Les entreprises en France Édition 2020

Cet ouvrage offre une vue structurelle complète de notre système productif. Les résultats sur l’année 2018 sont analysés dans une vue d’ensemble qui rend compte de la diversité des situations des entreprises, en se basant sur la définition de l’entreprise au sens économique. Ensuite, un premier dossier étudie les disparités territoriales d’accès aux commerces. Le second analyse les fonds propres des très petites entreprises et leur risque de défaillance en 2019.
Enfin, des fiches thématiques et sectorielles présentent les chiffres de référence sur les entreprises.

Insee Références
Paru le :Paru le10/12/2020
Les entreprises en France- Décembre 2020
Consulter

Échanges extérieurs et entreprises exportatrices

En 2019, le déficit du de la France se réduit (– 69,0 milliards d’euros après – 73,1 milliards en 2018) (figure 1). Les achats d’hydrocarbures naturels et de produits pétroliers raffinés diminuent en valeur, contribuant à la baisse de la après deux années consécutives de hausse (– 0,9 milliard après + 6,4 milliards en 2018 et + 7,6 milliards en 2017).

Figure 1Solde commercial douanier par produit

en milliards d'euros
Solde commercial douanier par produit (en milliards d'euros)
Année Agroalimentaire Produits pétroliers raffinés et bruts Industrie* Solde commercial CAF-FAB
2007 8,9 -49,0 -16,0 -56,1
2008 8,7 -64,0 -15,2 -70,5
2009 5,1 -42,0 -21,0 -58,0
2010 7,9 -52,1 -22,7 -66,8
2011 11,4 -68,3 -32,0 -89,0
2012 11,4 -74,3 -18,9 -81,7
2013 11,2 -70,4 -16,6 -75,9
2014 9,0 -59,9 -19,9 -70,8
2015 9,1 -44,4 -22,0 -57,4
2016 5,9 -34,9 -28,9 -57,8
2017 5,5 -43,4 -34,0 -71,9
2018 6,8 -51,3 -28,6 -73,1
2019 7,8 -49,3 -27,5 -69,0
  • * Hors industrie agroalimentaire et produits pétroliers.
  • Champ : France hors Mayotte, ensemble des biens produits jusqu’en 2013 ; France à partir de 2014.
  • Source : DGDDI (données estimées CAF-FAB).

Figure 1Solde commercial douanier par produit

  • * Hors industrie agroalimentaire et produits pétroliers.
  • Champ : France hors Mayotte, ensemble des biens produits jusqu’en 2013 ; France à partir de 2014.
  • Source : DGDDI (données estimées CAF-FAB).

En 2019, le déficit des échanges des hydrocarbures bruts et de l’industrie extractive s’élève à – 33,8 milliards d’euros (figure 2). Il retrouve son niveau de 2017, après un déficit plus marqué en 2018 (– 38,3 milliards). Les échanges de produits de l’informatique‑électronique, des équipements électriques et machines industrielles, de la construction automobile et de l’habillement‑cuir‑textile sont également déficitaires, mais dans une moindre ampleur.

Figure 2Principaux excédents ou déficits en 2019

en milliards d'euros
Principaux excédents ou déficits en 2019 (en milliards d'euros)
Solde
Hydrocarbures bruts et industries extractives -33,8
Équipements électriques et machines industrielles -15,7
Produits pétroliers raffinés -15,5
Véhicules automobiles (y compris équipements) -15,2
Informatique, électronique -14,7
Textile, habillement, cuir -12,1
Meubles, bois, papier, carton -10,5
Produits métallurgiques -8,8
Caoutchouc, plastique -7,2
Électricité 2,0
Chimie, hors parfums 2,5
Déchets 2,6
Pharmacie 6,2
Agroalimentaire 7,8
Parfums, cosmétiques 12,5
Aéronautique 30,8
  • Champ : France, ensemble des biens produits.
  • Source : DGDDI (données estimées CAF-FAB).

Figure 2Principaux excédents ou déficits en 2019

  • Champ : France, ensemble des biens produits.
  • Source : DGDDI (données estimées CAF-FAB).

