La France et ses territoiresÉdition 2021

Cet ouvrage offre un panorama des questions économiques, sociales et environnementales au niveau territorial. En utilisant les zonages d’études actualisés en 2020, l’ouvrage fait le point sur les disparités géographiques en France, sur les forces et faiblesses des divers territoires ainsi que sur les conditions de vie de la population.

Insee Références
Paru le : Paru le 29/04/2021
Justine Durand, Henri Lavergne (Insee), Pascal Boulin, Frédéric Vey (SDES)
La France et ses territoires - Avril 2021
Consulter
Sommaire

Spécificités des départements français au regard du développement durable

Justine Durand, Henri Lavergne (Insee), Pascal Boulin, Frédéric Vey (SDES)

Les départements français présentent chacun des spécificités au regard des enjeux de développement durable. Par exemple, les métropoles sont des lieux de création de richesses mais aussi des facteurs de risques pour l’environnement et d’exclusion pour certaines catégories de populations.

Les enjeux de santé et de bien-être dépendent de facteurs comme le maillage des services de santé ou la préservation des ressources naturelles. L’eutrophisation, dérèglement aquatique présent dans la plupart des départements, met à mal la qualité des écosystèmes. Préserver la biodiversité est un défi alors que l’artificialisation se poursuit en France.

Pour autant, la conversion en agriculture biologique progresse, la France réalise d’importants investissements pour assainir ses eaux et des comportements vertueux tendent à infléchir les émissions de CO2 (immatriculation de voitures neuves moins polluantes et développement des énergies renouvelables).

Un autre enjeu du développement durable porte sur la réduction des inégalités. La pauvreté touche les DOM et d’autres départements de France métropolitaine. Dans certains d’entre eux, la suroccupation des logements est élevée. L’écart de salaire entre les femmes et les hommes constitue un facteur d’inégalités et est particulièrement marqué dans les départements industriels et dans ceux où les cadres sont plus nombreux. De plus, dans de nombreux territoires, les difficultés liées à l’éducation et à la formation se cumulent, pouvant aussi devenir des obstacles pour l’accès à l’emploi.

Insee Références

Paru le : 29/04/2021

Six enjeux prioritaires dans l’Agenda 2030

La feuille de route de la France pour l’Agenda 2030 identifie six enjeux prioritaires pour aller vers un modèle plus prospère, solidaire et écologique et être au rendez-vous des objectifs de développement durable (ODD) de 2030, définis dans le cadre de l’ONU (encadré 1). Quatre des six enjeux de cette feuille de route sont traités ici :

- Agir pour la santé et le bien-être de toutes et de tous, notamment via une alimentation et une agriculture saine et durable ;

- Transformer les modèles de sociétés par la sobriété carbone et l’économie des ressources naturelles, pour agir en faveur du climat, de la planète et de sa biodiversité ;

- Agir pour une société juste en éradiquant la pauvreté, en luttant contre toutes les discriminations et inégalités et en garantissant les mêmes droits, opportunités et libertés à toutes et à tous ;

- S’appuyer sur l’éducation et la formation tout au long de la vie pour permettre une évolution des comportements et des modes de vie adaptée au monde à construire et aux défis du développement durable.

La première partie du dossier s’articule autour des deux premiers enjeux et la seconde partie autour des deux suivants. Les enjeux non traités ici relèvent respectivement de la question de gouvernance territoriale et de la coopération internationale (Méthodologie).

Chaque département a des atouts et des handicaps pour contribuer aux objectifs nationaux de développement durable. En effet, le territoire national se caractérise par une grande variété de situations en matière de positionnement géographique, de climat, de densité de population, d’empreinte économique, de spécialisations sectorielles, etc.

Des enjeux différents selon les départements

La densité de population en France métropolitaine varie de 15 habitants au km² en Lozère à plus de 20 000 à Paris. Les départements qui englobent de grandes métropoles sont denses. Ils sont bien positionnés pour l’éducation, la formation, l’accès aux soins, mais moins sur l’artificialisation des sols, la valorisation des déchets ou encore la pollution. Pour les inégalités de revenus, les départements de l’ouest de la France (Côtes-d’Armor et Morbihan), du Massif central (Aveyron, Corrèze, Allier) et de l’est montagneux s’opposent à ceux ayant des grandes villes (Paris, Lyon, Marseille) et du pourtour méditerranéen, où les inégalités sont plus marquées.

La localisation géographique intervient aussi dans la différenciation des départements par indicateur. Un quart des départements de France métropolitaine a une façade maritime et la moitié des zones montagneuses. Les départements de la façade atlantique au climat océanique sont davantage préservés du réchauffement climatique, sont bien positionnés sur l’énergie renouvelable, mais sont touchés par l’artificialisation des sols. Ils sont par ailleurs assez bien positionnés sur l’éducation et la formation. L’atteinte des objectifs de développement durable dépend entre autres de l’orientation économique des départements. Dans les départements à agriculture intensive, l’enjeu est de préserver les eaux et les sols de la pollution en développant, par exemple, l’agriculture biologique. L’eutrophisation fait également l’objet d’une vigilance.

Pour les départements de tradition industrielle, résultat d’une longue histoire liée aux ressources naturelles locales (mines) et à un réseau dense de voies de communication, la réduction des émissions de CO2 est un enjeu important. Souvent, les problèmes sociaux (pauvreté, difficultés de logement et difficultés d’insertion des jeunes) y sont marqués.

Dans les départements touristiques, la satisfaction des besoins des résidents et le développement économique lié à l’offre touristique se concurrencent, ce qui peut avoir des conséquences négatives sur l’artificialisation des sols et l’accès au logement.

Les cinq départements ultra-marins affichent également de fortes particularités, qui s’expliquent tant par leur situation géographique que par leur histoire. Dans les départements d’outre-mer, l’économie est très spécifique, compte tenu des ressources locales, de l’insularité et de l’éloignement par rapport à la métropole. Les difficultés scolaires et d’insertion sont particulièrement prégnantes. Si la Guadeloupe et la Martinique se distinguent par un taux de jeunes non diplômés inférieur au reste des DOM (21 %), les difficultés sont particulièrement fortes en Guyane et à Mayotte, où plus de la moitié des jeunes sont sans diplôme. La proportion est équivalente pour les jeunes qui ne sont ni en emploi ni en formation après leur sortie du système scolaire. Dans les DOM, la biodiversité et l’environnement sont les plus grands atouts. En revanche, ces départements sont les plus vulnérables face aux intempéries, au réchauffement climatique ou plus généralement aux catastrophes naturelles (éruptions volcaniques, tempêtes, tsunamis, etc.).

Pour toutes ces raisons, les opportunités et les contraintes pour se rapprocher des objectifs de développement durable diffèrent d’un département à l’autre. Les métropoles constituent des lieux de création de richesse, mais peuvent aussi concentrer des risques pour l’environnement, en matière de pollution et de biodiversité. Des mécanismes de ségrégation sociale et d’exclusion s’y développent. Le tourisme représente pour certains territoires un atout indéniable pour le développement économique, mais il génère une pression sur le marché immobilier et les ressources naturelles.

Les efforts nécessaires pour atteindre les objectifs varient donc selon les spécificités propres à chaque département. L’analyse des politiques concourant à l’atteinte des objectifs de développement durable mérite aussi une approche territorialisée. En effet, certaines politiques relèvent pour l’essentiel de décisions nationales (politique industrielle, éducation, égalité entre les femmes et les hommes) ou internationales (lutte contre le réchauffement climatique) mais sont mises en œuvre et peuvent être évaluées localement. D’autres politiques relèvent plus directement des collectivités locales (valorisation des déchets, accès au logement, artificialisation des sols).

Un environnement de qualité pour agir en faveur de la santé, du bien-être, de la biodiversité et du climat

La feuille de route pour l’Agenda 2030 identifie plusieurs enjeux afin d’éviter de dégrader davantage le cadre de vie et l’environnement : meilleure gestion des ressources naturelles, production plus durable et système de santé mieux adapté aux territoires et à leurs habitants. Face à ces enjeux, les politiques publiques déclinent des objectifs dans plusieurs domaines. Les territoires peuvent, en fonction de leurs contraintes et de leurs opportunités, agir pour atteindre ces objectifs.

L’accessibilité de tous aux soins dépend du maillage des services de santé et de la proximité des populations à ces services. Le décalage entre l’offre et la demande de soins peut être résorbé par des politiques publiques nationales, régionales et locales. En 2018, les Français ont accès en moyenne à 3,9 consultations par an chez un médecin généraliste, mais les inégalités territoriales sont importantes (figure 1). L’accessibilité aux médecins généralistes est souvent meilleure dans les territoires bénéficiant d’une forte croissance démographique, dans les territoires les plus denses, mais aussi dans les zones touristiques. Ainsi, les départements de la façade atlantique, de l’arc méditerranéen et du nord-est de la France sont les mieux dotés. Au contraire, l’accessibilité est moins bonne dans les départements d’Île-de-France hors Paris.

Dans les DOM (hors Mayotte), la situation est contrastée. Si elle est favorable à La Réunion, département de France le mieux doté avec en moyenne 5,4 consultations par an et par habitant, l’accessibilité aux médecins généralistes est faible dans les autres DOM, en particulier en Guyane (2,4 consultations).

