Les entreprises en France Édition 2020

Cet ouvrage offre une vue structurelle complète de notre système productif. Les résultats sur l’année 2018 sont analysés dans une vue d’ensemble qui rend compte de la diversité des situations des entreprises, en se basant sur la définition de l’entreprise au sens économique. Ensuite, un premier dossier étudie les disparités territoriales d’accès aux commerces. Le second analyse les fonds propres des très petites entreprises et leur risque de défaillance en 2019.
Enfin, des fiches thématiques et sectorielles présentent les chiffres de référence sur les entreprises.

Insee Références
Paru le :Paru le10/12/2020
Les entreprises en France- Décembre 2020
Consulter

Emploi

Insee Références

Paru le :10/12/2020

Avertissement

La présente fiche propose une ventilation de l’emploi par secteur (industrie, construction, etc.). Ces secteurs ont été déterminés à partir de l’activité principale des établissements et non à partir de l’activité principale de l’entreprise telle qu’elle est définie dans le reste de l’ouvrage (vision économique de l’entreprise au sens de la loi de modernisation de l’économie (LME), tenant compte de l’organisation en groupe de sociétés).

Au 31 décembre 2018, en France (hors Mayotte), 28,1 millions de personnes sont en emploi. Près de la moitié, soit 13,8 millions, sont en emploi dans le . Avec 8,6 millions d’emplois, le se situe devant l’industrie (3,3 millions), la construction (1,7 million) et l’agriculture (0,7 million). Neuf personnes en emploi sur dix sont salariées. Cette part est légèrement plus faible dans la construction (81 %) et nettement plus limitée dans l’agriculture où l’emploi non salarié est majoritaire (61 %) (figure 1). Dans tous les secteurs, le contrat à durée indéterminée (CDI) reste le contrat de référence pour les salariés (85 % des salariés). Il est moins élevé dans l’agriculture (70 %), où 24 % des salariés sont en contrat à durée déterminée (CDD), contre seulement 10 % en moyenne. L’intérim est plus répandu dans la construction et l’industrie (8 %) que dans l’ensemble des secteurs (3 %) (figure 2). Les femmes représentent 48 % des personnes en emploi. Elles sont largement majoritaires dans le tertiaire non marchand (69 %), moins présentes dans l’industrie (29 %) et l’agriculture (27 %) et moins encore dans la construction (11 %). Dans la plupart des secteurs, de deux à trois femmes sur dix travaillent à temps partiel, à l’exception de l’industrie (15 %). Parmi les actifs en emploi, 19 % ont moins de 30 ans et 31 % ont 50 ans ou plus. L’agriculture est le secteur comptant la plus grande part de seniors, avec 45 % des personnes en emploi âgées de 50 ans ou plus (figure 3).

Figure 1Emploi au 31 décembre 2018

en milliers
Emploi au 31 décembre 2018 (en milliers)
Emploi total Emploi salarié Emploi non salarié
Agriculture 653 254 400
Industrie 3 298 3 152 147
Construction 1 691 1 369 322
Tertiaire marchand 13 836 12 337 1 499
Tertiaire non marchand1 8 637 8 058 579
Ensemble 28 115 25 169 2 946
  • 1. Administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale.
  • Note : données provisoires.
  • Champ : France hors Mayotte, personnes de 15 ans ou plus.
  • Source : Insee, Estimations d'emploi.

Figure 2Salariés selon le secteur d'activité et le type de contrat de travail en 2018

en %
Salariés selon le secteur d'activité et le type de contrat de travail en 2018 (en %)
Intérim Apprentissage CDD CDI Ensemble
Agriculture 1,5 4,6 23,9 70,0 100,0
Industrie 7,9 2,5 4,7 84,9 100,0
Construction 7,5 3,9 5,5 83,1 100,0
Tertiaire marchand 2,4 2,3 9,2 86,1 100,0
Tertiaire non marchand1 ns ns 15,0 84,3 100,0
Ensemble 3,0 1,8 10,5 84,7 100,0
  • 1. Administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale.
  • Note : les données des contrats d'intérim et d'apprentissage dans le tertiaire non marchand ne sont pas significatives.
  • Champ : France hors Mayotte, personnes en emploi salarié de 15 ans ou plus.
  • Source : Insee, enquête Emploi 2018.

