La France et ses territoiresÉdition 2021

Cet ouvrage offre un panorama des questions économiques, sociales et environnementales au niveau territorial. En utilisant les zonages d’études actualisés en 2020, l’ouvrage fait le point sur les disparités géographiques en France, sur les forces et faiblesses des divers territoires ainsi que sur les conditions de vie de la population.

Insee Références
Paru le : Paru le 29/04/2021
La France et ses territoires - Avril 2021
Consulter
Sommaire

Spécialisations économiques des territoires

Insee Références

Paru le : 29/04/2021

La répartition des activités n’est pas homogène sur le territoire. Elle traduit certaines formes de spécialisation, du fait de facteurs géographiques et historiques. Sept groupes de zones d’emploi se distinguent selon leur orientation économique principale (figure 1).

Figure 1 - Sept groupes de zones d’emploi selon leur orientation économique principale

Figure 1 - Sept groupes de zones d’emploi selon leur orientation économique principale
Les données détaillées sont disponibles dans le fichier à télécharger

Figure 1 - Sept groupes de zones d’emploi selon leur orientation économique principale

  • Source : Insee, recensements de la population 2016 et 2017, Clap 2015, enquête sur la fréquentation des hébergements touristiques 2019.

Le groupe des grandes agglomérations à forte concentration de fonctions métropolitaines rassemblent 17 zones d’emploi (figure 2). On y retrouve les grandes agglomérations comme Paris, Marseille, Lille, Lyon, Toulouse, Nantes, Rennes et Grenoble. Ce groupe concentre 36 % des emplois pour 30 % de la population et une part importante d’emplois de cadres dans les fonctions métropolitaines (fonctions de conception et de recherche, de gestion, de culture loisirs et de prestations intellectuelles) qui concernent en moyenne 19 % des emplois totaux. Ce taux varie de 4 % à 8 % pour les autres groupes de zones d’emploi (figure 3). Entre 2008 et 2017, l’emploi augmente plus fortement (+ 0,8 % en moyenne par an, contre + 0,4 % en France) (figure 4).

Figure 2 – Emploi et population selon l’orientation économique des zones d’emploi en 2017

Figure 2 – Emploi et population selon l’orientation économique des zones d’emploi en 2017
Nombre de zones d’emploi Nombre d’emplois
(en millions)
Population
(en millions)
Nombre d’emplois par actif
Grandes agglomérations à forte concentration de fonctions métropolitaines 17 9,5 20,1 1,05
Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs 52 6,8 17,5 1,00
Zones résidentielles 49 2,4 7,8 0,80
Zones spécialisées dans l'industrie 37 1,2 3,2 0,94
Zones spécialisées dans l'agriculture 38 1,0 2,9 0,95
Zones spécialisées dans le tourisme 45 1,9 5,4 0,96
Zones à économie diversifiée 68 3,4 9,6 0,97
Ensemble 306 26,2 66,5 1,00
  • Champ : France.
  • Source : Insee, recensements de la population 2017.

Figure 3 – Emploi selon l’orientation économique des zones d’emploi en 2017

Figure 3 – Emploi selon l’orientation économique des zones d’emploi en 2017
Répartition de l’emploi par secteur (en %) Part des emplois (en%) Nombre de nuitées dans les hôtels et les campings par habitant
Économie présentielle Économie productive Agriculture Administration publique
Ensemble dont industrie Fonctions métropolitaines Établissements de 500 à 5 000 salariés
Grandes agglomérations à forte concentration de fonctions métropolitaines 34,8 35,5 8,8 0,5 29,1 18,9 10,0 3,6
Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs 33,4 29,8 12,4 2,1 34,7 7,6 20,2 5,3
Zones résidentielles 31,9 32,3 17,2 2,8 33,0 6,3 14,5 2,6
Zones spécialisées dans l'industrie 26,8 40,1 25,6 6,1 27,1 5,1 21,6 4,5
Zones spécialisées dans l'agriculture 29,8 25,6 13,8 11,9 32,7 4,3 15,0 6,7
Zones spécialisées dans le tourisme 40,0 22,8 9,4 3,9 33,3 5,9 6,8 25,6
Zones à économie diversifiée 31,1 26,8 13,8 5,0 37,1 4,7 13,5 3,4
Ensemble 33,5 31,5 12,2 2,7 32,3 10,8 17,9 5,9
  • Champ : France.
  • Source : Insee, recensements de la population 2017, Clap 2015, enquête sur la fréquentation des hébergements touristiques 2019.

