L'économie et la société à l'ère du numériqueÉdition 2019

Cet ouvrage inédit rassemble les données de la statistique publique rendant compte des transformations de l’économie et de la société par le numérique.

Insee Références
Paru le : Paru le 04/11/2019
L'économie et la société à l'ère du numérique - novembre 2019
Consulter
Sommaire

Musique : ventes physiques, téléchargement et écoute en flux

Insee Références

Paru le : 04/11/2019

Pour la première fois en 2018, les ventes en valeur des marchés numériques, c’est-à-dire par le téléchargement et l’écoute en flux (streaming) réunis, dépassent celles du marché physique (figure 1). Au cours des années 2000, le chiffre d’affaires des ventes physiques de musique enregistrée (CD, vinyle) a amorcé une baisse qui n’a pas cessé depuis. Il se situe à 314 millions d’euros en 2018, contre 1 144 millions d’euros dix ans plus tôt, en 2007. Le chiffre d’affaires du téléchargement n’a jamais réellement décollé, probablement à cause de l’apparition simultanée du téléchargement en pair à pair (peer-to-peer). À partir de 2012, le marché du téléchargement régresse, alors que le marché de l’écoute en flux connaît un essor considérable. En 2018, le chiffres d’affaires de l’écoute en flux atteint 301 millions d’euros, quasi-équivalent à celui du marché physique. Cet essor a contribué à interrompre la tendance baissière de ce marché et à stabiliser son chiffre d’affaires global à environ 650 millions d’euros par an depuis 2015.

Figure 1 - Évolution du chiffre d'affaires sur les différents marchés de la musique de 2007 à 2018

en millions d'euros
Figure 1 - Évolution du chiffre d'affaires sur les différents marchés de la musique de 2007 à 2018 (en millions d'euros)
Marché
physique
Écoute
en flux
Téléchargement
d'albums
Téléchargement
de titres
2007 1 144,4 16,1 12,2
2008 948,1 17,9 22,8
2009 857,4 34,1 27,5
2010 711,2 46,8 42,1
2011 668,1 57,7 45,7
2012 617,5 68,3 50,0
2013 594,2 54,0 70,9 47,6
2014 512,7 72,0 58,6 38,2
2015 476,1 104,0 53,4 31,9
2016 419,6 144,0 43,5 25,6
2017 393,0 239,0 36,0 20,6
2018 313,6 301,0 26,5 15,5
  • Champ : France.
  • Source : panel distributeurs GfK (Growth from Knowledge) pour le marché physique et les téléchargements et Snep (Syndicat national de l'édition phonographique) pour l'écoute en flux.

Figure 1 - Évolution du chiffre d'affaires sur les différents marchés de la musique de 2007 à 2018

  • Champ : France.
  • Source : panel distributeurs GfK (Growth from Knowledge) pour le marché physique et les téléchargements et Snep (Syndicat national de l'édition phonographique) pour l'écoute en flux.

S’agissant des volumes de consommation, les constats sont globalement similaires. Comme pour le chiffre d’affaires, le nombre d’albums vendus sur support physique chute de 2007 à 2018, tandis que les achats d’albums en téléchargement augmentent légèrement de 2007 à 2012, puis baissent (figure 2). Les achats de titres en téléchargement connaissent quant à eux une croissance fulgurante entre 2007 et 2012, puis une chute tout aussi rapide. Les plateformes d’écoute en flux, créées dans les années 2000, prennent vraiment leur envol dans les années 2010. Le volume d’écoutes de titres (d’au moins 30 secondes) augmente fortement, cette hausse étant concomitante de la chute des autres marchés.

Figure 2 - Évolution du volume de consommation sur les différents marchés de la musique de 2007 à 2018

Figure 2 - Évolution du volume de consommation sur les différents marchés de la musique de 2007 à 2018
Nombre
de ventes
d'albums
physiques
Nombre
de téléchargements
de titres
Nombre
de téléchargements
d'albums
Nombre
d'écoutes
de titres
en flux
en milliers en millions
2007 74 118 11 946 2 267
2008 63 816 18 411 3 419
2009 56 462 34 989 5 243
2010 48 587 41 688 6 641
2011 46 818 43 226 7 049
2012 44 813 43 590 7 961
2013 41 868 38 834 7 871 9 000
2014 37 126 30 800 6 436 12 000
2015 35 138 25 386 5 741 18 000
2016 30 419 20 190 4 535 28 631
2017 28 548 15 983 3 726 39 078
2018 23 179 11 919 2 742 41 894
  • Note : pour le marché physique et de téléchargement d'albums, les volumes correspondent au nombre d'albums vendus. Pour le marché du téléchargement de titres, ils correspondent au nombre de titres vendus. Pour l'écoute en flux (streaming), le volume correspond au nombre d'écoutes de titres. On ne peut donc comparer le volume de consommation que des deux premiers marchés.
  • Champ : France.
  • Source : panel distributeurs GfK (Growth from Knowledge) pour le marché physique et les téléchargements et Snep (Syndicat national de l'édition phonographique) pour l'écoute en flux.

