Revenus et patrimoine des ménagesÉdition 2021

L'Insee présente avec Revenus et patrimoine des ménages les principaux indicateurs et des analyses sur les inégalités monétaires, la pauvreté et le patrimoine des ménages.

Insee Références
Paru le : Paru le 27/05/2021
Les revenus et le patrimoine des ménages - Mai 2021
Consulter
Sommaire

Pauvreté monétaire en Europe

Insee Références

Paru le : 27/05/2021

Avec un seuil de pauvreté à 60 % du niveau de vie médian de chaque pays, selon le dispositif EU-SILC, la pauvreté monétaire touche 16,8 % des habitants de l’Union européenne à 28 (UE) en 2018, soit environ 86 millions de personnes (figure 1). Les disparités entre les différents pays sont importantes, les taux de pauvreté nationaux variant de 10,1 % à 23,8 %.

Figure 1 - Seuil et taux de pauvreté dans l'Union européenne en 2018

Figure 1 - Seuil et taux de pauvreté dans l'Union européenne en 2018
Taux de pauvreté (en %) Seuil de pauvreté (en SPA)
République tchèque 10,1 8 421
Finlande 11,6 12 217
Slovaquie 11,9 6 302
Slovénie 12,0 9 980
Hongrie 12,3 5 616
Danemark 12,5 13 423
Irlande 13,1 11 865
Pays-Bas 13,2 13 181
Autriche 13,3 14 212
France¹ 13,6 12 283
Chypre 14,7 11 154
Allemagne 14,8 13 616
Belgique 14,8 13 260
Pologne 15,4 7 401
Zone euro 16,4 11 399
UE28 16,8 10 531
Malte 17,1 11 153
Suède 17,1 12 248
Portugal 17,2 6 961
Luxembourg 17,5 17 366
Grèce 17,9 5 859
Croatie 18,3 6 440
Royaume-Uni² 18,6 11 054
Italie 20,1 10 259
Lituanie 20,6 6 905
Espagne 20,7 9 703
Estonie 21,7 8 544
Bulgarie 22,6 5 022
Lettonie 22,9 6 619
Roumanie 23,8 4 403
  • 1. Les indicateurs pour la France diffèrent de ceux présentés dans la fiche 1.10. Ici, ils sont calculés à partir d'une autre source statistique et sur un champ différent pour disposer de statistiques comparables entre pays.
  • 2. Donnée SILC 2018 portant sur l’année 2017.
  • Note : le seuil de pauvreté est fixé à 60 % du niveau de vie national médian en 2018 (année de perception des revenus et non 2019, année de l'enquête retenue dans les publications d'Eurostat).
  • Champ : Union européenne à 28 pays.
  • Source : Eurostat, dispositif EU-SILC.

Figure 1 - Seuil et taux de pauvreté dans l'Union européenne en 2018

  • 1. Les indicateurs pour la France diffèrent de ceux présentés dans la fiche 1.10. Ici, ils sont calculés à partir d'une autre source statistique et sur un champ différent pour disposer de statistiques comparables entre pays.
  • 2. Donnée SILC 2018 portant sur l’année 2017.
  • Note : le seuil de pauvreté est fixé à 60 % du niveau de vie national médian en 2018 (année de perception des revenus et non 2019, année de l'enquête retenue dans les publications d'Eurostat).
  • Champ : Union européenne à 28 pays.
  • Source : Eurostat, dispositif EU-SILC.

Le taux de pauvreté est le plus faible en République tchèque (10,1 %). À un niveau toujours inférieur à la moyenne européenne, le taux de pauvreté se situe entre 11,6 % et 13,2 % dans les pays de l’UE les plus au nord : la Finlande, le Danemark, l’Irlande et les Pays Bas. À l’inverse, dans les pays du sud de l’Europe, les taux de pauvreté sont plus élevés : 17,2 % au Portugal, 17,9 % en Grèce et 18,3 % en Croatie. Les taux de pauvreté les plus élevés – supérieurs à 20 % – sont mesurés en Italie, en Espagne, dans les pays baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie), en Bulgarie et en Roumanie, avec respectivement 22,6 % et 23,8 % de personnes vivant sous le seuil de pauvreté national. En France, le taux de pauvreté monétaire est de 13,6 %, soit 3,2 points en dessous de la moyenne de l’UE, tandis que l’Allemagne et la Belgique (14,8 %) ainsi que la Pologne (15,4 %) en sont plus proches.

