La France et ses territoiresÉdition 2021

Cet ouvrage offre un panorama des questions économiques, sociales et environnementales au niveau territorial. En utilisant les zonages d’études actualisés en 2020, l’ouvrage fait le point sur les disparités géographiques en France, sur les forces et faiblesses des divers territoires ainsi que sur les conditions de vie de la population.

Insee Références
Paru le : Paru le 29/04/2021
La France et ses territoires - Avril 2021
Consulter
Sommaire

3.8 Recherche et développement expérimental

Insee Références

Paru le : 29/04/2021

En 2017, la dépense intérieure de recherche et développement expérimental (DIRD) s’établit à 50,2 milliards d’euros. Les dépenses des entreprises (DIRDE) implantées en France sont de 33,0 milliards d’euros. L’Île-de-France en représente la plus grande part (42 %, soit 13,9 milliards d’euros) (figure 1). Les dépenses des administrations (DIRDA) s’élèvent à 17,1 milliards d’euros, dont 37 % effectuées en Île-de-France, soit 6,4 milliards d’euros. L’Île-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur sont les quatre régions les plus actives en matière de recherche et développement expérimental (R&D) : elles représentent 73 % de la DIRD (74 % de la DIRDE et 72 % de la DIRDA).

Figure 1 - Dépense intérieure de recherche et développement expérimental en 2017

en milliards d'euros
Figure 1 - Dépense intérieure de recherche et développement expérimental en 2017 (en milliards d'euros)
Entreprises Administrations Ensemble
Île-de-France 13,93 6,36 20,3
Auvergne-Rhône-Alpes 4,83 2,13 7,0
Occitanie 3,46 2,38 5,8
Provence-Alpes Côte d'Azur 2,12 1,42 3,5
Nouvelle-Aquitaine 1,54 0,82 2,4
Grand Est 1,13 0,98 2,1
Bretagne 1,07 0,69 1,8
Hauts-de-France 1,10 0,66 1,8
Pays de la Loire 1,01 0,53 1,5
Centre-Val de Loire 0,93 0,34 1,3
Normandie 0,95 0,31 1,3
Bourgogne-Franche-Comté 0,96 0,25 1,2
DOM-COM 0,02 0,24 0,3
Corse 0,00 0,02 0,0
France 33,03 17,13 50,2
  • Champ : France, ensemble des entreprises et administrations (seules les institutions sans but lucratif (ISBL) Pasteur, Curie, l'INRS et l'INTS sont prises en compte).
  • Source : Mesri-Sies (données semi-définitives).

Figure 1 - Dépense intérieure de recherche et développement expérimental en 2017

  • Champ : France, ensemble des entreprises et administrations (seules les institutions sans but lucratif (ISBL) Pasteur, Curie, l'INRS et l'INTS sont prises en compte).
  • Source : Mesri-Sies (données semi-définitives).

En France, l’effort de recherche mesuré par le ratio DIRD/PIB s’élève à 2,19 %. Quatre régions se situent au dessus du niveau national : l’Occitanie (3,51 %), l’Île-de-France (2,86 %), Auvergne-Rhône-Alpes (2,64 %) et la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (2,24 %) (figure 2). Seules trois d’entre elles présentent un effort de recherche des entreprises supérieur à l’effort national : il atteint 2,08 % en Occitanie, 1,96 % en Île-de-France et 1,83 % en région Auvergne-Rhône-Alpes, contre 1,44 % au niveau national. Ces trois régions se situent également au dessus du niveau national quant à l’effort de recherche des administrations : il est de 1,43 % pour l’Occitanie, de 0,89 % pour l’Île-de-France et de 0,81 % pour la région Auvergne-Rhône-Alpes, contre 0,75 % au niveau national. De même, l’effort de recherche des administrations de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur se situe à 0,90 %.

Figure 2 - Effort de recherche en 2017

en %
Figure 2 - Effort de recherche en 2017 (en %)
Île-de-France 2,86
Centre-Val de Loire 1,77
Bourgogne Franche-Comté 1,62
Normandie 1,34
Hauts de France 1,10
Grand Est 1,36
Pays de la Loire 1,32
Bretagne 1,82
Nouvelle-Aquitaine 1,37
Occitanie 3,51
Auvergne-Rhône-Alpes 2,64
Provence-Alpes Côte d'Azur 2,24
Corse 0,27
  • Champ : France métropolitaine, ensemble des entreprises et administrations (seules les institutions sans but lucratif (ISBL) Pasteur, Curie, l'INRS et l'INTS sont prises en compte).
  • Sources : Insee ; Mesri-Sies (données semi-définitives).

Figure 2 - Effort de recherche en 2017

  • Champ : France métropolitaine, ensemble des entreprises et administrations (seules les institutions sans but lucratif (ISBL) Pasteur, Curie, l'INRS et l'INTS sont prises en compte).
  • Sources : Insee ; Mesri-Sies (données semi-définitives).

Fin 2017, la France emploie 611 500 personnes physiques dans le secteur de la R&D, dont 412 400 chercheurs et ingénieurs de R&D (y compris doctorants) (figure 3). Une large majorité d’entre elles sont présentes dans les entreprises, aussi bien pour l’ensemble des effectifs de R&D (63 %) que pour les chercheurs (62 %). C’est en Île-de-France que les personnels de R&D sont les plus nombreux avec 222 200 personnes dont 163 600 chercheurs.

