Les entreprises en France Édition 2020

Cet ouvrage offre une vue structurelle complète de notre système productif. Les résultats sur l’année 2018 sont analysés dans une vue d’ensemble qui rend compte de la diversité des situations des entreprises, en se basant sur la définition de l’entreprise au sens économique. Ensuite, un premier dossier étudie les disparités territoriales d’accès aux commerces. Le second analyse les fonds propres des très petites entreprises et leur risque de défaillance en 2019.
Enfin, des fiches thématiques et sectorielles présentent les chiffres de référence sur les entreprises.

Insee Références
Paru le : Paru le 10/12/2020
Les entreprises en France - Décembre 2020
Consulter

Consommation d’énergie dans l’industrie

Insee Références

Paru le : 10/12/2020

En 2018, en France, la de l’industrie (hors industrie de l’énergie et artisanat commercial) s’élève à 37,4 millions de (TEP) hors carburant (figure 1). La consom­mation brute d’énergie conserve ainsi son niveau de 2017. Le secteur le plus énergivore reste l’industrie chimique, suivi de la métallurgie et fabrication de produits métalliques. Alors que le premier consomme beaucoup de gaz et d’autres produits pétroliers, le second est plutôt utilisateur de  (CMS).

Figure 1Consommation brute d'énergie y compris usage matières premières, par type et secteur en 2018

en milliers de tonnes d’équivalent pétrole
Consommation brute d'énergie y compris usage matières premières, par type et secteur en 2018 (en milliers de tonnes d’équivalent pétrole)
Combustibles Consommation d'électricité (y compris autoproduite) Vapeur achetée Ensemble
Gaz CMS¹ Produits pétroliers Autres énergies
Industrie extractive, récupération 100 0 105 19 140 33 397
Industrie agroalimentaire 2 463 350 161 199 1 852 229 5 256
Textile, habillement, cuir et chaussures 134 0 18 0 115 11 278
Bois, papier et imprimerie 929 12 67 1 578 1 010 385 3 981
Chimie 3 004 384 2 096 3 152 1 721 1 032 11 389
Pharmacie 161 0 2 7 222 24 417
Caoutchouc, plastique et minéraux non métalliques 1 821 265 594 552 1 318 84 4 634
Métallurgie et produits métalliques 1 409 5 011 186 12 2 266 16 8 900
Équipements électriques, électroniques, informatiques ; machines 280 17 27 2 517 5 847
Matériels de transport 417 6 24 10 592 26 1 076
Autres industries manufacturières, y c. réparation et installation 60 0 12 17 140 4 233
Ensemble 10 781 6 045 3 291 5 548 9 893 1 850 37 407
  • 1. Combustibles minéraux solides.
  • Champ : France, industrie hors artisanat commercial et industrie de l'énergie, y compris récupération, établissements de 20 salariés ou plus.
  • Source : Insee, enquête annuelle sur les consommations d'énergie dans l'industrie (EACEI) 2018.

En 2018, la facture énergétique s’accroît de 9 %, après une augmentation de 2 % en 2017 (figure 2). En effet, le prix des continue d’augmenter fortement en 2018 (+ 20 %), presque autant qu’en 2017 (+ 22 %) (figure 3). En lien avec la hausse continue du prix du Brent, le prix moyen des produits pétroliers atteint 465 euros par TEP, contre 388 euros en 2017. Parallèlement, le prix de la vapeur s’accroît encore en 2018 (+ 12 %) pour s’établir à 345 euros par TEP (figure 4). Le prix du gaz augmente de 10 % en 2018 pour s’établir à 26 euros le mégawattheure (MWh) (soit 340 euros par TEP). À 61 euros le MWh (soit 703 euros par TEP), le prix de l’électricité, en hausse de 4 %, reste inférieur à la moyenne de l’Union européenne. En revanche, le prix moyen des combustibles minéraux solides diminue de 2 % et redescend à 270 euros par TEP, après une très forte hausse (+ 47 %) en 2017. Ainsi, en 2018, le prix de la houille est de 160 euros la tonne, contre 164 euros en 2017 (soit respectivement 258 et 265 euros par TEP) ; la houille représente plus de 92 % des quantités de combustibles minéraux solides achetées.