Figure 2Salariés selon le secteur d'activité et le type de contrat de travail en 2018

  • 1. Administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale.
  • Note : les données des contrats d'intérim et d'apprentissage dans le tertiaire non marchand ne sont pas significatives.
  • Champ : France hors Mayotte, personnes en emploi salarié de 15 ans ou plus.
  • Source : Insee, enquête Emploi 2018.

Figure 3Structure des emplois selon le secteur en 2018

en %
Structure des emplois selon le secteur en 2018 (en %)
Part de femmes Part de temps partiel Part des moins de 30 ans Part des 50 ans ou plus
Ensemble Parmi les femmes
Agriculture 27,0 13,9 24,0 16,5 45,1
Industrie 28,9 6,2 14,6 18,4 29,5
Construction 11,5 6,0 24,8 18,6 27,9
Tertiaire marchand 46,7 19,5 30,2 21,5 28,2
Tertiaire non marchand1 68,9 25,2 31,2 14,6 34,2
Ensemble 48,3 18,5 29,3 18,8 30,6
  • 1. Administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale.
  • Champ : France hors Mayotte, personnes en emploi de 15 ans ou plus.
  • Source : Insee, enquête Emploi 2018.

En 2019, l’emploi salarié augmente de 287 000, une hausse plus importante qu’en 2018 (+ 154 000), mais légèrement inférieure à celle de 2017 (+ 333 000). Si cette accélération s’observe dans tous les secteurs à l’exception de l’industrie (+ 11 000 en 2019 après + 13 000 en 2018), elle est particulièrement marquée dans le tertiaire marchand (+ 200 000 après + 121 000) (figure 4). Dans ce secteur, l’intérim continue à se contracter très légèrement (– 3 000 après – 27 000). Le transport et l’entreposage (+ 16 000) et l’information-communication (+ 20 000) demeurent bien orientés, tandis que le commerce (+ 39 000 après + 21 000), les services aux entreprises (+ 67 000 après + 38 000) et l’hébergement-restauration (+ 46 000 après + 20 000) accélèrent.

Figure 4Évolution de l’emploi salarié marchand

indice base 100 au 31 décembre 2008
Évolution de l’emploi salarié marchand (indice base 100 au 31 décembre 2008)
Agriculture Industrie Construction Tertiaire marchand Tertiaire non marchand¹ Ensemble des salariés
2000 119,5 115,2 83,3 91,3 93,0 95,1
2001 115,0 115,0 85,1 93,5 93,6 96,3
2002 114,3 112,7 85,2 94,6 95,4 97,1
2003 115,4 110,0 85,9 94,8 95,7 96,9
2004 115,0 107,4 87,7 95,6 96,3 97,3
2005 111,9 104,9 91,0 96,9 97,3 98,0
2006 109,7 103,3 95,3 98,7 98,7 99,2
2007 104,2 102,1 99,3 101,0 99,6 100,7
2008 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
2009 99,3 95,3 97,1 99,5 100,6 99,1
2010 98,0 92,9 95,8 100,9 100,6 99,3
2011 99,9 92,5 95,2 101,5 100,7 99,5
2012 101,5 91,9 94,0 100,9 101,2 99,3
2013 103,4 90,8 92,2 101,2 102,5 99,6
2014 104,0 89,8 89,1 101,6 103,2 99,6
2015 105,6 88,9 86,7 102,9 103,4 100,0
2016 105,6 88,1 86,2 104,7 103,8 100,8
2017 108,3 88,2 87,5 107,4 103,7 102,2
2018 107,8 88,6 89,3 108,5 103,6 102,8
2019 108,9 88,9 92,2 110,2 104,0 104,0
  • 1. Administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale.
  • Note : données provisoires pour 2018 et 2019.
  • Champ : France hors Mayotte, personnes en emploi de 15 ans ou plus.
  • Source : Insee, Estimations d'emploi.

