Les entreprises en France Édition 2020

Cet ouvrage offre une vue structurelle complète de notre système productif. Les résultats sur l’année 2018 sont analysés dans une vue d’ensemble qui rend compte de la diversité des situations des entreprises, en se basant sur la définition de l’entreprise au sens économique. Ensuite, un premier dossier étudie les disparités territoriales d’accès aux commerces. Le second analyse les fonds propres des très petites entreprises et leur risque de défaillance en 2019.
Enfin, des fiches thématiques et sectorielles présentent les chiffres de référence sur les entreprises.

Insee Références
Paru le :Paru le10/12/2020
Les entreprises en France- Décembre 2020
Consulter

Créations d’entreprises

Insee Références

Paru le :10/12/2020

Avertissement

En septembre 2020, le partage entre créations d’entreprises sous le régime du micro‑entrepreneur et créations d’entreprises individuelles classiques a été corrigé pour les années 2015 à 2019, sans modification du nombre total de créations d’entreprises individuelles ni du nombre total de créations tous types d’entreprises confondus. Cette fiche n’est donc pas comparable avec celles des éditions précédentes.

En 2019, dans l’ensemble de l’économie marchande non agricole, 815 300 entreprises ont été créées, soit 124 000 de plus qu’en 2018. Le nombre total de créations d’entreprises augmente ainsi de 18 % par rapport à 2018 et atteint un nouveau record. Cette hausse est principalement due à l’essor des immatriculations de (+ 24 %), avec 520 300 immatriculations, soit 64 % de l’ensemble des créations d’entreprises. Les créations d’ classiques croissent de façon plus modérée (+ 9 %), de même que les créations de (+ 9 %) (figures 1 et 2).

Figure 1Nombre d'unités légales fin 2018 et entreprises créées en 2019

en milliers
Nombre d'unités légales fin 2018 et entreprises créées en 2019 (en milliers)
Nombre d'unités légales au 31 décembre 2018 Créations d'entreprises en 2019
Ensemble Sociétés Entrepreneurs individuels (y compris micro-entrepreneurs) Ensemble dont micro-entrepreneurs
Industrie 307,2 183,6 123,6 38,1 26,3
Construction 656,4 369,8 286,6 79,3 44,4
Commerce 906,5 529,8 376,7 119,2 72,7
Transports et entreposage 175,3 85,2 90,0 83,1 67,8
Hébergement et restauration 325,0 223,6 101,4 38,7 16,4
Information et communication 193,9 117,8 76,0 41,2 26,8
Activités financières et d'assurance 182,2 157,1 25,1 20,3 3,6
Activités immobilières 225,3 168,8 56,5 32,1 13,8
Activités spécialisées, scientifiques, techniques et de soutien 930,8 458,3 472,5 197,2 133,3
Enseignement, santé humaine et action sociale 686,5 97,3 589,2 84,9 50,3
Autres activités de services 411,6 118,5 293,1 81,2 64,9
Ensemble 5 000,6 2 509,8 2 490,8 815,3 520,3
  • Champ : France, ensemble des activités marchandes non agricoles.
  • Source : Insee, Sirene, Répertoire des entreprises et des établissements.

