Revenus et patrimoine des ménagesÉdition 2021

L'Insee présente avec Revenus et patrimoine des ménages les principaux indicateurs et des analyses sur les inégalités monétaires, la pauvreté et le patrimoine des ménages.

Insee Références
Paru le : Paru le 27/05/2021
Les revenus et le patrimoine des ménages - Mai 2021
Consulter
Sommaire

Niveau de vie et pauvreté des femmes et des hommes

Insee Références

Paru le : 27/05/2021

En 2018, les femmes en activité perçoivent des revenus individuels annuels inférieurs en moyenne de 25 % à ceux des hommes (figure 1). Leurs revenus individuels sont entre 20 % et 25 % inférieurs à ceux des hommes sur la quasi-totalité de l’échelle des niveaux de vie. Pour les plus hauts revenus, les écarts sont plus marqués : le 95ᵉ centile des revenus des femmes équivaut à 68 % de celui des hommes. Contrairement aux années précédentes, en 2018, les revenus des femmes actives sont moins dispersés que ceux des hommes actifs (rapport interdécile de 7,7 contre 8,3 pour les hommes).

Figure 1 - Distribution des revenus individuels annuels nets selon le sexe en 2018

Figure 1 - Distribution des revenus individuels annuels nets selon le sexe en 2018 - Lecture : en 2018, les femmes actives disposent de revenus individuels en moyenne de 21 040 euros par an correspondant à 0,75 fois ceux des hommes actifs (28 100 euros par an).
Actifs Retraités
Revenu individuel annuel net (en euros) Rapport femmes/hommes Revenu individuel annuel net (en euros) Rapport femmes/hommes
Femmes Hommes Femmes Hommes
Moyenne 21 040 28 100 0,75 16 310 22 980 0,71
1ᵉʳ décile (D1) 4 770 5 990 0,80 5 020 10 730 0,47
2ᵉ décile (D2) 10 000 13 280 0,75 8 550 13 780 0,62
3ᵉ décile (D3) 13 690 17 220 0,80 10 720 16 060 0,67
4ᵉ décile (D4) 16 490 20 050 0,82 12 890 17 940 0,72
Médiane (D5) 18 700 22 890 0,82 15 010 19 980 0,75
6ᵉ décile (D6) 21 130 25 940 0,81 17 080 22 340 0,76
7ᵉ décile (D7) 24 060 30 000 0,80 19 770 25 070 0,79
8ᵉ décile (D8) 28 610 36 350 0,79 22 760 29 270 0,78
9ᵉ décile (D9) 36 850 49 460 0,75 28 200 37 550 0,75
95ᵉ centile  46 270 67 710 0,68 33 360 47 240 0,71
Rapport interdécile D9/D1 7,7 8,3 /// 5,6 3,5 ///
  • /// : absence de résultat due à la nature des choses.
  • Lecture : en 2018, les femmes actives disposent de revenus individuels en moyenne de 21 040 euros par an correspondant à 0,75 fois ceux des hommes actifs (28 100 euros par an).
  • Champ : France métropolitaine, personnes vivant dans un ménage dont le revenu déclaré est positif ou nul et dont la personne de référence n'est pas étudiante.
  • Sources : Insee-DGFiP-Cnaf-Cnav-CCMSA, enquête Revenus fiscaux et sociaux (ERFS) 2018.

Si les revenus individuels des femmes sont plus faibles que ceux des hommes, cela résulte en partie de durées de travail en moyenne plus courtes : 29 % des femmes en emploi sont à temps partiel, choisi ou subi, contre 8 % des hommes. Elles sont au total dans l’année 14 % de moins en emploi en équivalent temps plein que les hommes. Les femmes ont par ailleurs un salaire horaire plus faible que celui des hommes, ce qui s’explique en partie par le secteur d’activité dans lequel elles travaillent, la nature des postes, l’expérience professionnelle ou encore les interruptions de carrière.

Les femmes retraitées ont également des revenus individuels inférieurs à ceux des hommes retraités : de 29 % en moyenne et jusqu’à 53 % pour le 1ᵉʳ décile des revenus. Les femmes actuellement à la retraite ont cotisé en moyenne moins longtemps que les hommes et sur des salaires plus faibles.