Figure 1 - Accessibilité potentielle localisée aux médecins généralistes en 2018

nombre de consultations par an et par habitant
Figure 1 - Accessibilité potentielle localisée aux médecins généralistes en 2018 (nombre de consultations par an et par habitant ) - Lecture : en 2018, dans l'Allier, les habitants ont accès en moyenne à 3,3 consultations par an chez un médecin généraliste, contre en moyenne 3,9 en France.
Ain 3,0
Aisne 3,3
Allier 3,3
Alpes-de-Haute-Provence 4,2
Hautes-Alpes 4,7
Alpes-Maritimes 4,6
Ardèche 3,4
Ardennes 4,0
Ariège 4,1
Aube 3,4
Aude 4,0
Aveyron 3,6
Bouches-du-Rhône 4,8
Calvados 4,1
Cantal 3,9
Charente 3,5
Charente-Maritime 4,4
Cher 2,7
Corrèze 3,6
Côte-d'Or 4,2
Côtes-d'Armor 3,4
Creuse 3,3
Dordogne 3,5
Doubs 4,4
Drôme 3,9
Eure 3,1
Eure-et-Loir 3,0
Finistère 4,2
Gard 4,1
Haute-Garonne 4,8
Gers 4,0
Gironde 5,0
Hérault 4,8
Ille-et-Vilaine 4,2
Indre 3,0
Indre-et-Loire 4,1
Isère 4,1
Jura 3,8
Landes 4,2
Loir-et-Cher 3,2
Loire 3,7
Haute-Loire 3,7
Loire-Atlantique 4,1
Loiret 3,0
Lot 3,7
Lot-et-Garonne 3,3
Lozère 3,2
Maine-et-Loire 4,0
Manche 3,4
Marne 4,2
Haute-Marne 3,6
Mayenne 3,1
Meurthe-et-Moselle 4,4
Meuse 3,7
Morbihan 4,0
Moselle 4,1
Nièvre 3,1
Nord 4,8
Oise 3,2
Orne 2,9
Pas-de-Calais 4,5
Puy-de-Dôme 4,0
Pyrénées-Atlantiques 4,6
Hautes-Pyrénées 4,2
Pyrénées-Orientales 4,5
Bas-Rhin 5,1
Haut-Rhin 3,8
Rhône 4,1
Haute-Saône 3,8
Saône-et-Loire 3,3
Sarthe 3,1
Savoie 4,3
Haute-Savoie 3,7
Paris 4,5
Seine-Maritime 4,0
Seine-et-Marne 2,8
Yvelines 3,0
Deux-Sèvres 3,4
Somme 4,5
Tarn 3,9
Tarn-et-Garonne 3,7
Var 4,2
Vaucluse 4,0
Vendée 3,3
Vienne 4,3
Haute-Vienne 4,7
Vosges 3,9
Yonne 2,8
Territoire de Belfort 4,0
Essonne 2,9
Hauts-de-Seine 3,2
Seine-Saint-Denis 3,3
Val-de-Marne 3,0
Val-d'Oise 2,8
Guadeloupe 3,2
Martinique 3,3
Guyane 2,4
La Réunion 5,4
Mayotte nd
Corse-du-Sud 4,1
Haute-Corse 3,8
  • nd : non disponible.
  • Lecture : en 2018, dans l'Allier, les habitants ont accès en moyenne à 3,3 consultations par an chez un médecin généraliste, contre en moyenne 3,9 en France.
  • Champ : France hors Mayotte.
  • Sources : Cnam, Sniiram 2018 ; Insee, recensement de la population 2016 et distancier Metric 2019.

Figure 1 - Accessibilité potentielle localisée aux médecins généralistes en 2018

  • nd : non disponible.
  • Lecture : en 2018, dans l'Allier, les habitants ont accès en moyenne à 3,3 consultations par an chez un médecin généraliste, contre en moyenne 3,9 en France.
  • Champ : France hors Mayotte.
  • Sources : Cnam, Sniiram 2018 ; Insee, recensement de la population 2016 et distancier Metric 2019.

L’agriculture biologique relativement plus présente dans le sud-est de la France

La recherche d’une alimentation saine est un marqueur d’un nouveau mode de consommation pour une partie de la population. Consommer des produits de meilleure qualité pour prendre soin de sa santé et de l’environnement conduit au développement de l’alimentation « bio » qui implique une adaptation de la production. En ce sens, la politique alimentaire française fixe des objectifs à travers le plan Ambition Bio 2022. L’un de ces objectifs est de parvenir à 15 % de la surface agricole utile française (SAU) en agriculture biologique. En 2019, 2,3 millions d’hectares sont cultivés selon le mode biologique, soit 8,3 % de la SAU (figure 2). La dynamique de conversion se confirme et les surfaces cultivées en bio ont doublé en cinq ans. L’agriculture biologique est inégalement répartie selon les types de cultures : les vergers, les plantes à parfum et les vignes sont plus concernés que les grandes cultures. Conséquence de cette spécialisation, près de 60 % des surfaces cultivées en bio sont localisées dans trois régions (Provence-Alpes-Côtes d’Azur, Occitanie et Corse). Ainsi, 17 départements dépassent le seuil des 15 % de leur SAU en agriculture biologique et se situent dans ces trois régions. À l’opposé, les grandes régions céréalières et les zones de polyculture du nord de la France concentrent les départements allouant moins de 6 % de leur SAU à l’agriculture biologique.

Figure 2 - Part des surfaces cultivées en agriculture biologique en 2019

en %
Figure 2 - Part des surfaces cultivées en agriculture biologique en 2019 (en %) - Lecture : en 2019, en Loire-Atlantique, 18,3 % de la surface agricole utile est cultivée en agriculture biologique, contre en moyenne 8,3 % en France.
Ain 7,3
Aisne 1,5
Allier 4,8
Alpes-de-Haute-Provence 27,4
Hautes-Alpes 32,7
Alpes-Maritimes 21,4
Ardèche 23,0
Ardennes 5,3
Ariège 23,8
Aube 3,1
Aude 23,2
Aveyron 13,5
Bouches-du-Rhône 33,1
Calvados 7,5
Cantal 7,0
Charente 5,6
Charente-Maritime 4,1
Cher 4,3
Corrèze 5,4
Côte-d'Or 9,2
Côtes-d'Armor 7,5
Creuse 5,2
Dordogne 11,7
Doubs 6,0
Drôme 27,2
Eure 2,3
Eure-et-Loir 2,2
Finistère 7,5
Gard 21,7
Haute-Garonne 12,7
Gers 20,7
Gironde 11,2
Hérault 18,0
Ille-et-Vilaine 7,5
Indre 4,2
Indre-et-Loire 5,1
Isère 10,8
Jura 11,8
Landes 6,5
Loir-et-Cher 3,5
Loire 9,9
Haute-Loire 12,5
Loire-Atlantique 18,3
Loiret 2,6
Lot 10,0
Lot-et-Garonne 12,3
Lozère 17,8
Maine-et-Loire 11,0
Manche 7,3
Marne 1,9
Haute-Marne 6,8
Mayenne 6,6
Meurthe-et-Moselle 8,5
Meuse 4,7
Morbihan 7,9
Moselle 7,7
Nièvre 5,7
Nord 3,7
Oise 3,3
Orne 7,3
Pas-de-Calais 1,3
Puy-de-Dôme 6,1
Pyrénées-Atlantiques 4,4
Hautes-Pyrénées 7,5
Pyrénées-Orientales 34,0
Bas-Rhin 9,7
Haut-Rhin 8,1
Rhône 11,3
Haute-Saône 13,1
Saône-et-Loire 3,6
Sarthe 5,3
Savoie 3,6
Haute-Savoie 4,9
Paris nd
Seine-Maritime 2,1
Seine-et-Marne 4,1
Yvelines 7,1
Deux-Sèvres 7,6
Somme 1,4
Tarn 9,4
Tarn-et-Garonne 10,3
Var 30,8
Vaucluse 23,2
Vendée 9,8
Vienne 7,8
Haute-Vienne 9,1
Vosges 10,8
Yonne 11,4
Territoire de Belfort 6,5
Essonne 8,7
Hauts-de-Seine ne
Seine-Saint-Denis 7,3
Val-de-Marne 6,8
Val-d'Oise 1,5
Guadeloupe 1,6
Martinique 2,6
Guyane 11,3
La Réunion 3,5
Mayotte 0,2
Corse-du-Sud 20,1
Haute-Corse 11,7
  • ne : non évalué, nd : non disponible.
  • Lecture : en 2019, en Loire-Atlantique, 18,3 % de la surface agricole utile est cultivée en agriculture biologique, contre en moyenne 8,3 % en France.
  • Source : Agence Bio, 2020.

Figure 2 - Part des surfaces cultivées en agriculture biologique en 2019

  • Lecture : en 2019, en Loire-Atlantique, 18,3 % de la surface agricole utile est cultivée en agriculture biologique, contre en moyenne 8,3 % en France.
  • Source : Agence Bio, 2020.

Au niveau aquatique, la préservation des ressources naturelles se caractérise également par l’eutrophisation, symptôme d’un rejet trop important en phosphore et en azote. Il résulte de l’utilisation d’engrais agricoles et de rejets domestiques ou industriels, et se manifeste par une prolifération végétale et une diminution de la teneur en oxygène. D’autres facteurs tels que des températures élevées, un faible débit d’eau ou une abondante luminosité amplifient ce dérèglement. En France, les bassins les plus sensibles à l’eutrophisation se situent dans la moitié nord du pays (aval de la Seine, côtes normandes, bassin de la Loire, du Rhin et de la Meuse) ainsi que partiellement dans le bassin de la Garonne (Tarn et Aveyron). Les régions de grandes cultures intensives ou d’élevage sont particulièrement touchées (figure 3). Seuls neuf départements, dont la Guyane, la Guadeloupe et la Martinique, n’ont aucune surface sensible à ce dérèglement.