Figure 4Évolution de l’emploi salarié marchand

  • 1. Administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale.
  • Note : données provisoires pour 2018 et 2019.
  • Champ : France hors Mayotte, personnes en emploi de 15 ans ou plus.
  • Source : Insee, Estimations d'emploi.

L’emploi salarié dans le tertiaire non marchand augmente en 2019 pour la première fois depuis 2016 (+ 28 000 après – 6 000 en 2018) marquant notamment la fin d’une période de forte baisse du nombre de bénéficiaires de contrats aidés. Le secteur retrouve sa tendance de long terme. Entre fin 2000 et fin 2016, l’emploi salarié y progressait en effet chaque année (le tertiaire non marchand étant le seul secteur à ne pas avoir perdu d’emploi pendant la crise de 2008).

Après plusieurs années de baisse continue à la suite de la crise de 2008 (– 212 000 entre fin 2008 et fin 2016), l’emploi salarié dans la construction croît depuis 2017 et accélère en 2019 (+ 45 000 après + 27 000 en 2018). Depuis 2017, ce secteur est celui dont la croissance de l’emploi salarié est la plus dynamique (+ 7 % sur la période, soit 92 000 créations nettes d’emploi).

Dans l’industrie, l’emploi salarié progresse de 11 000 en 2019, soit quasiment autant qu’en 2018 (+ 13 000). Avant cette reprise amorcée en 2017, le secteur perdait des emplois chaque année depuis 2000. Au total, les emplois salariés diminuent dans l’industrie (– 964 000 emplois salariés hors intérimaires entre fin 2000 et fin 2016, soit 24 % des effectifs). Au cours de cette période, l’emploi intérimaire utilisé dans l’industrie (41 % de l’ensemble des intérimaires fin 2016) a également diminué et a servi d’ajustement pendant la crise de 2008-2009. En 2018, le tertiaire est devenu le principal employeur d’intérimaires, une tendance confirmée en 2019 (44 % contre 36 % dans l’industrie fin 2019) (figure 5).