Figure 2Créations annuelles d’entreprises

en milliers
Créations annuelles d’entreprises (en milliers)
Y compris micro-entrepreneurs Hors micro-entrepreneurs
Trimestre 1 – 2004 252,9 252,9
Trimestre 2 – 2004 264,0 264,0
Trimestre 3 – 2004 268,3 268,3
Trimestre 4 – 2004 269,0 269,0
Trimestre 1 – 2005 265,7 265,7
Trimestre 2 – 2005 266,7 266,7
Trimestre 3 – 2005 268,1 268,1
Trimestre 4 – 2005 271,2 271,2
Trimestre 1 – 2006 278,7 278,7
Trimestre 2 – 2006 278,7 278,7
Trimestre 3 – 2006 280,1 280,1
Trimestre 4 – 2006 285,5 285,5
Trimestre 1 – 2007 293,9 293,9
Trimestre 2 – 2007 302,1 302,1
Trimestre 3 – 2007 315,1 315,1
Trimestre 4 – 2007 325,7 325,7
Trimestre 1 – 2008 333,0 333,0
Trimestre 2 – 2008 339,0 339,0
Trimestre 3 – 2008 338,9 338,9
Trimestre 4 – 2008 331,4 331,4
Trimestre 1 – 2009 372,4 309,6
Trimestre 2 – 2009 438,7 286,6
Trimestre 3 – 2009 498,6 268,2
Trimestre 4 – 2009 580,2 260,2
Trimestre 1 – 2010 625,3 257,7
Trimestre 2 – 2010 627,9 261,5
Trimestre 3 – 2010 628,4 264,2
Trimestre 4 – 2010 622,0 263,5
Trimestre 1 – 2011 589,8 264,3
Trimestre 2 – 2011 572,7 261,0
Trimestre 3 – 2011 561,4 259,1
Trimestre 4 – 2011 549,8 258,1
Trimestre 1 – 2012 556,0 256,2
Trimestre 2 – 2012 553,7 250,3
Trimestre 3 – 2012 553,8 246,0
Trimestre 4 – 2012 550,0 242,5
Trimestre 1 – 2013 541,8 244,5
Trimestre 2 – 2013 538,5 250,6
Trimestre 3 – 2013 536,1 256,5
Trimestre 4 – 2013 538,2 263,2
Trimestre 1 – 2014 540,3 265,1
Trimestre 2 – 2014 542,3 266,8
Trimestre 3 – 2014 547,6 267,1
Trimestre 4 – 2014 550,8 267,3
Trimestre 1 – 2015 543,3 258,4
Trimestre 2 – 2015 536,6 251,4
Trimestre 3 – 2015 530,4 249,3
Trimestre 4 – 2015 525,1 247,2
Trimestre 1 – 2016 532,6 251,3
Trimestre 2 – 2016 546,9 256,7
Trimestre 3 – 2016 551,3 256,5
Trimestre 4 – 2016 554,0 255,7
Trimestre 1 – 2017 562,6 258,8
Trimestre 2 – 2017 559,8 257,2
Trimestre 3 – 2017 568,6 257,8
Trimestre 4 – 2017 591,3 264,4
Trimestre 1 – 2018 617,6 265,9
Trimestre 2 – 2018 646,8 268,3
Trimestre 3 – 2018 669,9 270,8
Trimestre 4 – 2018 691,3 271,4
Trimestre 1 – 2019 723,5 277,0
Trimestre 2 – 2019 748,9 281,8
Trimestre 3 – 2019 780,2 288,4
Trimestre 4 – 2019 815,3 295,1
  • Note : nombre annuel brut en milliers (sur 4 trimestres glissants) de créations d'entreprises.
  • Champ : France, ensemble des activités marchandes non agricoles.
  • Source : Insee, Sirene, Répertoire des entreprises et des établissements.

Figure 2Créations annuelles d’entreprises

  • Note : nombre annuel brut en milliers (sur 4 trimestres glissants) de créations d'entreprises.
  • Champ : France, ensemble des activités marchandes non agricoles.
  • Source : Insee, Sirene, Répertoire des entreprises et des établissements.

En 2019, les créations d’entreprises augmentent dans tous les secteurs d’activité. Le secteur des activités spécialisées scientifiques, techniques et de soutien est le premier contributeur à la hausse globale (32 500 créations de plus qu’en 2018, soit + 20 %), les créations de ce secteur se faisant pour 68 % sous le régime du micro‑entrepreneur. Avec 197 200 nouvelles entreprises, le secteur représente ainsi 24 % de l’ensemble des créations. Cet essor est principalement le fait des activités des sièges sociaux et conseils de gestion : + 12 700 créations soit + 19 % par rapport à 2018.

Le deuxième secteur contribuant le plus à la hausse globale est celui des autres activités de services aux ménages (17 900 créations de plus qu’en 2018, soit + 28 %), les créations de ce secteur se faisant pour 80 % sous le régime du micro‑entrepreneur. Cette hausse est largement portée par les autres services personnels (+ 8 600 créations) qui incluent notamment le coaching, en essor ces dernières années. Au total, 81 200 nouvelles entreprises ont été créées en 2019 dans les autres activités de services aux ménages, soit 10 % de l’ensemble des créations de l’année.

En 2019, les sociétés par actions simplifiées (SAS) représentent 63 % des sociétés créées. Leur part était de 61 % en 2018 et 2017. Si la part des SAS à associé unique ou unipersonnelles est stable au sein des créations de sociétés (37 % en 2019, comme en 2018 et 2017), leur part au sein des créations de SAS reste majoritaire (59 %) (figure 3).

