Bilan économique 2015 - Bretagne

Les perspectives encourageantes observées début 2015 se sont confirmées. L'emploi redémarre en Bretagne et les indicateurs conjoncturels pour la démographie d'entreprises, la construction et le tourisme sont mieux orientés qu'en moyenne nationale. Toutefois, quelques points noirs subsistent avec des secteurs d'activité toujours en difficulté face à l'emploi, une demande d'emploi qui a continué de croître et une crise agricole qui s'est poursuivie.

Insee Conjoncture Bretagne
Paru le : 31/05/2016
Consulter

Construction : léger redémarrage en 2015

Auteur : Bruno Rul, Dreal

En 2015, le nombre de logements autorisés à la construction augmente en Bretagne pour la première fois depuis 2011. L’augmentation est plus marquée dans la région qu'en France métropolitaine. Les ventes de logements collectifs réalisées par les promoteurs reprennent nettement. En raison du faible nombre de mises en vente, les stocks d’appartements disponibles diminuent et le délai d’écoulement des stocks baisse significativement.

Insee Conjoncture Bretagne
No 10
Paru le : 31/05/2016

Au cours de l’année 2015, 19 500 logements (figures 2 et 3) ont été autorisés à la construction dans la région, soit 1 900 de plus qu’en 2014 (+ 10,9 %). Les mises en chantier augmentent également : 19 200 sur l’ensemble de l’année, soit 1 000 de plus qu’en 2014 (+ 5,7 %). Cette progression s’explique essentiellement par une hausse importante du nombre de logements collectifs mis en chantier en Ille-et-Vilaine et dans le Finistère. Les mises en chantier de logements individuels évoluent peu (+ 0,5 %) et restent à un niveau bas.

Figure 2 – Logements autorisés par département

en %
Logements autorisés par département
Logements en 2015 (nombre) Évolution 2015/2014 Évolution annuelle moyenne 2014/2009 (1)
Côtes-d'Armor 2 800 14,7 -11,0
Finistère 4 000 3,6 -8,3
Ille-et-Vilaine 8 000 11,0 1,0
Morbihan 4 600 15,5 -5,7
Bretagne 19 500 10,9 -4,9
France métropolitaine 372 200 3,8 -0,2
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu la construction de logements, pour le département ou la région, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Note : données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle. Les évolutions sont calculées sur données non arrondies.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : SOeS, Sit@del2, estimations au 13 avril 2016.

Figure 3 – Les opérations de plus de 100 logements autorisés en 2015

Les opérations de plus de 100 logements autorisés en 2015
Rennes 203 logements collectifs
Rennes 175 logements en résidence étudiante
Rennes 150 logements en résidence étudiante et 12 maisons individuelles groupées
Betton 129 logements collectifs
Rennes 127 logements collectifs
Rennes 124 logements en résidence étudiante
Rennes 119 logements collectifs
Saint-Malo 119 logements en résidence hôtelière
Vannes 119 logements collectifs
Arzon 114 logements collectifs

    En France métropolitaine, l’augmentation des mises en chantier est moins importante (+ 2,1 %) (figure 1). De ce fait, les mises en chantier de logements en Bretagne en 2015 ont représenté 5,5 % de l’ensemble de la construction sur le territoire français contre 5,3 % en 2014.

    Figure 1 – Évolution de la construction de logements

    en indice base 100 en 2005
    Évolution de la construction de logements
    Logements autorisés - Bretagne Logements commencés - Bretagne Logements autorisés - France métropolitaine Logements commencés - France métropolitaine
    2005 100 100 100 100
    2006 104,46 105,03 109,33 105,8
    2007 100,7 100,56 103,75 105
    2008 75,59 76,82 85,65 85,5
    2009 53,05 63,97 68,36 74,48
    2010 61,74 74,02 85,63 89
    2011 68,08 70,39 94,29 92,57
    2012 62,44 63,13 86,97 83,38
    2013 52,82 58,38 76,17 80,86
    2014 41,31 50,84 67,61 73,61
    2015 45,77 53,63 70,17 74,82
    • Note : données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle.
    • Champ : logements individuels et collectifs.
    • Source : SOeS, Sit@del2, estimations au 13 avril 2016.

