Emploi, chômage, revenus du travailÉdition 2021

L’Insee et la Dares présentent dans cet ouvrage un ensemble d’analyses et d’indicateurs portant sur le marché du travail.

Insee Références
Paru le : Paru le 29/06/2021
Emploi, chômage, revenus du travail - Juin 2021
Consulter
Sommaire

Inégalités salariales

Insee Références

Paru le : 29/06/2021

Les inégalités salariales sont d’abord décrites avec le salaire en équivalent temps plein (EQTP) ou le salaire net journalier à temps complet, qui sont établis à volume de travail donné. Les inégalités de revenu salarial intègrent ensuite la variabilité du volume de travail. Ces inégalités sont mesurées ici par les rapports interdéciles, puis par la part de la masse salariale perçue par les salariés les mieux rémunérés.

Dans le secteur privé, le rapport interdécile D9/D1 du salaire net journalier a beaucoup diminué de 1967 jusqu’au milieu des années 1980, passant de 4,0 à 3,0 (figure 1). Il a ensuite un peu fluctué autour de 3,0, son niveau de 2018. La forte baisse des inégalités de salaire dans les années 1970 est due à une réduction des écarts dans le bas de l’échelle des salaires, liée notamment aux revalorisations du Smic ; le rapport du 9e décile (D9) à la médiane (D5), qui décrit les inégalités dans le haut de l’échelle salariale, est, lui, resté bien plus stable, fluctuant autour de 2,0.

Figure 1Distribution du salaire net journalier à temps complet dans le secteur privé et la fonction publique

Distribution du salaire net journalier à temps complet dans le secteur privé et la fonction publique - Lecture : dans le secteur privé, le rapport interdécile D9/D1 du salaire net journalier à temps complet a beaucoup diminué de 1967 jusqu’au milieu des années 1980, passant de 4,0 à 3,0.
Secteur privé Fonction publique
D9/D1 D5/D1 D9/D5 D9/D1 D5/D1 D9/D5
1967 4,01 1,92 2,09
1968 3,81 1,82 2,10
1969 3,60 1,74 2,06
1970 3,62 1,76 2,05
1971 3,64 1,78 2,04
1972 3,63 1,78 2,04
1973 3,47 1,73 2,00
1974 3,37 1,69 2,00
1975 3,39 1,69 2,00
1976 3,20 1,58 2,02
1977 3,17 1,58 2,01
1978 3,16 1,57 2,01
1979 3,12 1,56 1,99
1980 3,11 1,57 1,98
1981
1982 3,05 1,53 1,99
1983
1984 2,99 1,50 1,99
1985 3,02 1,50 2,01
1986 3,05 1,51 2,02
1987 3,09 1,53 2,02
1988 3,08 1,51 2,03 2,27 1,42 1,60
1989 3,13 1,53 2,05 2,31 1,45 1,60
1990
1991 3,11 1,52 2,04 2,39 1,48 1,61
1992 3,09 1,52 2,03 2,46 1,50 1,64
1993 3,28 1,60 2,05 2,48 1,51 1,65
1994 2,50 1,51 1,65
1995 3,11 1,53 2,03 2,52 1,52 1,66
1996 3,09 1,53 2,02 2,55 1,53 1,66
1997 3,06 1,52 2,01 2,53 1,53 1,66
1998 3,03 1,51 2,00 2,53 1,52 1,67
1999 3,06 1,52 2,02 2,55 1,53 1,66
2000 3,06 1,51 2,02 2,55 1,53 1,66
2001 3,06 1,51 2,03 2,55 1,52 1,68
2002 3,00 1,48 2,03 2,54 1,52 1,67
2003 2,98 1,48 2,02 2,55 1,52 1,68
2004 2,96 1,47 2,01 2,55 1,51 1,69
2005 2,94 1,47 2,01 2,52 1,48 1,70
2006 2,92 1,46 2,00 2,48 1,45 1,71
2007 2,93 1,46 2,00 2,45 1,45 1,69
2008 2,91 1,47 1,98 2,44 1,44 1,69
2009 2,89 1,47 1,97
2010 2,91 1,48 1,97 2,46 1,45 1,69
2011 2,91 1,48 1,97 2,45 1,45 1,69
2012 2,91 1,47 1,98 2,40 1,43 1,68
2013 2,94 1,48 1,98 2,38 1,42 1,68
2014 2,97 1,48 2,00 2,36 1,41 1,67
2015 3,00 1,49 2,01 2,35 1,41 1,67
2016 3,07 1,55 1,98 2,35 1,41 1,67
2017 3,05 1,54 1,97 2,36 1,42 1,66
2018 3,04 1,54 1,98 2,38 1,42 1,67
  • Note : 1981, 1983, 1990 : données non disponibles ; 1994 : rupture de série ; 2002-2006 : évolutions lissées.
  • Champ : France métropolitaine de 1995 jusqu’en 2001, France hors Mayotte à partir de 2002, tous salariés hors apprentis, stagiaires, salariés de l’agriculture et des particuliers-employeurs.
  • Lecture : dans le secteur privé, le rapport interdécile D9/D1 du salaire net journalier à temps complet a beaucoup diminué de 1967 jusqu’au milieu des années 1980, passant de 4,0 à 3,0.
  • Source : Insee, panel Tous salariés.

