Insee Conjoncture GuadeloupeBilan économique 2018 - Guadeloupe

La trajectoire positive de l'économie se confirme

En 2018, l'économie de la Guadeloupe reste sur une trajectoire positive amorcée en 2015. L’emploi salarié augmente, notamment dans le secteur marchand, mais pas suffisamment pour faire refluer le taux de chômage qui reste à un niveau élevé. Les autres indicateurs montrent des signes d'amélioration : la création d'entreprises retrouve le niveau record de 2012, l’investissement est en hausse, la consommation des ménages résiste malgré une légère reprise de l' inflation. La fréquentation hôtelière, la croisière et le trafic aérien profitent de la très forte embellie du tourisme.

Insee Conjoncture Guadeloupe
No 05
Paru le :Paru le06/06/2019
Philippe MOUTY, Deal Guadeloupe
Insee Conjoncture Guadeloupe No 05- Juin 2019

Ce bilan économique fait partie des 17 bilans économiques régionaux 2018 publiés par l'Insee.
Retrouvez les bilans des autres régions ici.

Consulter

Construction - Une reprise contrastée Bilan économique 2018

Philippe MOUTY, Deal Guadeloupe

Le secteur du BTP affiche des signes de reprise avec d’importants chantiers en cours et des ventes de ciment en hausse. Néanmoins, les projets de constructions de logements autorisés en Guadeloupe sont en baisse tout comme les autorisations de mises en chantier de locaux commerciaux.

Insee Conjoncture Guadeloupe

No 05

Paru le :06/06/2019

En Guadeloupe, en 2018, 3 300 logements ont été autorisés à la construction (en données brutes), en baisse de 0,7 % par rapport à 2017. En parallèle, 2 900 logements ont été mis en chantier, un nombre en très faible évolution (+ 0,2 %). Cette légère baisse des autorisations peut s’expliquer par le passage de 14 communes au Règlement National d’Urbanisme au quatrième trimestre 2018 (encadré).

En Martinique, la dynamique des deux indicateurs diverge de manière plus prononcée.

Alors que les projets de constructions augmentent fortement (+ 36 %), les débuts de chantiers sont en légère baisse (– 0,8 %). L’impact du passage en RNU est moindre qu’en Guadeloupe, car sur les huit communes qui ne sont pas dotées de Plan Local d’Urbanisme, une seule dispose de plus de 10 000 habitants. En France métropolitaine, les autorisations et les ouvertures de chantiers sont toutes deux en baisse par rapport à 2017, respectivement de 6,9 % et 4 %.

Le secteur du BTP bien orienté

Le secteur du BTP est, malgré tout, bien orienté en 2018. Avec 185 000 tonnes, les ventes de ciment augmentent de 5,2 % par rapport à 2017 soutenues par la commande publique. La construction du nouveau Centre Hospitalier Universitaire (CHU), et l’agrandissement de l’aéroport Pôle Caraïbes sont certainement à l’origine de ce dynamisme.

Baisse des autorisations pour les logements individuels

Les autorisations de logements individuels représentent 66 % des projets de constructions. Elles diminuent de 6,5 % par rapport à 2017 de façon contrastée. Les logements individuels purs se contractent (– 10 %) tandis que les logements individuels groupés augmentent faiblement (1 %). Les autorisations de logements collectifs y compris en résidence progressent de 13 %.

En 2018, 108 milliers de m² de locaux non résidentiels ont été autorisés, soit 5 % de moins qu’en 2017. C’est la troisième année consécutive de baisse. La surface autorisée est en baisse pour tous les secteurs d’activité, en dehors du secteur public et de l’hébergement hôtelier. Pour ce dernier, l’augmentation est de 736 %. Il représente un quart des projets de constructions contre 3 % en 2017. Le service public est le deuxième secteur le plus dynamique en 2018 avec 20 % des surfaces autorisées de locaux, il est en hausse de 38 %. Sur la période 2012-2017, l’évolution annuelle moyenne de la construction autorisée de locaux est de – 5,1 %. En France métropolitaine, après deux années de hausse, les surfaces autorisées de locaux commerciaux sont en baisse de 3,8 % entre 2017 et 2018, après + 4,2 % entre 2016 et 2017.