Figure 3Répartition des sociétés créées par forme juridique de 2015 à 2019

en %
Répartition des sociétés créées par forme juridique de 2015 à 2019 (en %) - Lecture : en 2019, 14 % des sociétés créées sont des SARL unipersonnelles.
SARL unipersonnelles SARL hors SARL unipersonnelles SAS à associé unique ou unipersonnelles Autres SAS Autres sociétés
2015 19 29 27 21 4
2016 16 24 33 23 4
2017 15 21 37 24 3
2018 16 21 37 24 3
2019 14 20 37 26 3
  • Lecture : en 2019, 14 % des sociétés créées sont des SARL unipersonnelles.
  • Champ : France, ensemble des activités marchandes non agricoles.
  • Source : Insee, Sirene, Répertoire des entreprises et des établissements.

Figure 3Répartition des sociétés créées par forme juridique de 2015 à 2019

  • Lecture : en 2019, 14 % des sociétés créées sont des SARL unipersonnelles.
  • Champ : France, ensemble des activités marchandes non agricoles.
  • Source : Insee, Sirene, Répertoire des entreprises et des établissements.

En 2019, les secteurs privilégiés par les entrepreneurs individuels (y compris micro‑entrepreneurs) lors de leur immatriculation sont les activités spécialisées, scientifiques, techniques et de soutien (25 % des immatriculations), le commerce (14 %) et l’enseignement, la santé humaine et l’action sociale (13 %). Les créateurs d’entreprises individuelles ont en moyenne 36 ans, comme en 2018. La part des moins de 30 ans se stabilise : elle est de 38 % en 2019 comme en 2018 contre 37 % en 2017. Elle atteint 68 % dans le secteur des transports et de l’entreposage. Les femmes sont à l’initiative de 40 % des immatriculations de 2019. Quasiment absentes de la construction, et très peu présentes dans les transports et entreposage, elles sont majoritaires dans la santé humaine et l’action sociale (75 %), les autres services aux ménages (72 %), l’industrie (55 %) et l’enseignement (52 %) (figure 4).

Figure 4Répartition des entrepreneurs individuels immatriculés en 2019 par sexe et secteur d'activité

en %
Répartition des entrepreneurs individuels immatriculés en 2019 par sexe et secteur d'activité (en %) - Lecture : parmi l'ensemble des immatriculations d'entrepreneurs individuels de 2019, 9 % ont été réalisées par des hommes dans le commerce.
Femmes Hommes
Activités spécialisées¹ 12 13
Commerce 5 9
Enseignement, santé humaine et action sociale 8 5
Transports et entreposage 1 11
Autres activités de services 7 5
Construction 0 8
Information et communication 1 4
Industrie 3 2
Activités financières² 2 2
Hébergement et restauration 1 2
  • 1. Activités spécialisées, scientifiques, techniques et de soutien.
  • 2. Activités financières et d'assurance, activités immobilières.
  • Lecture : parmi l'ensemble des immatriculations d'entrepreneurs individuels de 2019, 9 % ont été réalisées par des hommes dans le commerce.
  • Champ : France, ensemble des activités marchandes non agricoles.
  • Source : Insee, Sirene, Répertoire des entreprises et des établissements.

Figure 4Répartition des entrepreneurs individuels immatriculés en 2019 par sexe et secteur d'activité

  • 1. Activités spécialisées, scientifiques, techniques et de soutien.
  • 2. Activités financières et d'assurance, activités immobilières.
  • Lecture : parmi l'ensemble des immatriculations d'entrepreneurs individuels de 2019, 9 % ont été réalisées par des hommes dans le commerce.
  • Champ : France, ensemble des activités marchandes non agricoles.
  • Source : Insee, Sirene, Répertoire des entreprises et des établissements.

En 2017, le taux de création d’entreprises, défini comme le rapport entre le nombre de créations de l’année et le nombre total d’entreprises actives durant l’année, est de 10 % en France dans l’économie marchande hors agriculture et hors activités des sociétés holdings, contre 15,6 % au Portugal et 6,7 % en Allemagne (figure 5).