Les taux de pauvreté sont déterminés à partir des seuils de pauvreté fixés en proportion des niveaux de vie médians nationaux. Ces seuils sont ramenés en standards de pouvoir d’achat (SPA), unité commune permettant de les comparer. Les seuils de pauvreté des pays traduisent plutôt le niveau de vie global de la population alors que le taux de pauvreté traduit davantage son niveau de pauvreté relative, d’où l’intérêt de considérer de manière conjointe les deux indicateurs. Par exemple, si une même proportion de Luxembourgeois et de Grecs disposent d’un niveau de vie inférieur à 60 % de la médiane de leur pays (taux de pauvreté respectivement de 17,5 % et 17,9 %), le niveau de vie médian et donc le seuil de pauvreté sont trois fois plus faibles en Grèce, traduisant une moindre richesse dans ce pays. Inversement, l’Italie et la Slovénie ont des seuils de pauvreté proches (autour de 10 000 SPA) mais la situation est plus inégalitaire en Italie avec un taux de pauvreté supérieur de 8,1 points à celui de son voisin. Les pays baltes, la Bulgarie et la Roumanie sont à la fois les moins aisés et ceux où les plus modestes ont la situation la plus dégradée par rapport au reste de la population avec de faibles seuils de pauvreté et des taux de pauvreté élevés.

L’intensité de la pauvreté, qui mesure l’écart relatif entre le niveau de vie médian des personnes pauvres et le seuil de pauvreté, est de 24,2 % en moyenne dans l’UE (figure 2). En République tchèque, en Finlande, en Irlande, en France, à Chypre et en Belgique, cet indicateur est nettement inférieur à la moyenne (au plus 16,5 %) : le niveau de vie médian de la population pauvre est plus proche de la médiane nationale. À l’opposé, l’intensité est la plus élevée en Italie et en Roumanie (au moins 30 %) où les taux de pauvreté sont également élevés. Bien que des pays fassent exception (Hongrie, Slovaquie et Estonie notamment), en général plus le taux de pauvreté est élevé, plus l’intensité de la pauvreté l’est également.

Figure 2 - Taux et intensité de la pauvreté dans l'Union européenne en 2018

Figure 2 - Taux et intensité de la pauvreté dans l'Union européenne en 2018
Taux de pauvreté (en %) Intensité de la pauvreté (en %)
République tchèque 10,1 14,1
Finlande 11,6 14,9
Slovaquie 11,9 25,2
Slovénie 12,0 18,2
Hongrie 12,3 28,9
Danemark 12,5 18,8
Irlande 13,1 14,8
Pays-Bas 13,2 17,1
Autriche 13,3 23,9
France¹ 13,6 16,5
Chypre 14,7 16,0
Allemagne 14,8 23,2
Belgique 14,8 16,3
Pologne 15,4 22,0
Zone euro 16,4 24,2
UE28 16,8 24,2
Malte 17,1 17,1
Suède 17,1 21,7
Portugal 17,2 22,4
Luxembourg 17,5 24,6
Grèce 17,9 27,0
Croatie 18,3 26,2
Royaume-Uni² 18,6 23,0
Italie 20,1 30,0
Lituanie 20,6 26,0
Espagne 20,7 29,1
Estonie 21,7 22,0
Bulgarie 22,6 27,5
Lettonie 22,9 28,2
Roumanie 23,8 33,0
  • 1. Les indicateurs pour la France diffèrent de ceux présentés dans la fiche 1.10. Ici, ils sont calculés à partir d'une autre source statistique et sur un champ différent pour disposer de statistiques comparables entre pays.
  • 2. Donnée SILC 2018 portant sur l’année 2017.
  • Note : le seuil de pauvreté est fixé à 60 % du niveau de vie national médian en 2018 (année de perception des revenus et non 2019, année de l'enquête retenue dans les publications d'Eurostat).
  • Champ : Union européenne à 28 pays.
  • Source : Eurostat, dispositif EU-SILC.