Figure 5Emploi intérimaire par secteur utilisateur

en milliers
Emploi intérimaire par secteur utilisateur (en milliers)
Industrie Construction Tertiaire Ensemble des secteurs
2000 T1 312,6 113,1 191,0 619,1
2000 T2 324,7 118,5 206,3 651,9
2000 T3 333,9 119,3 205,7 661,3
2000 T4 332,3 116,3 208,3 658,9
2001 T1 339,8 115,9 211,6 669,3
2001 T2 318,6 113,0 207,4 641,4
2001 T3 304,8 114,0 205,2 626,2
2001 T4 281,4 107,2 209,6 600,5
2002 T1 290,5 110,9 205,0 608,9
2002 T2 294,8 108,9 202,9 609,2
2002 T3 288,9 107,1 197,8 596,7
2002 T4 296,6 108,8 185,9 593,9
2003 T1 288,6 110,5 181,9 583,7
2003 T2 284,6 110,9 182,9 580,8
2003 T3 280,8 114,1 185,9 583,2
2003 T4 290,2 120,4 187,6 600,8
2004 T1 281,0 121,1 184,2 588,2
2004 T2 284,5 122,6 182,9 592,3
2004 T3 289,3 122,3 183,7 597,6
2004 T4 295,6 129,5 186,9 614,5
2005 T1 284,1 130,6 196,5 613,4
2005 T2 281,2 137,0 200,0 620,5
2005 T3 285,8 141,0 203,9 633,3
2005 T4 296,0 147,8 206,7 652,7
2006 T1 289,5 142,9 202,8 637,5
2006 T2 307,1 148,8 211,4 669,9
2006 T3 306,0 149,1 209,6 667,4
2006 T4 313,7 155,9 208,8 681,0
2007 T1 334,1 160,8 225,7 723,2
2007 T2 322,0 154,9 223,5 702,9
2007 T3 314,4 150,0 221,7 689,4
2007 T4 310,9 140,1 230,6 684,3
2008 T1 330,3 153,5 234,1 720,8
2008 T2 299,5 145,1 219,4 667,0
2008 T3 276,0 140,2 212,1 631,4
2008 T4 219,6 127,7 193,1 543,6
2009 T1 175,2 122,2 173,0 473,1
2009 T2 177,4 119,7 175,0 474,8
2009 T3 193,8 119,6 182,6 498,8
2009 T4 211,0 122,0 189,0 524,9
2010 T1 229,4 120,9 197,6 550,8
2010 T2 245,1 125,6 199,3 573,0
2010 T3 260,1 127,1 206,9 597,1
2010 T4 280,8 128,8 212,4 624,9
2011 T1 283,8 134,4 210,9 631,7
2011 T2 284,8 134,6 212,4 634,5
2011 T3 275,5 139,0 208,0 625,6
2011 T4 272,7 141,4 203,9 621,0
2012 T1 257,9 134,0 198,7 593,5
2012 T2 245,5 130,5 195,9 574,7
2012 T3 233,0 124,6 189,6 550,0
2012 T4 223,1 118,1 189,6 533,6
2013 T1 231,7 124,0 192,4 551,0
2013 T2 228,7 126,6 186,5 544,6
2013 T3 234,3 131,5 192,5 561,1
2013 T4 237,3 123,7 200,3 564,3
2014 T1 238,0 120,5 196,8 558,3
2014 T2 246,6 117,1 202,8 569,8
2014 T3 241,1 110,7 200,2 555,5
2014 T4 243,2 109,9 207,3 563,3
2015 T1 244,7 104,7 208,5 560,8
2015 T2 250,7 110,7 219,2 583,6
2015 T3 259,7 113,2 230,1 606,0
2015 T4 266,3 118,4 234,7 622,6
2016 T1 263,0 112,7 241,5 620,3
2016 T2 267,7 118,5 249,1 638,5
2016 T3 273,8 126,5 255,7 659,4
2016 T4 285,8 132,0 271,3 692,8
2017 T1 290,7 142,0 284,7 721,0
2017 T2 302,4 143,8 301,5 751,5
2017 T3 313,8 148,9 310,6 776,9
2017 T4 329,3 161,4 323,8 818,1
2018 T1 320,8 155,8 328,8 809,2
2018 T2 312,2 155,6 326,8 798,7
2018 T3 307,5 158,7 328,3 798,5
2018 T4 302,5 156,5 328,4 791,4
2019 T1 300,5 165,8 325,3 795,2
2019 T2 292,6 162,3 334,2 792,8
2019 T3 287,3 160,8 338,8 790,6
2019 T4 282,1 155,7 347,1 788,7
  • Champ : France hors Mayotte, intérimaires y compris CDI intérimaires.
  • Source : Dares, exploitation des déclarations sociales nominatives (DSN) et des fichiers Pôle emploi des déclarations mensuelles des agences d'intérim.

Figure 5Emploi intérimaire par secteur utilisateur

  • Champ : France hors Mayotte, intérimaires y compris CDI intérimaires.
  • Source : Dares, exploitation des déclarations sociales nominatives (DSN) et des fichiers Pôle emploi des déclarations mensuelles des agences d'intérim.

Définitions

Secteur tertiaire marchand : commerce, transports, activités financières, services aux entreprises, services aux ménages, hébergement-restauration, immobilier, information-communication.

Secteur tertiaire non marchand : administration publique, enseignement, santé humaine, action sociale.

Définitions

Secteur tertiaire marchand : commerce, transports, activités financières, services aux entreprises, services aux ménages, hébergement-restauration, immobilier, information-communication.

Secteur tertiaire non marchand : administration publique, enseignement, santé humaine, action sociale.