Figure 1Distribution du salaire net journalier à temps complet dans le secteur privé et la fonction publique

  • Note : 1981, 1983, 1990 : données non disponibles ; 1994 : rupture de série ; 2002-2006 : évolutions lissées.
  • Champ : France métropolitaine de 1995 jusqu’en 2001, France hors Mayotte à partir de 2002, tous salariés hors apprentis, stagiaires, salariés de l’agriculture et des particuliers-employeurs.
  • Lecture : dans le secteur privé, le rapport interdécile D9/D1 du salaire net journalier à temps complet a beaucoup diminué de 1967 jusqu’au milieu des années 1980, passant de 4,0 à 3,0.
  • Source : Insee, panel Tous salariés.

La dispersion des salaires dans la fonction publique est moins forte que dans le secteur privé, en particulier dans la moitié supérieure de la distribution : le rapport interdécile D9/D5 se situe entre 1,6 et 1,7, contre 2,0 dans le secteur privé. La dispersion des salaires a peu varié depuis la fin des années 1980 dans la fonction publique : le rapport interdécile D9/D1 est resté compris entre 2,3 et 2,6. Il est stable à 2,4 en 2018.

Alors que les inégalités de salaire dans le secteur privé ont diminué depuis la fin des années 1960, celles de revenu salarial, qui intègre la variabilité du volume de travail, ont globalement augmenté (figure 2). Notamment, le rapport interdécile D9/D1 du revenu salarial dans le secteur privé a fortement augmenté du milieu des années 1970 jusqu’au milieu des années 1990, puis s’est légèrement replié jusqu’en 2008. Il a peu fluctué depuis. Ces évolutions reflètent celles de la moitié basse de l’échelle des revenus salariaux (D5/D1). L’augmentation des inégalités de revenu salarial dans la moitié basse de la distribution jusqu’au milieu des années 1990 provient d’une amplification des écarts en matière de temps de travail, qui résulte à la fois d’une baisse du nombre moyen de jours travaillés et d’une hausse du volume des temps partiels.

Figure 2Distribution du revenu salarial dans le secteur privé et la fonction publique