Figure 3 - Part de la surface sensible à l’eutrophisation en 2010

en %
Figure 3 - Part de la surface sensible à l’eutrophisation en 2010 (en %) - Lecture : en 2010, dans les Bouches-du-Rhône, les surfaces cumulées des communes sensibles à l’eutrophisation représentent 26 % de la surface du département, contre en moyenne 75 % en France
Ain 48,85
Aisne 100,00
Allier 100,00
Alpes-de-Haute-Provence 0,00
Hautes-Alpes 0,00
Alpes-Maritimes 2,89
Ardèche 12,46
Ardennes 100,00
Ariège 2,62
Aube 99,99
Aude 90,73
Aveyron 100,00
Bouches-du-Rhône 26,42
Calvados 100,00
Cantal 72,73
Charente 86,85
Charente-Maritime 55,92
Cher 100,00
Corrèze 12,17
Côte-d'Or 100,00
Côtes-d'Armor 99,91
Creuse 98,59
Dordogne 41,20
Doubs 98,79
Drôme 0,00
Eure 100,00
Eure-et-Loir 100,00
Finistère 99,65
Gard 80,83
Haute-Garonne 50,73
Gers 83,91
Gironde 30,72
Hérault 99,09
Ille-et-Vilaine 99,88
Indre 100,00
Indre-et-Loire 100,00
Isère 9,18
Jura 52,70
Landes 55,78
Loir-et-Cher 100,00
Loire 96,29
Haute-Loire 99,65
Loire-Atlantique 100,00
Loiret 99,97
Lot 60,02
Lot-et-Garonne 79,84
Lozère 93,83
Maine-et-Loire 100,00
Manche 99,98
Marne 99,96
Haute-Marne 100,00
Mayenne 100,00
Meurthe-et-Moselle 99,99
Meuse 100,00
Morbihan 98,43
Moselle 100,00
Nièvre 100,00
Nord 99,96
Oise 100,00
Orne 100,00
Pas-de-Calais 99,94
Puy-de-Dôme 98,64
Pyrénées-Atlantiques 15,38
Hautes-Pyrénées 23,52
Pyrénées-Orientales 79,58
Bas-Rhin 99,93
Haut-Rhin 99,91
Rhône 76,44
Haute-Saône 100,00
Saône-et-Loire 100,00
Sarthe 100,00
Savoie 4,63
Haute-Savoie 45,47
Paris 100,00
Seine-Maritime 100,00
Seine-et-Marne 99,99
Yvelines 100,00
Deux-Sèvres 100,00
Somme 100,00
Tarn 100,00
Tarn-et-Garonne 93,12
Var 16,28
Vaucluse 0,00
Vendée 98,89
Vienne 100,00
Haute-Vienne 98,47
Vosges 100,00
Yonne 99,92
Territoire de Belfort 99,91
Essonne 99,97
Hauts-de-Seine 99,75
Seine-Saint-Denis 100,00
Val-de-Marne 99,97
Val-d'Oise 99,98
Guadeloupe 0,00
Martinique 0,00
Guyane 0,00
La Réunion 22,14
Mayotte nd
Corse-du-Sud 0,00
Haute-Corse 0,00
  • nd : non disponible.
  • Lecture : en 2010, dans les Bouches-du-Rhône, les surfaces cumulées des communes sensibles à l’eutrophisation représentent 26 % de la surface du département, contre en moyenne 75 % en France
  • Champ : France hors Mayotte.
  • Sources : MTES, Onema ; Agences de l'eau, 2020.

Figure 3 - Part de la surface sensible à l’eutrophisation en 2010

  • nd : non disponible.
  • Lecture : en 2010, dans les Bouches-du-Rhône, les surfaces cumulées des communes sensibles à l’eutrophisation représentent 26 % de la surface du département, contre en moyenne 75 % en France
  • Champ : France hors Mayotte.
  • Sources : MTES, Onema ; Agences de l'eau, 2020.

L’assainissement des eaux usées, collectif ou individuel, est indispensable pour protéger les milieux aquatiques. La France réalise d’importants investissements pour mettre en conformité les stations d’assainissement au regard de la directive européenne relative au traitement des eaux résiduaires urbaines. Au sens de cette directive, 71 % de la capacité de traitement des agglomérations de 2 000 Eh (équivalent habitant) ou plus (celles qui font l’objet d’un rapportage à la Commission européenne) sont réputés conformes. En incluant les stations de faible capacité, cette part baisse à 60 %. Le taux de conformité globale des stations de traitement des eaux usées en capacité nominale de traitement (installations conformes en matière d’équipement, de performance et de collecte par temps sec), par agglomération d’assainissement, varie de 100 % (Orne, Cher et Charente-Maritime) à 0 % (Mayotte). En métropole, les moins bonnes performances s’observent dans la Sarthe (6 % de conformité), les Ardennes et le Loir-et-Cher (10 %).

L’artificialisation des sols se poursuit, plus intensément dans les zones attractives

La lutte contre l’étalement urbain pour préserver les paysages et la biodiversité est également une préoccupation environnementale importante. En France, 43 700 ha sont des surfaces principalement artificialisées entre 2012 et 2018 d’après la source Corine Land Cover, soit une superficie équivalente à quatre fois celle de Paris. Les départements les plus concernés se situent logiquement dans des territoires attractifs (du fait de leur dynamique économique ou de leur climat), tels que les espaces littoraux et les grandes métropoles (2 300 ha en Gironde, 1 900 ha dans l’Hérault, 1 700 ha en Haute-Garonne), tandis que les départements ruraux ou montagnards sont davantage préservés. La Charente est l’unique département où l’artificialisation baisse : – 235 ha, en raison d’une diminution des surfaces des zones de chantier. Rapportée à la superficie du département, l’artificialisation a été la plus forte à Mayotte et en Seine-Saint-Denis (figure 4). Cette modification des milieux se fait essentiellement au détriment de territoires agricoles : 80 % des superficies nouvellement artificialisées étaient agricoles en 2012 et près de 20 % étaient des forêts ou des milieux semi-naturels. Dans six départements, l’artificialisation provient intégralement de la disparition de surfaces agricoles (Cantal, Eure-et-Loir, Gers, Ille-et-Vilaine, Somme et Seine-Saint-Denis), tandis que dans les Alpes-Maritimes elle provient intégralement de la disparition de zones forestières ou de milieux semi-naturels. À l’inverse, sur les 5 300 ha désartificialisés entre 2012 et 2018 provenant de surfaces de mines, de décharges ou de chantiers, 46 % sont devenus agricoles, notamment en Haute-Vienne (devenus des prairies) et dans le Gers (devenus des terres arables) ; 40 % sont devenus des milieux à végétation arbustive ou herbacées, notamment dans le Gard et les Bouches-du-Rhône, et 13 % des surfaces en eaux continentales (eaux réparties sur les terres émergées) notamment dans la Marne et l’Yonne.

Figure 4 - Part de la surface départementale convertie en surface principalement artificialisée entre 2012 et 2018

en %
Figure 4 - Part de la surface départementale convertie en surface principalement artificialisée entre 2012 et 2018 (en %) - Lecture : entre 2012 et 2018, dans le Nord, 0,25 % de la surface départementale a été artificialisée, contre en moyenne 0,09 % en France.
Ain 0,104
Aisne 0,056
Allier 0,033
Alpes-de-Haute-Provence 0,050
Hautes-Alpes 0,011
Alpes-Maritimes 0,019
Ardèche 0,036
Ardennes 0,056
Ariège 0,048
Aube 0,073
Aude 0,065
Aveyron 0,047
Bouches-du-Rhône 0,160
Calvados 0,081
Cantal 0,024
Charente -0,039
Charente-Maritime 0,079
Cher 0,049
Corrèze 0,016
Côte-d'Or 0,037
Côtes-d'Armor 0,069
Creuse 0,004
Dordogne 0,031
Doubs 0,057
Drôme 0,073
Eure 0,103
Eure-et-Loir 0,088
Finistère 0,076
Gard 0,145
Haute-Garonne 0,268
Gers 0,021
Gironde 0,231
Hérault 0,310
Ille-et-Vilaine 0,218
Indre 0,029
Indre-et-Loire 0,155
Isère 0,080
Jura 0,040
Landes 0,139
Loir-et-Cher 0,026
Loire 0,076
Haute-Loire 0,025
Loire-Atlantique 0,105
Loiret 0,049
Lot 0,018
Lot-et-Garonne 0,060
Lozère 0,014
Maine-et-Loire 0,113
Manche 0,071
Marne 0,091
Haute-Marne 0,017
Mayenne 0,130
Meurthe-et-Moselle 0,062
Meuse 0,018
Morbihan 0,059
Moselle 0,007
Nièvre 0,028
Nord 0,253
Oise 0,079
Orne 0,080
Pas-de-Calais 0,172
Puy-de-Dôme 0,052
Pyrénées-Atlantiques 0,043
Hautes-Pyrénées 0,017
Pyrénées-Orientales 0,222
Bas-Rhin 0,071
Haut-Rhin 0,098
Rhône 0,042
Haute-Saône 0,014
Saône-et-Loire 0,021
Sarthe 0,105
Savoie 0,014
Haute-Savoie 0,028
Paris 0,000
Seine-Maritime 0,121
Seine-et-Marne 0,174
Yvelines 0,096
Deux-Sèvres 0,058
Somme 0,063
Tarn 0,067
Tarn-et-Garonne 0,048
Var 0,120
Vaucluse 0,053
Vendée 0,114
Vienne 0,187
Haute-Vienne 0,014
Vosges 0,010
Yonne 0,030
Territoire de Belfort 0,153
Essonne 0,248
Hauts-de-Seine 0,000
Seine-Saint-Denis 0,426
Val-de-Marne 0,157
Val-d'Oise 0,349
Guadeloupe 0,062
Martinique 0,039
Guyane 0,009
La Réunion 0,112
Mayotte 0,459
Corse-du-Sud 0,037
Haute-Corse 0,038
  • Lecture : entre 2012 et 2018, dans le Nord, 0,25 % de la surface départementale a été artificialisée, contre en moyenne 0,09 % en France.
  • Source : Corine Land Cover 2018.

