Revenus et patrimoine des ménagesÉdition 2021

L'Insee présente avec Revenus et patrimoine des ménages les principaux indicateurs et des analyses sur les inégalités monétaires, la pauvreté et le patrimoine des ménages.

Insee Références
Paru le : Paru le 27/05/2021
Les revenus et le patrimoine des ménages - Mai 2021
Consulter
Sommaire

1.9 Évolution du niveau de vie depuis 1970

Insee Références

Paru le : 27/05/2021

Depuis 1970, en France métropolitaine, le niveau de vie (en euros constants) des personnes a régulièrement augmenté jusqu’à la crise de 2008-2009. Cette hausse a été prononcée dans les années 1970 et, dans une moindre mesure, entre 1997 et 2002.

Durant la première moitié des années 1970, la progression du niveau de vie est particulièrement forte, dans la continuité des Trente glorieuses. Après le premier choc pétrolier de 1974, son rythme s’atténue un peu mais reste soutenu (figure 1). La hausse du niveau de vie profite à l’ensemble de la population, mais plus encore aux personnes les plus modestes : la hausse moyenne du niveau de vie médian atteint 4,0 % par an en euros constants sur la période 1970-1979, et elle excède celle du niveau de vie moyen (+ 3,4 %). Les bas revenus ont bénéficié d’un rattrapage : les hausses du Smic et du minimum vieillesse ont été fortes et de nouvelles générations de retraités sont arrivées avec des carrières professionnelles plus longues et titulaires de droits plus élevés. En conséquence, les inégalités de niveau de vie se sont réduites au cours de cette décennie : l’indice de Gini passe de 0,329 en 1970 à 0,293 en 1979 (figure 2).

Figure 1 - Niveaux de vie depuis 1970

en euros 2018
Figure 1 - Niveaux de vie depuis 1970 (en euros 2018 )
Y compris revenus financiers et prestations hors champ Hors revenus financiers et prestations hors champ (dont AAH)
1ᵉʳ décile de niveau de vie (D1) Niveau de vie médian (D5) Niveau de vie moyen 9ᵉ décile de niveau de vie (D9) 1ᵉʳ décile de niveau de vie (D1) Niveau de vie médian (D5) Niveau de vie moyen 9ᵉ décile de niveau de vie (D9)
1970 4 860 10 390 12 510 22 270
1975 6 160 12 960 15 100 25 770
1979 7 650 14 820 16 960 27 920
1984 8 160 15 350 17 510 28 930
1990 8 560 16 230 18 350 30 010
1996 9 380 17 820 20 230 32 800 8 440 16 570 18 570 30 630
1997 9 430 17 850 20 310 32 820 8 510 16 600 18 620 30 680
1998 9 830 18 230 20 780 33 470 8 760 16 980 19 040 31 210
1999 10 060 18 500 21 380 34 530 9 060 17 380 19 600 31 930
2000 10 220 18 840 21 880 35 600 9 200 17 770 20 040 32 830
2001 10 570 19 310 22 420 36 080 9 520 18 220 20 530 33 390
2002 10 930 19 800 22 940 36 930 9 890 18 680 20 940 33 950
2003 10 890 19 750 22 810 36 330 9 760 18 670 20 910 33 670
2004 10 920 19 670 22 800 35 900 9 850 18 650 20 980 33 380
2005 10 940 19 990 23 060 36 480 9 890 18 970 21 090 34 050
2006 11 080 20 280 23 630 37 600 10 010 19 170 21 510 34 760
2007 11 300 20 710 24 010 38 090 10 180 19 520 21 810 34 930
2008 11 550 21 050 24 490 38 860 10 390 19 890 22 270 35 890
2009 11 420 21 130 24 510 39 140 10 310 19 990 22 360 36 180
2010 11 260 21 020 24 620 39 000 10 100 19 960 22 460 36 110
2011 11 170 21 030 24 720 39 840 10 030 19 870 22 430 36 640
2012 11 040 20 830 24 400 39 080 9 890 19 720 22 270 36 130
2013 11 190 20 780 23 970 38 390 10 080 19 700 22 110 35 760
2014 11 160 20 830 23 970 38 140 10 080 19 870 22 160 35 790
2015 11 190 20 930 24 170 38 670 10 070 20 010 22 450 36 320
2016 11 360 21 120 24 260 38 660 10 140 20 220 22 700 36 640
2017 11 390 21 190 24 350 38 900 10 250 20 340 22 840 36 780
2018 11 210 21 250 24 650 39 130 10 230 20 500 23 060 37 120
  • Note : les comparaisons sur longue période ne peuvent se faire que sur un champ restreint. Les données sur les revenus financiers et certaines prestations (allocation aux adultes handicapés, prestation d’accueil du jeune enfant, allocation d’éducation de l’enfant handicapé et allocation de soutien familial) ne sont en effet pas disponibles avant 1996.
  • En 1970, le périmètre de revenus est plus restreint que sur la période 1975-2018 car l’ERF ne contient pas de données relatives à la taxe d’habitation (intitulée alors « contribution mobilière ») et à l’allocation de logement familiale (ALF).
  • Pour assurer une comparaison temporelle sans ruptures de série (en 1996, 2010 et 2012), les données ont été rétropolées de 1975 à 2011.
  • Champ : France métropolitaine, individus vivant dans un ménage dont le revenu déclaré est positif ou nul et dont la personne de référence n'est pas étudiante.
  • Sources : Insee-DGI, enquêtes revenus fiscaux 1970 à 1990 ; Insee-DGI, enquêtes Revenus fiscaux et sociaux rétropolées de 1996 à 2004 ; Insee-DGFiP-Cnaf-Cnav-CCMSA, enquêtes Revenus fiscaux et sociaux 2005 à 2018.

