L'économie française - Comptes et dossiersÉdition 2019

Comme chaque année, L'Économie française - Comptes et dossiers présente une synthèse des mouvements essentiels ayant affecté les économies française et mondiale au cours de l'année écoulée.

L’ouvrage s’appuie pour cela sur les comptes de la Nation en base 2014 publiés fin mai 2019 par l’Insee.

Insee Références
Paru le : Paru le 28/06/2019
Jean-Pierre Cling, Sylvie Eghbal-Teherani, Mathieu Orzoni et Claire Plateau (Insee)
L'économie française - Comptes et dossiers
Consulter

La France et les objectifs de développement durable

Jean-Pierre Cling, Sylvie Eghbal-Teherani, Mathieu Orzoni et Claire Plateau (Insee)

L’Agenda 2030 adopté en 2015 par l’Assemblée générale des Nations unies se décline en 17 objectifs et 169 cibles. Il couvre les trois dimensions classiques du développement durable : économique, sociale et environnementale. Il a conduit à l’élaboration d’une batterie d’indicateurs de suivi, les indicateurs du développement durable (IDD), au nombre de 232. Cette démarche de « tableau de bord » est dans l’esprit des recommandations de la commission Stiglitz [2009] sur la mesure des performances économiques et du progrès social. Les IDD constituent maintenant un cadre de référence pour le suivi des politiques nationales. Il s’agit néanmoins d’une référence flexible, adaptable au contexte des différents pays ou régions du monde. La France comme l’Union européenne (UE) ont ainsi élaboré leurs propres tableaux de bord, dérivés des IDD mondiaux mais plus restreints, d’une centaine d’indicateurs chacun.

Ce dossier s’appuie sur les indicateurs du tableau de bord de l’UE et examine comment la France se situe en comparaison des autres pays membres, en termes globaux et, de manière plus fine, indicateur par indicateur. D’une façon générale, la France est en position moyenne au sein de l’UE. La pauvreté et les inégalités monétaires y sont relativement contenues. L’espérance de vie y est élevée sans que cela se traduise par une meilleure santé perçue et elle reste mal classée en matière de mortalité routière. En matière d’éducation, la France fait mieux que la moyenne européenne, sauf pour la réduction des faibles compétences chez les jeunes de 15 ans. L’accès à l’emploi reste difficile, notamment pour les plus jeunes. Le bilan de la France est contrasté dans le domaine environnemental. Sa consommation d’énergie a décru comme dans l’ensemble de l’UE. Cependant elle peine à atteindre certains de ses objectifs, par exemple en matière d’énergies renouvelables. Le recours à l’énergie nucléaire explique sa bonne performance quant aux émissions de gaz à effet de serre. La France est proche de la moyenne européenne pour la pollution de l’air par les particules fines ou le développement de l’agriculture biologique ; l’artificialisation des sols y est plus élevée que sur le continent.

Les IDD et le tableau de bord de l’UE essayent enfin de quantifier la qualité des institutions et du lien social. Le faible taux de mortalité par homicide n’empêche pas une forte prévalence du sentiment d’insécurité. La confiance des Français dans les institutions européennes est plutôt faible.

Insee Références

Paru le : 28/06/2019

Pour en savoir plus