Figure 4 - Part de la surface départementale convertie en surface principalement artificialisée entre 2012 et 2018

  • Lecture : entre 2012 et 2018, dans le Nord, 0,25 % de la surface départementale a été artificialisée, contre en moyenne 0,09 % en France.
  • Source : Corine Land Cover 2018.

Le dioxyde de carbone (CO2) représente 77 % des émissions de gaz à effet de serre et est nocif pour l’environnement. Il est partiellement produit par les transports (29 %) et par les établissements industriels (20 %). En octobre 2020, les émissions moyennes de CO2 des voitures neuves s’établissent à 120,4 g/km et la part des voitures soumises au malus écologique est de 6,9 %. En 2019, 18,8 % des véhicules neufs émettent moins de 100 g de CO2 par kilomètre (figure 5).

Ce taux varie de 13,3 % en Haute-Corse à 22,4 % dans le Lot. Dans les Bouches-du-Rhône, le Nord, les Hauts-de-Seine et le Rhône, qui enregistrent de fortes ventes de véhicules neufs, la part des véhicules peu polluants, en matière de CO2, avoisine les 20 %. La part des véhicules peu polluants est plus forte dans les départements densément peuplés où les activités industrielles polluantes (sidérurgie, métallurgie, chimie, industrie lourde) sont particulièrement présentes.

Figure 5 - Part des immatriculations de voitures neuves émettant moins de 100 g de CO2/km en 2019

en %
Figure 5 - Part des immatriculations de voitures neuves émettant moins de 100 g de CO2/km en 2019 (en %) - Lecture : dans les Landes, 20 % des voitures neuves immatriculées en 2019 émettent moins de 100 g de CO2 par km, contre en moyenne 19 % en France.
Ain 17,9
Aisne 18,1
Allier 20,0
Alpes-de-Haute-Provence 20,7
Hautes-Alpes 17,0
Alpes-Maritimes 17,7
Ardèche 18,6
Ardennes 19,6
Ariège 19,7
Aube 18,4
Aude 22,0
Aveyron 22,1
Bouches-du-Rhône 20,9
Calvados 20,9
Cantal 19,1
Charente 19,0
Charente-Maritime 19,4
Cher 18,7
Corrèze 20,4
Côte-d'Or 20,4
Côtes-d'Armor 20,4
Creuse 19,8
Dordogne 19,8
Doubs 21,8
Drôme 20,0
Eure 19,6
Eure-et-Loir 17,3
Finistère 20,8
Gard 20,4
Haute-Garonne 19,0
Gers 20,7
Gironde 20,8
Hérault 19,7
Ille-et-Vilaine 21,1
Indre 17,7
Indre-et-Loire 20,7
Isère 18,5
Jura 17,0
Landes 20,0
Loir-et-Cher 17,1
Loire 20,3
Haute-Loire 17,4
Loire-Atlantique 20,1
Loiret 17,9
Lot 22,4
Lot-et-Garonne 18,8
Lozère 21,5
Maine-et-Loire 21,2
Manche 19,6
Marne 17,9
Haute-Marne 19,9
Mayenne 20,5
Meurthe-et-Moselle 20,0
Meuse 19,5
Morbihan 20,0
Moselle 19,3
Nièvre 18,1
Nord 20,3
Oise 13,8
Orne 21,8
Pas-de-Calais 18,7
Puy-de-Dôme 18,8
Pyrénées-Atlantiques 18,2
Hautes-Pyrénées 18,5
Pyrénées-Orientales 18,4
Bas-Rhin 16,8
Haut-Rhin 17,3
Rhône 20,0
Haute-Saône 20,0
Saône-et-Loire 19,3
Sarthe 18,2
Savoie 16,4
Haute-Savoie 15,5
Paris 17,3
Seine-Maritime 15,8
Seine-et-Marne 17,1
Yvelines 17,5
Deux-Sèvres 19,4
Somme 18,3
Tarn 19,9
Tarn-et-Garonne 20,9
Var 19,3
Vaucluse 19,3
Vendée 22,1
Vienne 21,1
Haute-Vienne 19,8
Vosges 19,2
Yonne 17,3
Territoire de Belfort 20,6
Essonne 20,0
Hauts-de-Seine 20,0
Seine-Saint-Denis 21,9
Val-de-Marne 22,2
Val-d'Oise 19,4
Guadeloupe nd
Martinique nd
Guyane nd
La Réunion nd
Mayotte nd
Corse-du-Sud 18,9
Haute-Corse 13,3
  • nd : non disponible.
  • Lecture : dans les Landes, 20 % des voitures neuves immatriculées en 2019 émettent moins de 100 g de CO2 par km, contre en moyenne 19 % en France.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : Répertoire statistique des véhicules routiers (RSVERO) 2020.

Figure 5 - Part des immatriculations de voitures neuves émettant moins de 100 g de CO2/km en 2019

  • nd : non disponible.
  • Lecture : dans les Landes, 20 % des voitures neuves immatriculées en 2019 émettent moins de 100 g de CO2 par km, contre en moyenne 19 % en France.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : Répertoire statistique des véhicules routiers (RSVERO) 2020.

Au même titre que la limitation de l’artificialisation, la production d’énergies renouvelables est un moyen de préserver l’environnement. Dans le cadre de la programmation pluriannuelle de l’énergie publiée en janvier 2019, l’objectif est de doubler les capacités de production d’énergies renouvelables en 2028 pour atteindre la neutralité carbone en 2050. En 2017, les deux principales sources de production d’énergies renouvelables sont l’éolien (57 %) et le photovoltaïque (30 %). Les principales implantations en éoliennes se situent dans la moitié nord : les trois premiers départements producteurs sont la Somme (9,4 % de la production totale d’énergie éolienne), la Marne (6,2 %) et le Pas-de-Calais (6,1 %). Le Sud concentre davantage d’installations photovoltaïques : les trois premiers producteurs d’énergie photovoltaïque sont la Gironde (10,2 % de la production totale d’énergie photovoltaïque), les Landes (6,6 %) et les Alpes-de-Haute-Provence (4,5 %). Les départements situés au centre de la France ont des marges de progression en matière de production d’énergies renouvelables, tout en tenant compte du fait qu’ils bénéficient de conditions météorologiques moins favorables en termes d’ensoleillement ou de vent. Concernant les DOM, La Réunion, la Guadeloupe et la Martinique se situent dans le premier tiers des départements les plus producteurs.

Les départements denses ou touristiques valorisent moins les déchets ménagers et assimilés

La loi du 10 février 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire vise également à interdire progressivement la mise en décharge de déchets non dangereux valorisables et à réduire les quantités de déchets ménagers et assimilés (DMA) admis en installation de stockage à 10 % des quantités produites. En 2017, 35 millions de tonnes de DMA ont été produits en France, dont 45 % ont été valorisés hors incinération avec récupération d’énergie (figure 6). Les performances départementales de valorisation sont inégales : de 84 % en Vendée à 21 % en Corse-du-Sud. Les régions de Bretagne, des Pays de la Loire et des départements plus ruraux (Lozère, Haute-Loire, Drôme, Ardèche) valorisent davantage leurs DMA. Les départements les moins efficients sont majoritairement les plus denses ou les plus touristiques (départements de Corse, d’Île-de-France, de Provence-Alpes-Côtes d’Azur et d’Occitanie). Les DOM, hormis La Réunion, valorisent peu leurs déchets (moins de 27 %).

Par ailleurs, préserver l’environnement implique aussi de lutter contre le réchauffement climatique, source de nombreux dérèglements de la biodiversité et facteur d’amplification de catastrophes naturelles (encadré 2).