Une évolution très contrastée selon les EPCI

Les communautés d’agglomération de Cap Excellence et Nord Basse-Terre sont les seuls Établissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) à afficher des projets de constructions en hausse, respectivement + 76 % et + 11 % par rapport à 2017. Ensemble, elles représentent 55 % de part de marché en 2018. La communauté de commune de Marie-Galante et la communauté d’agglomération du Grand Sud Caraïbes enregistrent les plus fortes baisses des autorisations (respectivement – 47 % et – 45 %). La Riviéra du Levant est en recul de 28 % par rapport à 2017, elle représente 22 % de part de marché.

Des mises en chantier globalement stables

Les mises en chantier restent relativement stables en 2018 (+ 0,2 %). En revanche, les ouvertures de chantier des logements collectifs en résidences, qui représentent 34 % des débuts de construction, augmentent de 4 %. Les ouvertures de chantier de logements individuels purs chutent de 9 %, celles des logements groupés sont en forte hausse de 17 %, mais pas suffisamment pour inverser la tendance globale baissière des ouvertures de logements individuels (– 1,8 %). Ces dernières représentent 22 % des mises en chantiers totales contre 44 % des mises en chantiers individuels purs et 34 % pour les collectifs et résidences.

Les prêts à taux zéro restent stables

En 2017, 380 prêts à taux zéro ont été accordés en Guadeloupe, en stabilité par rapport à 2016. La plupart des prêts (78 %) sont destinés à financer des logements individuels et neufs.

Figure 1Chiffres clés du logement

Chiffres clés du logement
2018 Évolution 2018/2017 (en %) Évolution annuelle moyenne 2017/2012 (en %) *
Nombre estimé d'autorisations de construire 3 300 -0,7 -4,3
Nombre estimé de logements commencés 2 900 0,2 -4,0
  • * Taux d'évolution annuel qu'aurait connu la construction de logements de la région, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Note : Données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle
  • Champ : Logements individuels, collectifs et en résidence
  • Source : SDeS, Sit@del estimations au 27 mars 2019.

Figure 2Baisse des surfaces de constructions autoriséesÉvolution des surfaces de constructions autorisée de locaux non résidentiels selon le type (en millier de m²)

Baisse des surfaces de constructions autorisées
2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018
Artisanat 4,1 1,9 1,4 1,3 1,0 6,1 1,7
Bureaux 24,5 40,0 30,2 16,5 21,9 21,9 15,1
Commerce 54,7 20,5 17,9 15,0 21,3 24,6 14,1
Entrepôt 16,0 16,4 15,5 18,4 16,5 18,7 13,8
Exploitation agricole ou forestière 14,2 5,1 11,0 12,5 7,9 15,1 12,0
Hébergement hôtelier 2,6 6,7 4,9 3,9 15,9 3,3 27,8
Industrie 5,5 2,5 2,0 15,1 36,8 8,7 2,4
Service public ou d'intérêt collectif 26,6 26,7 13,4 96,7 53,9 15,6 21,6
Total 148,3 119,7 96,3 179,4 175,3 114,0 108,4
  • Note : données brutes provisoires en date réelle.
  • Source : SDeS, Sit@del estimations au 27 mars 2019.

Figure 3Locaux non résidentiels: une baisse plus marquée en Guadeloupe qu’en FranceÉvolutions annuelles des surfaces de constructions autorisées de locaux non résidentiels selon le type en Guadeloupe et en France (en %)

Locaux non résidentiels: une baisse plus marquée en Guadeloupe qu’en France
Guadeloupe France entière
Évolution 2018/2017 Évolution moyenne annuelle 2017/2012 * Évolution 2018/2017 Évolution moyenne annuelle 2017/2012 *
Artisanat -72,5 8,2 11,6 -0,4
Bureaux -31,1 -2,3 11,6 -0,3
Commerce -42,6 -14,8 -23,6 -0,1
Entrepôt -26,4 3,2 1,5 1,8
Exploitation agricole ou forestière -20,6 1,1 -11,8 -2,5
Hébergement hôtelier 736,0 4,8 -11,8 4,9
Industrie -72,5 9,6 4,7 -2,2
Service public ou d'intérêt collectif 38,4 -10,1 0,2 -3,0
Ensemble locaux autorisés -4,9 -5,1 -3,8 -1,0
  • * Taux d'évolution annuel qu'aurait connu la construction de locaux, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Note : données brutes provisoires en date réelle.
  • Source : SDeS, Sit@del estimations au 27 mars 2019.