Figure 3 - Effectifs de R&D au 31 décembre 2017

Figure 3 - Effectifs de R&D au 31 décembre 2017
Chercheurs Techniciens et personnel support R&D Ensemble
Île-de-France 163 554 58 643 222 196
Auvergne-Rhône-Alpes 56 492 30 872 87 363
Occitanie 45 741 19 474 65 215
Provence-Alpes Côte d'Azur 31 862 13 010 44 872
Nouvelle-Aquitaine 20 085 13 214 33 298
Grand Est 17 823 12 453 30 276
Pays de la Loire 14 998 11 788 26 785
Bretagne 16 383 8 162 24 544
Hauts-de-France 15 662 8 778 24 440
Normandie 9 765 7 229 16 994
Bourgogne-Franche-Comté 9 157 7 679 16 836
Centre-Val de Loire 8 232 6 281 14 513
DOM et COM 2 279 1 348 3 627
Corse 365 171 536
France 412 396 199 101 611 496
  • Note : personnes physiques.
  • Champ : France, ensemble des entreprises et administrations (seules les institutions sans but lucratif (ISBL) Pasteur, Curie, l'INRS et l'INTS sont prises en compte).
  • Source : Mesri-Sies (données semi-définitives).

Figure 3 - Effectifs de R&D au 31 décembre 2017

  • Note : personnes physiques.
  • Champ : France, ensemble des entreprises et administrations (seules les institutions sans but lucratif (ISBL) Pasteur, Curie, l'INRS et l'INTS sont prises en compte).
  • Source : Mesri-Sies (données semi-définitives).

En 2017, les effectifs de R&D représentent 2,0 % de la population active âgée de 15 à 64 ans, cette proportion étant de 1,3 % pour les chercheurs. Cette part varie sensiblement d’une région à l’autre, passant de 0,4 % dans les départements et les collectivités d’outre-mer et en Corse jusqu’à 3,6 % en Île-de-France (figure 4).

Figure 4 - Part de la population active participant à des activités de R&D en 2017

en %
Figure 4 - Part de la population active participant à des activités de R&D en 2017 (en %)
Ensemble Chercheurs Techniciens et personnel support R&D
Île-de-France 3,64 2,68 0,96
Occitanie 2,50 1,76 0,75
Auvergne-Rhône-Alpes 2,35 1,52 0,83
Provence-Alpes-Côte d'Azur 2,03 1,45 0,59
France 1,99 1,34 0,65
Bretagne 1,65 1,10 0,55
Pays de la Loire 1,54 0,86 0,68
Bourgogne-Franche-Comté 1,33 0,73 0,61
Nouvelle-Aquitaine 1,25 0,75 0,50
Centre-Val de Loire 1,25 0,71 0,54
Grand Est 1,18 0,69 0,48
Normandie 1,13 0,65 0,48
Hauts-de-France 0,91 0,58 0,33
DOM et COM 0,43 0,27 0,16
Corse 0,36 0,25 0,12
  • Note : personnes physiques.
  • Champ : France, population active de 15 à 64 ans, ensemble des entreprises et administrations (seules les institutions sans but lucratif (ISBL) Pasteur, Curie, l'INRS et l'INTS sont prises en compte).
  • Sources : Insee ; Mesri-Sies (données semi-définitives).

Figure 4 - Part de la population active participant à des activités de R&D en 2017

  • Note : personnes physiques.
  • Champ : France, population active de 15 à 64 ans, ensemble des entreprises et administrations (seules les institutions sans but lucratif (ISBL) Pasteur, Curie, l'INRS et l'INTS sont prises en compte).
  • Sources : Insee ; Mesri-Sies (données semi-définitives).

Définitions

Les travaux de Recherche et développement expérimental (R&D) ont été définis et codifiés par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Ils englobent les travaux de création entrepris de façon systématique en vue d'accroître la somme des connaissances. Ils regroupent de façon exclusive les activités suivantes : la recherche fondamentale, la recherche appliquée, le développement expérimental.

Les entreprises désignent les entreprises implantées sur le territoire français exécutant des travaux de R&D en interne. L’enquête est exhaustive pour les entreprises ayant des dépenses intérieures de R&D supérieures à 0,4 milliard d’euros et échantillonnée pour les autres.

Les administrations désignent les organismes publics de recherche (EPST et EPIC), les services ministériels et les autres établissements publics ; les établissements d’enseignement supérieur et de recherche sous tutelle simple avec le ministère en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche, les autres établissements d’enseignement supérieur et de recherche, les centres hospitaliers universitaires et les centres de lutte contre le cancer ; les associations et les fondations. Seules les institutions sans but lucratif (ISBL) Pasteur, Curie, l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles) et l’INTS (Institut national de la transfusion sanguine), sont prises en compte en raison d’un manque de disponibilité de la localisation géographique des activités de R&D pour les autres ISBL.

Définitions

Les travaux de Recherche et développement expérimental (R&D) ont été définis et codifiés par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Ils englobent les travaux de création entrepris de façon systématique en vue d'accroître la somme des connaissances. Ils regroupent de façon exclusive les activités suivantes : la recherche fondamentale, la recherche appliquée, le développement expérimental.

Les entreprises désignent les entreprises implantées sur le territoire français exécutant des travaux de R&D en interne. L’enquête est exhaustive pour les entreprises ayant des dépenses intérieures de R&D supérieures à 0,4 milliard d’euros et échantillonnée pour les autres.

Les administrations désignent les organismes publics de recherche (EPST et EPIC), les services ministériels et les autres établissements publics ; les établissements d’enseignement supérieur et de recherche sous tutelle simple avec le ministère en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche, les autres établissements d’enseignement supérieur et de recherche, les centres hospitaliers universitaires et les centres de lutte contre le cancer ; les associations et les fondations. Seules les institutions sans but lucratif (ISBL) Pasteur, Curie, l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles) et l’INTS (Institut national de la transfusion sanguine), sont prises en compte en raison d’un manque de disponibilité de la localisation géographique des activités de R&D pour les autres ISBL.