Figure 6 - Taux de valorisation matière et organique des déchets ménagers et assimilés en 2017

en %
Figure 6 - Taux de valorisation matière et organique des déchets ménagers et assimilés en 2017 (en %) - Lecture : en 2017, dans le Haut-Rhin, 52 % des déchets ménagers et assimilés sont valorisés, contre en moyenne 45,5 % en France
Ain 55,5
Aisne 43,1
Allier 44,6
Alpes-de-Haute-Provence 39,4
Hautes-Alpes 39,0
Alpes-Maritimes 34,9
Ardèche 63,4
Ardennes 30,2
Ariège 39,5
Aube 37,4
Aude 33,7
Aveyron 49,0
Bouches-du-Rhône 31,5
Calvados 44,6
Cantal 45,3
Charente 62,7
Charente-Maritime 49,3
Cher 49,9
Corrèze 42,6
Côte-d'Or 44,9
Côtes-d'Armor 71,8
Creuse 44,8
Dordogne 47,8
Doubs 52,6
Drôme 67,0
Eure 43,8
Eure-et-Loir 41,9
Finistère 59,1
Gard 55,7
Haute-Garonne 40,6
Gers 43,1
Gironde 45,0
Hérault 59,8
Ille-et-Vilaine 55,3
Indre 65,8
Indre-et-Loire 49,5
Isère 46,5
Jura 55,2
Landes 65,5
Loir-et-Cher 44,5
Loire 43,5
Haute-Loire 69,6
Loire-Atlantique 55,7
Loiret 42,6
Lot 48,5
Lot-et-Garonne 44,2
Lozère 83,9
Maine-et-Loire 59,3
Manche 61,2
Marne 42,1
Haute-Marne 36,8
Mayenne 56,4
Meurthe-et-Moselle 45,5
Meuse 39,2
Morbihan 72,0
Moselle 46,2
Nièvre 46,9
Nord 45,6
Oise 40,5
Orne 42,8
Pas-de-Calais 56,1
Puy-de-Dôme 45,4
Pyrénées-Atlantiques 55,8
Hautes-Pyrénées 40,5
Pyrénées-Orientales 42,4
Bas-Rhin 49,3
Haut-Rhin 52,0
Rhône 38,1
Haute-Saône 57,4
Saône-et-Loire 57,9
Sarthe 52,8
Savoie 43,6
Haute-Savoie 44,8
Paris 25,5
Seine-Maritime 22,2
Seine-et-Marne 45,9
Yvelines 38,4
Deux-Sèvres 84,5
Somme 59,4
Tarn 42,8
Tarn-et-Garonne 42,1
Var 34,0
Vaucluse 33,5
Vendée 84,7
Vienne 49,7
Haute-Vienne 49,3
Vosges 42,3
Yonne 46,6
Territoire de Belfort 51,1
Essonne 42,1
Hauts-de-Seine 27,1
Seine-Saint-Denis 39,4
Val-de-Marne 28,7
Val-d'Oise 37,3
Guadeloupe 26,2
Martinique 24,3
Guyane 13,9
La Réunion 41,7
Mayotte 1,4
Corse-du-Sud 21,4
Haute-Corse 28,9
  • Lecture : en 2017, dans le Haut-Rhin, 52 % des déchets ménagers et assimilés sont valorisés, contre en moyenne 45,5 % en France
  • Source : Sinoe 2020.

Figure 6 - Taux de valorisation matière et organique des déchets ménagers et assimilés en 2017

  • Lecture : en 2017, dans le Haut-Rhin, 52 % des déchets ménagers et assimilés sont valorisés, contre en moyenne 45,5 % en France
  • Source : Sinoe 2020.

Agir pour une société juste en éradiquant la pauvreté

Les politiques publiques doivent également agir sur la pauvreté, la suroccupation des logements, l’égalité entre les femmes et les hommes et les difficultés d’insertion des jeunes. Les politiques publiques sont souvent nationales en matière d’égalité entre les femmes et les hommes ou d’éducation et de formation, mais plutôt locales en matière de logement et de lutte contre la pauvreté.

La pauvreté touche d’abord les DOM qui enregistrent les taux les plus forts, au-delà de 30 %. En France métropolitaine, la pauvreté la plus élevée est observée en Seine-Saint-Denis et, dans une moindre mesure, dans les Pyrénées-Orientales, dans l’Aude et en Haute-Corse avec un taux de pauvreté supérieur à 20 % (figure 7). Elle est importante dans le nord et le sud de la France, ainsi que dans certains départements de la « diagonale centrale » incluant l’Aisne, la Creuse, le Lot-et-Garonne et l’Aube. À l’inverse, en Haute-Savoie, dans les Yvelines et en Vendée, les taux de pauvreté sont les plus bas (inférieurs à 10 %).

Figure 7 - Taux de pauvreté en 2018

en %
Figure 7 - Taux de pauvreté en 2018 (en %) - Lecture : en 2018, dans les Pyrénées-Orientales, le taux de pauvreté est de 21,0 %, contre en moyenne 14,7 % en France.
Ain 10,3
Aisne 18,4
Allier 15,5
Alpes-de-Haute-Provence 16,8
Hautes-Alpes 13,9
Alpes-Maritimes 15,8
Ardèche 14,4
Ardennes 18,9
Ariège 18,0
Aube 16,2
Aude 20,7
Aveyron 14,0
Bouches-du-Rhône 18,7
Calvados 12,4
Cantal 13,0
Charente 15,0
Charente-Maritime 12,8
Cher 14,3
Corrèze 13,1
Côte-d'Or 11,2
Côtes-d'Armor 11,7
Creuse 18,7
Dordogne 16,3
Doubs 12,1
Drôme 14,8
Eure 12,5
Eure-et-Loir 12,0
Finistère 10,6
Gard 19,8
Haute-Garonne 13,3
Gers 14,9
Gironde 12,6
Hérault 19,7
Ille-et-Vilaine 10,5
Indre 14,5
Indre-et-Loire 13,0
Isère 11,3
Jura 11,8
Landes 11,8
Loir-et-Cher 12,6
Loire 15,0
Haute-Loire 12,1
Loire-Atlantique 10,3
Loiret 13,2
Lot 15,0
Lot-et-Garonne 17,0
Lozère 14,5
Maine-et-Loire 11,4
Manche 12,0
Marne 14,4
Haute-Marne 14,9
Mayenne 11,5
Meurthe-et-Moselle 15,4
Meuse 14,5
Morbihan 11,2
Moselle 15,3
Nièvre 15,7
Nord 19,1
Oise 12,9
Orne 15,4
Pas-de-Calais 19,3
Puy-de-Dôme 13,2
Pyrénées-Atlantiques 12,3
Hautes-Pyrénées 15,4
Pyrénées-Orientales 21,0
Bas-Rhin 13,7
Haut-Rhin 12,9
Rhône 14,2
Haute-Saône 13,2
Saône-et-Loire 13,1
Sarthe 13,1
Savoie 10,0
Haute-Savoie 8,9
Paris 15,2
Seine-Maritime 14,9
Seine-et-Marne 11,8
Yvelines 9,7
Deux-Sèvres 12,3
Somme 16,4
Tarn 15,6
Tarn-et-Garonne 17,0
Var 15,6
Vaucluse 20,0
Vendée 9,2
Vienne 14,3
Haute-Vienne 15,5
Vosges 15,4
Yonne 14,5
Territoire de Belfort 14,5
Essonne 13,1
Hauts-de-Seine 11,9
Seine-Saint-Denis 28,4
Val-de-Marne 16,6
Val-d'Oise 17,2
Guadeloupe 34,5
Martinique 29,8
Guyane 52,9
La Réunion 38,9
Mayotte 77,3
Corse-du-Sud 16,1
Haute-Corse 20,6
  • Lecture : en 2018, dans les Pyrénées-Orientales, le taux de pauvreté est de 21,0 %, contre en moyenne 14,7 % en France.
  • Source : Insee, Filosofi 2018, Budget de famille 2017 (uniquement pour la Guadeloupe, la Guyane et Mayotte).

Figure 7 - Taux de pauvreté en 2018

  • Lecture : en 2018, dans les Pyrénées-Orientales, le taux de pauvreté est de 21,0 %, contre en moyenne 14,7 % en France.
  • Source : Insee, Filosofi 2018, Budget de famille 2017 (uniquement pour la Guadeloupe, la Guyane et Mayotte).

Dans les départements où l’emploi est le plus précaire (proportion élevée d’emploi interimaire et de contrats à durée déterminée) et où les jeunes connaissent des difficultés pour s’insérer, la dispersion des niveaux de vie est souvent plus élevée. Néanmoins, les départements offrant les revenus tant les plus élevés (Hauts-de-Seine et Paris) que les plus faibles (Mayotte et Guyane) enregistrent les plus fortes disparités sociales (les 10 % des ménages les plus aisés ont un niveau de vie plus de 6 fois supérieur aux 10 % les plus modestes).

En 2016, 9,9 % des résidences principales sont en situation de suroccupation. Cela concerne plus de 5 millions de personnes qui vivent à deux ou plus dans un logement où le nombre de pièces est insuffisant au regard de la taille de leur ménage. La suroccupation des logements est liée à la pauvreté de la population du département, sauf exceptions comme dans les Hauts-de-Seine ou le Val-de-Marne. En métropole, elle coïncide avec une part de la population vivant en HLM importante et des ménages plus grands que la moyenne. Le taux de pauvreté est plus élevé chez les locataires du parc social que pour les autres ménages et la suroccupation y est, en général, plus fréquente.

Les ménages concernés par la suroccupation résident majoritairement dans les grandes agglomérations. 74 % d’entre eux habitent dans une agglomération de plus de 100 000 habitants, dont 40 % dans l’agglomération parisienne. En métropole, la suroccupation des logements est la plus forte en Île-de-France et en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Si les logements sont plus souvent suroccupés dans les départements les plus denses (départements d’Île-de-France, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône), ils le sont également à Mayotte et en Guyane (taux de suroccupation respectivement de 57,5 % et 37,2 %) (figure 8).