Figure 2 - Taux et intensité de la pauvreté dans l'Union européenne en 2018

  • 1. Les indicateurs pour la France diffèrent de ceux présentés dans la fiche 1.10. Ici, ils sont calculés à partir d'une autre source statistique et sur un champ différent pour disposer de statistiques comparables entre pays.
  • 2. Donnée SILC 2018 portant sur l’année 2017.
  • Note : le seuil de pauvreté est fixé à 60 % du niveau de vie national médian en 2018 (année de perception des revenus et non 2019, année de l'enquête retenue dans les publications d'Eurostat).
  • Champ : Union européenne à 28 pays.
  • Source : Eurostat, dispositif EU-SILC.

Définitions


Intensité de la pauvreté : indicateur qui permet d’apprécier à quel point le niveau de vie de la population pauvre est éloigné du seuil de pauvreté. Comme Eurostat, l'Insee mesure cet indicateur comme l’écart relatif entre le niveau de vie médian de la population pauvre et le seuil de pauvreté, rapporté au seuil de pauvreté. Plus cet indicateur est élevé et plus la pauvreté est dite « intense », au sens où le niveau de vie des plus pauvres est très inférieur au seuil de pauvreté.


Seuil de pauvreté : l’Insee, comme Eurostat et les autres pays européens, mesure la pauvreté monétaire de manière relative alors que d’autres pays (comme les États‑Unis ou le Canada) ont une approche absolue. Dans l’approche en termes relatifs, on détermine un seuil de pauvreté en fonction de la distribution des niveaux de vie de l’ensemble de la population et une personne est considérée comme pauvre lorsque son niveau de vie est inférieur à ce seuil. Le seuil de pauvreté qui fait référence pour Eurostat est fixé au niveau national à 60 % du niveau de vie médian de chaque pays. Dans cet ouvrage, il s’agit du seuil retenu quand aucune note ne précise un autre seuil. De façon secondaire, d’autres seuils sont calculés, notamment celui à 50 % du niveau de vie médian.
Le taux de pauvreté calculé pour effectuer des comparaisons européennes diffère légèrement du taux national publié dans le reste de l’ouvrage. Il est calculé à partir d’une autre source statistique, SRCV, et sur un champ différent, de manière à disposer de statistiques comparables entre pays européens (voir Sources et méthodes, Statistiques sur les revenus et les conditions de vie).


Pauvreté monétaire : l’Insee, comme Eurostat et les autres pays européens, mesure la pauvreté monétaire de manière relative alors que d’autres pays (comme les États‑Unis ou le Canada) ont une approche absolue. Dans l’approche en termes relatifs, on détermine un seuil de pauvreté en fonction de la distribution des niveaux de vie de l’ensemble de la population et une personne est considérée comme pauvre lorsque son niveau de vie est inférieur à ce seuil. Le seuil de pauvreté qui fait référence pour Eurostat est fixé au niveau national à 60 % du niveau de vie médian de chaque pays. Dans cet ouvrage, il s’agit du seuil retenu quand aucune note ne précise un autre seuil. De façon secondaire, d’autres seuils sont calculés, notamment celui à 50 % du niveau de vie médian.
Le taux de pauvreté calculé pour effectuer des comparaisons européennes diffère légèrement du taux national publié dans le reste de l’ouvrage. Il est calculé à partir d’une autre source statistique, SRCV, et sur un champ différent, de manière à disposer de statistiques comparables entre pays européens (voir Sources et méthodes, Statistiques sur les revenus et les conditions de vie).


Standard de pouvoir d’achat (SPA) : taux de conversion monétaire qui permet d’exprimer dans une unité commune, dite « standard de pouvoir d’achat » (SPA), les pouvoirs d’achat des différentes monnaies. Ce taux exprime le rapport entre la quantité d’unités monétaires nécessaire dans des pays différents pour se procurer un même panier de biens et de services.

Pour en savoir plus

Définitions