Figure 4Hausse des ventes de ciment aux 1er et 2nd semestres 2018Consommation de ciment en Guadeloupe (en millier de tonnes)

Hausse des ventes de ciment aux 1er et 2nd semestres 2018
Consommation de ciment
1er trim 2014 51,741
2è trim 2014 49,972
3è trim 2014 47,315
4è trim 2014 45,179
1er trim 2015 48,775
2è trim 2015 50,023
3è trim 2015 49,155
4è trim 2015 49,015
1er trim 2016 47,325
2è trim 2016 48,157
3è trim 2016 44,481
4è trim 2016 42,723
1er trim 2017 45,277
2è trim 2017 44,835
3è trim 2017 40,731
4è trim 2017 44,640
1er trim 2018 46,764
2è trim 2018 48,264
3è trim 2018 44,819
4è trim 2018 44,692
  • Source : Lafarge, Ciments Antilles, Iedom, Guadeloupe hors Iles du Nord (CVS).

Figure 4Hausse des ventes de ciment aux 1er et 2nd semestres 2018Consommation de ciment en Guadeloupe (en millier de tonnes)

  • Source : Lafarge, Ciments Antilles, Iedom, Guadeloupe hors Iles du Nord (CVS).

Figure 5Déclin des logements autorisés en Guadeloupe et en FranceÉvolution de la construction de logements

indice base 100 en décembre 2010
Déclin des logements autorisés en Guadeloupe et en France (indice base 100 en décembre 2010)
Logements autorisés - Guadeloupe Logements commencés - Guadeloupe Logements autorisés - France hors Mayotte Logements commencés - France hors Mayotte
2005 108,9 146,2 115,7 112,4
2006 104,4 153,8 126,3 119,4
2007 106,7 153,8 119,9 118,3
2008 86,7 138,5 99,9 96,5
2009 73,3 100 79,8 83,7
2010 100 100 100 100
2011 86,7 130,8 108,7 104,1
2012 93,3 138,5 101 92,6
2013 80 115,4 88,6 86,6
2014 86,7 111,5 79,8 81,6
2015 60 103,8 85 83,8
2016 75,6 107,7 97,1 92,6
2017 75,6 111,5 102,7 105,6
2018 73,3 111,5 95,6 101,3
  • Note : données estimées provisoires arrondies à la centaine en date réelle.
  • Champ : logements individuels, collectifs et en résidence.
  • Source : SDES, Sit@del2, estimations au 27 mars 2019.

Figure 5Déclin des logements autorisés en Guadeloupe et en FranceÉvolution de la construction de logements

  • Note : données estimées provisoires arrondies à la centaine en date réelle.
  • Champ : logements individuels, collectifs et en résidence.
  • Source : SDES, Sit@del2, estimations au 27 mars 2019.

Figure 6L’écart se réduit entre les logements autorisées et commencésNombre de logements cumulés sur douze mois en Guadeloupe