Figure 1 - Niveaux de vie depuis 1970

  • Note : les comparaisons sur longue période ne peuvent se faire que sur un champ restreint. Les données sur les revenus financiers et certaines prestations (allocation aux adultes handicapés, prestation d’accueil du jeune enfant, allocation d’éducation de l’enfant handicapé et allocation de soutien familial) ne sont en effet pas disponibles avant 1996.
  • En 1970, le périmètre de revenus est plus restreint que sur la période 1975-2018 car l’ERF ne contient pas de données relatives à la taxe d’habitation (intitulée alors « contribution mobilière ») et à l’allocation de logement familiale (ALF).
  • Pour assurer une comparaison temporelle sans ruptures de série (en 1996, 2010 et 2012), les données ont été rétropolées de 1975 à 2011.
  • Champ : France métropolitaine, individus vivant dans un ménage dont le revenu déclaré est positif ou nul et dont la personne de référence n'est pas étudiante.
  • Sources : Insee-DGI, enquêtes revenus fiscaux 1970 à 1990 ; Insee-DGI, enquêtes Revenus fiscaux et sociaux rétropolées de 1996 à 2004 ; Insee-DGFiP-Cnaf-Cnav-CCMSA, enquêtes Revenus fiscaux et sociaux 2005 à 2018.

Figure 2 - Indicateurs d’inégalités de niveau de vie depuis 1970

Figure 2 - Indicateurs d’inégalités de niveau de vie depuis 1970 ( )
Y compris revenus financiers et prestations hors champ Hors revenus financiers et prestations hors champ (dont AAH)
Rapport interdécile D9/D1 Rapport interquintile des masses (100-S80)/S20 Indice de Gini Rapport interdécile D9/D1 Rapport interquintile des masses (100-S80)/S20 Indice de Gini
1970 4,58 5,43 0,329
1975 4,08 5,04 0,313
1979 3,56 4,45 0,293
1984 3,45 4,35 0,288
1990 3,42 4,16 0,280
1996 3,50 4,18 0,282 3,63 4,32 0,283
1997 3,48 4,18 0,281 3,61 4,30 0,282
1998 3,40 4,09 0,279 3,56 4,26 0,281
1999 3,43 4,21 0,286 3,52 4,22 0,281
2000 3,48 4,24 0,289 3,57 4,30 0,283
2001 3,41 4,23 0,288 3,51 4,28 0,283
2002 3,38 4,12 0,284 3,43 4,14 0,276
2003 3,34 4,11 0,283 3,45 4,15 0,276
2004 3,29 4,11 0,283 3,39 4,14 0,277
2005 3,33 4,28 0,289 3,44 4,19 0,276
2006 3,39 4,34 0,293 3,47 4,30 0,283
2007 3,37 4,31 0,292 3,43 4,29 0,281
2008 3,36 4,33 0,292 3,45 4,26 0,279
2009 3,43 4,36 0,293 3,51 4,35 0,283
2010 3,46 4,56 0,302 3,58 4,51 0,290
2011 3,57 4,64 0,305 3,65 4,54 0,291
2012 3,54 4,60 0,302 3,65 4,57 0,292
2013 3,43 4,32 0,288 3,55 4,37 0,284
2014 3,42 4,32 0,289 3,55 4,50 0,286
2015 3,46 4,35 0,292 3,61 4,45 0,288
2016 3,40 4,26 0,288 3,61 4,46 0,288
2017 3,42 4,32 0,289 3,59 4,44 0,287
2018 3,49 4,45 0,298 3,63 4,60 0,293
  • Note : les données sur les revenus financiers et certaines prestations (allocation aux adultes handicapés, prestation d’accueil du jeune enfant, allocation d’éducation de l’enfant handicapé et allocation de soutien familial) ne sont en effet pas disponibles avant 1996.
  • En 1970, le périmètre de revenus est plus restreint que sur la période 1975-2018 car l’ERF de 1970 ne contient pas de données relatives à la taxe d’habitation (intitulée alors « contribution mobilière ») et à l’allocation de logement familiale (ALF).
  • Pour assurer une comparaison temporelle sans ruptures de série (en 1996, 2010 et 2012), les données ont été rétropolées de 1975 à 2011.
  • Champ : France métropolitaine, individus vivant dans un ménage dont le revenu déclaré est positif ou nul et dont la personne de référence n'est pas étudiante.
  • Sources : Insee-DGI, enquêtes revenus fiscaux 1970 à 1990 ; Insee-DGI, enquêtes Revenus fiscaux et sociaux rétropolées de 1996 à 2004 ; Insee-DGFiP-Cnaf-Cnav-CCMSA, enquêtes Revenus fiscaux et sociaux 2005 à 2018.