Figure 5Taux de création d’entreprises en Europe en 2017

en %
Taux de création d’entreprises en Europe en 2017 (en %)
Taux
Portugal 15,6
Royaume-Uni 13,1
France 10,0
Pays-Bas 9,7
Espagne 9,4
Rép. tchèque 9,0
Italie 7,4
Allemagne 6,7
Belgique 6,3
  • Champ : économie marchande hors agriculture et hors activités des sociétés holding.
  • Source : Eurostat.

Figure 5Taux de création d’entreprises en Europe en 2017

  • Champ : économie marchande hors agriculture et hors activités des sociétés holding.
  • Source : Eurostat.

Définitions

Régime du micro‑entrepreneur : ce régime est la nouvelle dénomination pour celui de l’auto‑entrepreneur depuis le 19 décembre 2014. Il a été mis en place par la loi de modernisation de l’économie (LME) d’août 2008 et est entré en vigueur au 1er janvier 2009. Pour les entrepreneurs individuels qui en font la demande, les formalités de création d’entreprises sont allégées, et le mode de calcul et de paiement des cotisations sociales et de l’impôt sur le revenu est simplifié. L’entrepreneur bénéficie ainsi notamment du régime fiscal de la micro‑entreprise et du régime micro‑social. Depuis le 1er janvier 2018, le régime peut s’appliquer aux entreprises dont le chiffre d’affaires pour une année civile complète n’excède pas :

  • 170 000 euros HT pour une activité de vente de marchandises, d’objets, d’aliments à emporter ou à consommer sur place, ou de fourniture de logement ;
  • 70 000 euros HT pour une activité de services.

Entreprise individuelle : entreprise qui est la propriété exclusive d’une personne physique. L’entrepreneur exerce son activité sans avoir créé de personne juridique distincte. Les différentes formes d’entreprises individuelles sont : commerçant, artisan, profession libérale, agriculteur.

Société : entité dotée d’une personnalité morale. Elle est créée dans un but marchand (à savoir, produire des biens ou des services pour le marché, qui peut être une source de profit ou d’autres gains financiers pour son ou ses propriétaires). Elle est la propriété collective de ses actionnaires, qui ont le pouvoir de désigner les administrateurs responsables de sa direction générale. Les formes juridiques les plus fréquentes exercées par les sociétés sont : la SARL (société groupant des associés dont la responsabilité est limitée à leur apport personnel), la SA (société anonyme) où l’exercice de l’activité est séparé de la responsabilité des actionnaires, la société civile présente notamment dans les professions libérales et l’immobilier.

Définitions

Régime du micro‑entrepreneur : ce régime est la nouvelle dénomination pour celui de l’auto‑entrepreneur depuis le 19 décembre 2014. Il a été mis en place par la loi de modernisation de l’économie (LME) d’août 2008 et est entré en vigueur au 1er janvier 2009. Pour les entrepreneurs individuels qui en font la demande, les formalités de création d’entreprises sont allégées, et le mode de calcul et de paiement des cotisations sociales et de l’impôt sur le revenu est simplifié. L’entrepreneur bénéficie ainsi notamment du régime fiscal de la micro‑entreprise et du régime micro‑social. Depuis le 1er janvier 2018, le régime peut s’appliquer aux entreprises dont le chiffre d’affaires pour une année civile complète n’excède pas :

  • 170 000 euros HT pour une activité de vente de marchandises, d’objets, d’aliments à emporter ou à consommer sur place, ou de fourniture de logement ;
  • 70 000 euros HT pour une activité de services.

Entreprise individuelle : entreprise qui est la propriété exclusive d’une personne physique. L’entrepreneur exerce son activité sans avoir créé de personne juridique distincte. Les différentes formes d’entreprises individuelles sont : commerçant, artisan, profession libérale, agriculteur.

Société : entité dotée d’une personnalité morale. Elle est créée dans un but marchand (à savoir, produire des biens ou des services pour le marché, qui peut être une source de profit ou d’autres gains financiers pour son ou ses propriétaires). Elle est la propriété collective de ses actionnaires, qui ont le pouvoir de désigner les administrateurs responsables de sa direction générale. Les formes juridiques les plus fréquentes exercées par les sociétés sont : la SARL (société groupant des associés dont la responsabilité est limitée à leur apport personnel), la SA (société anonyme) où l’exercice de l’activité est séparé de la responsabilité des actionnaires, la société civile présente notamment dans les professions libérales et l’immobilier.