La France et ses territoiresÉdition 2021

Cet ouvrage offre un panorama des questions économiques, sociales et environnementales au niveau territorial. En utilisant les zonages d’études actualisés en 2020, l’ouvrage fait le point sur les disparités géographiques en France, sur les forces et faiblesses des divers territoires ainsi que sur les conditions de vie de la population.

Insee Références
Paru le : Paru le 29/04/2021
La France et ses territoires - Avril 2021
Consulter
Sommaire

3.1 Poids économique des régions

Insee Références

Paru le : 29/04/2021

Le produit intérieur brut (PIB) est très concentré en France : trois régions produisent la moitié de la richesse nationale. En 2018, l’Île-de-France concentre 30,8 % du PIB et l’Auvergne-Rhône-Alpes 11,5 %. Ensuite, cinq régions pèsent chacune autour de 7 % : Nouvelle-Aquitaine, Occitanie, Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), Hauts-de-France et Grand Est. Les DOM pèsent 1,9 %.

Le PIB se compose essentiellement de la valeur ajoutée (VA) produite dans l’économie, aux impôts et subventions sur les produits près. Les services principalement marchands génèrent 56,7 % de la VA nationale (figure 2). Ce secteur est prépondérant en Île-de-France (71,9 %), en raison notamment de l’importance des activités de services informatiques et de télécommunication et des services aux entreprises : ces activités représentent respectivement 10,3 % et 20,1 % de la VA de l’Île-de-France, contre 5,3 % et 13,9 % en moyenne nationale (figure 3). L’industrie est plus présente en Normandie (20,4 % de la VA, contre 13,6 % en moyenne en France), dans le Grand Est (18,9 %), le Centre-Val de Loire (18,2 %) et l’Auvergne-Rhône-Alpes (18,2 %). L’agriculture génère environ 4 % de la VA en Bourgogne-Franche-Comté, Nouvelle-Aquitaine, Grand Est et Centre-Val de Loire, quatre régions viticoles, ainsi qu’en Bretagne, région d’élevage et de production laitière. La part de l’agriculture dans les DOM est plus forte en Guyane (4,6 %) et à Mayotte (3,5 %). Les services principalement non marchands, qui regroupent l’éducation, l’administration, la santé et l’action sociale, représentent 22,2 % de la VA nationale. En France métropolitaine, leur part est plus élevée en Corse, dans les Hauts-de-France, en Occitanie et en Nouvelle-Aquitaine. Elle atteint 38,1 % dans les DOM.

Rapporté à la population, le PIB de la région capitale est le plus élevé avec 59 387 euros par habitant (figure 1), soit près du double de la France hors Île-de-France (30 266 euros). Viennent ensuite Auvergne-Rhône-Alpes (34 117 euros), PACA (32 997 euros) et les Pays de la Loire (31 106 euros). À l’opposé, la Corse (27 780 euros) et les Hauts-de-France (27 823 euros) affichent les plus faibles PIB métropolitains par habitant. Les différences de PIB par habitant sont très fortes entre les DOM et la métropole. La moyenne des DOM s’établit à 20 120 euros par habitant, allant de 24 110 euros en Martinique à 9 251 euros à Mayotte.

Le PIB par emploi, ou productivité apparente du travail, affiche une moindre disparité entre régions que le PIB par habitant. En effet, la disparité régionale de PIB par emploi ne dépend que des différences de qualifications et de tissu productif, alors que la disparité de PIB par habitant dépend de plus du nombre d’emplois par habitant dans chaque région. L’Île-de-France (112 555 euros), Auvergne-Rhône-Alpes (78 932 euros) et PACA (78 258 euros) ont une productivité apparente du travail supérieure à la moyenne métropolitaine hors Île-de-France (74 843 euros). En effet, des activités à forte valeur ajoutée y sont davantage implantées, notamment dans l’industrie (la fabrication de matériels de transport par exemple) et les services marchands (information et communication). Ainsi, les services d’information et de communication (124 502 euros de productivité par emploi au niveau national) sont très présents en Île-de-France. À l’opposé, la moindre productivité en Bourgogne-Franche-Comté et Bretagne, inférieure à 72 000 euros, peut s’expliquer par une plus faible implantation de ces activités à haute valeur ajoutée. Dans les DOM, la productivité par emploi est inférieure à celle de la France métropolitaine : elle est la plus faible à Mayotte (51 686 euros) et la plus élevée en Guadeloupe (71 537 euros).