Figure 8 - Taux de logements suroccupés en 2016

en %
Figure 8 - Taux de logements suroccupés en 2016 (en %) - Lecture : en 2016, dans le Val-de-Marne, 20,7 % des logements sont suroccupés, contre en moyenne 9,9 % en France
Ain 4,7
Aisne 4,5
Allier 4,2
Alpes-de-Haute-Provence 6,1
Hautes-Alpes 5,5
Alpes-Maritimes 19,5
Ardèche 3,6
Ardennes 3,2
Ariège 3,9
Aube 6,9
Aude 4,9
Aveyron 3,9
Bouches-du-Rhône 13,0
Calvados 7,5
Cantal 3,2
Charente 3,6
Charente-Maritime 5,2
Cher 4,4
Corrèze 3,7
Côte-d'Or 8,7
Côtes-d'Armor 3,4
Creuse 3,2
Dordogne 3,6
Doubs 6,5
Drôme 4,8
Eure 5,4
Eure-et-Loir 5,5
Finistère 4,0
Gard 6,7
Haute-Garonne 10,8
Gers 3,2
Gironde 9,3
Hérault 11,9
Ille-et-Vilaine 6,8
Indre 3,4
Indre-et-Loire 7,8
Isère 7,4
Jura 3,9
Landes 3,4
Loir-et-Cher 4,5
Loire 5,5
Haute-Loire 2,8
Loire-Atlantique 7,2
Loiret 7,5
Lot 4,5
Lot-et-Garonne 4,5
Lozère 5,1
Maine-et-Loire 6,3
Manche 3,2
Marne 7,3
Haute-Marne 3,2
Mayenne 3,8
Meurthe-et-Moselle 8,2
Meuse 3,0
Morbihan 4,3
Moselle 5,3
Nièvre 4,4
Nord 7,6
Oise 7,8
Orne 4,0
Pas-de-Calais 4,3
Puy-de-Dôme 6,8
Pyrénées-Atlantiques 6,1
Hautes-Pyrénées 4,3
Pyrénées-Orientales 6,8
Bas-Rhin 8,9
Haut-Rhin 6,0
Rhône 12,4
Haute-Saône 3,2
Saône-et-Loire 4,3
Sarthe 4,8
Savoie 7,7
Haute-Savoie 8,8
Paris 32,3
Seine-Maritime 7,4
Seine-et-Marne 11,8
Yvelines 12,5
Deux-Sèvres 3,1
Somme 7,0
Tarn 4,2
Tarn-et-Garonne 4,4
Var 10,3
Vaucluse 7,4
Vendée 3,3
Vienne 8,0
Haute-Vienne 6,8
Vosges 3,3
Yonne 4,9
Territoire de Belfort 5,8
Essonne 13,4
Hauts-de-Seine 22,2
Seine-Saint-Denis 26,5
Val-de-Marne 20,7
Val-d'Oise 15,6
Guadeloupe 10,5
Martinique 11,0
Guyane 37,2
La Réunion 13,6
Mayotte 57,5
Corse-du-Sud 8,4
Haute-Corse 8,6
  • Lecture : en 2016, dans le Val-de-Marne, 20,7 % des logements sont suroccupés, contre en moyenne 9,9 % en France
  • Source : Insee, recensement de la population 2016.

Figure 8 - Taux de logements suroccupés en 2016

  • Lecture : en 2016, dans le Val-de-Marne, 20,7 % des logements sont suroccupés, contre en moyenne 9,9 % en France
  • Source : Insee, recensement de la population 2016.

Les écarts de salaire femmes-hommes sont plus importants dans les départements industriels

L’écart de salaire entre les femmes et les hommes constitue un autre facteur d’inégalités. De 18,4 % en moyenne en France, l’écart est globalement plus faible dans les départements peu denses et peut être fort dans des départements très urbanisés, où les cadres sont très présents, notamment à Paris (20,2 %), avec des exceptions notables comme la Seine-Saint-Denis (16,5 %) et le Val-de-Marne (14,5 %). C’est en effet pour les cadres que les écarts de salaires sont les plus importants.

Plus généralement, l’écart de salaire entre les femmes et les hommes est plus élevé dans les départements où l’éventail de salaires est plus étendu parmi l’ensemble des salariés. Cet écart de salaire s’explique, d’une part, par des inégalités de volume de travail, les femmes exerçant plus souvent à temps partiel, d’autre part, par des inégalités de salaire pour un même volume de travail. Ces inégalités proviennent principalement du fait que les femmes et les hommes ne travaillent pas dans les mêmes secteurs et n’occupent pas les mêmes emplois. En particulier, les hommes sont plus nombreux que les femmes parmi les cadres. Dans un département où il y a plus de cadres, l’écart de salaire entre les femmes et les hommes est plus élevé. Les inégalités d’accès aux emplois les mieux rémunérés sont particulièrement élevées parmi les salariés ayant des enfants, si bien que les écarts de salaire entre les pères et les mères sont nettement plus importants qu’entre les femmes et les hommes sans enfant.

Ainsi, les départements ayant des spécificités industrielles, où les cadres sont plus nombreux, enregistrent les plus forts écarts de salaire entre les femmes et les hommes : Hauts-de-Seine, Territoire de Belfort, Isère, Ain, Haute-Garonne, Loire-Atlantique (figure 9).

L’écart de salaire dans un département s’explique aussi par le poids de la fonction publique dans l’emploi, car les salaires y sont déterminés de façon statutaire et l’écart entre les femmes et les hommes y est plus faible que dans le privé. C’est le cas des départements de métropole peu industriels et plus agricoles où les écarts sont très faibles (Lozère, Cantal, Dordogne, Pyrénées-Orientales, Alpes-de-Haute-Provence, Creuse, Corse-du-Sud). Les DOM enregistrent globalement les écarts les plus faibles. Les emplois y sont plus souvent moins qualifiés, et leurs emplois de cadres relèvent en grande partie de la fonction publique.

Hors effets de structure que sont les différences de volume de travail, de catégorie socioprofessionnelle ou de secteur d’activité, des écarts subsistent entre départements. Si les politiques publiques peuvent agir pour résorber cet écart au niveau national, les entreprises le peuvent également au niveau local.

Figure 9 - Écart de salaire horaire moyen entre les femmes et les hommes en 2015

en %
Figure 9 - Écart de salaire horaire moyen entre les femmes et les hommes en 2015 (en %) - Lecture : en 2015, en Corse-du-Sud, l’écart de salaire moyen entre les femmes et les hommes est de 10,5 %, contre en moyenne 18,4 % en France
Ain 21,4
Aisne 16,2
Allier 14,0
Alpes-de-Haute-Provence 11,6
Hautes-Alpes 12,0
Alpes-Maritimes 16,7
Ardèche 17,4
Ardennes 16,7
Ariège 14,6
Aube 17,2
Aude 12,7
Aveyron 14,8
Bouches-du-Rhône 18,0
Calvados 16,4
Cantal 12,5
Charente 15,9
Charente-Maritime 14,9
Cher 19,3
Corrèze 13,6
Côte-d'Or 16,6
Côtes-d'Armor 14,9
Creuse 11,0
Dordogne 11,9
Doubs 19,3
Drôme 18,6
Eure 18,7
Eure-et-Loir 17,2
Finistère 18,3
Gard 16,0
Haute-Garonne 21,3
Gers 11,9
Gironde 18,4
Hérault 14,0
Ille-et-Vilaine 18,4
Indre 15,3
Indre-et-Loire 18,9
Isère 22,3
Jura 19,1
Landes 15,8
Loir-et-Cher 17,8
Loire 18,7
Haute-Loire 14,2
Loire-Atlantique 20,6
Loiret 17,0
Lot 14,0
Lot-et-Garonne 12,6
Lozère 8,6
Maine-et-Loire 18,6
Manche 20,4
Marne 15,9
Haute-Marne 16,1
Mayenne 17,7
Meurthe-et-Moselle 16,8
Meuse 17,4
Morbihan 16,1
Moselle 20,1
Nièvre 13,8
Nord 17,7
Oise 18,2
Orne 15,7
Pas-de-Calais 16,1
Puy-de-Dôme 18,1
Pyrénées-Atlantiques 19,1
Hautes-Pyrénées 16,2
Pyrénées-Orientales 11,8
Bas-Rhin 19,2
Haut-Rhin 20,0
Rhône 19,6
Haute-Saône 15,4
Saône-et-Loire 18,8
Sarthe 20,0
Savoie 18,0
Haute-Savoie 18,9
Paris 20,2
Seine-Maritime 19,9
Seine-et-Marne 17,5
Yvelines 23,9
Deux-Sèvres 13,7
Somme 15,5
Tarn 13,7
Tarn-et-Garonne 14,3
Var 15,4
Vaucluse 13,2
Vendée 18,4
Vienne 16,4
Haute-Vienne 13,5
Vosges 16,2
Yonne 15,1
Territoire de Belfort 22,9
Essonne 21,0
Hauts-de-Seine 24,7
Seine-Saint-Denis 16,5
Val-de-Marne 14,5
Val-d'Oise 17,6
Guadeloupe 7,2
Martinique 5,5
Guyane 8,5
La Réunion 5,0
Mayotte nd
Corse-du-Sud 10,5
Haute-Corse 13,5
  • nd : non disponible.
  • Lecture : en 2015, en Corse-du-Sud, l’écart de salaire moyen entre les femmes et les hommes est de 10,5 %, contre en moyenne 18,4 % en France
  • Champ : France hors Mayotte.
  • Source : Insee, DADS 2015.

