Bilan économique 2014 de Guyane

La Guyane avait connu une année 2013 morose. Son économie commençait à marquer le pas avec une croissance plus faible que les années précédentes. En 2014, le contexte mondial est toujours morose avec des perspectives à moyens termes toujours aussi médiocres. Malgré tout, dans les économies avancées la reprise semble solide même si elle reste encore faible. En France, grâce à la consommation des ménages et des administrations publiques, la croissance revient à petits pas. En revanche, dans l'environnement proche de la Guyane, la zone Amérique latine et Caraïbes, le rythme de croissance (+ 1,3 %) est le plus faible depuis 2002. Il est encore trop tôt pour déterminer le chiffre de croissance de l'économie de la Guyane en 2014. Néanmoins, l'analyse des parties de son économie nous permet d'en dessiner les contours.

Insee Conjoncture Guyane
Paru le : 15/06/2015

Construction - L'activité dans la construction se contracte de nouveau en 2014

Rémy Charrier, Deal - Benoit Hurpeau, Insee

En 2014, l’activité dans la construction reste faible en Guyane. La commande publique est en repli sur la période 2012-2014 et la construction de logements sociaux reste faible pour la seconde année consécutive. Le recul de la construction privée contribue également à la baisse de l’activité du secteur, comme en témoigne la baisse des ventes de ciment (– 6 %) en 2014. La promotion privée est confrontée à une fiscalité moins attractive depuis la réorientation de la défiscalisation vers le logement social (Lodéom). La construction de locaux est soutenue en 2014 par la création du nouveau centre hospitalier de Saint-Laurent-du-Maroni.

Insee Conjoncture Guyane
No 1
Paru le : 15/06/2015

Après une baisse de 30 % en 2013, le nombre de permis de construire autorisés en Guyane progresse de 5 % en 2014. Cette hausse est uniquement absorbée par le logement social dont le nombre d’autorisations passe de 718 en 2013 à 805 en 2014. Toutefois, ces niveaux restent faibles et bien loin des années 2010 à 2012 où les autorisations étaient de 2 700 logements en moyenne grâce au développement de la ZAC de Soula.

Le territoire de la Communauté d’Agglomération du Centre Littoral reste aux avant-postes

Fortement attractive par son statut de pôle emploi, la communauté d’agglomération du Centre Littoral concentre 85 % des autorisations de construire en Guyane.

Á Saint-Laurent-du-Maroni, deuxième commune de Guyane en population, les autorisations de construire représentent à peine 14 % du total de logements autorisés. La présence d’habitat spontané en nombre explique en partie cette situation. Enfin, à Kourou, où résident plus de 25 000 habitants, la construction semble au point mort depuis plusieurs années.

Du côté, des mises en chantier, le constat d’un secteur en crise se confirme. Seulement, 1 700 logements ont été mis en chantier en 2014, il faut remonter à la crise de 2009 pour observer de tels chiffres.

La commande publique : soutien au secteur du BTP

La commande publique se stabilise en 2014. Ce sont 271 millions d’euros qui ont été engagés par le secteur public dans la construction. Ce chiffre est identique à 2013 mais bien loin des niveaux de 2011 et 2012 où elle tutoyait les 450 millions d’euros. L’essentiel de cette commande est injectée dans le secteur des travaux publics (près de 50 %). La commande pour le logement reste faible, faute de construction de logements sociaux en nombre important. En revanche, la commande de bâtiments non résidentiels augmente de 35 % entre 2013 et 2014, passant de 57 à 77 millions d’euros engagés sur des démarrages de chantier.

Les autorisations de locaux d'activité reculent

En Guyane, 88 720 m² de surface de plancher pour des locaux d'activité ont été autorisés. La baisse est de 17 % en un an et concerne surtout les locaux pour la culture et les loisirs (– 70 %), les entrepôts (– 55 %) et les locaux agricoles (– 25 %). Ces derniers représentent près d’un tiers des locaux autorisés. Alors qu’ils étaient quasiment inexistants auparavant, le développement des locaux agricoles est très fort depuis 2013. Fait notable pour l’année 2014, un nouvel hôpital va être construit à Saint-Laurent-du-Maroni. Ce nouvel établissement (25 000 m² autorisés) permet aux autorisations de locaux de subir une baisse modérée. Sans le nouvel hôpital, la baisse des autorisations aurait atteint les 40 %. Seules les autorisations de locaux d’enseignement et de commerces sont en hausse en 2014, avec des augmentations de 41 % et 10 % respectivement.