Distribution du revenu salarial dans le secteur privé et la fonction publique - Lecture : dans le secteur privé, le rapport interdécile D9/D1 du revenu salarial a fortement augmenté du milieu des années 1970 jusqu’au milieu des années 1990, passant de 14,0 à 26,3.
Secteur privé Fonction publique
D9/D1 D5/D1 D9/D5 D9/D1 D5/D1 D9/D5
1967 14,03 6,07 2,31
1968 13,26 5,76 2,30
1969 13,49 5,94 2,27
1970 11,74 5,22 2,25
1971 11,62 5,16 2,25
1972 12,32 5,48 2,25
1973 12,44 5,60 2,22
1974 12,53 5,83 2,15
1975 12,64 5,92 2,14
1976 15,17 7,04 2,15
1977 14,60 6,86 2,13
1978 16,82 7,89 2,13
1979 15,19 7,20 2,11
1980 16,47 7,82 2,11
1981
1982 16,67 7,83 2,13
1983
1984 16,38 7,78 2,10
1985 17,96 8,42 2,13
1986 18,15 8,50 2,14
1987 21,11 9,82 2,15
1988 20,59 9,52 2,16 8,02 4,84 1,66
1989 21,73 9,88 2,20 8,55 5,15 1,66
1990
1991 22,25 10,16 2,19 9,21 5,49 1,68
1992 22,48 10,32 2,18 10,41 6,02 1,73
1993 24,78 11,31 2,19 10,82 6,21 1,74
1994
1995 26,33 11,82 2,23 11,62 6,58 1,76
1996 24,96 11,34 2,20 12,03 6,77 1,78
1997 25,39 11,51 2,21 12,11 6,85 1,77
1998 24,04 10,93 2,20 11,07 6,26 1,77
1999 25,13 11,35 2,21 11,87 6,72 1,77
2000 23,34 10,58 2,21 9,57 5,44 1,76
2001 23,30 10,58 2,20 10,53 5,96 1,77
2002 22,18 10,15 2,18 8,89 5,06 1,76
2003 22,12 10,17 2,18 8,57 4,87 1,76
2004 22,07 10,19 2,17 8,51 4,85 1,76
2005 22,01 10,20 2,16 8,32 4,74 1,76
2006 21,95 10,22 2,15 9,01 5,10 1,77
2007 20,83 9,72 2,14 8,28 4,73 1,75
2008 20,76 9,74 2,13 8,48 4,83 1,76
2009 21,55 10,13 2,13
2010 21,26 9,96 2,13 10,11 5,74 1,76
2011 20,98 9,81 2,14 10,61 6,00 1,77
2012 21,85 10,21 2,14 9,98 5,66 1,76
2013 21,61 10,05 2,15 9,76 5,54 1,76
2014 22,42 10,32 2,17 8,58 4,91 1,75
2015 21,24 9,73 2,18 8,96 5,13 1,75
2016 20,92 9,54 2,19 8,67 4,94 1,75
2017 20,25 9,18 2,21 8,68 4,95 1,75
2018 19,71 8,92 2,21 8,86 5,04 1,76
  • Note : 1981, 1983, 1990 : données non disponibles ; 1994 : rupture de série ; 2002-2006 : évolutions lissées. Le revenu salarial dans le secteur privé représente la somme des salaires des seuls postes du secteur privé et des entreprises publiques. Celui de la fonction publique correspond au revenu salarial total (y compris les postes du secteur privé) des salariés travaillant principalement dans la fonction publique.
  • Champ : France métropolitaine de 1995 jusqu’en 2001, France hors Mayotte à partir de 2002, tous salariés hors apprentis, stagiaires, salariés de l’agriculture et des particuliers-employeurs.
  • Lecture : dans le secteur privé, le rapport interdécile D9/D1 du revenu salarial a fortement augmenté du milieu des années 1970 jusqu’au milieu des années 1990, passant de 14,0 à 26,3.
  • Source : Insee, panel Tous salariés.

Figure 2Distribution du revenu salarial dans le secteur privé et la fonction publique

  • Note : 1981, 1983, 1990 : données non disponibles ; 1994 : rupture de série ; 2002-2006 : évolutions lissées. Le revenu salarial dans le secteur privé représente la somme des salaires des seuls postes du secteur privé et des entreprises publiques. Celui de la fonction publique correspond au revenu salarial total (y compris les postes du secteur privé) des salariés travaillant principalement dans la fonction publique.
  • Champ : France métropolitaine de 1995 jusqu’en 2001, France hors Mayotte à partir de 2002, tous salariés hors apprentis, stagiaires, salariés de l’agriculture et des particuliers-employeurs.
  • Lecture : dans le secteur privé, le rapport interdécile D9/D1 du revenu salarial a fortement augmenté du milieu des années 1970 jusqu’au milieu des années 1990, passant de 14,0 à 26,3.
  • Source : Insee, panel Tous salariés.

Dans la moitié haute de la distribution du revenu salarial, le rapport interdécile D9/D5 est globalement stable sur longue période, mais la part dans les revenus salariaux du secteur privé des 1 % des salariés les mieux rémunérés a davantage varié (figure 3). Après une baisse au cours des années 1970 (de 8,4 % en 1967 à 6,8 % en 1980), cette part a augmenté du milieu des années 1990 jusqu’en 2007 (de 6,9 % à 7,9 %). Après un léger recul durant la crise économique de 2008‑2009, cette part des très hauts revenus salariaux du secteur privé a à nouveau augmenté pour s’établir à 8,1 % en 2018.