Figure 2Factures, consommation d'énergie et IPI

indice base 100 en 2010
Factures, consommation d'énergie et IPI (indice base 100 en 2010)
IPI¹ dans l'industrie manufacturière Facture Consommation brute d'énergie Facture déflatée du prix du PIB
2005 111,7 87,8 116,6 95,3
2006 112,8 98,4 114,6 104,6
2007 114,5 99,4 113,2 102,9
2008 110,9 111,8 113,4 113,2
2009 95,6 91,4 96,8 92,4
2010 100,0 100,0 100,0 100,0
2011 103,6 107,3 96,9 106,3
2012 100,5 110,8 95,0 108,5
2013² 99,0 109,3 94,6 106,2
2014 98,8 104,4 94,8 100,9
2015 100,5 98,4 95,5 94,0
2016 100,9 90,2 97,4 86,0
2017 103,4 91,3 95,5 86,5
2018 103,1 99,9 95,6 93,8
  • 1. Indice de la production industrielle.
  • 2. La base de sondage de l'enquête a été élargie en 2013, entraînant une rupture des séries de consommation et de facture d'énergie. À partir de 2013, leurs évolutions par rapport à 2010 sont calculées en tenant compte de cette rupture.
  • Note : depuis 2012, la facture énergétique comprend le bois acheté (0,7 % de la facture totale en 2018).
  • Champ : France, industrie hors artisanat commercial et industrie de l'énergie, y compris récupération, établissements de 20 salariés ou plus.
  • Source : Insee, enquêtes annuelles sur les consommations d'énergie dans l'industrie (EACEI).

Figure 2Factures, consommation d'énergie et IPI

  • 1. Indice de la production industrielle.
  • 2. La base de sondage de l'enquête a été élargie en 2013, entraînant une rupture des séries de consommation et de facture d'énergie. À partir de 2013, leurs évolutions par rapport à 2010 sont calculées en tenant compte de cette rupture.
  • Note : depuis 2012, la facture énergétique comprend le bois acheté (0,7 % de la facture totale en 2018).
  • Champ : France, industrie hors artisanat commercial et industrie de l'énergie, y compris récupération, établissements de 20 salariés ou plus.
  • Source : Insee, enquêtes annuelles sur les consommations d'énergie dans l'industrie (EACEI).

Figure 3Prix moyen annuel des combustibles achetés dans l'industrie

indice base 100 en 2010
Prix moyen annuel des combustibles achetés dans l'industrie (indice base 100 en 2010)
Butane-propane Houille Coke de houille Fioul lourd
2005 58,9 63,1 80,1 78,3
2006 65,8 63,5 67,0 86,6
2007 72,8 61,2 71,8 92,4
2008 99,2 67,2 85,2 109,2
2009 87,3 66,8 72,4 78,5
2010 100,0 100,0 100,0 100,0
2011 126,0 126,0 126,4 130,6
2012 110,3 119,9 113,5 141,9
2013 95,3 90,7 94,4 127,3
2014 87,1 80,4 80,5 114,8
2015 95,5 77,8 82,2 76,0
2016 76,4 77,5 70,1 70,4
2017 88,3 115,0 99,8 82,7
2018 128,0 111,9 105,3 98,8
  • Champ : France, industrie hors artisanat commercial et industrie de l'énergie, y compris récupération, établissements de 20 salariés ou plus.
  • Source : Insee, enquêtes annuelles sur les consommations d'énergie dans l'industrie (EACEI).