Figure 1 – Chiffres clés du logement

En nombre
Chiffres clés du logement
2010 2011 2012 2013
Permis de construire individuel 1378 545 750 796
collectif 2050 1547 1916 1119
Construction effective individuel 784 623 389 275
collectif 957 1338 2079 702

    Figure 2 – Les autorisations de construire se maintiennent à un bas niveau

    Les autorisations de construire se maintiennent à un bas niveau
    Logement privé Logement social
    2009 897 1 039
    2010 1 994 1 433
    2011 1 729 355
    2012 1 705 917
    2013 1 082 718
    2014 1 087 805
    • souce : DEAL Guyane, Sit@del2

    Figure 2 – Les autorisations de construire se maintiennent à un bas niveauNombre d’autorisations de construire en date réelle

    Figure 3 – Les mises en chantier à leur plus bas niveau depuis 5 ans

    Les mises en chantier à leur plus bas niveau depuis 5 ans
    mises en chantier (en nb)
    2009 1 000
    2010 2 300
    2011 2 400
    2012 3 000
    2013 1 900
    2014 1 700
    • Souce : DEAL Guyane, Sit@del2

    Figure 3 – Les mises en chantier à leur plus bas niveau depuis 5 ansÉvolution des mises en chantier (en nombre)

    Figure 4 – L'île de Cayenne soutient le secteur

    L'île de Cayenne soutient le secteur
    2012 2013 2014
    Cayenne 1386 569 732
    Remire-Montjoly 471 212 432
    Macouria 129 238 221
    Matoury 239 78 205
    Saint-Laurent 168 352 277
    Kourou 36 4 3
    Autres 270 347 130
    • souce : DEAL Guyane, Sit@del2

    Figure 4 – L'île de Cayenne soutient le secteurRépartition des autorisations de construire par commune (en nombre)

    Figure 5 – La commande publique est tirée par le bâtiment non résidentiel

    unité : M€
    La commande publique est tirée par le bâtiment non résidentiel
    Bâtiment non résidentiel Logement Travaux publics
    2008 63 78 99
    2009 94 45 158
    2010 43 88 179
    2011 77 185 194
    2012 61 135 221
    2013 57 58 153
    2014 77 60 134
    • Source : Observatoire de la commande publique

    Figure 5 – La commande publique est tirée par le bâtiment non résidentielÉvolution de la commande publique dans le secteur du BTP (en m€)

    Figure 6 – Baisse de la surface de locaux autorisés - Surfaces de locaux autorisés en date réelle (en m2)

    unité : m²
    Baisse de la surface de locaux autorisés - Surfaces de locaux autorisés en date réelle (en m2)
    2010 2011 2012 2013 2014
    Bureau 12 373 19 448 6 454 7 143 5 527
    Commerce 28 500 9 626 4 005 7 052 7 758
    Agriculture 3 874 1 914 139 35 324 26 586
    Entrepôt 6 641 12 195 16 479 12 053 5 439
    Enseignement 12 261 2 899 11 840 4 092 5 767
    Santé 1 888 4 622 249 1 159 25 461
    Cutlure et loisir 2 944 6 186 1 266 15 507 4 726
    Autres 7 773 15 224 17 950 25 117 7 459
    Total 76 254 72 114 58 382 107 447 88 723
    • Souce : DEAL Guyane, Sit@del2

    Encadré

    Encadré

    A compter des résultats diffusés fin janvier 2015, de nouveaux indicateurs visant à retracer les autorisations et les mises en chantier à leur date réelle sont diffusés. Ces nouvelles séries améliorent le diagnostic conjoncturel produit à partir de la base Sit@del2, en corrigeant notamment les éventuels défauts de collecte. Pour plus d’informations, consulter le site internet du SoeS.

    Sources

    Les estimations des logements autorisés en date réelle construits à partir de la base Sitadel fournissent par anticipation les niveaux d’autorisation à la date de l’événement.

    Les estimations de logements mis en chantier corrigent le défaut d’exhaustivité observé dans la remontée des annulations et des déclarations d’ouverture de chantier.

    Documentation

    Définitions (pdf, 50 Ko)