Figure 1 - PIB des régions en 2018 par habitant et par emploi

Figure 1 - PIB des régions en 2018 par habitant et par emploi - Lecture : en 2018, dans les DOM, le PIB par habitant s'élève à 20 120 euros et le PIB par emploi s'établit à 65 764 euros.
Régions PIB(en millions d'euros) Répartition (en %) PIB par habitant (en euros) PIB par emploi (en euros)
Île-de-France 726 164 30,8 59 387 112 555
Auvergne-Rhône-Alpes 272 646 11,5 34 117 78 932
Provence-Alpes-Côte d'Azur 166 443 7,1 32 997 78 258
Pays de la Loire 117 585 5,0 31 106 72 483
Bretagne 98 893 4,2 29 694 71 574
Nouvelle-Aquitaine 176 801 7,5 29 569 72 569
Occitanie 173 563 7,4 29 487 74 045
Grand Est 160 930 6,8 29 091 75 074
Centre-Val de Loire 74 286 3,1 28 927 73 745
Normandie 95 064 4,0 28 651 73 430
Bourgogne-Franche-Comté 78 367 3,3 28 009 71 967
Hauts-de-France 166 519 7,1 27 823 74 969
Corse 9 443 0,4 27 780 72 210
France métropolitaine hors Île-de-France 1 590 539 67,4 30 266 74 843
France métropolitaine 2 316 703 98,1 35 763 83 625
Martinique 8 819 0,4 24 110 65 911
Guadeloupe 9 390 0,4 22 427 71 537
La Réunion 19 163 0,8 22 359 64 646
Guyane 4 164 0,2 14 879 69 456
Mayotte 2 449 0,1 9 251 51 686
DOM 43 984 1,9 20 120 65 764
France 2 360 687 100,0 35 252 83 204
  • Lecture : en 2018, dans les DOM, le PIB par habitant s'élève à 20 120 euros et le PIB par emploi s'établit à 65 764 euros.
  • Champ : France.
  • Source : Insee, comptes régionaux des ménages semi-définitifs, base 2014.

Figure 1 - PIB des régions en 2018 par habitant et par emploi

  • Lecture : en 2018, dans les DOM, le PIB par habitant s'élève à 20 120 euros et le PIB par emploi s'établit à 65 764 euros.
  • Champ : France.
  • Source : Insee, comptes régionaux des ménages semi-définitifs, base 2014.

Figure 2 - Structure de la valeur ajoutée brute en 2018 par région et par secteur d'activité

en %
Figure 2 - Structure de la valeur ajoutée brute en 2018 par région et par secteur d'activité (en %) - Lecture : en 2018, en Île-de-France, le secteur des services principalement marchands génère 71,9 % de la valeur ajoutée produite.
Régions Agriculture Industrie Construction Services principalement marchands Services principalement non marchands Ensemble
Auvergne-Rhône-Alpes 1,0 18,2 6,5 52,7 21,5 100,0
Bourgogne-Franche-Comté 4,5 17,7 5,8 46,2 25,9 100,0
Bretagne 3,5 14,8 6,5 50,7 24,5 100,0
Centre-Val de Loire 3,7 18,2 6,1 47,8 24,1 100,0
Corse 1,2 6,5 9,6 50,8 31,9 100,0
Grand Est 3,8 18,9 6,1 46,0 25,2 100,0
Hauts-de-France 2,4 16,4 5,7 47,7 27,8 100,0
Île-de-France 0,1 8,4 4,2 71,9 15,4 100,0
Normandie 2,8 20,4 6,3 44,7 25,8 100,0
Nouvelle-Aquitaine 4,2 13,8 6,2 49,5 26,3 100,0
Occitanie 2,2 14,0 6,2 51,3 26,4 100,0
Pays de la Loire 2,6 17,7 6,7 51,1 21,8 100,0
Provence-Alpes-Côte d'Azur 1,7 11,0 6,0 56,1 25,3 100,0
France métropolitaine hors Île-de-France 2,7 16,2 6,2 50,1 24,9 100,0
France métropolitaine 1,9 13,7 5,6 56,9 21,9 100,0
Guadeloupe 1,5 9,3 4,3 45,4 39,4 100,0
Guyane 4,6 9,8 5,3 44,4 35,8 100,0
La Réunion 1,9 6,2 5,9 50,3 35,7 100,0
Martinique 2,1 7,6 4,0 47,9 38,4 100,0
Mayotte 3,5 6,4 4,4 32,3 53,3 100,0
DOM 2,2 7,5 5,0 47,1 38,1 100,0
France 1,9 13,6 5,6 56,7 22,2 100,0
  • Lecture : en 2018, en Île-de-France, le secteur des services principalement marchands génère 71,9 % de la valeur ajoutée produite.
  • Champ : France.
  • Source : Insee, comptes régionaux des ménages semi-définitifs, base 2014.