Figure 3Prix moyen annuel des combustibles achetés dans l'industrie

  • Champ : France, industrie hors artisanat commercial et industrie de l'énergie, y compris récupération, établissements de 20 salariés ou plus.
  • Source : Insee, enquêtes annuelles sur les consommations d'énergie dans l'industrie (EACEI).

Figure 4Prix moyen annuel du gaz, de l'électricité et de la vapeur achetés dans l'industrie

indice base 100 en 2010
Prix moyen annuel du gaz, de l'électricité et de la vapeur achetés dans l'industrie (indice base 100 en 2010)
Vapeur Électricité Gaz
2005 77,3 79,1 76,3
2006 94,0 88,9 95,2
2007 93,6 88,0 99,3
2008 121,0 93,0 118,1
2009 100,4 98,3 105,2
2010 100,0 100,0 100,0
2011 113,7 106,6 105,9
2012 124,5 108,9 114,4
2013 122,3 113,6 120,0
2014 115,9 115,5 111,1
2015 104,3 114,3 105,6
2016 92,7 105,2 90,7
2017 94,8 101,2 88,1
2018 106,5 105,5 96,9
  • Champ : France, industrie hors artisanat commercial et industrie de l'énergie, y compris récupération, établissements de 20 salariés ou plus.
  • Source : Insee, enquêtes annuelles sur les consommations d'énergie dans l'industrie (EACEI).

Figure 4Prix moyen annuel du gaz, de l'électricité et de la vapeur achetés dans l'industrie

  • Champ : France, industrie hors artisanat commercial et industrie de l'énergie, y compris récupération, établissements de 20 salariés ou plus.
  • Source : Insee, enquêtes annuelles sur les consommations d'énergie dans l'industrie (EACEI).

Depuis 2010, à champ constant, la consommation brute d’énergie dans l’industrie s’est contractée de 4 %, alors que l’indice de la production manufacturière augmente de 3 %. La facture énergétique retrouve en 2018 son niveau de 2010.

Entre 2005 et 2018, la répartition de la consommation par type d’énergie a peu varié (figure 5). Hors usage en tant que matière première, le gaz et l’électricité restent les deux énergies les plus consommées, à parts quasi égales ; elles représentent à elles deux 66 % de la consommation d’énergie totale. La part des CMS ainsi que celle de la vapeur (hors usage non énergétique) sont identiques entre 2017 et 2018, s’établissant toutes deux à 6 %. La part des achats de produits pétroliers est de 4 % en 2018 après une baisse constante depuis 2005 où elle était de 10 %. Enfin, celle des (bois, liqueur noire, autres produits pétroliers, combustibles renouvelables ou non) décroît légèrement en 2018 pour atteindre 18 %.

Figure 5Part des types d'énergies dans la consommation hors usage matières premières

en %
Part des types d'énergies dans la consommation hors usage matières premières (en %)
Électricité CMS¹ Gaz Produits pétroliers Vapeur Autres énergies²
2005 32,2 4,5 32,6 9,7 5,8 15,2
2006 32,1 4,9 32,2 9,5 4,9 16,4
2007 33,0 5,0 32,3 8,7 5,2 15,8
2008 32,1 4,7 31,2 8,0 5,6 18,4
2009 32,9 4,4 32,0 8,0 5,9 16,8
2010 32,4 4,9 32,9 7,4 5,7 16,7
2011 32,4 6,4 32,5 7,5 5,0 16,2
2012 32,2 6,3 33,8 6,8 5,3 15,6
2013 32,2 6,0 34,6 6,2 5,7 15,3
2014 32,3 5,6 33,7 5,6 5,4 17,4
2015 32,6 7,5 32,2 5,2 5,8 16,7
2016 32,5 6,9 32,1 5,1 5,7 17,7
2017 32,9 5,8 32,1 4,4 6,2 18,6
2018 33,3 5,8 32,7 4,0 6,2 18,0
  • 1. Combustibles minéraux solides.
  • 2. Bois, autres produits pétroliers, liqueur noire et autres combustibles renouvelables ou non.
  • Champ : France, industrie hors artisanat commercial et industrie de l'énergie, y compris récupération, établissements de 20 salariés ou plus.
  • Source : Insee, enquêtes annuelles sur les consommations d'énergie dans l'industrie (EACEI).