En revanche, l’aéronautique est nettement excédentaire : + 30,8 milliards d’euros en 2019, un niveau atteint pour la première fois au cours des quinze dernières années. L’excédent dans les échanges de parfums et de cosmétiques atteint 12,5 milliards (+ 10,3 % par rapport à 2018) : les exportations progressent (+ 1,4 milliard) alors que les importations sont quasi stables (+ 0,3 milliard). Les échanges agroalimentaires sont toujours excédentaires (+ 7,8 milliards après + 6,8 milliards en 2018). En effet, l’excédent des échanges de produits des industries agroalimentaires augmente, tout comme celui des autres échanges agroalimentaires, porté par une nouvelle hausse des exportations des produits de la culture et de l’élevage (+ 0,8 milliard après + 1,0 milliard en 2018).

En 2018, 193 100 entreprises exportent, soit 8,5 % de l’ensemble des entreprises des secteurs principalement marchands hors agriculture et services financiers (figure 3). Elles ont déclaré un chiffre d’affaires à l’exportation de biens et services de 758 milliards d’euros, représentant 28,2 % du chiffre d’affaires total des entreprises exportatrices.

Figure 3Entreprises exportatrices en 2018

Entreprises exportatrices en 2018
Nombre d'entreprises exportatrices en % de l'ensemble des entreprises Chiffre d'affaires à l'export (en milliards d'euros) Taux d'exportation moyen* (en %)
Industrie 29 301 16,5 492 44,4
Commerce 65 145 13,1 137 16,1
Transports et entreposage 8 040 8,2 44 25,1
Services aux entreprises 41 318 8,8 42 21,9
Autres secteurs 49 247 4,8 43 11,8
Ensemble 193 051 8,5 758 28,2
  • * Taux d'exportation des entreprises exportatrices.
  • Champ : France, entreprises des secteurs principalement marchands non agricoles et non financiers, hors régime fiscal de la micro‑entreprise et micro‑entrepreneurs.
  • Source : Insee, Ésane (données individuelles).

Le des entreprises exportatrices est plus élevé dans l’industrie (44,4 %) et les transports et l’entreposage (25,1 %). Il est plus faible dans le commerce (16,1 %), mais le montant total des exportations (137 milliards) en fait le deuxième secteur exportateur. En particulier, 83,0 % des exportations du commerce sont portées par le commerce de gros, dont le taux d’exportation atteint 21,9 % ; en revanche, les taux d’exportation sont très faibles dans le commerce de détail (7,0 %) et le commerce et réparation d’automobiles et de motocycles (7,0 %).

Pour l’essentiel, les exportations sont le fait d’un nombre très restreint d’entreprises : en 2018, les 50 premières entreprises quant au chiffre d’affaires à l’exportation concentrent 45 % du total des exportations et les 500 premières en réalisent 73 % (figure 4).

Figure 4Répartition du chiffre d'affaires à l'exportation des entreprises exportatrices en 2018

Répartition du chiffre d'affaires à l'exportation des entreprises exportatrices en 2018 - Lecture : les 50 entreprises portant les plus fortes exportations réalisent 45 % du chiffre d’affaires à l’exportation.
Part dans le chiffre d'affaires à l'exportation (en %) Part dans le chiffre d'affaires à l'exportation (en % cumulés)
50 entreprises 45 45
500 entreprises 28 73
5 000 entreprises 19 92
193 100 entreprises 8 100
  • Lecture : les 50 entreprises portant les plus fortes exportations réalisent 45 % du chiffre d’affaires à l’exportation.
  • Champ : France, entreprises exportatrices, hors micro-entrepreneurs et micro-entreprises au sens fiscal.
  • Source : Insee, Ésane (données individuelles).

Figure 4Répartition du chiffre d'affaires à l'exportation des entreprises exportatrices en 2018

  • Lecture : les 50 entreprises portant les plus fortes exportations réalisent 45 % du chiffre d’affaires à l’exportation.
  • Champ : France, entreprises exportatrices, hors micro-entrepreneurs et micro-entreprises au sens fiscal.
  • Source : Insee, Ésane (données individuelles).

Les réalisent 90 % du total des exportations, dont 60 % pour celles (figure 5). Les (40 milliards d’euros d’exportations) et les (42 milliards) ont un poids faible face aux 676 milliards des firmes multi­nationales.