Figure 3Part de la masse salariale perçue par les 1 % de salariés les mieux rémunérés dans le secteur privé et la fonction publique

en %
Part de la masse salariale perçue par les 1 % de salariés les mieux rémunérés dans le secteur privé et la fonction publique (en %) - Lecture : en 1967, en France métropolitaine dans le secteur privé, 8,4 % de la masse salariale totale revient aux 1 % de salariés ayant le revenu salarial le plus élevé.
Secteur privé Fonction publique
1967 8,39
1968 8,21
1969 8,11
1970 7,98
1971 7,96
1972 7,70
1973 7,74
1974 7,42
1975 7,14
1976 7,38
1977 6,95
1978 6,86
1979 6,81
1980 6,79
1981
1982 6,83
1983
1984 6,94
1985 6,84
1986 7,06
1987 7,07
1988 7,20 3,94
1989 7,26 3,88
1990
1991 7,10 3,89
1992 6,94 3,90
1993 6,86 3,91
1994
1995 6,93 3,95
1996 6,81 3,97
1997 6,86 3,96
1998 7,00 3,89
1999 7,19 3,91
2000 7,32 3,93
2001 7,48 4,14
2002 7,31 4,26
2003 7,39 4,34
2004 7,48 4,28
2005 7,56 4,37
2006 7,64 4,54
2007 7,92 4,33
2008 7,81 4,42
2009 7,45
2010 7,66 4,33
2011 7,71 4,33
2012 7,61 4,25
2013 7,65 4,37
2014 7,71 4,27
2015 7,86 4,29
2016 7,98 4,34
2017 8,04 4,31
2018 8,06 4,34
  • Notes : 1981, 1983, 1990 : données non disponibles ; 1994 : rupture de série ; 2002-2006 : évolutions lissées. Le revenu salarial dans le secteur privé représente la somme des salaires des seuls postes du secteur privé et des entreprises publiques. Celui de la fonction publique correspond au revenu salarial total (y compris les postes du secteur privé) des salariés travaillant principalement dans la fonction publique.
  • Champ : France métropolitaine jusqu'en 2001, France hors Mayotte à partir de 2002 ; ensemble des salariés, hors salariés agricoles et apprentis, stagiaires, hors salaires versés par des particuliers-employeurs.
  • Lecture : en 1967, en France métropolitaine dans le secteur privé, 8,4 % de la masse salariale totale revient aux 1 % de salariés ayant le revenu salarial le plus élevé.
  • Source : Insee, panel Tous salariés.

Figure 3Part de la masse salariale perçue par les 1 % de salariés les mieux rémunérés dans le secteur privé et la fonction publique

  • Notes : 1981, 1983, 1990 : données non disponibles ; 1994 : rupture de série ; 2002-2006 : évolutions lissées. Le revenu salarial dans le secteur privé représente la somme des salaires des seuls postes du secteur privé et des entreprises publiques. Celui de la fonction publique correspond au revenu salarial total (y compris les postes du secteur privé) des salariés travaillant principalement dans la fonction publique.
  • Champ : France métropolitaine jusqu'en 2001, France hors Mayotte à partir de 2002 ; ensemble des salariés, hors salariés agricoles et apprentis, stagiaires, hors salaires versés par des particuliers-employeurs.
  • Lecture : en 1967, en France métropolitaine dans le secteur privé, 8,4 % de la masse salariale totale revient aux 1 % de salariés ayant le revenu salarial le plus élevé.
  • Source : Insee, panel Tous salariés.

Les inégalités de revenu salarial (D9/D1) parmi les salariés travaillant principalement dans la fonction publique sont plus faibles que celles dans le secteur privé. Cet écart entre public et privé est encore plus marqué que pour les salaires. Jusqu’au milieu des années 2000, les inégalités de revenu salarial dans le public ont été en phase avec celles des salaires : elles ont augmenté de 1988 au milieu des années 1990, puis légèrement baissé jusqu’en 2005. Après une nouvelle hausse entre 2007 et 2011, elles ont à nouveau baissé jusqu’en 2014 et sont stables depuis. Ces évolutions proviennent aussi de la moitié basse de l’échelle de revenu salarial (D5/D1), alors que le rapport D9/D5 est globalement stable depuis 1988. La part de la masse salariale détenue par les 1 % les mieux rémunérés est près de deux fois plus faible que dans le secteur privé.

Définitions

Le salaire en équivalent temps plein (EQTP) est un salaire converti à un temps plein pendant toute l’année, quel que soit le volume de travail effectif. Pour un agent ayant occupé un poste de travail durant six mois à 80 % et ayant perçu au total 10 000 euros, le salaire en EQTP est de 10 000/(0,5x0,8)=25 000 euros par an. Pour calculer le salaire moyen en EQTP ou sa distribution, tous les postes, y compris les postes à temps partiel, sont pris en compte au prorata de leur volume de travail effectif (soit 0,5x0,8=0,4 EQTP dans l’exemple précédent).