L’écart se réduit entre les logements autorisées et commencés
Logements autorisés Logements commencés
Déc 09 3 327 2 625
3 388 2 690
3 533 2 870
3 482 2 796
3 280 2 688
3 366 2 590
3 554 2 471
3 831 2 537
4 063 2 636
4 158 2 615
4 300 2 403
4 560 2 482
Déc 10 4 529 2 566
4 816 2 595
4 873 2 509
4 842 2 637
4 787 2 746
4 715 3 033
4 732 3 189
4 378 3 123
4 256 3 039
4 291 3 164
4 455 3 180
4 205 3 251
Déc 11 3 855 3 414
3 593 3 477
3 711 3 483
4 265 3 656
4 275 3 604
4 312 3 461
4 142 3 446
4 147 3 504
4 046 3 677
4 128 3 617
3 967 3 857
4 136 3 752
Déc 12 4 183 3 602
4 221 3 414
4 069 3 581
3 522 3 345
3 541 3 334
3 468 3 398
3 494 3 348
3 778 3 415
3 901 3 267
3 928 3 249
3 841 3 076
3 607 3 015
Déc 13 3 640 3 018
3 721 3 092
3 839 2 998
3 852 2 899
3 829 2 851
3 800 2 627
4 042 2 593
4 180 2 511
4 362 2 540
4 144 2 676
4 038 2 919
4 001 3 001
Déc 14 3 948 2 929
3 680 2 997
3 485 3 002
3 410 3 201
3 428 3 224
3 480 3 254
3 176 3 477
2 794 3 371
2 464 3 314
2 399 3 119
2 469 2 782
2 510 2 676
Déc 15 2 734 2 714
2 795 2 715
2 826 2 662
2 843 2 490
2 791 2 525
2 899 2 515
3 123 2 513
3 196 2 531
3 421 2 650
3 445 2 729
3 306 2 768
3 537 2 801
Déc 16 3 422 2 817
3 604 2 847
3 574 2 823
3 663 2 863
3 691 2 912
3 714 2 967
3 759 2 769
3 714 2 853
3 695 2 813
3 621 2 856
3 646 2 952
3 480 2 967
Déc 17 3 357 2 932
3 357 2 859
3 374 2 893
3 416 2 970
3 491 2 991
3 401 2 993
3 262 3 012
3 390 2 995
3 243 2 972
3 440 3 012
3 305 2 918
3 307 2 906
Déc 18 3 333 2 939
  • Source : SDeS, Sit@del estimations au 27 mars 2019.

Figure 6L’écart se réduit entre les logements autorisées et commencésNombre de logements cumulés sur douze mois en Guadeloupe

  • Source : SDeS, Sit@del estimations au 27 mars 2019.

Figure 7Chute de la construction des locaux non résidentielsÉvolution de la construction de locaux non résidentiels

indice base 100 en 2010
Chute de la construction des locaux non résidentiels (indice base 100 en 2010)
Locaux autorisés - Guadeloupe Locaux commencés - Guadeloupe Locaux autorisés - France entière Locaux commencés - France entière
2005 105,7 190,6 104,9 127,2
2006 77,7 222,8 115,5 138,2
2007 70 118,5 114,8 144,7
2008 78,3 85,7 111,5 131,7
2009 72,2 175,1 98,7 110,5
2010 100 100 100 100
2011 124 324,4 105,6 104,2
2012 89,6 248,4 100,7 95,7
2013 72,3 206,8 91,5 94
2014 58,1 139,1 79 84,5
2015 108,3 229 87,3 79,4
2016 105,8 367,9 94,2 83
2017 68,8 126 95,8 88,3
2018 65,5 92,1
  • Note : données brutes provisoires en date réelle.
  • Source : SDES, Sit@del2, résultats au 27 mars 2019.

Figure 7Chute de la construction des locaux non résidentielsÉvolution de la construction de locaux non résidentiels

  • Note : données brutes provisoires en date réelle.
  • Source : SDES, Sit@del2, résultats au 27 mars 2019.

Le Règlement National d’Urbanisme

La loi n° 2014-366 du 24 mars 2014 pour l’accès au logement et un urbanisme rénové (loi ALUR) dispose que les plans d’occupation des sols (POS) qui n’auront pas été mis en forme de Plan Local d’Urbanisme (PLU) au 31 décembre 2015 deviendront caducs à cette date. Toutefois, si la révision du POS en PLU a été engagée avant le 31 décembre 2015, le PLU devra avoir été approuvé dans les 3 ans qui suivent la publication de la loi, soit avant le 28 mars 2017. La loi n° 2017-256 du 28 février 2017 de programmation relative à l’égalité réelle outre-mer a repoussé ce dernier délai au 28 septembre 2018 pour les communes des départements d’outre-mer. Au final, quatorze communes de Guadeloupe sont soumises au Règlement National d’Urbanisme.