Figure 5Répartition du chiffre d'affaires à l’exportation selon le type de groupe en 2018

en milliards d’euros
Répartition du chiffre d'affaires à l’exportation selon le type de groupe en 2018 (en milliards d’euros) - Lecture : 452 milliards d’euros du chiffre d’affaires à l’exportation sont réalisés par des entreprises dépendant d’une firme multinationale (FMN) sous contrôle français.
Chiffre d'affaires à l'exportation
Groupes franco-français 40
Entreprises indépendantes françaises 42
Firmes multinationales sous contrôle étranger 224
Firmes multinationales sous contrôle français 452
  • Lecture : 452 milliards d’euros du chiffre d’affaires à l’exportation sont réalisés par des entreprises dépendant d’une firme multinationale (FMN) sous contrôle français.
  • Champ : France, entreprises exportatrices, hors micro-entrepreneurs et micro-entreprises au sens fiscal.
  • Source : Insee, Ésane (données individuelles).

Figure 5Répartition du chiffre d'affaires à l’exportation selon le type de groupe en 2018

  • Lecture : 452 milliards d’euros du chiffre d’affaires à l’exportation sont réalisés par des entreprises dépendant d’une firme multinationale (FMN) sous contrôle français.
  • Champ : France, entreprises exportatrices, hors micro-entrepreneurs et micro-entreprises au sens fiscal.
  • Source : Insee, Ésane (données individuelles).

Définitions

Solde commercial douanier

Décrit les échanges physiques de marchandises passant la frontière française.

CAF‑FAB

Désigne la valorisation des échanges lorsque les importations sont mesurées CAF (coût, assurance et fret compris jusqu’à notre frontière nationale), tandis que les exportations sont mesurées FAB (franco à bord à notre frontière).

Facture énergétique

Déficit commercial énergétique des positions DE (hydrocarbures naturels, autres produits des industries extractives, électricité, déchets) et C2 (produits pétroliers raffinés et coke) de la nomenclature agrégée A17.

Taux d’exportation : chiffre d’affaires (CA) à l’export / chiffre d’affaires (CA).

Firme multinationale (FMN)

Entreprise organisée en groupe ayant au moins une unité légale à l’étranger et une en France.

Firme multinationale sous contrôle français (étranger)

Firme multinationale dont la tête de groupe (société contrôlant les autres sans être elle‑même contrôlée) est une société française (étrangère).

Groupe franco‑français

Groupe de sociétés dont la tête de groupe (société contrôlant les autres sans être elle‑même contrôlée) est une société française et dont toutes les sociétés sont implantées en France.

Entreprise indépendante

Entreprise de taille intermédiaire constituée en groupe ayant au moins une société à l’étranger et une en France et dont la tête de groupe est une société française. Sa catégorie d’entreprise est déterminée sur son périmètre observé en France.

Pour en savoir plus

« Les comptes de la nation en 2019 », Insee Résultats, mai 2020.

« L’industrie manufacturière en 2017 – Des créations d’emploi malgré une croissance en demi‑teinte », Insee Première n° 1706, juillet 2018.

« Les petites et moyennes entreprises réalisent 17 % des exportations », Insee Première n° 1692, mars 2018.

Site internet de la Direction générale des douanes et droits indirects : Ouvrir dans un nouvel ongletLe kiosque.

Définitions

Solde commercial douanier

Décrit les échanges physiques de marchandises passant la frontière française.

CAF‑FAB

Désigne la valorisation des échanges lorsque les importations sont mesurées CAF (coût, assurance et fret compris jusqu’à notre frontière nationale), tandis que les exportations sont mesurées FAB (franco à bord à notre frontière).

Facture énergétique

Déficit commercial énergétique des positions DE (hydrocarbures naturels, autres produits des industries extractives, électricité, déchets) et C2 (produits pétroliers raffinés et coke) de la nomenclature agrégée A17.

Taux d’exportation : chiffre d’affaires (CA) à l’export / chiffre d’affaires (CA).

Firme multinationale (FMN)

Entreprise organisée en groupe ayant au moins une unité légale à l’étranger et une en France.

Firme multinationale sous contrôle français (étranger)

Firme multinationale dont la tête de groupe (société contrôlant les autres sans être elle‑même contrôlée) est une société française (étrangère).

Groupe franco‑français

Groupe de sociétés dont la tête de groupe (société contrôlant les autres sans être elle‑même contrôlée) est une société française et dont toutes les sociétés sont implantées en France.

Entreprise indépendante

Entreprise de taille intermédiaire constituée en groupe ayant au moins une société à l’étranger et une en France et dont la tête de groupe est une société française. Sa catégorie d’entreprise est déterminée sur son périmètre observé en France.