Le salaire net (de prélèvements sociaux) est le salaire que perçoit effectivement le salarié avant prélèvement de l’impôt sur le revenu. Il s’obtient en retranchant du salaire brut les cotisations sociales salariales, la contribution sociale généralisée (CSG) et la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS). Il est calculé à partir du salaire net fiscal disponible dans les déclarations des employeurs auprès des administrations (DADS et DSN). Il ne comprend pas la participation et l’intéressement placés sur un plan d’épargne entreprise.

Le revenu salarial est la somme de tous les salaires perçus par un individu au cours d’une année donnée, nets de toutes les cotisations sociales, de la contribution sociale généralisée (CSG) et de la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS).

Le rapport interdécile (D9/D1) est le rapport entre le 9e décile (D9) et le 1er décile (D1). Il est un des indicateurs de mesure des inégalités. Les rapports D5/D1 et D9/D5 sont construits sur le même principe.

Le Salaire minimum interprofessionnel de croissance (Smic) est le salaire minimum légal en France. Il se réfère à l’heure de travail. Il a été institué par une loi du 2 janvier 1970. Depuis 2010, le Smic est revalorisé chaque année en janvier par décret en Conseil des ministres, pris après avis de la Commission nationale de la négociation collective (CNNC), qui s’appuie notamment sur l’analyse du Smic et de son évolution réalisée par le groupe d’experts indépendants conformément à la loi du 3 décembre 2008.

Son mode de calcul est développé par l’article L. 3231 du Code du travail. Depuis la promulgation du décret 2013‑123 du 7 février 2013 relatif aux modalités de revalorisation du Smic, la nouvelle règle stipule que l’accroissement annuel du pouvoir d’achat du Smic ne peut, en aucun cas, être inférieur à « la moitié du gain de pouvoir d’achat du salaire horaire moyen des ouvriers et des employés » (SHBOE) mesurée par l’enquête trimestrielle sur l’activité et les conditions d’emploi de la main‑d’œuvre (Acemo) du ministère du Travail.

La garantie du pouvoir d’achat des salariés rémunérés au Smic est assurée par l’indexation du Smic horaire sur l’évolution des prix à la consommation hors tabac des ménages du premier quintile de la distribution des niveaux de vie. Lorsque cet indice atteint un niveau supérieur d’au moins 2 % à l’indice constaté lors de l’établissement de la valeur immédiatement antérieure, le Smic est réévalué dans la même proportion à compter du premier jour du mois qui suit la publication de l’indice donnant lieu au relèvement.

Enfin, le Gouvernement peut porter le Smic à une valeur supérieure à celle qui résulterait de la seule mise en œuvre des mécanismes précités, soit en cours d’année, soit à l’occasion de la revalorisation au 1er janvier. Il s’agit alors d’un « coup de pouce ». Ainsi, le taux horaire du Smic a été réévalué de 2,0 % au 1er juillet 2012. Cette augmentation se décomposait comme suit : + 1,4 % au titre de l’inflation intervenue depuis la précédente revalorisation (de janvier à mai 2012) et + 0,6 % au titre d’un « coup de pouce » supplémentaire.

Par ailleurs, la garantie mensuelle de rémunération (GMR) a été instaurée lors du passage aux 35 heures. Elle permettait de garantir aux salariés payés au Smic le maintien de leur rémunération mensuelle au moment où leur durée du travail baissait. Par la suite, la loi du 17 janvier 2003, dite « loi Fillon », a organisé la convergence progressive des Smic horaires et des GMR vers le niveau de la GMR la plus élevée.

Les déciles partagent une population d’unités statistiques classée selon un critère donné, par exemple le salaire (revenu salarial, revenu d’activité, etc.), en 10 sous‑populations de taille égale. Le 1er décile (D1) (respectivement 9e décile, D9) est le seuil au‑dessous (respectivement au‑dessus) duquel se situent les 10 % des salaires les plus faibles (respectivement les plus élevés).

La médiane correspond au 5e décile (D5) : 50 % des salaires lui sont inférieurs et 50 % lui sont supérieurs.