    Figure 1 – Évolution de la construction de logements

    Quasi-stabilité des permis de construire pour les maisons

    En Bretagne, 10 800 permis de construire de maisons individuelles ont été accordés au cours de l'année 2015, soit une quasi-stabilité sur un an (+ 1,7 %). L’évolution est plus favorable dans le Finistère (+ 16,5 %) et les Côtes-d’Armor (+ 3,7 %), alors que les autorisations de maisons individuelles baissent en Ille-et-Vilaine (– 9,9 %). Dans ce dernier département, la densification urbaine est davantage propice à la construction de logements collectifs.

    Environ 10 200 chantiers ont été démarrés au cours de l’année 2015 en Bretagne. La construction de maisons individuelles augmente très légèrement (+ 0,5 %), tout en restant proche du palier bas de 1995. l’Ille-et-Vilaine se démarque des autres départements par une baisse notable (– 7 %).

    Figure 4 – Logements commencés par département

    en %
    Logements commencés par département
    Logements en 2015 (nombre) Évolution 2015/2014 Évolution annuelle moyenne 2014/2009 (1)
    Côtes-d'Armor 2 500 -5,7 -5,7
    Finistère 4 000 24,9 -10,1
    Ille-et-Vilaine 8 500 6,9 -0,2
    Morbihan 4 200 -3,5 -5,6
    Bretagne 19 200 5,7 -4,5
    France métropolitaine 335 400 1,6 -0,2
    • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu la construction de logements, pour le département ou la région, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
    • Note : données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle. Les évolutions sont calculées sur données non arrondies.
    • Champ : France métropolitaine.
    • Source : SOeS, Sit@del2, estimations au 13 avril 2016.

    Les autorisations de logements collectifs augmentent, sauf dans le Finistère

    Avec 8 700 logements collectifs ou en résidence autorisés, les projets de construction d’appartements sont en hausse de 24,9 % cette année en Bretagne. La hausse est importante en Ille-et-Vilaine (+ 29 %), dans les Côtes-d’Armor (+ 64,4 %) et dans le Morbihan (+ 46,7 %). À l’inverse, le Finistère affiche un repli de 19,5 %.

    Figure 5 – Construction autorisée de locaux non résidentiels, selon le type

    en %
    Construction autorisée de locaux non résidentiels, selon le type
    Bretagne France métropolitaine
    Surfaces autorisées en 2015 (en milliers de m² ) Évolution 2015/2014 Évolution moyenne annuelle 2014/2009 (1) Évolution 2015/2014 Évolution moyenne annuelle 2014/2009 (1)
    Artisanat 125 26,3 0,8 -6,3 3,1
    Bureaux 217 -2,6 -2,0 4,7 -0,3
    Commerce 234 -8,3 0,1 1,9 -3,4
    Entrepôt 310 10,7 -0,1 8,2 1,4
    Exploitation agricole ou forestière 1 285 -6,0 -0,3 15,4 -7,2
    Hébergement hôtelier 33 14,9 -0,9 32,8 -2,7
    Industrie 280 15,3 -0,6 3,2 -3,6
    Service public ou d'intérêt collectif 221 -16,2 -8,2 -11,7 -5,5
    Ensemble 2 705 -2,0 -1,3 5,2 -3,9
    • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu la construction de locaux, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
    • Note : données brutes provisoires en date réelle.
    • Source : SOeS, Sit@del2, résultats au 13 avril 2016.

    Les mises en chantier de logements collectifs ou en résidence sont en augmentation de 12,4 % sur l’ensemble de la Bretagne.

    Figure 6 – Évolution de la construction de locaux non résidentiels

    en indice base 100 en 2005
    Évolution de la construction de locaux non résidentiels
    Locaux autorisés - Bretagne Locaux commencés - Bretagne Locaux autorisés - France métropolitaine Locaux commencés - France métropolitaine
    2005 100 100 100 100
    2006 107,16 108,39 109,97 108,65
    2007 116,76 120,8 109,64 114,18
    2008 99,78 110,32 106,33 103,64
    2009 93,76 94 94,15 86,49
    2010 90,74 86,78 95,63 78,59
    2011 104,83 86,42 100,87 81,48
    2012 90,86 76,99 96,34 74,58
    2013 88,35 76,15 89,83 72,79
    2014 87,61 72,72 77,35 64,33
    2015 85,89 81,38
    • Note : données brutes provisoires en date réelle.
    • Source : SOeS, Sit@del2, résultats au 13 avril 2016.