Figure 9 - Écart de salaire horaire moyen entre les femmes et les hommes en 2015

  • nd : non disponible.
  • Lecture : en 2015, en Corse-du-Sud, l’écart de salaire moyen entre les femmes et les hommes est de 10,5 %, contre en moyenne 18,4 % en France
  • Champ : France hors Mayotte.
  • Source : Insee, DADS 2015.

Les difficultés d’insertion sur le marché du travail riment souvent avec pauvreté

La précarité monétaire des ménages et celle des actifs vis-à-vis du marché du travail (proportion élevée d’emploi intérimaire et de contrats à durée déterminée) sont très liées. Aussi une réduction des inégalités économiques et sociales pourrait passer par plus d’égalité dans le niveau d’éducation et par une meilleure insertion des jeunes dans la vie active.

Au regard de la part des jeunes âgés de 20 à 24 ans sortis non diplômés du système éducatif, les départements les mieux positionnés sur les questions d’éducation sont concentrés dans l’ouest de la France, particulièrement en Bretagne et dans les départements limitrophes, dans le sud-ouest (Gironde, Pyrénées-Atlantique, Haute-Garonne, Gers), dans une partie des départements du Massif central (Aveyron, Lozère, Cantal, Puy-de-Dôme, Haute-Loire et Corrèze), de l’est Lyonnais (Rhône, Ain, Savoie, Haute-Savoie et Isère) ou encore de l’Île-de-France (figure 10). Les jeunes de ces départements s’insèrent plus facilement dans la vie active. Leurs taux de pauvreté et de chômage y sont plus faibles que la moyenne. Les grandes métropoles et les villes étudiantes (Rennes, Nantes, Strasbourg, Bordeaux, Toulouse, Lyon, Dijon, etc.) font partie de ces territoires.

Figure 10 - Part des non-diplômés chez les 20-24 ans sortis des études

en %
Figure 10 - Part des non-diplômés chez les 20-24 ans sortis des études (en %) - Lecture : en 2016, dans le Calvados, 16,2 % des 20-24 ans sortis des études sont non diplômés, contre en moyenne 18,7 % en France
Ain 16,1
Aisne 24,0
Allier 19,0
Alpes-de-Haute-Provence 17,7
Hautes-Alpes 16,6
Alpes-Maritimes 20,0
Ardèche 16,8
Ardennes 20,6
Ariège 19,2
Aube 21,5
Aude 21,4
Aveyron 12,3
Bouches-du-Rhône 21,4
Calvados 16,2
Cantal 12,5
Charente 18,2
Charente-Maritime 17,1
Cher 19,2
Corrèze 16,4
Côte-d'Or 15,4
Côtes-d'Armor 13,6
Creuse 16,1
Dordogne 18,0
Doubs 15,8
Drôme 17,6
Eure 19,8
Eure-et-Loir 18,8
Finistère 13,2
Gard 19,5
Haute-Garonne 15,2
Gers 14,6
Gironde 16,1
Hérault 19,6
Ille-et-Vilaine 12,6
Indre 19,9
Indre-et-Loire 15,2
Isère 16,8
Jura 16,7
Landes 15,6
Loir-et-Cher 18,9
Loire 18,3
Haute-Loire 13,2
Loire-Atlantique 13,6
Loiret 19,3
Lot 15,2
Lot-et-Garonne 19,6
Lozère 13,9
Maine-et-Loire 15,2
Manche 13,1
Marne 17,9
Haute-Marne 17,1
Mayenne 13,9
Meurthe-et-Moselle 18,2
Meuse 17,5
Morbihan 13,3
Moselle 17,9
Nièvre 19,4
Nord 22,9
Oise 20,6
Orne 18,9
Pas-de-Calais 22,9
Puy-de-Dôme 16,4
Pyrénées-Atlantiques 13,1
Hautes-Pyrénées 15,7
Pyrénées-Orientales 24,1
Bas-Rhin 15,5
Haut-Rhin 16,3
Rhône 16,6
Haute-Saône 17,0
Saône-et-Loire 17,7
Sarthe 16,7
Savoie 14,6
Haute-Savoie 14,7
Paris 11,9
Seine-Maritime 19,0
Seine-et-Marne 18,5
Yvelines 15,8
Deux-Sèvres 15,3
Somme 22,3
Tarn 17,7
Tarn-et-Garonne 21,7
Var 19,4
Vaucluse 22,0
Vendée 12,7
Vienne 15,0
Haute-Vienne 17,9
Vosges 17,8
Yonne 23,0
Territoire de Belfort 18,9
Essonne 19,4
Hauts-de-Seine 16,3
Seine-Saint-Denis 26,3
Val-de-Marne 18,7
Val-d'Oise 20,6
Guadeloupe 21,4
Martinique 21,1
Guyane 51,0
La Réunion 28,7
Mayotte 61,2
Corse-du-Sud 20,5
Haute-Corse 23,0
  • Lecture : en 2016, dans le Calvados, 16,2 % des 20-24 ans sortis des études sont non diplômés, contre en moyenne 18,7 % en France
  • Source : Insee, recensement de la population 2016.

Figure 10 - Part des non-diplômés chez les 20-24 ans sortis des études

  • Lecture : en 2016, dans le Calvados, 16,2 % des 20-24 ans sortis des études sont non diplômés, contre en moyenne 18,7 % en France
  • Source : Insee, recensement de la population 2016.

Les départements les moins bien positionnés sur l’enjeu éducatif, à la fois sur la part de jeunes non diplômés et sur l’insertion dans la vie active (figure 11), sont situés majoritairement dans le nord et dans le sud de la France ainsi que dans les DOM. Ces départements cumulent très souvent pauvreté, difficultés d’apprentissage scolaire et obstacles pour l’accès à un emploi non précaire, notamment dans le nord de la France (Pas-de-Calais, Somme, Oise, Ardennes et Aisne).

Sur le pourtour méditerranéen, la part des jeunes qui sortent non diplômés est élevée (supérieure à 20 % contre moins de 18 % en France métropolitaine) et les jeunes ont plus de mal à s’insérer dans la vie active (près de 30 % ni en emploi ni en formation, contre 23 % en France et 22 % en métropole), en raison notamment d’un taux de chômage élevé.

Figure 11 - Part des 15-25 ans hors emploi et hors formation en 2016

en %
Figure 11 - Part des 15-25 ans hors emploi et hors formation en 2016 (en %) - Lecture : en 2016 , dans le Jura, 21,9 % de la population des 15-25 ans sont hors emploi et hors formation, contre en moyenne 23,2 % en France.
Ain 21,8
Aisne 33,9
Allier 25,5
Alpes-de-Haute-Provence 29,0
Hautes-Alpes 22,3
Alpes-Maritimes 23,0
Ardèche 27,7
Ardennes 32,5
Ariège 29,9
Aube 27,1
Aude 35,0
Aveyron 20,4
Bouches-du-Rhône 24,5
Calvados 20,8
Cantal 19,3
Charente 27,2
Charente-Maritime 25,6
Cher 27,7
Corrèze 21,5
Côte-d'Or 17,3
Côtes-d'Armor 22,4
Creuse 24,8
Dordogne 29,9
Doubs 18,9
Drôme 27,2
Eure 28,2
Eure-et-Loir 25,8
Finistère 20,5
Gard 29,1
Haute-Garonne 17,7
Gers 24,1
Gironde 20,3
Hérault 24,2
Ille-et-Vilaine 16,0
Indre 29,1
Indre-et-Loire 19,8
Isère 19,1
Jura 21,9
Landes 28,3
Loir-et-Cher 25,6
Loire 22,5
Haute-Loire 20,8
Loire-Atlantique 18,6
Loiret 23,2
Lot 25,9
Lot-et-Garonne 28,4
Lozère 19,6
Maine-et-Loire 19,3
Manche 22,7
Marne 21,4
Haute-Marne 27,6
Mayenne 19,0
Meurthe-et-Moselle 19,4
Meuse 28,8
Morbihan 22,8
Moselle 24,5
Nièvre 28,2
Nord 25,9
Oise 26,9
Orne 27,2
Pas-de-Calais 33,7
Puy-de-Dôme 18,7
Pyrénées-Atlantiques 20,5
Hautes-Pyrénées 23,5
Pyrénées-Orientales 35,4
Bas-Rhin 19,2
Haut-Rhin 25,9
Rhône 17,3
Haute-Saône 26,6
Saône-et-Loire 25,6
Sarthe 23,8
Savoie 17,7
Haute-Savoie 18,5
Paris 12,9
Seine-Maritime 24,5
Seine-et-Marne 22,0
Yvelines 17,8
Deux-Sèvres 24,9
Somme 25,6
Tarn 26,2
Tarn-et-Garonne 29,9
Var 28,7
Vaucluse 30,9
Vendée 22,3
Vienne 19,3
Haute-Vienne 20,0
Vosges 29,4
Yonne 30,2
Territoire de Belfort 24,5
Essonne 20,6
Hauts-de-Seine 15,5
Seine-Saint-Denis 28,2
Val-de-Marne 19,2
Val-d'Oise 22,7
Guadeloupe 39,1
Martinique 36,6
Guyane 53,3
La Réunion 44,0
Mayotte 62,8
Corse-du-Sud 28,4
Haute-Corse 27,1
  • Lecture : en 2016 , dans le Jura, 21,9 % de la population des 15-25 ans sont hors emploi et hors formation, contre en moyenne 23,2 % en France.
  • Source : Insee, Recensement de la population 2016.