Figure 2 - Indicateurs d’inégalités de niveau de vie depuis 1970

  • Note : les données sur les revenus financiers et certaines prestations (allocation aux adultes handicapés, prestation d’accueil du jeune enfant, allocation d’éducation de l’enfant handicapé et allocation de soutien familial) ne sont en effet pas disponibles avant 1996.
  • En 1970, le périmètre de revenus est plus restreint que sur la période 1975-2018 car l’ERF de 1970 ne contient pas de données relatives à la taxe d’habitation (intitulée alors « contribution mobilière ») et à l’allocation de logement familiale (ALF).
  • Pour assurer une comparaison temporelle sans ruptures de série (en 1996, 2010 et 2012), les données ont été rétropolées de 1975 à 2011.
  • Champ : France métropolitaine, individus vivant dans un ménage dont le revenu déclaré est positif ou nul et dont la personne de référence n'est pas étudiante.
  • Sources : Insee-DGI, enquêtes revenus fiscaux 1970 à 1990 ; Insee-DGI, enquêtes Revenus fiscaux et sociaux rétropolées de 1996 à 2004 ; Insee-DGFiP-Cnaf-Cnav-CCMSA, enquêtes Revenus fiscaux et sociaux 2005 à 2018.

Par la suite, les difficultés économiques du début des années 1980 consécutives au deuxième choc pétrolier accentuent nettement le ralentissement du niveau de vie : les niveaux de vie médian et moyen augmentent respectivement de 0,8 % et 0,7 % par an en moyenne entre 1979 et 1990. La crise du début des années 1990 pèse de nouveau sur les revenus. Avec la reprise économique de la fin des années 1990, le niveau de vie augmente à nouveau fortement : + 2,1 % par an entre 1997 et 2002 pour le niveau de vie médian et + 2,5 % pour le niveau de vie moyen. La reprise bénéficie aux plus hauts revenus, tirés souvent d’une activité d’indépendant ou de cadre, mais aussi aux personnes les plus modestes en raison notamment de la baisse du chômage et de la revalorisation du salaire minimum, des prestations sociales et des pensions de retraites. Globalement, les inégalités diminuent au cours des années 1980 et se creusent légèrement pendant la décennie suivante.

Au début des années 2000, le ralentissement économique et la remontée du chômage expliquent en partie le fléchissement de la croissance du niveau de vie. Après une nouvelle embellie à la faveur d’un retour de la croissance au milieu des années 2000, le niveau de vie médian atteint un maximum en 2009 avant de diminuer légèrement jusqu’en 2013. Depuis, il progresse lentement et s’établit à 21 250 euros par an en 2018.

Depuis le milieu des années 2000, plusieurs indicateurs montrent une légère hausse des inégalités. L’indice de Gini croît régulièrement jusqu’en 2011 où il atteint son maximum, avant de diminuer fortement en 2012 et particulièrement en 2013. Après une relative stabilité jusqu’en 2017, il augmente nettement en 2018 sans toutefois atteindre les niveaux enregistrés entre 2010 et 2012. Le rapport entre la masse des niveaux de vie détenue par les personnes les 20 % les plus aisées et celle détenue par les 20 % les plus modestes (le ratio (100-S80)/S20) suit les mêmes évolutions. Sur plus longue période, à périmètre constant de revenus (hors revenus financiers et prestations non couvertes avant 1996), le niveau d’inégalités en 2018 est comparable à celui de 1979 avec un indice de Gini de 0,293.

Définitions


Niveau de vie : revenu disponible du ménage rapporté au nombre d’unités de consommation (UC). Le niveau de vie est donc le même pour toutes les personnes d’un même ménage.


Indice de Gini : indicateur synthétique permettant de rendre compte du niveau d'inégalité pour une variable et sur une population donnée. L’indice (ou coefficient) de Gini varie entre 0 et 1, la valeur 0 correspondant à l’égalité parfaite (tous les individus ont le même revenu ou le même patrimoine), la valeur 1 à l’inégalité extrême (un individu possède tout, les autres n’ayant rien). Entre 0 et 1, l'inégalité est d'autant plus forte que l'indice de Gini est élevé .


Ratio (100-S80)/S20 : il met en évidence les écarts entre la masse des revenus disponibles par unité de consommation (UC) détenue par les 20 % des personnes les plus aisées et celle détenue par les 20 % des personnes les plus modestes.
C’est un indicateur de concentration, il peut être nommé rapport interquintile des masses de niveau de vie.

Pour en savoir plus

« En 2018, les inégalités de niveau de vie augmentent », Insee Première n° 1813, septembre 2020.

« Quarante ans d’inégalités de niveau de vie et de redistribution en France (1975 2016) », in France, portrait social, coll. « Insee Références », édition 2019.

Définitions