Figure 2 - Structure de la valeur ajoutée brute en 2018 par région et par secteur d'activité

  • Lecture : en 2018, en Île-de-France, le secteur des services principalement marchands génère 71,9 % de la valeur ajoutée produite.
  • Champ : France.
  • Source : Insee, comptes régionaux des ménages semi-définitifs, base 2014.

Figure 3 - Part de chaque sous-catégorie des secteurs principalement marchands en 2018

Figure 3 - Part de chaque sous-catégorie des secteurs principalement marchands en 2018 - Lecture : en 2018, les services aux entreprises génèrent 13,9 % de la valeur ajoutée.
Commerce Services aux entreprises  Activités immobilières  Information et communication Activités financières et d'assurance Autres activités de services 
17,7 13,9 12,8 5,3 4,1 2,8
  • Lecture : en 2018, les services aux entreprises génèrent 13,9 % de la valeur ajoutée.
  • Champ : France.
  • Source : Insee, comptes régionaux des ménages semi-définitifs, base 2014.

Figure 3 - Part de chaque sous-catégorie des secteurs principalement marchands en 2018

  • Lecture : en 2018, les services aux entreprises génèrent 13,9 % de la valeur ajoutée.
  • Champ : France.
  • Source : Insee, comptes régionaux des ménages semi-définitifs, base 2014.

Définitions

Le produit intérieur brut aux prix du marché vise à mesurer la richesse créée par tous les agents, privés et publics, sur un territoire national pendant une période donnée. Agrégat clé de la comptabilité nationale, il repré­sente le résultat final de l’activité de production des unités productrices résidentes.

Le PIB aux prix du marché peut être mesuré de trois façons :

  • selon l’optique de la production, en faisant la somme des valeurs ajoutées de toutes les acti­vités de production de biens et de services et en y ajoutant les impôts moins les subventions sur les produits ;
  • selon l’optique des dépenses, en faisant la somme de toutes les dépenses finales (consacrées à la consommation ou à l’accroissement de la richesse) en y ajoutant les exportations moins les importations de biens et services ;
  • selon l’optique du revenu, en faisant la somme de tous les revenus obtenus dans le processus de production de biens et de services (revenus salariaux, excédent brut d’exploitation et revenu mixte) et en y ajou­tant les impôts sur la production et les importa­tions moins les subventions.

Solde du compte de production. Elle est égale à la valeur de la production diminuée de la consommation intermédiaire.

Pour en savoir plus

Définitions

Le produit intérieur brut aux prix du marché vise à mesurer la richesse créée par tous les agents, privés et publics, sur un territoire national pendant une période donnée. Agrégat clé de la comptabilité nationale, il repré­sente le résultat final de l’activité de production des unités productrices résidentes.

Le PIB aux prix du marché peut être mesuré de trois façons :

  • selon l’optique de la production, en faisant la somme des valeurs ajoutées de toutes les acti­vités de production de biens et de services et en y ajoutant les impôts moins les subventions sur les produits ;
  • selon l’optique des dépenses, en faisant la somme de toutes les dépenses finales (consacrées à la consommation ou à l’accroissement de la richesse) en y ajoutant les exportations moins les importations de biens et services ;
  • selon l’optique du revenu, en faisant la somme de tous les revenus obtenus dans le processus de production de biens et de services (revenus salariaux, excédent brut d’exploitation et revenu mixte) et en y ajou­tant les impôts sur la production et les importa­tions moins les subventions.

Solde du compte de production. Elle est égale à la valeur de la production diminuée de la consommation intermédiaire.