Figure 5Part des types d'énergies dans la consommation hors usage matières premières

  • 1. Combustibles minéraux solides.
  • 2. Bois, autres produits pétroliers, liqueur noire et autres combustibles renouvelables ou non.
  • Champ : France, industrie hors artisanat commercial et industrie de l'énergie, y compris récupération, établissements de 20 salariés ou plus.
  • Source : Insee, enquêtes annuelles sur les consommations d'énergie dans l'industrie (EACEI).

L’industrie produit également elle‑même de l’électricité, représentant 5 % de la consommation totale d’électricité en 2018. 11 % de cette autoproduction est d’origine renouvelable (hydraulique, photovoltaïque ou éolienne), le reste étant d’origine thermique.

Sources

Enquête annuelle sur les consommations d’énergie dans l’industrie (EACEI)

Elle mesure les quantités consommées par type d’énergie, les coûts afférents, et la répartition par usage de chaque énergie utilisée. Les données recueillies fournissent des évaluations par division de la nomenclature d’activités française (NAF rév.2), par tranche d’effectifs et par région. Le champ couvre les établissements actifs de 20 salariés ou plus, appartenant au secteur de l’industrie (divisions 05 à 33) de la NAF rév. 2 ainsi qu’au secteur de la récupération (groupe 38.3) ; l’artisanat commercial (sous‑classes 10.13B, 10.71B, 10.71C, 10.71D) et certaines industries de l’énergie (divisions 05, 06, 19, groupes 09.1 et sous‑groupes 20.13A, 24.46Z) sont exclus du champ.

Définitions

La consommation brute d’énergie est obtenue en sommant les consommations en combustibles et en électricité, ainsi que les achats de vapeur.

La tonne d’équivalent pétrole (TEP) est une unité commune aux différentes énergies.

En plus de l’électricité, du gaz naturel de réseau, des autres gaz de réseau et de la vapeur, l’enquête annuelle sur les consommations d’énergie dans l’industrie (EACEI) recense les combustibles usuels comprenant : les combustibles minéraux solides (coke de houille, houilles agglomérées, lignite et charbon) et les produits pétroliers (coke de pétrole, butane‑propane, fioul lourd ou domestique). L’EACEI recense également les autres énergies suivantes : le bois, la liqueur noire, les autres produits pétroliers non marchands, les autres combustibles renouvelables ou non. Hormis le bois (dont la majeure partie est achetée), ces derniers, sans valeur d’achat, ne sont pas inclus dans la facture énergétique.

Pour en savoir plus

« Depuis 2016, l’efficacité énergétique progresse dans l’industrie », Insee Focus n° 219, décembre 2020.

« Les consommations d’énergie dans l’industrie en 2018 », Insee Résultats, mars 2020.

Définitions

La consommation brute d’énergie est obtenue en sommant les consommations en combustibles et en électricité, ainsi que les achats de vapeur.

La tonne d’équivalent pétrole (TEP) est une unité commune aux différentes énergies.

En plus de l’électricité, du gaz naturel de réseau, des autres gaz de réseau et de la vapeur, l’enquête annuelle sur les consommations d’énergie dans l’industrie (EACEI) recense les combustibles usuels comprenant : les combustibles minéraux solides (coke de houille, houilles agglomérées, lignite et charbon) et les produits pétroliers (coke de pétrole, butane‑propane, fioul lourd ou domestique). L’EACEI recense également les autres énergies suivantes : le bois, la liqueur noire, les autres produits pétroliers non marchands, les autres combustibles renouvelables ou non. Hormis le bois (dont la majeure partie est achetée), ces derniers, sans valeur d’achat, ne sont pas inclus dans la facture énergétique.