    Figure 6 – Évolution de la construction de locaux non résidentiels

    Davantage de projets annulés en 2015

    En 2015, 2 400 projets de logements ont été annulés, soit 12,4 % du volume des autorisations de l’année. C’est plus qu’en 2014 où 10 % des logements ont été annulés. En 2015, quatre annulations sur cinq concernent des permis récents, ayant été autorisés dans l’année. On constate une surreprésentation des annulations dans le Finistère (19,1 %) et le Morbihan (14,3 %). La part des annulations la plus basse est en Ille-et-Vilaine (8,1 %). Dans ce département, les 1 670 prêts à taux zéro attribués aux ménages (représentant 44 % de l’ensemble des prêts à taux zéro de la région) contribuent à aider les ménages les plus modestes à financer leurs projets.

    Stabilité des surfaces de locaux non résidentiels

    En 2015, les surfaces de plancher autorisées dans le secteur non résidentiel restent au niveau de 2014 : 2 700 000 m² (– 2 %).

    Dans le Finistère, plusieurs projets ont donné lieu en 2015 à des demandes d’autorisation de surfaces importantes : citons l’agrandissement d’une station de collecte et d’expédition à Saint-Pol-de-Léon (56 800 m²), une usine de matériel agricole à Landivisiau (22 100 m2) et un entrepôt à Riec-sur Belon (21 800 m2).

    La baisse est forte dans les secteurs de l’hébergement hôtelier (– 34,4 %) et de l’artisanat (– 24,6 %), ainsi que, dans une moindre mesure, dans les services publics (– 8,5 %).

    Augmentation des ventes sur le marché de la promotion immobilière

    Le marché du logement collectif a connu une nette reprise après une chute ininterrompue depuis 2010 : 3 838 logements collectifs ont été vendus en 2015, soit 31 % de plus par rapport à 2014.

    Pour autant, les promoteurs ont mis en vente moins d’appartements : 3 200 offres de nouveaux logements collectifs, soit 25 % de moins qu’en 2014 (figure 7).

    Figure 7 – Évolution de la commercialisation de logements neufs dans la région Bretagne

    en indice base 100 en 2005
    Évolution de la commercialisation de logements neufs dans la région Bretagne
    Logements neufs disponibles en fin d'année Logements neufs mis en vente Logements neufs vendus (réservés)
    2005 100 100 100
    2006 119,1 91,4 103,38
    2007 183,4 103,48 92,26
    2008 207,7 69,4 62,74
    2009 157,57 50,08 72,24
    2010 125,55 68,98 93,98
    2011 119,86 65,4 71,95
    2012 138,31 58,59 48,95
    2013 126,62 40,7 43,55
    2014 131,4 43,93 39,02
    2015 103,91 34,61 50,52
    • Note : données brutes.
    • Champ : permis de 5 logements et plus destinés à la vente aux particuliers ; France métropolitaine.
    • Source : SOeS, enquête ECLN.

    Figure 7 – Évolution de la commercialisation de logements neufs dans la région Bretagne

    En combinant mises en vente, ventes, annulations, abandons, retraits ou changements de destination, le stock de logements disponibles à la vente baisse cette année de 22 %. À la fin 2015, 4 700 appartements étaient sur le marché breton.

    Plus de 9 % de ces stocks correspondent à des logements achevés, 31 % sont en cours de construction et 60 % sont encore à l’état de projet.

    Le délai d’écoulement des stocks est de 14 mois, soit une baisse importante de 10 mois sur un an.

    L’Ille-et-Vilaine concentre 62 % des mises en vente et 66 % des réservations, suivi par le Morbihan (respectivement 24 % et 20 %) puis le Finistère (9 % et 11 %) et enfin les Côtes-d’Armor (5 % et 3 %).

    Avec 3 213 euros par m² en moyenne en 2015, le prix sur un an des appartements neufs est resté stable (figure 8).