Figure 2 - Évolution du volume de consommation sur les différents marchés de la musique de 2007 à 2018

  • Note : pour le marché physique et de téléchargement d'albums, les volumes correspondent au nombre d'albums vendus. Pour le marché du téléchargement de titres, ils correspondent au nombre de titres vendus. Pour l'écoute en flux (streaming), le volume correspond au nombre d'écoutes de titres. On ne peut donc comparer le volume de consommation que des deux premiers marchés.
  • Champ : France.
  • Source : panel distributeurs GfK (Growth from Knowledge) pour le marché physique et les téléchargements et Snep (Syndicat national de l'édition phonographique) pour l'écoute en flux.

Le prix moyen des produits achetés en téléchargement augmente entre 2007 et 2018 ; le chiffre d’affaires augmente plus vite que le volume de consommation (sauf en 2007 et 2008). La situation est inverse pour le marché physique où le prix moyen de vente baisse depuis 2007. Pour l’écoute en flux, chiffre d’affaires et volume de consommation sont observés à partir de l’année 2013, qui correspond à l’essor des plateformes numériques. La croissance rapide du volume des écoutes a quelque peu décéléré en 2018, entraînant une légère hausse du prix moyen de vente.

Le marché du téléchargement d’albums est plus diversifié que le marché physique. En 2018, le marché du téléchargement d’albums rassemble près de deux fois plus de références, cinq fois plus d’interprètes et 17 fois plus de labels que le marché physique. Ainsi, les 0,1% des références les plus consommées représentent 26 % du volume des ventes d’albums téléchargés, contre 38 % du volume des ventes physiques (figure 3). En effet, les maisons de disques sélectionnent les œuvres qu’elles souhaitent produire et financent leur reproduction massive, leur distribution et leur promotion. Le numérique facilite l’autoproduction et la micro-production, ce qui accroît le nombre d’interprètes et de labels. La dématérialisation des supports d’enregistrement et d’écoute ainsi que la généralisation et l’amélioration des accès à Internet, fixes et mobiles, ont aussi rendu plus facile le stockage des œuvres, tant pour les vendeurs que pour les utilisateurs, leur circulation et leur reproduction.

Figure 3 - Comparaison du marché physique et du marché du téléchargement d'albums en 2018

Figure 3 - Comparaison du marché physique et du marché du téléchargement d'albums en 2018
Marché physique Téléchargement d'albums
Nombre de références (en milliers) 184 340
Nombre d’interprètes (en milliers) 67 372
Nombre de labels (en milliers) 12 208
Part dans le volume des ventes du top 0,1 % des références (en %) 38 26
Nombre d'albums vendus (en millions) 23 3
Chiffre d’affaires (en millions d'euros) 314 42
  • Champ : France.
  • Source : panel distributeurs GfK (Growth from Knowledge).

Définitions

Téléchargement : produits musicaux similaires à ceux du marché physique (albums et titres), mais sur support numérique, chargés par Internet depuis un ordinateur ou un serveur distant, de façon légale ou illégale.

Écoute en flux (streaming) : consommation en flux par le biais de plateformes audio, par abonnement ou gratuitement (avec des contraintes, des restrictions d’utilisation et l’apparition de publicité par exemple), par le biais de sites de streaming vidéo (YouTube, Dailymotion, etc.), de services fournis par les radios, etc.

Pair à pair (peer-to-peer) : technologie permettant l’échange direct de données entre ordinateurs reliés à Internet, sans passer par un serveur central. Elle est notamment utilisée pour le téléchargement illégal de musique, de vidéo, de jeux, etc.

Label : société productrice de musique.

Pour en savoir plus

« Évolution de la diversité consommée sur le marché de la musique enregistrée, 2007-2016 », Culture Études n° 2018-4, Deps, septembre 2018.

Définitions

Pour en savoir plus