Figure 11 - Part des 15-25 ans hors emploi et hors formation en 2016

  • Lecture : en 2016 , dans le Jura, 21,9 % de la population des 15-25 ans sont hors emploi et hors formation, contre en moyenne 23,2 % en France.
  • Source : Insee, Recensement de la population 2016.

Encadré 1 - La France dans la moyenne européenne au regard des objectifs de développement durable

La France est en position moyenne au sein de l’Union européenne (UE) [Cling et al., 2019]. La pauvreté et les inégalités monétaires y sont relativement contenues. L’espérance de vie y est élevée sans que cela se traduise par une meilleure santé perçue. En matière d’éducation, la France fait mieux que la moyenne européenne, sauf pour la réduction des faibles compétences chez les jeunes de 15 ans. L’accès à l’emploi reste difficile, notamment pour les plus jeunes. Le bilan de la France est contrasté dans le domaine environnemental. Sa consommation d’énergie a décru comme dans l’ensemble des pays de l’UE. Cependant, elle peine à atteindre certains de ses objectifs, par exemple en matière d’énergies renouvelables. Le recours à l’énergie nucléaire explique sa bonne performance quant aux émissions de gaz à effet de serre. La France est proche de la moyenne européenne pour la pollution de l’air par les particules fines ou le développement de l’agriculture biologique.

Encadré 2 - Le réchauffement climatique, source de nombreux dérèglements

L’ODD 13 (mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques) est illustré essentiellement au niveau national à l’aide des dérèglements observés (catastrophes naturelles, hivers moins rigoureux, diminution de l’enneigement, etc.). Des mutations de l’environnement sont en cours et contraignent les activités humaines (adaptation des productions agricoles, approvisionnement en eau douce, sécheresse). L’objectif de l’Accord de Paris de 2015, qui fixait la limite du réchauffement à + 2°C en 2030, semble aujourd’hui inatteignable. L’évolution des températures démontre que les hivers deviennent de moins en moins rigoureux et les vagues de chaleur sont plus fréquentes. La durée moyenne d’enneigement en moyenne montagne diminue. Les précipitations annuelles sont très disparates : elles augmentent sur une grande moitié nord (surtout le quart nord-est) et baissent au sud (surtout dans le sud-est). Entre 1998 et 2018, sur l’ensemble du territoire, de nombreux arrêtés de catastrophes naturelles ont été pris. Parmi ces catastrophes, 72 % correspondent à des inondations et 23 % à des mouvements de terrain. La fréquence des catastrophes naturelles pourrait s’accroître. Les populations du littoral sont de plus en plus confrontées à l’érosion côtière et aux risques de submersion marine ; les glaciers disparaissent progressivement des montagnes, les incendies se multiplient et des épisodes caniculaires touchent désormais les zones intérieures.

Méthodes

L’analyse s’appuie sur une sélection de 14 indicateurs départementaux. Ces indicateurs sont disponibles dans la base d’indicateurs territoriaux de développement durable, conjointement développée par l’Insee et le Service des données et études statistiques (SDES), en partie constituée par désagrégation d’indicateurs nationaux. La sélection des indicateurs analysés a été réalisée à partir des 106 indicateurs disponibles sur le site de l’Insee. Ce choix a été guidé par leur disponibilité au niveau départemental, leur relative fraîcheur pour chacun des départements et leur qualité statistique afin de permettre les comparaisons. L’objectif est de couvrir l’ensemble des quatre enjeux retenus pour ce dossier : climat et biodiversité ; santé et bien-être ; lutte contre les discriminations et inégalités ; éducation et formation. Cette sélection a un impact sur les résultats qui ne doivent pas être interprétés comme des palmarès. Il s’agit plutôt d’atouts ou de handicaps constatés et plus ou moins marqués au niveau départemental afin de contribuer à atteindre les objectifs au niveau national. Chaque indicateur apporte un éclairage sur la situation des départements au regard de l’un des 15 objectifs de développement durable retenus dans ce dossier (voir la feuille de route de la France pour l’Agenda 2030) et permet de mettre en évidence, indicateur par indicateur, les différences, les points faibles et les atouts des départements. Dans cette étude, chaque indicateur est affecté à un seul ODD et traité comme tel bien qu’il puisse illustrer d’autres objectifs. Par exemple, l’indicateur concernant l’eutrophisation illustre l’ODD 14 concernant la vie aquatique mais concerne aussi l’ODD 6 relatif à l’eau et à l’assainissement.

Environnement et santé

• Accessibilité potentielle localisée (APL) aux soins (figure 1) (ODD 3 Bonne santé et bien-être) ;

• Part des surfaces en agriculture biologique (figure 2) (ODD 2 Faim « zéro ») ;

• Part de la surface sensible à l’eutrophisation (figure 3) (ODD 14 Vie aquatique) ;

• Part des stations d’épuration avec traitement en conformité (ODD 6 Eau propre et assainissement) ;

• Part de la surface départementale convertie en surface artificialisée (figure 4) (ODD 15 Vie terrestre) ;

• Part des véhicules particuliers émettant moins de 100 g de CO2/km (figure 5) (ODD 9 Industrie, innovation et infrastructure) ;

• Part de la production d’énergie renouvelable dans la consommation totale d’électricité ramenée à l’hectare (ODD 7 Énergie propre et d’un coût abordable) ;

• Taux de valorisation matière et organique des déchets ménagers et assimilés (figure 6) (ODD 12 Consommation et production responsables).

Transition économique juste et éducation

• Taux de pauvreté monétaire (figure 7) (ODD 1 Pas de pauvreté) ;

• Disparité des niveaux de vie, rapport interdécile (ODD 10 Inégalités réduites) ;

• Part des logements en situation de suroccupation (figure 8) (ODD 11 Villes et communautés durables) ;

• Écart de salaire entre les femmes et les hommes (figure 9) (ODD 5 Égalité entre les sexes) ;

• Part des non-diplômés chez les 20-24 ans sortis des études (figure 10) (ODD 4 Éducation de qualité) ;

• Part des 15-25 ans hors emploi et hors formation (figure 11) (ODD 8 Travail décent et croissance économique).

Du fait de l’absence d’indicateurs départementaux, deux enjeux de la feuille de route ne sont pas analysés ici :

• Rendre effective la participation citoyenne à l’atteinte des ODD et concrétiser la transformation des pratiques à travers le renforcement de l’expérimentation et de l’innovation territoriale ;

• Œuvrer au plan européen et international en faveur de la transformation durable des sociétés, de la paix et de la solidarité.

Définitions

L’eutrophisation correspond à un phénomène de dégradation d’un environnement aquatique. Elle est généralement provoquée par une augmentation des substances nutritives présentes, telles que l’azote et le phosphore.

Les agglomérations d’assainissement sont des zones de population et d’activités économiques déjà raccordées à un système d’assainissement. Il ne s’agit pas d’une collectivité territoriale ni d’un groupement de telles collectivités.

Le niveau de vie correspond au revenu disponible après transferts, impôts et prestations sociales par unité de consommation (UC). Le nombre d’unités de consommation est évalué de la manière suivante : le premier adulte du ménage compte pour une unité de consommation, les autres personnes de 14 ans ou plus comptent chacune pour 0,5, les enfants de moins de 14 ans comptent chacun pour 0,3. L’indicateur de disparité des niveaux de vie correspond au rapport interdécile D9/D1, ces seuils étant définis comme le niveau de vie plancher des 10 % les plus aisés (D9) et le niveau de vie plafond des 10 % les plus modestes (D1).

Un logement est suroccupé quand il lui manque au moins une pièce par rapport à la norme d’occupation normale fondée sur :

  • une pièce de séjour pour le ménage ;
  • une pièce pour chaque personne de référence de chaque famille occupant le logement ;
  • une pièce pour les personnes hors famille non célibataires ou les célibataires de 19 ans ou plus ;
  • et pour les célibataires de moins de 19 ans :
    • une pièce pour deux enfants s’ils sont de même sexe ou ont moins de 7 ans ;
    • sinon, une pièce par enfant.

Pour en savoir plus

Cling J.-P., Eghbal-Teherani S., Orzoni M., Plateau C., « La France et les objectifs de développement durable », in L’économie française - Comptes et dossiers, coll. « Insee Références », édition 2019.

Programmation pluriannuelle de l’énergie, ministère de la Transition écologique.

Feuille de route de la France pour l'Agenda 2030.

SDES/OFB, « Eau et milieux aquatiques : les chiffres clés », édition 2020.

Rapport sur l’état de l’environnement en France, édition 2019.

Corine Land Cover (CLC) est un inventaire biophysique de l’occupation des sols et de son évolution selon une nomenclature en 44 postes. Cet inventaire est produit par interprétation visuelle d’images satellite. L’échelle de production est le 1/100 000. CLC permet de cartographier des unités homogènes d’occupation des sols d’une surface minimale de 25 ha. Cette base de données a été initiée en 1985. Les millésimes 1990, 2000, 2006, 2012 et 2018 ont été réalisés.

Corine Land Cover (CLC) est un inventaire biophysique de l’occupation des sols et de son évolution selon une nomenclature en 44 postes. Cet inventaire est produit par interprétation visuelle d’images satellite. L’échelle de production est le 1/100 000. CLC permet de cartographier des unités homogènes d’occupation des sols d’une surface minimale de 25 ha. Cette base de données a été initiée en 1985. Les millésimes 1990, 2000, 2006, 2012 et 2018 ont été réalisés.