En passant du revenu individuel au niveau de vie, les différences entre les femmes et les hommes s’atténuent nettement : les femmes disposent d’un niveau de vie annuel moyen inférieur de 4 % à celui des hommes (figure 2). Les revenus du conjoint ou les revenus du ménage (revenus du patrimoine, prestations sociales) peuvent en effet compenser de faibles revenus individuels. Lorsqu’elles vivent seules, les femmes de moins de 65 ans disposent d’un niveau de vie annuel inférieur de 5 % à celui des hommes. En revanche, les écarts de niveau de vie selon le genre sont importants parmi les familles monoparentales : le niveau de vie moyen des mères isolées est inférieur de 20 % à celui des pères isolés, par ailleurs quatre fois moins nombreux.

Figure 2 - Niveau de vie et pauvreté selon le type de ménage en 2018

Figure 2 - Niveau de vie et pauvreté selon le type de ménage en 2018 - Lecture : en 2018, 6 008 000 personnes de moins de 65 ans vivent seules. Leur niveau de vie est en moyenne de 22 290 euros par an. 1 216 000 d’entre elles, soit 20,2 %, sont pauvres.
Niveau de vie annuel (en euros) Nombre de personnes (en milliers) Pauvreté
Moyenne Médiane Taux de pauvreté (en %) Nombre de personnes pauvres (en milliers)
La personne de référence du ménage a moins de 65 ans 24 390 21 070 49 362 16,4 8 103
Personne seule 22 290 18 940 6 008 20,2 1 216
Femme active 22 480 19 670 2 051 15,7 322
Homme actif 23 710 20 410 2 648 16,6 440
Femme inactive 17 290 14 750 647 31,4 203
Homme inactif¹ 16 400 13 860 661 38,0 251
Familles monoparentales 16 930 15 140 6 414 35,3 2 266
Mère inactive 12 390 10 870 1 169 70,2 820
Mère active 17 240 15 600 4 029 29,8 1 200
Père actif ou inactif 20 240 18 200 1 216 20,2 245
Couple² 26 330 22 850 34 927 11,8 4 111
Couple d'actifs, avec ou sans enfants 27 980 24 340 25 192 6,1 1 527
Femme active - homme inactif, avec ou sans enfant 23 140 20 610 2 059 16,3 335
Femme inactive - homme actif, avec ou sans enfant 22 010 16 150 5 817 28,9 1 682
Couple d'inactifs, avec ou sans enfants 21 040 18 350 1 859 30,6 568
Autre type de ménage 20 650 18 100 2 013 25,3 510
La personne de référence du ménage a 65 ans ou plus 25 600 21 830 13 778 8,9 1 224
Personne seule 22 530 19 090 4 509 14,3 647
Femme 21 620 18 760 3 236 14,6 472
Homme 24 830 19 980 1 273 13,7 175
Couple 27 410 23 410 8 197 6,2 509
Autre type de ménage 24 650 22 000 1 072 6,4 69
Ensemble 24 650 21 250 63 140 14,8 9 327
Femmes 24 130 20 930 32 562 15,2 4 957
Hommes 25 200 21 650 30 578 14,3 4 370
  • 1. Un ménage au profil atypique, avec un niveau de vie extrême, modifiant substantiellement le niveau de vie moyen, est exclu du champ des hommes inactifs de moins de 65 ans.
  • 2. Sont considérés comme enfants, les enfants célibataires de la personne de référence ou de son conjoint sans limite d'âge.
  • Lecture : en 2018, 6 008 000 personnes de moins de 65 ans vivent seules. Leur niveau de vie est en moyenne de 22 290 euros par an. 1 216 000 d’entre elles, soit 20,2 %, sont pauvres.
  • Champ : France métropolitaine, personnes vivant dans un ménage dont le revenu déclaré est positif ou nul et dont la personne de référence n'est pas étudiante.
  • Sources : Insee-DGFiP-Cnaf-Cnav-CCMSA, enquête Revenus fiscaux et sociaux (ERFS) 2018.