Les communes où s’applique le RNU sont notamment soumises au principe de constructibilité limitée (Art L. 111-3 du code de l’urbanisme) qui restreint fortement les possibilités de construire en dehors des parties actuellement urbanisées à défaut de traduction du projet d’urbanisme de la commune dans un document de planification. De plus, en l’absence de document d’urbanisme, la compétence de délivrance des autorisations d’urbanisme reste à l’État

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Pour comprendre

La base de données Sit@del2 rassemble les informations relatives aux autorisations de construire (permis accordés) et aux mises en chantier transmises par les services instructeurs (État, collectivités territoriales) au service statistique du Ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES). Les mouvements relatifs à la vie du permis (autorisations, annulations, modificatifs, déclarations d'ouverture de chantier) sont exploités à des fins statistiques.

Les séries de la construction utilisées pour la conjoncture et le bilan économique sont élaborées à partir de cette base.

En matière de logement, les séries d'estimations en date réelle sont produites mensuellement pour évaluer le nombre d'autorisations et de mises en chantier. Elles visent à retracer dès le mois suivant, l'ensemble des évènements à leur date réelle. Sur la base des données collectées, les séries intègrent une estimation de l'information non encore remontée. Ces séries sont actualisées chaque mois pour prendre en compte les informations les plus récentes. Les estimations en date réelle corrigent des éventuels défauts de collecte des déclarations d'ouverture de chantier.

Pour les locaux non résidentiels, les séries de surface de plancher en date de prise en compte permettent le suivi conjoncturel de ce secteur. Elles agrègent les informations issues des permis (autorisés, commencés, etc.) selon la date d'enregistrement de la donnée dans l'application Sit@del2.
Les séries de surface de plancher en date réelle sont utilisées pour les études structurelles. L'information est restituée selon la date effective de l'autorisation ou de la mise en chantier. Ces séries sont présentées nettes des annulations et ne comportent pas d'estimations : elles minorent donc la réalité, spécialement pour les mois de collecte les plus récents.

Définitions

Un logement autorisé est un logement, non encore réalisé, dont la construction a été autorisée par un permis de construire ou une non-opposition à une déclaration préalable.


Un logement est considéré comme commencé (ou mis en chantier) après réception de la déclaration d’ouverture de chantier (DOC) envoyée par le pétitionnaire (ou maître d’ouvrage).

Un chantier est considéré ouvert lorsque les fouilles en rigole ou les fondations sont entreprises pour une partie ou la totalité des constructions autorisées.

Remarque :

Une « fouille en rigole » est un creusement du sol pour permettre la construction à l'emplacement des « semelles » (ces dernières sont les parties basses).

Un logement collectif (appartement) fait partie d’un bâtiment dans lequel sont superposés plus de deux logements distincts et dont certains ne disposent pas d’un accès privatif.

Un logement individuel est un logement dans une maison individuelle. Une maison individuelle peut comporter deux logements individuels s'ils ont été construits par le même maître d'ouvrage d'après le code de la construction et de l'habitation.

Définitions

Un logement autorisé est un logement, non encore réalisé, dont la construction a été autorisée par un permis de construire ou une non-opposition à une déclaration préalable.


Un logement est considéré comme commencé (ou mis en chantier) après réception de la déclaration d’ouverture de chantier (DOC) envoyée par le pétitionnaire (ou maître d’ouvrage).

Un chantier est considéré ouvert lorsque les fouilles en rigole ou les fondations sont entreprises pour une partie ou la totalité des constructions autorisées.

Remarque :

Une « fouille en rigole » est un creusement du sol pour permettre la construction à l'emplacement des « semelles » (ces dernières sont les parties basses).

Un logement collectif (appartement) fait partie d’un bâtiment dans lequel sont superposés plus de deux logements distincts et dont certains ne disposent pas d’un accès privatif.

Un logement individuel est un logement dans une maison individuelle. Une maison individuelle peut comporter deux logements individuels s'ils ont été construits par le même maître d'ouvrage d'après le code de la construction et de l'habitation.