Figure 4 – Évolution annuelle de l'emploi entre 2008 et 2017

en %
Figure 4 – Évolution annuelle de l'emploi entre 2008 et 2017 (en %)
Évolution annuelle de l'emploi 2008-2017 Évolution de l'emploi 2008-2017
Grandes agglomérations à forte concentration de fonctions métropolitaines 0,82 7,6
Spécialisées dans le tourisme 0,62 5,7
Autres grandes agglomérations et dotées de gros employeurs 0,19 1,8
Zones spécialisées dans l'agriculture 0,18 1,6
Zones résidentielles 0,03 0,2
Zones spécialisées dans l'industrie 0,01 0,1
Zones à économie diversifiée -0,05 -0,4
Ensemble 0,40 3,7
  • Champ : France hors Mayotte.
  • Source : Insee, estimations d'emploi 2008-2017.

Figure 4 – Évolution annuelle de l'emploi entre 2008 et 2017

  • Champ : France hors Mayotte.
  • Source : Insee, estimations d'emploi 2008-2017.

Les autres grandes agglomérations dotées de gros employeurs rassemblent 52 zones d’emploi comme celles de Dijon, Amiens, Nice, Angers, Roubaix-Tourcoing, ainsi que des zones d’emploi d’outre-mer. Elles possèdent des caractéristiques similaires aux précédentes, mais de manière moins accentuée. La part des emplois de cadres de fonctions métropolitaines représente 8 % des emplois, supérieure de 1 à 3 points par rapport aux autres zones d’emploi. L’évolution de l'emploi y est moins favorable, + 0,2 % en moyenne par an.

Dans le groupe des zones résidentielles (49 zones d’emploi), il y a moins d’emplois que d’actifs occupés : en moyenne 8 emplois pour 10 actifs occupés. Une part significative des actifs résidant dans ces territoires vont travailler dans des grands pôles d’emploi situés à proximité. Elles se situent autour de Paris et de Lyon, mais aussi sur les territoires frontaliers où beaucoup de résidents travaillent à l’étranger (Luxembourg, Bâle, Genève).

37 zones d’emploi sont spécialisées dans l’industrie, secteur qui représente en moyenne 26 % des emplois, soit deux fois plus que la moyenne nationale. 14 zones se trouvent dans les Pays de la Loire (Les Herbiers-Montaigu, La Ferté-Bernard) et en Bretagne (Vitré, Lamballe-Armor). Elles sont spécialisées surtout dans l’agro-alimentaire.

Dans 38 zones d’emploi, l’économie est orientée vers l’agriculture, qui concentre 12 % des actifs occupés, soit quatre fois plus que la moyenne nationale. La plupart de ces zones d’emploi se situent dans un quart sud-ouest (Cognac, Libourne) et à l’Ouest (Vire Normandie, Carhaix-Plouguer). Dans les DOM, elles se situent surtout en Guadeloupe et en Martinique. Seules deux d’entre elles sont présentes dans le nord-est : Provins en Île-de-France et Épernay dans le Grand Est et trois à l’est (Beaune, Avallon et Cosne-Cours-sur-Loire).

45 zones d’emploi présentent une forte orientation touristique, avec de nombreux campings et hôtels. Ces zones d’emploi sont principalement situées sur les littoraux et dans les Alpes. L’emploi a augmenté entre 2008 et 2017 plus fortement dans ces zones d’emploi (0,6 % en moyenne annuelle) que dans l’ensemble de la France.

De nombreuses zones (68) ont une économie diversifiée. La part de l’emploi industriel y est proche de la moyenne nationale, même si pour celles situées dans le Grand Est, elle est un peu plus élevée reflétant l’ancrage historique de la région dans ce secteur. Une part importante de ces zones est située dans les espaces ruraux de faible densité, formant une diagonale allant du sud-ouest au nord-est, ce qui explique que la part de l’emploi agricole y soit un peu plus élevée que la moyenne nationale. Entre 2008 et 2017, l’emploi a légèrement baissé dans les zones d’emploi diversifiées (– 0,05 % par an). La baisse est plus marquée dans les zones du nord-est, où l’emploi industriel est plus présent, alors que l’emploi augmente dans certaines zones d’emploi du sud, principalement autour de Toulouse.

Définitions

Une zone d’emploi est un ensemble de communes dans lequel la plupart des actifs résident et travaillent.

Définitions

Une zone d’emploi est un ensemble de communes dans lequel la plupart des actifs résident et travaillent.