Les différences de niveau de vie se répercutent directement sur les taux de pauvreté. Les femmes sont plus souvent en situation de pauvreté que les hommes (15,2 % contre 14,3 %). Les femmes adultes sont plus touchées par la pauvreté quel que soit l’âge (figure 3). Entre 18 et 49 ans, les écarts de taux de pauvreté sont compris entre 1,9 et 3,8 points. Ces différences s’expliquent principalement par un nombre plus important de mères isolées qui ont des taux de pauvreté très élevés (29,8 % quand elles sont actives et même 70,2 % quand elles sont inactives). Chez les seniors (hors ceux vivant en institution, Ehpad, maisons de retraite, hôpitaux de long séjour, etc.), le taux de pauvreté des femmes augmente fortement autour de 75 ans : le taux de pauvreté des femmes de 75 ans ou plus est plus élevé que celui des femmes de 65 à 74 ans. C’est l’inverse chez les hommes. En effet, le décès du conjoint, l’homme décédant souvent le premier, peut entraîner une dégradation de la situation financière des femmes, en particulier pour les anciennes générations pour lesquelles l’activité féminine était moins répandue ; beaucoup de femmes ne touchent alors qu’une pension de réversion. Ainsi, à partir de 75 ans, le taux de pauvreté est nettement plus important pour les femmes (10,1 % contre 6,6 % pour les hommes).

Figure 3 - Pauvreté selon l'âge et le sexe en 2018

Figure 3 - Pauvreté selon l'âge et le sexe en 2018 - Lecture : 20,6 % des femmes de 18 à 29 ans sont pauvres (soit 846 000 personnes). 18,7 % des hommes du même âge le sont (soit 776 000 personnes).
Femmes Hommes
Nombre de personnes pauvres (en milliers) Taux de pauvreté (en %) Nombre de personnes pauvres (en milliers) Taux de pauvreté (en %)
Moins de 18 ans 1 400 20,5 1 528 21,5
18 à 29 ans 846 20,6 776 18,7
30 à 39 ans 617 15,1 435 11,3
40 à 49 ans 644 15,3 525 12,8
50 à 64 ans 795 12,5 695 11,7
65 à 74 ans 320 8,7 265 8,2
75 ans ou plus 335 10,1 147 6,6
Ensemble 4 957 15,2 4 370 14,3
  • Lecture : 20,6 % des femmes de 18 à 29 ans sont pauvres (soit 846 000 personnes). 18,7 % des hommes du même âge le sont (soit 776 000 personnes).
  • Champ : France métropolitaine, personnes vivant dans un ménage dont le revenu déclaré est positif ou nul et dont la personne de référence n'est pas étudiante.
  • Sources : Insee-DGFiP-Cnaf-Cnav-CCMSA, enquête Revenus fiscaux et sociaux (ERFS) 2018.

Définitions


Revenu individuel : il comprend les traitements et salaires, les indemnités chômage, les retraites, les pensions alimentaires et les revenus d’indépendants. Il est net de CSG et CRDS.


Rapport interdécile : rapport du 9ᵉ décile au 1ᵉʳ décile (D9/D1). Il met en évidence l’écart entre le revenu (ou le niveau de vie) plancher des 10 % des ménages les plus aisés et le revenu plafond des 10 % des ménages les plus modestes.


Décile : si l’on ordonne une distribution de revenus, de niveaux de vie, de patrimoines, etc., les déciles (notés généralement D1 à D9) sont les valeurs qui partagent cette distribution en 10 parties d’effectifs égaux. Les centiles (notés généralement C1 à C99) la partagent en 100 parties d’effectifs égaux et les quartiles (Q1 à Q3) en 4 parties. La médiane (D5, C50 ou Q2) partage la population en deux sous‑populations égales. Ainsi, le neuvième décile (D9) est le seuil en‑dessous duquel se situent 90 % de la population ; le quatre‑vingt‑quinzième centile (C95) est le seuil en‑dessous duquel se situent 95 % de la population. Les individus ainsi classés appartiennent à des dixièmes de niveau de vie : les 10 % les plus modestes constituent le premier dixième.


Niveau de vie : revenu disponible du ménage rapporté au nombre d’unités de consommation (UC). Le niveau de vie est donc le même pour toutes les personnes d’un même ménage.

Pour en savoir plus

« Écarts de rémunération femmes hommes : surtout l’effet du temps de travail et de l’emploi occupé », Insee Première n° 1803, juin 2020.

« Femmes et hommes, l’égalité en question », coll. « Insee Références », édition 2017.

Définitions