expositions touristiques, parcs d’attractions…), et des activités qui en dépendent partiellement (restauration et bars notamment).

 

 

Activité partielle

Le dispositif de l’activité partielle (dénomination légale du chômage partiel) permet aux établissements confrontés à des difficultés temporaires de diminuer ou de suspendre leur activité tout en assurant aux salariés une indemnisation égale à 70 % du salaire brut (environ 84 % du net) pour compenser leur perte de salaire. Tous les salariés de droit privé sont concernés, y compris dans les entreprises publiques. Les indemnités d’activité partielle sont remboursées intégralement par l'État et l'Unédic, jusqu’à un plafond de 70 % de 4,5 Smic. Les demandes d’indemnisation sont déposées par les entreprises auprès de la Direccte.

Les arrêts de travail pour maladie sont pris en charge par l’Assurance maladie. Au début du confinement, l’Assurance maladie finance également le dispositif exceptionnel des arrêts de travail dérogatoires pour garde d’enfant (ou pour les personnes vulnérables), lorsque le télétravail est impossible. À partir du 1er mai, les salariés en situation de garde d’enfant ou les personnes vulnérables basculent vers le dispositif d’activité partielle, dans la mesure où ils sont toujours dans l’impossibilité d’exercer leur activité professionnelle.

Ces indicateurs sont calculés à partir de la Déclaration Sociale Nominative (DSN). La DSN remplace la majorité des déclarations sociales imposées aux entreprises en automatisant leur transmission à partir des données de paie. La DSN regroupe des informations sur les établissements et les salariés. Elle est renseignée chaque mois par les entreprises et contient des informations relatives aux salariés de droit privé, notamment sur l’activité partielle et les arrêts de travail.

 

Définitions

Le taux d’occupation est le rapport du nombre de chambres occupées au nombre de chambres effectivement offertes sur une période donnée (c’est-à-dire en excluant les fermetures saisonnières).

La fréquentation en nuitées correspond au nombre total de nuits passées par les clients dans un établissement touristique. Un couple séjournant trois nuits dans un établissement compte pour six nuitées, de même que six personnes ne séjournant qu’une nuit.

Le taux d’ouverture des hôtels est le nombre d’hôtels déclarés ouverts, rapporté au nombre total d’hôtels sur une période donnée.

Les résidents sont les personnes, quelle que soit leur nationalité, qui ont leur domicile principal en France.

Le secteur « hébergement et restauration » : un secteur regroupe des entreprises de fabrication, de commerce ou de service qui ont la même activité principale (au regard de la nomenclature d'activité économique considérée). L'activité d'un secteur n'est donc pas tout à fait homogène et comprend des productions ou services secondaires qui relèveraient d'autres items de la nomenclature que celui du secteur considéré.

Le secteur « hébergement et restauration » appartient au secteur tertiaire principalement marchand.