    Figure 8 – Évolution du prix de vente des maisons et des appartements neufs

    en %
    Évolution du prix de vente des maisons et des appartements neufs
    Bretagne France métropolitaine
    En 2015 (nombre ou prix en euro) Évolution 2015/2014 Évolution moyenne annuelle 2014/2009 (2) En 2015 (nombre ou prix en euro) Évolution 2015/2014 Évolution moyenne annuelle 2014/2009 (2)
    Maisons neuves
    Nombre de ventes (1) 232 7,9 -14,8 8 237 11,0 -10,3
    Prix moyen par maison 219 788 1,2 2,1 249 315 -1,5 0,8
    Appartements neufs
    Nombre de ventes (1) 3 838 31,0 -11,3 94 301 18,6 -3,1
    Prix moyen au m² 3 213 0,1 3,0 3 892 0,6 2,8
    • (1) : réservations avec dépôt d'arrhes.
    • (2) : taux d'évolution annuel qu'auraient connu le nombre de ventes ou le prix moyen si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
    • nd : données non disponibles.
    • Champ : permis de 5 logements et plus destinés à la vente aux particuliers ; France métropolitaine.
    • Source : SOeS, enquête ECLN.

    Figure 9 – Prix régional moyen des appartements neufs en 2015

    Prix moyen des appartements (en € / m²)
    Prix régional moyen des appartements neufs en 2015
    3171 3496 3892
    11 4754
    24 3034
    27 2953
    28 3299
    32 3203
    44 3171
    52 3496
    53 3213
    75 3615
    76 3528
    84 3817
    93 4186
    94 3581
    • Champ : France métropolitaine.
    • Source : SOeS, enquête ECLN.

    Figure 9 – Prix régional moyen des appartements neufs en 2015France métropolitaine : 3 892 € / m²

    Figure 10 – Prix régional moyen des maisons neuves en 2015

    Prix moyen des maisons (en € / lot)
    Prix régional moyen des maisons neuves en 2015
    210691 249315 318330
    11 322303
    24 206013
    27 186912
    28 199720
    32 216269
    44 210691
    52 199372
    53 219788
    75 217693
    76 231200
    84 285252
    93 257329
    94 318330
    • Champ : France métropolitaine.
    • Source : SOeS, enquête ECLN.

    Figure 10 – Prix régional moyen des maisons neuves en 2015France métropolitaine : 249 315 € / lot

    Encadré

    Méthodologie

    La base de données Sit@del2 rassemble les informations relatives aux autorisations de construire (permis accordés) et aux mises en chantier transmises par les services instructeurs (État, collectivités territoriales) au service statistique du Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (MEDDE). Les mouvements relatifs à la vie du permis (dépôts, autorisations, annulations, modificatifs, déclarations d’ouverture de chantier, déclarations d’achèvement des travaux) sont exploités à des fins statistiques.

    Les séries de la construction utilisées pour la conjoncture et le bilan économique sont élaborées à partir de cette base.

    En matière de logement, les séries d’estimations en date réelle sont produites mensuellement pour évaluer le nombre d’autorisations et de mises en chantier. Elles visent à retracer dès le mois suivant, l’ensemble des événements à leur date réelle. Sur la base des données collectées, les séries intègrent une estimation de l’information non encore remontée. Ces séries sont actualisées chaque mois pour prendre en compte les informations les plus récentes. Les estimations en date réelle corrigent des éventuels défauts de collecte des déclarations d’ouverture de chantier.

    Pour les locaux non résidentiels, les séries de surface de plancher en date de prise en compte permettent le suivi conjoncturel de ce secteur. Elles agrègent les informations issues des permis (autorisés, commencés, etc.) selon la date d’enregistrement de la donnée dans l’application Sit@del2.

    Les séries de surface de plancher en date réelle sont utilisées pour les études structurelles. L’information est restituée selon la date effective de l’autorisation ou de la date de la mise en chantier. Ces séries sont présentées nettes des annulations et ne comportent pas d’estimations : elles minorent donc la réalité, spécialement pour les mois de collecte les plus récents.

    Sources

    Avertissement : les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

    Pour en savoir plus

    Statistiques logements / Dréal Bretagne

    En Bretagne, la construction de logements ralentit mais reste supérieure à la hausse du nombre de ménages / Isabelle Baudequin, Michel Rouxel, Insee et Bruno Rul, Dreal ; - Dans Insee Analyses Bretagne n° 36 (2016, mars). - 4 p.

    Ministère de l'Écologie, du Développement Durable et de l'énergie