Définitions

Le salaire en équivalent temps plein (EQTP) est un salaire converti à un temps plein pendant toute l’année, quel que soit le volume de travail effectif. Pour un agent ayant occupé un poste de travail durant six mois à 80 % et ayant perçu au total 10 000 euros, le salaire en EQTP est de 10 000/(0,5x0,8)=25 000 euros par an. Pour calculer le salaire moyen en EQTP ou sa distribution, tous les postes, y compris les postes à temps partiel, sont pris en compte au prorata de leur volume de travail effectif (soit 0,5x0,8=0,4 EQTP dans l’exemple précédent).

Le salaire net (de prélèvements sociaux) est le salaire que perçoit effectivement le salarié avant prélèvement de l’impôt sur le revenu. Il s’obtient en retranchant du salaire brut les cotisations sociales salariales, la contribution sociale généralisée (CSG) et la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS). Il est calculé à partir du salaire net fiscal disponible dans les déclarations des employeurs auprès des administrations (DADS et DSN). Il ne comprend pas la participation et l’intéressement placés sur un plan d’épargne entreprise.

Le revenu salarial est la somme de tous les salaires perçus par un individu au cours d’une année donnée, nets de toutes les cotisations sociales, de la contribution sociale généralisée (CSG) et de la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS).

Le rapport interdécile (D9/D1) est le rapport entre le 9e décile (D9) et le 1er décile (D1). Il est un des indicateurs de mesure des inégalités. Les rapports D5/D1 et D9/D5 sont construits sur le même principe.

Le Salaire minimum interprofessionnel de croissance (Smic) est le salaire minimum légal en France. Il se réfère à l’heure de travail. Il a été institué par une loi du 2 janvier 1970. Depuis 2010, le Smic est revalorisé chaque année en janvier par décret en Conseil des ministres, pris après avis de la Commission nationale de la négociation collective (CNNC), qui s’appuie notamment sur l’analyse du Smic et de son évolution réalisée par le groupe d’experts indépendants conformément à la loi du 3 décembre 2008.

Son mode de calcul est développé par l’article L. 3231 du Code du travail. Depuis la promulgation du décret 2013‑123 du 7 février 2013 relatif aux modalités de revalorisation du Smic, la nouvelle règle stipule que l’accroissement annuel du pouvoir d’achat du Smic ne peut, en aucun cas, être inférieur à « la moitié du gain de pouvoir d’achat du salaire horaire moyen des ouvriers et des employés » (SHBOE) mesurée par l’enquête trimestrielle sur l’activité et les conditions d’emploi de la main‑d’œuvre (Acemo) du ministère du Travail.

La garantie du pouvoir d’achat des salariés rémunérés au Smic est assurée par l’indexation du Smic horaire sur l’évolution des prix à la consommation hors tabac des ménages du premier quintile de la distribution des niveaux de vie. Lorsque cet indice atteint un niveau supérieur d’au moins 2 % à l’indice constaté lors de l’établissement de la valeur immédiatement antérieure, le Smic est réévalué dans la même proportion à compter du premier jour du mois qui suit la publication de l’indice donnant lieu au relèvement.

Enfin, le Gouvernement peut porter le Smic à une valeur supérieure à celle qui résulterait de la seule mise en œuvre des mécanismes précités, soit en cours d’année, soit à l’occasion de la revalorisation au 1er janvier. Il s’agit alors d’un « coup de pouce ». Ainsi, le taux horaire du Smic a été réévalué de 2,0 % au 1er juillet 2012. Cette augmentation se décomposait comme suit : + 1,4 % au titre de l’inflation intervenue depuis la précédente revalorisation (de janvier à mai 2012) et + 0,6 % au titre d’un « coup de pouce » supplémentaire.

Par ailleurs, la garantie mensuelle de rémunération (GMR) a été instaurée lors du passage aux 35 heures. Elle permettait de garantir aux salariés payés au Smic le maintien de leur rémunération mensuelle au moment où leur durée du travail baissait. Par la suite, la loi du 17 janvier 2003, dite « loi Fillon », a organisé la convergence progressive des Smic horaires et des GMR vers le niveau de la GMR la plus élevée.

Les déciles partagent une population d’unités statistiques classée selon un critère donné, par exemple le salaire (revenu salarial, revenu d’activité, etc.), en 10 sous‑populations de taille égale. Le 1er décile (D1) (respectivement 9e décile, D9) est le seuil au‑dessous (respectivement au‑dessus) duquel se situent les 10 % des salaires les plus faibles (respectivement les plus élevés).

La médiane correspond au 5e décile (D5) : 50 % des salaires lui sont inférieurs et 50 % lui sont supérieurs.